Benoît II

Benoît, fils de Jean, est romain.
Il étudie à la Schola cantorum, puis est ordonné prêtre.
Intronisé le 26 juin 684, Benoît II est un pape vertueux, charitable, instruit et savant dans l'Ecriture sainte.
Il renforce la position du pape en présidant toutes les cérémonies civiles de Rome.
Il s'efforce de faire accepter le décret du 14e concile de Tolède (684) sur les propriétés des deux natures dans le Christ. Il tente vainement de convertir Macaire, le patriarche monothélite d’Antioche.
Il essaye d'obtenir de Constantin qu'on n'attende plus la confirmation de l'empereur pour procéder à la consécration du pape élu ; il obtient cependant que la confirmation de l'élection papale soit donnée non plus par l'empereur, mais par l'exarque de Ravenne (les successeurs de Constantin reviendront sur cette concession).
Il meurt le 7 ou 8 mai 685.
Saint Benoît II est fêté le 7 mai en Orient et le 8 mai en Occident.
"Il appartenait à la Schola cantorum de Rome et il sut faire respecter sa ville. Il aimait les pauvres et eut un gouvernement favorable au petit peuple, distribuant même, sans le contrôle des agents impériaux, des sommes importantes pour la diaconie. Il eut quelque difficulté avec les Eglises nationales d'Espagne et d'Angleterre. Il favorisa l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu contre l'hérésie monothélite." 1


684. 26 juin, intronisation du pape. 2 octobre, passage de la comète de Halley. 14 au 20 novembre, 14e concile de Tolède ; sur les propriétés des deux natures dans le Christ, il décrète : "Chap. 8. Mais maintenant... nous prêchons (aux fidèles), en le résumant en une brève définition, qu'ils doivent reconnaître en effet que les propriétés indivisibles des deux natures demeurent dans l'unique personne du Christ, Fils de Dieu, sans division et sans séparation, comme aussi sans confusion et sans changement, l'une de la divinité, l'autre de l'homme, l'une dans laquelle il a été engendré de Dieu le Père, l'autre dans laquelle il est né de Marie la Vierge. L'une et l'autre de ses naissances est donc complète, l'une et l'autre est parfaite, ne possédant rien de moins de la divinité ne prenant rien d'imparfait de l'humanité ; il n'est pas divisé par le doublement des natures, il n'est pas redoublé dans la personne, mais Dieu parfait et homme parfait, sans aucun péché, il est l'unique Christ dans la singularité de la personne. Existant donc comme un seul dans les deux natures, il resplendit dans les signes de la divinité et est soumis aux souffrances de l'humanité. Ce n'est pas un autre en effet qui a été engendré du Père et un autre de la mère, bien qu'il soit né autrement du Père et de la mère : toutefois le même n'est pas divisé entre les deux genres de natures mais, un seul et même, il est à la fois Fils de Dieu et Fils d'homme ; il vit bien qu'il meure, et il meurt bien qu'il vive ; il est impassible bien qu'il souffre ; il ne succombe pas à l souffrance ; il n'y est pas soumis dans la divinité et il ne s'y soustrait pas dans l'humanité ; la nature de la divinité lui donne de ne pas pouvoir mourir, la substance de l'humanité lui donne de ne pas vouloir mourir et de le pouvoir ; de par l'une des conditions il est tenu pour immortel, de par l'autre, celle des mortels, il meurt ; c'est par la volonté éternelle de la divinité qu'il assuma l'homme qu'il a pris ; c'est par la volonté de l'homme qu'il a pris que la volonté humaine est soumise à Dieu. C'est pourquoi lui-même dit au Père : "Père, non pas ma volonté, mais que la tienne soit faite" Luc 22,42, montrant ainsi que l'une est la volonté divine par laquelle l'homme a été assumé, l'autre la volonté de l'homme par laquelle on doit obéir à Dieu. Chap. 9. C'est pourquoi, conformément à la différence de ces deux natures, il faut aussi proclamer les propriétés de deux volontés et activités inséparables. Chap. 10. ... Si donc quelqu'un soit enlève quelque chose de la divinité à Jésus Christ, le Fils de Dieu né du sein de la Vierge Marie, soit soustrait quelque chose à l'humanité qu'il a prise, à la seule exception de la loi du péché, et s'il ne croit pas de façon sincère qu'il existe comme vrai Dieu et homme parfait en une unique personne, qu'il soit anathème" 2.

685. 5 février, le roi Clotaire de Kent est vaincu et tué par son neveu Eadric qui prend le pouvoir avec l'aide des Saxons du Sud. 5 mai, le bouddhisme devient religion d'État au Japon. 7 ou 8 mai, mort du pape. Grande-Bretagne, les Pictes repoussent les Anglo-Saxons.


Notes
1 http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1114/Saint-Benoit-II.html
2 catho.org

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 04/03/2017

ACCES AU SITE