Alexandre III, pape

Rolando Bandinelli naît à Sienne vers 1105.
Il étudie le droit canonique avec le savant italien Gratien et enseigne à Bologne puis à Pise ; ses ouvrages sur le droit et la théologie, notamment la Stroma ou Summa Magistri Rolandi, l'un des premiers commentaires du Décret de Gratien, lui donnent une réputation de savant.
Eugène III le fait cardinal de Saints-Côme-et-Damien en 1150 puis cardinal-prêtre de Saint-Marc.
Chancelier de l’Eglise en 1153, il est envoyé la même année comme légat pour négocier le traité de Constance avec l’empereur du Saint-Empire, Frédéric Ier Barberousse.
Elu pape le 7 septembre 1159 malgré l’opposition de Frédéric Barberousse, il choisit le nom d'Alexandre. Il est intronisé le 20.
Alexandre III consacre une grande partie de son pontificat à la politique et à la lutte contre l’empereur qui veut imposer sa primauté au Saint-Siège et dominer de façon permanente l’Italie du Nord.
Il recueille Thomas Becket, archevêque de Canterbury, aux prises avec Henry II, à Sens où il s’était exilé.
Il défend vigoureusement l’autorité papale dans l’Eglise.
Il meurt le 30 août 1181 (une comète aurait annoncé son trépas).

Prophétie de Malachie : Ex ansere custode (De l’oie gardienne).

« L'homme, peut-être, qui dans les temps grossiers, qu'on nomme du moyen Age, mérita le plus du genre humain, fut le pape Alexandre III. Ce fut lui qui dans un concile au douzième siècle abolit autant qu'il le put la servitude. C'est ce même pape qui triompha dans Venise, par la sagesse, de la violence de Frédéric Barberousse, & qui força Henri II roi d'Angleterre de demander pardon à Dieu & aux hommes du meurtre de Thomas Becquet. Il ressuscita les droits des peuples, & réprima le crime dans les rois. » (Voltaire, De la servitude)


1159. 7 septembre, une division au sein du Sacré Collège aboutit à une double élection après la mort d’Adrien IV : Rolando devient pape sous le nom d'"Alexandre III" et le cardinal Octavien, élu de la minorité progermanique, prend le nom de "Victor IV" ; Barberousse fait réunir un concile à Pavie, qui groupe des évêques allemands et italiens et soutient Victor : Alexandre, consacré le 20 septembre, se réfugie en France.

1160. En mars, Alexandre III, reconnu par la France, l’Angleterre, la Sicile, les royaumes ibériques, excommunie l’empereur. Barberousse écrase Crémone.

1162. Le roi accorde officiellement le titre comtal à l’évêque du Puy-en-Velay (le fief le plus puissant du Velay est celui des Polignac qui disputent à l’évêque le droit de monnayage). Mort d’Avenzoar, médecin, qui fut le maître d’Averroès. L’empereur envahit la ville de Milan et la fait raser.

1163. Alexandre III, réfugié en France, et Louis VII posent la première pierre de la cathédrale de Notre-Dame. Alexandre III excommunie Rainald de Dassel, chancelier de l’Empire, pour avoir, à la mort du pape Adrien IV, fait élire Victor IV contre Alexandre III. Le Saint-Siège accorde sa protection à l’Ordre des Templiers. Les Almohades sont maîtres du Maghreb. En Angleterre, Thomas Becket, l’archevêque de Canterbury, qui a abandonné sa charge de chancelier, proteste contre les impôts illégaux prélevés par le roi sur les terres ecclésiastiques. Le concile de Tours proclame : "Ecclesia abhorret a sanguine" (L’Eglise abhorre le sang) : la dissection des cadavres est strictement interdite ; il y est aussi question des hérétiques albigeois (haeretici albigenses).

