Alexandre VIII, pape

Pietro Ottoboni naît le 22 avril 1610 à Venise ; son père est le chancelier de la République de Venise.
Il fait des études à l'Université de Padoue où il obtient le doctorat en droit canon et droit civil.
Sous le pontificat de Urbain VIII, il est fait gouverneur de Terni, Rieti et Spolète.
Il est auditeur au Tribunal de la Rote.
Il est fait cardinal par Innocent X le 19 février 1652 puis évêque de Brescia.
Il est cardinal dataire sous Clément IX.
Elu pape le 6 octobre 1689, il choisit le nom d'Alexandre ; il est intronisé le 16.
Honnête, généreux, pacifique et indulgent, Alexandre VIII cherche à secourir les pauvres en réduisant les impôts.
Il est accusé de népotisme.
Louis XIV lui rend le Comtat-Venaissin ; Alexandre s'oppose malgré tout aux privilèges gallicans.
Il aide Venise à lutter contre les Turcs, en lui envoyant sept galères et deux mille hommes d'infanterie.
Il achète pour la bibliothèque du Vatican des livres et des manuscrits appartenant à la reine Christine de Suède.
Il meurt le 1er février 1691.

Prophétie de Malachie : Poenitentia gloriosa (glorieuse pénitence).


1689. 6 octobre, élection du pape. Bernard Lamy, philosophe, oratorien publie Harmonie évangélique ; l’œuvre suscite l’hostilité de l’archevêque de Paris. En décembre, John Locke : Essai sur l’entendement humain, Lettres sur la tolérance. 15 décembre, le voyageur français François Deseine décrit le ghetto de Rome (Description de la ville de Rome) : « On appelle "il gheto" le quartier des juifs, qui est entouré de murailles et fermé de portes, afin que la nuit cette perfide nation n’ait aucune communication avec les chrétiens ; et, comme ils ne peuvent habiter ailleurs ni étendre leur quartier, qui est bordé d’un côté par le Tibre et de l’autre côté par la rue de la Poissonnerie, et parce qu’ils sont en fort grand nombre, cette canaille multipliait extrêmement ; cela est cause que plusieurs familles habitent dans une même chambre, ce qui rend une puanteur perpétuelle et insupportable par tout le quartier ».

1689-1695. La confrérie secrète des Michelins (membres du parti dévot dont notamment : les duc et duchesse de Beauvillier, le duc de Chevreuse, le duc de Chaulnes, la duchesse de Béthune-Charost, la princesse d’Harcourt, le ministre Seignelay, l’abbé de Langeron), conduite par Mme Guyon et Fénelon (interprètes les plus influents du mysticisme, désigné par le nom de quiétisme, développé par le théologien espagnol Miguel de Molinos incarcéré par Rome le 28 août 1687 et mort en prison), aurait tenté de "s’emparer de l’esprit" de Mme de Maintenon, et, par elle, de celui du roi.
"Madame Guyon vivait en pleine euphorie mystique. On la sentait un peu grisée par son accession à la Cour. Elle annonçait que ses voix prophétiques lui promettaient la prochaine venue du Nouvel Évangile. Un petit groupe privilégié en serait le promoteur. L'archange saint Michel protégerait cette sainte milice, dont la prophétesse s'affirmera la messagère et dont elle proclamera la prise de pouvoir grâce à l'Enfant-Jésus, le Petit Maître, qui conduira au sommet de lumière le Petit Prince, le duc de Bourgogne. À cette brigade divine, elle donne le nom de "Michelins". Ainsi naquit la confrérie secrète rêvée par Mme Guyon pour accomplir la Croisade du Pur Amour".
De juillet 94 à mars 95, se tiennent les fameuses Conférences d'Issy condamnant les livres du Père La Combe et de Mme Guyon. Madame Guyon accepte la décision qui la condamne et reçoit de Bossuet la précieuse attestation de son obéissance. Mais, à peine libre, elle contrevient à la défense de paraître à Paris et se jette à nouveau dans l'intrigue. (…) Le 30 octobre, elle est arrêtée et conduite au donjon de Vincennes. Mme Guyon, libérée de prison en 1703, est installée à Blois où elle mystifie tout un cercle de nordiques, suisses, anglo-saxons ; il n'est question que du règne proche du Pur Amour qui sera celui de la liberté, du peuple, par l'avènement du Duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, mais celui-ci mourra le 18 février 1712... 1

