Benoît XV

Giacomo della Chiesa naît le 21 novembre 1854 à Gênes.
Après un doctorat de jurisprudence à l’université de Gênes, il se rend à Rome à 21 ans pour étudier théologie et diplomatie.
Prêtre (1878), archevêque de Bologne (1907) et cardinal (1914), il est élu pape le 3 septembre 1914 et choisit le nom de Benoît en référence à Benoît XIV. Il est intronisé le 6.
Dès son avènement, Benoît XV renouvelle la condamnation du modernisme tout en prenant ses distances à l’égard des intégristes.
Le 8 septembre 1914, il proclame la neutralité du Vatican dans la Première Guerre mondiale et exhorte les belligérants à chercher une issue rapide au conflit (exhortation apostolique Ubi Primum). Il demande à l'Italie de rester neutre alors que celle-ci s'apprête à affronter l'Autriche-Hongrie. Il garde une stricte neutralité pendant la durée de la guerre (cependant il est accusé en France d’être favorable à l’Allemagne et en Allemagne de ne pas soutenir la très catholique Autriche-Hongrie) et mène une grande activité humanitaire et diplomatique.
Pendant son pontificat, des relations officielles sont établies entre le Vatican et le gouvernement français et d’autres nations européennes.
Il poursuit l’action de Léon XIII en direction des Églises d’Orient.
Il réitère les directives de ses prédécesseurs sur la philosophie thomiste et sur l’exégèse biblique.
Il meurt le 22 janvier 1922.

Prophétie de Malachie : Religio depopulata (Religion dépeuplée).


