Adrien Ier, pape

Hadrianus (Hadrien ou Adrien), né à Rome, fils de Théodule (ou Théodore) de la famille noble des Colonna (duc de Rome et consul impérial), est notaire régionnaire. Il est sous-diacre sous Paul Ier et diacre sous Etienne IV (III) 5, pontifes auxquels il rend de précieux services.
Le 1er février 772, à la mort du pape Etienne IV, Adrien est élu pape par acclamation ; il est intronisé le 9.
Il met fin à la première crise iconoclaste.
Il fait reconstruire les aqueducs et les remparts de la ville détruits par les Lombards.
Il entreprend la reconstruction des églises et fait bâtir l’hôpital du Saint-Esprit.
Il date ses bulles à partir de son pontificat.
Le 25 décembre 795, il meurt subitement.
Adrien, bon et miséricordieux, est pleuré par les Romains qu'il a secourus durant une famine provoquée par une crue du Tibre.

Charlemagne lui fait faire cette épitaphe :
"Nomina jungo simul titulis, clarissime, nostra :
Hadrianus, Carolus, rex ego, tuque pater.
Quisque legas versus, devoto pectore, supplex
Amborum mitis, dic, miserere Deus
." 3


772. 1er février, élection du pape. 9 février, consécration du pape. Printemps-été, début des Guerres de Saxe (fin en 804) : Charlemagne prend la forteresse d'Eresburg, sur le Diemel en Saxe, puis fait construire le donjon de Büraburg sur l'Eder ; il détruit l'Irminsul, sanctuaire païen des Saxons où poussait le frêne sacré censé soutenir la voûte céleste. Didier, roi des Lombards, occupe des villes de l'État pontifical parce que le pape Adrien a refusé d'appuyer les revendications au trône de la veuve de Carloman Ier, frère de Charlemagne ; il s’empare de Ravenne et des cités de la Pentapole et de l’Ombrie ; puis il assiège Rome et tente de faire couronner roi les fils de Carloman Ier 7.

773. En janvier, l’émissaire du pape rencontre Charles Ier à Thionville : Adrien appelle Charles contre Didier, roi des Lombards. 1er mai, Charles convoque l’armée franque à Genève, puis somme en vain Didier d’évacuer les places pontificales en échange d’un tribut versé par le pape 6. En septembre, Charles franchit les Alpes, s'empare de Vérone et assiège Didier dans sa capitale (Pavie).

774. 2 avril, Charles se rend à Rome, pour rencontrer le pape. 17 avril, samedi saint, à Rome, le pape nomme Charles "patrice de Rome" ; Charles confirme et augmente la donation faite au Saint-Siège par Pépin par une partie des états de Didier, notamment le Pérugin et le duché de Spolète. 5 juin, fin du siège de Pavie et fin du royaume des Lombards : Charles le Grand (Charlemagne) s'intitule, dans ses actes officiels, « roi des Francs et des Lombards » ; Didier de Lombardie doit se faire moine à Corbie, son fils Adalgis fuit Vérone pour se réfugier à Constantinople. Charles fait prisonnier ses neveux (les enfants de son frère Carloman Ier réfugiés à Vérone et les enferme dans un couvent 8. Selon la Chronique de Sigebert de Gembloux (1030-1112), dans un concile tenu à Rome, le pape Adrien Ier confère à Charlemagne le droit d’élire le pontife romain et de donner l’investiture à tous les évêques avant leur consécration.

775. En janvier, assemblée des Grands à Quierzy : Charlemagne prépare l'invasion de la Saxe. 24 février, consécration de la basilique de Saint-Denis en présence de Charlemagne. En mai, Charlemagne tient son plaid général à Düren, avant de partir en campagne en Saxe. 14 septembre, mort de l'empereur byzantin Constantin V de retour d'une campagne contre les Bulgares : début du règne de son fils Léon IV le Khazar qui se déclare contre l'iconoclasme. En automne, Charlemagne rentre de son expédition contre les Saxons et passe Noël à Sélestat ; informé par le pape Adrien que le duc de Frioul prépare une insurrection en Italie, il hiverne au pied des Alpes avant de les traverser entre février et mars 776.

