Anicet

Anicet, fils d'un nommé Jean, naît à Amisa (Emèse) en Syrie.
Evêque de Rome de 155 à 166 (?), il se distingue par la piété, la mortification, l’humilité et l’amour de la vie simple et pauvre.
Il publie un décret interdisant au clergé le soin excessif de la coiffure (défense est faite aux clercs de laisser croître leurs cheveux) ainsi que les habits somptueux permis uniquement dans les cérémonies de culte.
Il ordonne aussi qu'un prêtre ne pourrait être sacré évêque que par trois autres prélats, et, que pour le Métropolitain, tous les évêques de sa province assisteraient au sacre.
Il consacre neuf évêques, dix-sept prêtres et quatre diacres.
Avec Justin (+ 165) et Hégésippe (+ 180) 1, Anicet défend les chrétiens de Rome contre les hérésies gnostiques de Valentin (+161), de Marcion (+160) et de Carpocrate dont une disciple, Marcellina, vient prêcher à Rome durant son pontificat.
La cinquième année du règne de Marc-Aurèle (donc en 165), Anicet reçoit la visite de Polycarpe (+167), évêque de Smyrne et disciple de l’évangéliste Jean, afin de discuter de la date de Pâques et de soutenir la tradition d’observer le 14e jour qu’il a reçue des apôtres ; l'évêque de Rome, en refusant, ne peut obtenir la célébration de Pâques à la même date en Orient et en Occident 2.
Anicet "reçut la couronne du martyre pour la foi du Christ et fut enseveli le quinze des calendes de mai sur la voie Appienne, dans le cimetière qui fut plus tard appelé de Calliste" 4. Ses reliques seront transférées à plusieurs reprises d’une Eglise à l’autre jusqu’en 1617 où elles furent déposées définitivement à Rome dans le sarcophage en marbre doré qui servit pour la dépouille de l’empereur Alexandre Sévère (+ 235).

Saint Anicet, reconnu comme martyr par l'Eglise, est fêté le 17 avril.
Dicton : Beau temps à la Saint-Anicet est l'annonce d'un bel été.

"Quand le vieil évêque de Smyrne, saint Polycarpe, vint le voir pour tenter d'obtenir que Rome célébrât la fête de Pâques à la même date que les Orientaux, ils ne purent s'entendre. Mais, dans cette querelle, saint Anicet donna priorité à la sauvegarde de la paix et de l'unité de l'Église." 6


155. En Palestine, Antonin veut apaiser les milieux juifs ; le judaïsme est à nouveau toléré, la circoncision autorisée ; réunion de chefs spirituels juifs en Galilée.

Vers 156. En Phrygie, dans un petit village, le prophète Montan (Montanus) entre en transe et commence à prophétiser "sous l’effet de l’Esprit Saint".

159-166. En Inde, règne de Shivashri (ou Shiva Sri) Satakarni, roi Satavahana des Andhra ; il combat les Scythes 3 avec succès.

160. A Lyon, le culte de Cybèle, venant du Vatican de Rome, est inauguré par un taurobole pour le salut de l’empereur Antonin et de la colonie de Lyon : un taureau est immolé à la déesse et on lui édifie un sanctuaire à Fourvière sur le site du temple de Lug. L’Empire, séduit par les dieux orientaux, célèbre l’Inventio (la résurrection d’Osiris par Isis) et le culte de Mithra qui fleurira jusqu’au Ve siècle.

161. 7 mars, Lorium, mort d'Antonin le Pieux : Marc Aurèle (MARCVS AVRELIVS ANTONINVS AVGVSTVS) lui succède ; il appliquera le rescrit de Trajan ; son frère adoptif, Lucius Aurelius Verus (+169), lui est associé comme Auguste. Mort du gnostique égyptien Valentin après son départ de Rome (le valentinianisme est réfuté par Tertullien et Irénée).

165. A Rome, décapitation du philosophe chrétien Justin qui a refusé de "sacrifier aux idoles" ; il a présenté ses deux Apologies de la foi chrétienne 5 et son Dialogue avec le Juif Tryphon au Sénat, à l'empereur Antonin le Pieux et à ses fils ; accusé par Crescent le Cynique dont il dénonçait la vie et les mœurs, il a été arrêté sur l'ordre du préfet Rusticus, avec six de ses disciples : Chariton, Evelpiste, Hiérax, Péon, Libérien et la vierge Charito ; après avoir été flagellés, ils furent tous décapités ; Justin voulait harmoniser la foi chrétienne avec la culture païenne ; après s’être consacré très tôt à étude de la philosophie grecque, il découvrit l’Ancien Testament et l’Evangile et se convertit au christianisme ; il fut inscrit au martyrologe de l’Eglise catholique romaine au IXe siècle ; il est le patron des philosophes.


Notes
1 D’après Eusèbe, Hégésippe, après s’être converti au christianisme, serait venu à Rome à l’époque du pape Anicet et y aurait demeuré durant une vingtaine d’années jusqu’à l’épiscopat de Éleuthère (175-189). C’est là qu’il écrivit les cinq livres de son Histoire de l'Église.
2 On attribue à son prédécesseur, Pie Ier (142-157), la fixation de Pâques, non pas au jour du calendrier mais au dimanche.
3 A l'origine, les Scythes étaient un ensemble de peuples nomades, qui vivait dans les steppes allant de l'Ukraine à l'Altaï, en passant par le Kazakhstan, entre le VIIe siècle et le IIIe siècle av. J.-C.
4 http://www.abbaye-saint-benoit.ch/gueranger/anneliturgique/paques/paques02/saints/035.htm
5 « La doctrine du Verbe ne fait ni poètes, ni philosophes, ni orateurs. Seulement d’esclaves que nous sommes, elle nous rend immortels. De l’homme, elle fait un Dieu. De cette terre, elle nous fait passer en un ciel qui transcende votre Olympe. Venez-vous instruire à cette école divine. » (Apologies)
6 http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1008/Saint-Anicet.html

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
26/05/2017
ACCES AU SITE