1164. 22 avril, après la mort de l'antipape Victor IV, sans même en référer à Frédéric Barberousse, Rainald (ou Reinald ou Renaud en français), chancelier de l’Empire et archevêque de Cologne, installe l'antipape Pascal III : ce dernier est consacré le 26 avril. En août, la bulle Licet Omnes d'Alexandre III affirme que « Saint-Pierre est le prince des apôtres car il a reçu la tâche de faire paître les brebis du Seigneur ; le pape, son successeur, occupe dans l'Église la place de Noé dans l'arche ; il juge "les causes de tous les hommes". Thomas Becket fait condamner par le pape les Constitutions de Clarendon publiées par Henri II et par lesquelles les clercs sont soumis aux tribunaux laïques. Rainald (Renaud) de Dassel, archevêque de Cologne et chancelier de l’Empire, ramène en grande pompe à Cologne les reliques des rois mages que lui a données Frédéric Ier après la chute de Milan, ainsi que les ossements de st Félix et de st Nabor.

1165. En mai, la Diète de Wurtzbourg décide que tous les évêques de l’Empire doivent obéissance à Pascal III. Le concile de Lombers (Tarn) condamne des hérétiques. Le pape Alexandre se rend au Puy-en-Velay. L'empereur de Byzance Manuel Ier Comnène transmet à Alexandre III une lettre du Prêtre Jean, Roi des rois (il s’agirait d’un faux dû à Christian évêque de Mayence) ; le pape fait réponse en 1177 et envoie aux Indes un messager qui ne reviendra jamais. 29 décembre, canonisation de Charlemagne par l’antipape Pascal III, à l’initiative de l’empereur Frédéric Barberousse : le pape légitime, Alexandre, ne formule pas d’objection.

1165 à 1170. Thomas Becket en France.

1166. A Rocamadour (Lot), découverte du corps momifié de st Amadour (ou Amateur) dans une grotte de la falaise 1. Mort d’al-Idrîsî, géographe.

1167. 7 avril, fondation au monastère de Pontida de la première Ligue lombarde par les cités de Lombardie (Milan, Pavie, Crémone, Venise, Modène, Padoue, Plaisance, Ferrare, Bergame, Brescia, Lodi, Bologne, Mantoue, Vérone, Vicence, Trévise…) pour défendre l'autonomie municipale menacée par Frédéric Barberousse. En mai, Papaniquintas (Niquinta, Nicetas ou Nikitas), évêque bogomile ou pape des hérétiques de Constantinople, de l’ordre de Dragovitza, préside, en Lauragais, au château de Saint-Félix de Caraman, près de Toulouse, une assemblée de cathares albigeois et italiens ; six Églises sont représentées : celles des francigènes au nord de la Loire, d’Albi au sud, avec leurs évêques Robert d’Épernon et Sicard Cellerier, celle de Lombardie que dirige Marc, et les conseils des Églises de Toulouse, Carcassonne, Aran (Agen), qui réclament et élisent chacun leurs chefs respectifs ; Niquinta confère à tous le consolamentum de son ordre ; il consacre ensuite et renouvelle dans leurs fonctions épiscopales Robert d’Épernon et Sicard Cellerier ; il titularise Marc, évêque de Lombardie, et consacre les trois dignitaires élus : Bernard-Raimond à Toulouse, Guiraud-Mercier à Carcassonne, Raimond de Casals à Agen. 24 au 31 juillet, Frédéric Ier s’empare de la ville de Rome. 21 septembre, Frédéric Barberousse met les villes rebelles de la Ligue lombarde au ban de l'empire à Pavie. 15 octobre, Raimond Trencavel, vicomte de Béziers, de Carcassonne et d'Albi, est assassiné à Béziers, dans l'église de la Madeleine, par les bourgeois de la ville ; le comte Raymond V de Toulouse donne Carcassonne, le Razès et l'Albigeois à Roger-Bernard, comte de Foix, mais Roger II Trencavel s'impose dans toutes les principautés de son père avec l'aide du roi d'Aragon.