776. Au Japon, une révolte des Aïnous (premiers habitants de l’archipel ?), chassés de leurs territoires et refoulés au Nord du pays) est durement réprimée.

777. La Diète de Paderborn (Saxe) pose les premiers jalons de l’implantation de l’Église en Saxe. Lors d'une assemblée tenue à Paderborn, Charlemagne reçoit l'ambassadeur du gouverneur (wali) de Barcelone, Sulayman ben Yaqzan ibn al-Arabi, révolté contre l'émir de Cordoue (Abd er-Rahman Ier, qui rejette l’autorité du calife de Bagdad) : il demande l'aide des Francs pour tenir la ville de Saragosse pendant qu'il ira guerroyer. Charles se dit qu’en intervenant contre l’émir de Cordoue, il peut rendre service au calife de Bagdad, al-Mansour, avec lequel il a en commun l’hostilité de l’empereur de Byzance, et venir en aide aux roitelets chrétiens pour arracher à l’islam une partie au moins de la péninsule.

778. 19 avril, Charlemagne célèbre Pâques à Chasseneuil près de Poitiers où il prépare une expédition en Espagne du Nord. Parvenue à Saragosse, but de l'expédition, mais dirigée par un nouveau wali hostile aux Francs, l'armée franque est forcée de se retirer face à la défense organisée de la ville dont ils ne peuvent s’emparer faute de machine de siège ; s'en retournant alors vers la France, les Francs mettent Pampelune (Pompaelo fondée vers 75 av. J.-C. par Pompée) à sac (pour se ravitailler ou par représailles) 9 ; au col de Roncevaux, son arrière-garde commandée par Hruotland (Roland), comte de la Marche de Bretagne et seigneur de Blaye, est anéantie le 15 août lors d’une embuscade tendue par les montagnards vascons qui vengent ainsi Pampelune (Iruña ou Iruñea en basque) ; Roland, Eggihard, sénéchal du roi, et Anselme le Preux, comte du Palais, sont tués ; en 780, Sulayman retournera à Saragosse où il sera tué par son ancien ami et allié Husayn de Saragosse ; en 811, les Arabes seront battus et une marche d’Espagne sera créée entre l’Ebre et les Pyrénées. À la suite des troubles récurrents, l'administration de l'Aquitaine est réorganisée : 9 comtes aquitains sont remplacés par des Francs, des abbés francs sont nommés à la tête de nombreux monastères ; les comtes de Bordeaux et de Fezensac surveillent les États des Vascons, restés indépendants. Selon la légende, Charlemagne assiège le fort de Lourdes ; le chef sarrasin Mirat n’accepte pas de se rendre à Charlemagne ; l'empereur a pour conseiller l'évêque du Puy-en-Velay ; celui-ci invite Mirat à déposer les armes non pas devant Charlemagne, mais devant la statue de la "Reine des Cieux" célébrée au Puy ; Mirat se soumet à Notre-Dame du Puy dont il reconnaît la suzeraineté et reste maître du château fort : il est baptisé sous le nom de Lorus qui donnera le nom de Lourdes...

779. En mars, à Herstal, un capitulaire de Charlemagne rend obligatoire la dîme, impôt perçu par l’Eglise ; Charlemagne interdit de faire du mal à quiconque voyage dans son royaume ; à leur première interpellation, les voleurs auront un œil crevé et à leur deuxième le nez coupé, enfin à la troisième, s'ils ne peuvent payer un dédommagement suffisant à la partie lésée, ils seront mis à mort (par contre, les meurtriers peuvent s'en tirer généralement en payant un dédommagement) ; interdiction du commerce des esclaves, dont le centre en Occident était Verdun (ce commerce, très lucratif, continue néanmoins) ; établissement de l'aumône publique pour enrayer la disette due à une grande sècheresse ; apparition des missi dominici, envoyés spéciaux de Charlemagne circulant par deux (en général un comte et un évêque) chargés d'enquêter sur les abus, de proposer des sanctions, de présider le tribunal, etc. : ils doivent présenter un rapport écrit de leur mission à leur retour au palais ; institution de deux plaids généraux annuels réunis en mars et à l'automne ; réorganisation administrative de l'Italie et de l'Aquitaine, qui sont érigées en royaumes destinés aux plus jeunes fils de Charlemagne, Pépin et Louis. En mai, Charlemagne tient son champ de mai à Düren ; il part en campagne contre le Saxon Widukind ; après sa victoire à Bocholt, il soumet la Westphalie jusqu'à la Weser puis hiverne à Worms.