1690. 14 janvier, à Nuremberg en Bavière, Johann Christoph Denner invente la clarinette. 22 janvier, les Iroquois signent un traité de paix avec les Anglais et les tribus des Grands Lacs. 24 janvier, Joseph de Habsbourg est élu roi des Romains ; le 5 mai 1705, il sera couronné roi de Hongrie, roi de Bohême, archiduc d'Autriche et empereur germanique (Joseph Ier). 3 février : émission par la colonie britannique du Massachusetts du premier papier-monnaie américain pour payer la solde des troupes combattant contre les Français. 18 février, 23 heures, Massacre de Colaer (Schenectady) : attaque par des Canadiens français contre le village de Schenectady dans la colonie de New York ; une expédition de plus de 200 Canadiens et leurs alliés Mohawks, Saulteaux et Algonquins attaquent un village non protégé, détruisant la plupart des habitations et massacrant ou capturant ses habitants ; il s'agit d'une réponse au massacre de Lachine, dans le contexte des guerres franco-iroquoises et de la Première Guerre intercoloniale, pendant de la guerre de la Ligue d'Augsbourg en Amérique du Nord. 30 avril, en Ecosse, fin de la rébellion jacobite à la Bataille de Cromdale : les troupes du roi catholique Jacques II, bouté du trône d'Angleterre, sont battus par les orangistes de Guillaume III. Les Mercédaires (Rédempteurs) sont reconnus "mendiants" par privilège du pape. 21 mai (11 mai du calendrier julien), le britannique William Phips prend Port-Royal, capitale de l'Acadie. 12 juin, départ de York Factory de l'expédition d'Henry Kelsey qui, parti de la baie d'Hudson, atteint par la vallée de la Saskatchewan le territoire des Pieds-Noirs à l'extrémité occidentale de la Prairie canadienne. 1er juillet, Bataille de Fleurus : victoire de Luxembourg sur Guillaume III d'Orange. 10/11 juillet, Bataille navale du cap Béveziers sur la Manche : victoire de la flotte française sur la flotte anglo-hollandaise. 12 juillet, près du fleuve de la Boyne en Irlande, Guillaume III anéantit les troupes irlandaises de Jacques II. 22 juillet, Capitulation de Galway : Jacques II retourne en France ; l'Irlande est livrée aux Anglais. 4 août, la constitution Inter multiplices pastoralis officii condamne les quatre articles de la Déclaration du clergé de France sur les libertés de l’Eglise gallicane. 18 août, Bataille de Staffarda : victoire des troupes françaises sur celles du duché de Savoie. 24 août, le pape condamne diverses propositions hérétiques parmi lesquelles la doctrine dite "du péché philosophique". 24 août, en Inde, l'Anglais Job Charnock, un agent de l'East India Company, installe une nouvelle factorerie à Sutanati (Fort William en 1696) qui deviendra Calcutta. 24 octobre, les Anglais abandonnent le siège de Québec (commencé le 16) qu'ils ont tenté de prendre aux Français dirigés par Louis de Buade de Frontenac, négocient l’échange de prisonniers et lèvent l’ancre. Le 7 décembre, Alexandre VIII condamne 33 propositions hérétiques, dont la 29e : « Le pouvoir du pontife romain au-dessus du concile, et son infaillibilité dans la décision des questions de foi, est une assertion futile et cent fois réfutée » ; cette proposition condamnée résume la pensée gallicane. John Locke : Traités du gouvernement civil.

1691. 7 janvier, à Québec, monnaie de cartes : Louis de Buade, Comte de Frontenac, est forcé de payer ses troupes avec des cartes à jouer car les bateaux gouvernementaux n'arrivent pas, au grand dam des soldats ; le 24 septembre 1685, l'intendant De Meulles, a eu, le premier, cette idée. 21 janvier, Bataille de la Sabana Real ou Bataille de la Limonade à Saint-Domingue, entre un corps expéditionnaire espagnole et les Français : le gouverneur De Cussy est tué et Guarico (Cap-Haïtien) est mise à sac. 1er février, mort du pape.


Vacance du Saint-Siège jusqu'au pontificat d'Innocent XII le 22-7-1691

1691 (suite). En avril, loi de Virginie condamnant au bannissement tout individu blanc libre qui se serait marié avec un nègre, un mulâtre ou un Indien. 10 avril, Louis XIV, qui assiège la ville de Mons depuis le 15 mars, remporte la victoire. 16 mai, Jacob Leisler, meneur d'une rébellion contre Jacques II d'Angleterre en 1689 à New York, est exécuté pour trahison. 23 juin, le sultan Ahmet II, successeur de son frère Suleiman II, commence à régner sur l'Empire ottoman.


Note
1 http://crc-resurrection.org/toute-notre-doctrine/renaissance-catholique/dogme-et-histoire-les-grandes-crises-de-leglise/vraie-religion-fausse-mystique-bossuet-contre-fenelon/

Sources

Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 04/03/2017

ACCES AU SITE