1168. Alexandre III prend la tête de la Ligue lombarde. 20 septembre, mort de l'antipape Pascal III à Rome.

1169. Egypte, le Kurde Salah al-Din al-Ayyubi (Saladin) est nommé vizir par le calife fatimide du Caire.

1170. 25 février, en Russie, défaite des Souzdaliens devant Novgorod. 27 mars, bulle Non est dubium : alliance du pape et de la Ligue lombarde. 29 mars, le pape écrit à l'archevêque de Reims Henri Ier de France, frère du roi de France Louis VII, pour le prier de protéger les religieux de l'abbaye Saint-Corneille de Compiègne contre les empiètements de leurs ennemis, les bourgeois de Compiègne, l'abbé de Saint-Memmie de Châlons et enfin le seigneur de la Tournelle en les menaçant d'excommunication. 22 avril, Manuel Comnène concède le quartier du Coparion aux Génois, sur la Corne d'Or à Constantinople ; les privilèges commerciaux de Pise et de Gênes sont renouvelés dans l'empire byzantin ; peu après, les Vénitiens pillent le quartier génois : Manuel Comnène les somme d'indemniser les Génois, et devant leur refus, fait geler tous leurs avoirs ; le doge ordonne en représailles à ses compatriotes de quitter Constantinople et la rupture des relations commerciales ; Manuel Comnène envoie une ambassade à Venise pour présenter des excuses et le doge annule son décret, mais le 12 mars 1171, Manuel Comnène fera arrêter tous les ressortissants vénitiens de l'Empire. 30 avril, à Jaca, Marie de Béarn fait hommage au roi Alphonse II d'Aragon ce qui provoque la révolte des Béarnais qui se choisissent un nouveau seigneur originaire du Bigorre. 4 juin, Traité de Sahagún entre Alphonse VIII et Alphonse II d'Aragon. 14 juin, Westminster, Henri le Jeune (15 ans) est sacré roi d'Angleterre par Roger de Pont-l'Évêque, archevêque d'York mais iI ne règne pas effectivement (mort en 1183) ; Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry et primat d'Angleterre, seul habilité à sacrer le roi, trouve là matière à excommunier les évêques ayant consenti à célébrer cette cérémonie : ce prétexte sera utilisé pour justifier l'assassinat de Becket. 25 juin, le roi Valdemar Ier de Danemark intronise de son vivant son fils Knud. 6 juillet, décret papal réservant au seul pontife de Rome le droit d'autoriser la vénération d'un saint. 22 juillet, Conférence de Fréteval entre les rois Henri II d'Angleterre et Louis VII de France ; le roi d'Angleterre semble se réconcilier avec Thomas Becket. 1er août, Ferdinand II de León installe une confrérie de chevaliers, l'Ordre de Saint-Jacques placé sous le patronage de st Jacques (Santiago), pour défendre la ville de Cáceres (Estrémadure). 2 décembre, Thomas Becket reprend possession de l'archevêché de Cantorbéry. 12 au 21 décembre, Saladin, en même temps qu'il attaque les forteresses de Daroum et de Gaza, à la frontière du royaume de Jérusalem, assiège et prend le port d'Ayla sur la mer Rouge. 29 décembre, dans la Cathédrale de Canterbury, assassinat (suggéré, dit-on, par le roi Henri II : « N'y aura-t-il donc personne pour me débarrasser de ce clerc outrecuidant ? »), par 4 chevaliers, de l’archevêque Thomas Becket, défenseur des droits de l’Eglise contre le roi, et pillage du palais archiépiscopal ; le pape frappe Henri II d’interdit personnel et exige son repentir public ; le roi devra faire un pèlerinage humiliant au tombeau de Thomas Becket et se soumettre à la pénitence publique de la flagellation (21 mai 1172) 4.

1171. A Constantinople, les Vénitiens sont expulsés de la ville et de l’empire byzantin. 26 mai, à Blois, première attestation d’une condamnation à mort d’un juif pour crime rituel ; 31 personnes sont brûlées vives sur le bûcher (également à Pontoise, Joinville, Epernay). 10 septembre, au Caire, Saladin (Salah al-Din) abolit le califat fatimide, restaure le sunnisme et fonde sa propre dynastie, les Ayyubides.

1172. 21 mai, dans l'Eglise d’Arranches, devant les légats du pape, Henri II fait amende honorable du meurtre de Becket et se soumet à la pénitence publique de la flagellation.