780. 6 février, à Byzance, renouveau de l'iconoclasme après la mort du patriarche de Constantinople Nicétas. Au concile de Paderborn : assemblée mixte ; Charlemagne jette les fondements des 5 évêchés destinés à affermir la religion chrétienne dans la Saxe. En Mongolie, le manichéisme devient religion d’état. A Jérusalem, la mosquée El Aqsa est terminée. Charte de création d'Andorre accordée par Charlemagne aux Andorrans pour les récompenser de leurs combats contre les Maures. 8 septembre, Irène, épouse de l’empereur byzantin Léon IV, est chargée, à la mort de son mari, de la tutelle de son fils Constantin VI (âgé de 9 ans) et est couronnée en même temps que lui (au cours de la même année, elle déjoue un complot vraisemblablement fomenté par les iconoclastes dans le but de placer sur le trône le demi-frère de Léon IV, Nicéphore). 25 décembre, Charlemagne, parti à l'automne pour une troisième expédition en Italie, fête Noël à Pavie.

781. 15 avril, les deux fils cadets de Charles, Louis le Pieux (ou le Débonnaire ou le Faible), âgé de 3 ans, nommé roi d’Aquitaine, et Pépin, nommé roi d’Italie, sont sacrés à Rome par le pape. Il est question d’un mariage entre une des filles de Charlemagne, Rothrude, et le jeune empereur Constantin VI. Charlemagne agrandit les États pontificaux par le pays de Sabine. A Worms, de retour d'Italie, Charlemagne tient un plaid général. En Chine, construction de monastères bouddhiques.

782. Charlemagne fait appel à Alcuin, évêque d’York, pour organiser l’école d’Aix pour les jeunes aristocrates. En été, l’indomptable Widukind descend du Danemark, son asile habituel, soulève toute la jeunesse saxonne, massacre les prêtres chrétiens et les garnisons franques, écrase les lieutenants de Charlemagne au combat sanglant de la Vallée du Soleil et retourne vers le Nord avec une partie de ses intrépides complices avant que la grande armée franque ait franchi le Rhin. En octobre, près de Verden, Charlemagne fait décapiter 4 500 Saxons en représailles et, par un capitulaire, somme tous les Saxons de se convertir au christianisme sous peine de mort ; les Saxons seront définitivement vaincus en 799 ; les frontières franques seront établies sur l’Elbe et la Baltique.

783. 20 février, cérémonie d'alliance sino-tibétaine célébrée à Qingshui ; sous le règne du roi du Tibet, Trisong Detsen, un Traité de paix est négocié entre la Chine et le Tibet donnant au Tibet toutes les terres de la région du Kokonor. 23 mars, Charlemagne célèbre Pâques à Thionville. En mai, Charlemagne entre en Saxe avec des forces considérables ; repoussé près de Detmold, il se replie sur Paderborn où il fait venir des renforts, puis écrase les rebelles sur la Hase, passe la Weser et pousse pour la première fois jusqu'à l'Elbe. En octobre, à Worms, de retour de Saxe, Charlemagne épouse la cruelle Fastrade, qui lui donnera deux filles, Théodrade et Hiltrude. Saragosse, révoltée contre les Omeyyades, est prise par les troupes de l'émir de Cordoue Abd er-Rahman Ier.

785. Charlemagne exige le serment de fidélité des habitants de l’Etat pontifical. Au printemps, Charlemagne réprime une révolte des Saxons conduite par Widukind (celui-ci finira par déposer les armes et recevoir le baptême en décembre) ; il fait abattre l’arbre sacré des Saxons, l’Irmansul, et promulgue un capitulaire (un règlement) punissant de mort les saxons qui refuseraient le baptême, enfreindraient le carême ou brûleraient leurs morts au lieu de les enterrer.