1173. Saladin prend Aden. A Lyon, Pierre Valdo (ou Valdès, Vaudès) dit Pierre de Vaux, riche marchand, renonce à ses biens qu’il distribue aux pauvres, crée le groupe des Pauvres du Christ ou Pauvres de Lyon (vaudois), pratique le retour à la pauvreté évangélique et le mode de vie des premiers chrétiens, estime que la papauté et le clergé sont illégitimes et n’ont aucune raison d’exister (seule la dignité personnelle permet de donner les sacrements) et rejette la messe et le culte des saints ; il meurt vers 1220 on ne sait où ; le mouvement vaudois sera persécuté par l’Eglise dont il conteste les privilèges. 9 août, en Toscane, pose de la première pierre de la Tour de Pise.

1174. 25 novembre, Saladin entre dans Damas ; après avoir soumis la Mésopotamie ainsi que l’Egypte et la Syrie qu'il unit, il prend le titre de sultan.

1175. Henri II d’Angleterre se fait reconnaître par le pape la souveraineté (toute théorique) sur l’Irlande. Gui de Montpellier fonde le Grand Ordre hospitalier du Saint-Esprit.

1176. En janvier, Entrevue de Chiavenna : Henri le Lion refuse son concours à Frédéric Barberousse pour une expédition en Italie. 25 janvier, en Angleterre, Assise de Northampton : l'Église d'Écosse maintient son indépendance vis-à-vis de l'archevêque d'York ; l'assise exige de tous les hommes libres un serment de fidélité au roi, ordonne la destruction des châteaux construits illégalement et menace les rebelles des châtiments les plus cruels. 29 mai, soutenue par le pape, la Ligue lombarde remporte la Victoire de Legnano contre les troupes de Frédéric Ier Barberousse. Papaniquintas (Niquinta ou Nicetas), évêque bogomile (pape des hérétiques) de Constantinople, préside en Lauragais, au château de Saint-Félix de Caraman près de Toulouse, une assemblée de cathares albigeois et italiens. 20 juin, mort de Michel Iourievitch ; début du règne de Vsésolod III Iouriévitch (la Grande Nichée), grand prince de Vladimir. 9 novembre, Jeanne, fille du roi Henri II d'Angleterre, et d'Aliénor d'Aquitaine, épouse à Palerme le roi Guillaume II de Sicile ; elle sera couronnée reine de Sicile le 13 février 1177.

1177. Le pape envoie son légat Pierre, cardinal de Saint-Chrysogone, en mission auprès des cathares, sans résultat. 27 juillet, la paix de Venise est imposée à Frédéric Barberousse qui reconnaît l’autorité du pape et lui baise le pied. Alexandre III offre un parasol au doge Ziani.

1178. 29 août, l'antipape Calixte III, qui a perdu le soutien de Frédéric Barberousse, se soumet à Alexandre III.

1178-1181. Précroisade contre les albigeois.

1179. 5 au 19 mars, troisième concile du Latran ; le pape autorise Vaudès (Valdo), venu avec une délégation, à persévérer dans son action apostolique, à condition de ne pas prendre la parole en public sans l'autorisation du clergé locale (mais les vaudois continueront à pratiquer la prédication itinérante). 10 juin, Bataille de Marj Ayoun : victoire de Saladin sur les croisés. 23 au 30 août, Saladin assiège et prend la Forteresse d'Ateret au Gué de Jacob sur le Jourdain ; les 700 chevaliers du Temple sont tués et les 800 autres résidents sont emmenés captifs ; Saladin ordonne de démolir les restes de la fortification 2. 1er novembre, Louis VII étant devenu hémiplégique, son fils, 14 ans, est sacré roi de France à Reims sous le nom de Philippe II (Auguste, Dieudonné, le Magnanime, le Conquérant, le Fortuné, de Gonesse) par son oncle Guillaume de Champagne, archevêque de Reims, dit Guillaume aux Blanches Mains.