786. A Constantinople, un concile est dissous par les iconoclastes. En Grande-Bretagne, première incursion des Vikings ou Normands (qui n’ont jamais porté de casques à cornes contrairement à leur représentation courante). En Palestine, les Arabes détruisent le monastère de Saint-Sabas et massacrent les moines. 14 septembre, après la mort mystérieuse de son frère al-Hadi, Harun devient calife et prend le nom d'al-Rashid.

787-788. Charlemagne déjoue les intrigues nouées contre lui par Arichis, duc lombard de Bénévent, et la cour de Constantinople et à imposer au fils d’Arichis la reconnaissance de sa suprématie.

787. Guerre franque contre les Arabes d’Espagne. 24 septembre, ouverture du 2e concile de Nicée : Charlemagne ne reconnaîtra pas toutes les clauses du concile de Nicée et enverra un ambassadeur à Rome présenter au pape 85 remontrances : les Libri Carolini, publiés en 791, affirment que c’est effectivement une erreur de détruire les icônes, mais que c’en est aussi une d’imposer leur vénération ; le pape répond : "Nous permettons d'exposer dans l'église les images des saints, pour l'amour de Dieu et de ses saints. Mais nous ne contraignons pas de les adorer ceux qui ne le veulent point. Et nous ne permettons nullement de les briser ou de les détruire" 10. 3 octobre, Tassilon, duc de Bavière, renouvelle son serment d'allégeance à Charlemagne.

788. En mars, la Bavière est réunie à l’État franc, après la destitution de son dernier duc national, Tassilon III (jugé pour faux serment devant la cour d’Ingelheim et condamné à mort ; sa peine est commuée en prison perpétuelle et il meurt à l’abbaye de Jumièges).

789. 5 février, le chef de la tribu berbère des Awraba, un imam, rejette l’autorité du calife de Bagdad ; il se fait reconnaître comme roi des Berbères sous le nom d'Idriss, se proclame descendant direct d'Ali le neveu et gendre de Mahomet et fonde la vile de Fès : c’est la naissance du Maroc ; Idriss Ier mourra assassiné au bout de 3 ans de règne : son jeune fils, né après sa mort, sera proclamé imam souverain sous le nom d'Idriss II. 23 mars, à Aix-la-Chapelle, le capitulaire Admonitio generalis de Charlemagne décrète la création d’école dans chaque évêché et le baptême des enfants avant l’âge d’un an, ordonne de faire disparaître tous les mégalithes, arbres et fontaines sacrés, et taxe de sacrilèges les païens récalcitrants qui continuent à allumer des feux la nuit près des arbres, des pierres levées et des fontaines, en hommage aux entités féériques qui y auraient élu domicile ; la formule du serment de fidélité au roi doit être prononcée par tous les hommes libres ; les missi dominici, envoyés de l’empereur, sont chargés de recueillir les serments et de contrôler l’administration de l’Empire ; tout profit sur l’argent ou toute autre chose donnée en prêt est interdit ; le concile d'Aix-la-Chapelle préconise l'excommunication en cas d'invocation d'autres anges que ceux officiellement reconnus : Michel, Gabriel et Raphaël. Au printemps, Charlemagne marche contre les tribus slaves de la Baltique.

790. Constantin VI fait une tentative pour s’emparer du pouvoir, elle est déjouée par l’impératrice Irène qui exige de ses troupes le serment de ne pas reconnaître son fils comme empereur tant qu’elle vivrait ; cette exigence provoque la révolte des thèmes (divisions administratives d’Asie Mineure) ; Constantin est proclamé seul empereur et sa mère exilée de la cour (cependant, Irène sera autorisée à retourner à la cour en janvier 792, et même à reprendre son rôle de souveraine).

792. 17 mars, le concile de Ratisbonne condamne l’évêque d’Urgel, Félix, hérétique adoptianiste 1. Pépin le Bossu qui complote contre son père Charlemagne, est interné dans un monastère. Tibet, le bouddhisme devient la religion officielle.

792-794. Le concile bouddhique de Lhassa réunit des moines chinois et indiens. Famine dans l'Empire franc : des cas de cannibalisme et d’hallucination collective sont notés par les annalistes 2.

793. Les derniers Arabes de Gaule attaquent Narbonne puis se replient sur Carcassonne. 8 juin, des "pillards païens" (des Vikings ou Normands) détruisent l’église de Lindisfarne, île au nord-est de l’Angleterre, sur la côte de la Northumbrie 4 ; Alcuin s’indigne du massacre de moines de Saint-Cuthbert, dans le monastère de Lindisfarne ; il ajoute que "jamais l’Angleterre n’a connu de terreur aussi grande que celle que viennent de nous infliger les païens et que plus personne n’ignore la peur".

794. Création à Bagdad de la première manufacture de papier de coton. 1er juin, le synode de Francfort prescrit au clergé de ne plus prêcher en latin qui est devenu incompréhensible au peuple ; le synode condamne l’iconoclasme byzantin ainsi que les adoptianistes ou adoptiens 1. En juin, Charlemagne institue, par le capitulaire de Francfort, un système basé sur une masse d'argent : la livre correspond à un poids de 409 grammes d'argent ; il se fonde sur des monnaies de l'Empire romain : le solidus ou sol et le denier. En été, premier raids vikings connus sur les îles Écossaises ; attaque du monastère de Jarrow en Northumbrie par les Vikings ; ils pillent le monastère de Monkwearmouth, près de Sunderland. 10 août, mort de Fastrade, épouse de Charlemagne, à Francfort. En automne, Charlemagne entre en Saxe ; les Saxons, assemblés à Sintfeld, se soumettent sans combattre. 25 décembre, Charlemagne passe Noël à Aix-la-Chapelle ; durant l'hiver, il épouse l'Alamane Liutgarde.

795. En Saxe, Charlemagne écrase les Avars qui se soumettent et sont convertis par Arn, archevêque de Salzbourg. Charlemagne crée la Marche de Catalogne. 25 décembre, mort subite du pape.


Notes
1 Les adoptianistes (ou adoptiens) professent que Jésus-Christ est fils de Dieu, non par génération, mais par adoption. Ils prétendent que, comme Dieu, Jésus-Christ était de sa nature fils de Dieu, mais que, comme homme, il ne l’était que par adoption. Cette hérésie, remontant à la fin du IIe siècle (monarchianisme), est soutenue par quelques évêques d’Espagne qui ont pour chefs Elipandus (+ 799), l'archevêque de Tolède, et Félix, l'évêque d’Urgel (+ 818). Charlemagne les fait condamner dans des synodes tenus à Ratisbonne (792) et à Francfort (794). Félix se soumet aux décisions des conciles et du pape, mais Elipand persiste dans son erreur, écrit contre son ancien ami, et se montre même insensible à une lettre que Charlemagne lui adresse pour l’amener à résipiscence ; l’hérésie tombera dans l’oubli après la mort d’Elipandus (799).
2 Pierre Bonnassie, Consommation d'aliments immondes et cannibalisme de survie dans l'Occident du haut Moyen Âge [archive] Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1989 Volume 44 Numéro 5
3 http://fr.wikipedia.org/wiki/Adrien_Ier
4 Chronique anglo-saxonne, manuscrits rédigés entre le IXe et le XIIe siècle
5 http://www.histoireeurope.fr/RechercheLocution.php?Locutions=Adrien+Ier
6 http://fr.wikipedia.org/wiki/773
7 http://fr.wikipedia.org/wiki/772
8 http://fr.wikipedia.org/wiki/774
9 Selon Philippe Sénac (Le monde carolingien et l'islam. Éditions L'Harmattan, 2006), deux armées passent les Pyrénées à l'est et à l'ouest. L'une se dirige sur Barcelone. L'autre soumet les Vascons de Pampelune puis met le siège devant Saragosse, dont le wali refuse l'entrée aux troupes franques.
10 Le grand Bêtisier de l'Histoire de France. Alain Dag'Naud. Larousse 2012

Sources

Liste des papes.


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire. Toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 19/11/2017

ACCES AU SITE