1180. L’Ecosse est placée sous interdit par le pape à cause de la controverse sur la succession de l’évêché de Saint-Andrews. 28 avril, Philippe II épouse Isabelle de Hainaut qui lui apporte le comté d’Artois. En mai, conclusion d'une trêve de deux ans entre Baudouin IV de Jérusalem, le roi lépreux, et Saladin, garantissant la libre circulation des biens et des hommes dans la région, alors que la région est en proie à la famine liée à la sécheresse ; quelques mois plus tard, une caravane de riches commerçants arabes allant vers La Mecque sera attaquée dans le désert de Syrie par Renaud de Châtillon, qui s'en emparera ; Saladin s'en plaindra à Baudouin IV qui n'osera sévir contre son vassal. 29 mai, Philippe II est couronné une seconde fois à Saint-Denis. En juin, l'antipape Innocent III est déposé. 21 août, à Alzira, bien qu’enfants du calife musulman de Lérida en Catalogne, Ahmed (baptisé Bernard) et ses sœurs, Zaïda et Zoraïda (baptisées Marie et Grâce), tous convertis de l’islam au christianisme et qui refusent d’abjurer leur foi nouvelle, sont exécutés sur ordre de leur frère, Al Mansour, émir de Valence, qu’ils avaient essayé de convertir : Bernard est cloué à un mur, ses sœurs sont décapitées (selon le Martyrologe). 18 septembre, à Paris, mort de Louis VII ; son fils Philippe II Auguste lui succède (c’est durant le règne de Philippe Auguste que disparaîtra le dernier aurochs de France). 24 septembre, mort de l'empereur byzantin Manuel Ier Comnène : son fils, Alexis II Comnène, lui succède.

1180-1215. A Paris, création de l’université.

1181. Dans l'Empire ottoman, l’uniatisme se développe en prenant appui sur l’Église maronite, unie tout entière à Rome. En juillet, le légat du pape Henri de Marcy, cardinal d'Albano, assiège et prend Lavaur, défendue par Adélaïde de Toulouse, qui se soumet, ainsi que son époux Roger II Trencavel ; arrêtés, deux "parfaits" sont emmenés devant le concile du Puy-en-Velay (15 septembre) où ils abjurent leur foi 3. 30 août, mort du pape Alexandre III.


Notes
1 Une tradition du Quercy voit en Amadour (ou Amateur) dont le corps momifié fut découvert en 1166 dans une grotte de la falaise de Rocamadour (Lot), Zachée, l’hôte du Christ, et nous apprend que st Martial, envoyé dans les Gaules par st Pierre lui-même, fut le consécrateur de l’autel élevé en l’honneur de la Vierge au milieu de ces rochers déserts. Zachée (selon A. Pradelle, le nom Amadour proviendrait de l’arabe Amad-Aour signifiant "le Juste", équivalent de l’hébreu Zaccaï), riche publicain, qui hébergea Jésus et donna sa fortune aux pauvres, était le mari de ste Véronique qui, selon la tradition chrétienne, essuya le visage du Christ lors de sa montée au calvaire et dont le voile garda l’image du Sauveur. Véronique et Zachée, porteurs d’une petite fiole renfermant la dernière goutte du lait de la Vierge et d’une statuette de la Vierge sculptée par Luc l’évangéliste lui-même, vinrent en France porter l’évangile : ils accostèrent à Soulac (Noviomagus), en Gironde, en l’an 50 ; Véronique finit ses jours près de Soulac où elle fut enterrée ; Zachée rechercha alors solitude et oubli et s’établit dans une grotte à Rocamadour. Des miracles se succédèrent à Rocamadour dont le site fut visité notamment par Henri Plantagenêt (roi d’Angleterre, miraculeusement guéri), Bernard de Clairvaux, Louis IX et Blanche de Castille sa mère, Philippe le bel, Louis XI, etc. Selon une autre légende, Amadour, porteur d’une statuette de la Vierge Marie que lui avait façonnée Zachée, débarqua en Gaule aux Saintes-Maries-de-la-Mer avec Lazare, Marthe et Marie.
2 http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_du_gu%C3%A9_de_Jacob_(1179)
3 http://fr.wikipedia.org/wiki/1181
4 « N’est-ce pas dans la foi et la doctrine de Pierre que l’édifice de l’Eglise est fondé, jusqu’à ce que nous parvenions tous en Christ, jusqu’à l’état de l’homme parfait, dans l’unité de la foi et la vraie connaissance du Fils de Dieu ? » (Thomas Beckett à l’évêque Gilbert)

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 04/03/2017

ACCES AU SITE