1914. 3 septembre, élection du pape. 3 septembre, les membres de la Triple entente (France, Royaume-Uni et Russie) renforcent leurs accords militaires et s’engagent à ne pas signer de paix séparée. 4 septembre, Reims, déclarée ville ouverte, est occupée par l’armée allemande. 4 au 13 septembre, Bataille du Grand Couronné à l'est de Nancy : victoire française. 5 au 12 septembre, Bataille de la Marne, contre-offensive française victorieuse sur la Marne ; le premier convoi de taxis parisiens réquisitionnés pour transporter les hommes au front démarre de l’esplanade des Invalides le 6 à 22 h ; dès le 11 septembre, l'armée allemande, épuisée, bat en retraite. 8 septembre, publication de l'exhortation apostolique, Ubi Primum, pour appeler les belligérants à déposer les armes, sans résultat. 12 septembre au 15 décembre, la "course à la mer" : dernière étape de la guerre de mouvement. 13 au 28 septembre, Bataille de l'Aisne : les armées françaises et britanniques attaquent les armées allemandes qui se replient. 18 septembre, le Home Rule, signé de la main du roi Georges V, promeut l'autonomie de l'Irlande, tout en conservant la tutelle de la Grande-Bretagne et sa couronne ; son application est repoussée à la fin de la Première Guerre mondiale. 21 septembre, reddition de la Nouvelle-Guinée allemande envahie par le Japon et le Royaume-Uni (Australie). 25/29 septembre, Bataille d'Albert dans la Somme ; les combats se déplacent au nord, vers Arras, Lille et la Flandre-Occidentale. 26 septembre, Bataille de Sandfontein (Namibie) : les Allemands vainquent les Sud-Africains. 28 septembre au 10 octobre, siège d'Anvers par les Allemands. 29 septembre au 31 octobre, victoire russe sur les Allemands à la bataille de la Vistule. 1er au 4 octobre, Bataille d'Arras ou Bataille de l'Artois : indécise. 5 octobre, près de Reims, premier combat aérien : l’Aviatik du lieutenant allemand Von Zangen est abattu par la mitrailleuse Hotchkiss du biplan Voisin III du sergent Joseph Frantz et du caporal Louis Quénault. 10 octobre, Ferdinand Ier succède à Charles Ier sur le trône de Roumanie. 15 octobre, aux Etats-Unis, la loi Clayton complète la loi Sherman anti-trust (1890) : elle interdit les pratiques anticoncurrentielles. 16 octobre, à l'Hôpital de Biarritz, première transfusion sanguine directe. 17 octobre, Bataille de l'Yser : les troupes allemandes, menées par le général Beseler et le duc Albert de Wurtenberg, veulent traverser l'Yser, fleuve côtier du Nord, pour rejoindre Dunkerque ; elles se heurtent à l'opposition franco-belge des troupes du roi Albert Ier, de l'amiral Ronarc'h et du général Grossetti ; l’armée belge, réfugiée derrière le fleuve Yser, ouvre les écluses pour couper la route de la mer aux Allemands. 19-20 octobre, réunion de la direction du parti socialiste italien (PSI) : Benito Mussolini, qui s’oppose à la formule de la neutralité absolue, est mis en minorité ; il abandonne la direction de l'Avanti ! ; il sera exclus du PSI en novembre ; le 15 novembre, il fondera un nouveau quotidien, Il Popolo d'Italia, et fera campagne pour la guerre. 29 octobre, la flotte turque attaque la flotte russe en mer Noire. 29 octobre au 24 novembre, première Bataille d'Ypres ou Bataille des Flandres : Victoire alliée décisive. 1er novembre, Bataille navale de Coronel au large du Chili : des croiseurs allemands coulent deux cuirassés de la Royal Navy. 1er novembre, le Koweït est placé sous protectorat britannique. 1er novembre, encyclique Ad beatissimi apostolorum principis sur les causes de la guerre et pour la paix : « Donnez, Seigneur, la paix à notre temps ! ». 2 novembre, la Russie (suivie le 5 par le Royaume-Uni et la France) déclare la guerre à la Turquie. 2 novembre, la Serbie déclare la guerre à la Turquie. 3 novembre, l'américaine Mary Phelps Jacobs reçoit un brevet pour sa brassière (soutien-gorge séparant les seins), près de neuf mois après en avoir déposé la demande. 3 au 5 novembre, Bataille de Tanga, port stratégique de Tanzanie : les Allemands repoussent les Britanniques et contraignent les soldats indiens à rembarquer. 5 novembre, la Grande-Bretagne annexe Chypre. 12 novembre, l’empire ottoman déclare la guerre aux alliés. 15 novembre, Mêlée des Flandres : autour d’Ypres et de Dixmude, victoire des armées françaises, britanniques et belge. 16 novembre au 15 décembre, Bataille de la Kolubara en Serbie : les armées austro-hongroises sont chassées par les Serbes. 18 novembre, Bataille du cap Sarytch en Mer Noire : la flotte russe chasse des navires allemands battant pavillon turc. 23 novembre, la Turquie appelle au djihad contre la Triple Entente. 6 décembre, au Mexique, Carranza est écarté de la présidence et doit de réfugier à Veracruz, tandis que les armées de Pancho Villa et d'Emiliano Zapata font une entrée triomphale à Mexico. 8 décembre, Bataille navale des Falkland : la flotte allemande est vaincue par la flotte britannique. 11 décembre, les Faisceaux d'action internationaliste fusionnent avec les Fasci autonomi d'azione rivoluzionaria (Faisceaux autonomes d'action révolutionnaire) fondés par Mussolini qui participe à la campagne interventionniste pour l'entrée en guerre de l'Italie ; il sera mobilisé le 31 août 1915. 14 décembre, Première bataille de Champagne : les alliés, en supériorité numérique, lancent une offensive générale sur toute la longueur du front ; les combats s'achèvent le 24 décembre, sauf en Champagne où ils continueront tout l'hiver. 18 décembre, Combat de Naulila en Angola : victoire allemande sur les Portugais. 19 décembre, en Egypte, la Grande-Bretagne destitue le khédive, Abbas II, qui a apporté son soutien au mouvement nationaliste ; son oncle Hussein Kamal est nommé à sa place et prend le titre de sultan. 29 décembre, les armées russes repoussent l'avance ottomane dans le Caucase.

1915-1937. Au Mexique, persécution des chrétiens (25 martyrs).

1915. 13 janvier, tremblement de terre à Avezzano en Italie : 29 980 victimes. 17 janvier, à Sarikamis dans le Caucase, les Russes battent les Turcs. 18 janvier, les troupes allemandes reprennent aux Britanniques la ville de Jassin en Afrique orientale allemande (act. Tanzanie). 19 janvier, les Allemands réussissent à prendre le Hirtzenstein (Haut-Rhin) en contrebas du versant sud du Hartmannswillerkopf. 19 janvier, le français Georges Claude dépose un brevet aux Etats-Unis pour son invention du tube à néon. 21 janvier, offensive russe dans les Carpates. 24 janvier, près de Dogger Bank en Mer du Nord : victoire de la flotte britannique sur une escadre allemande ; le croiseur allemand Blücher est coulé par la marine britannique. 28 janvier, à Suez (Égypte), les Britanniques repoussent les forces ottomanes qui se replient le 3 février. 28 janvier, Manuel de Arriaga, premier président élu à la tête de la république portugaise, force le gouvernement, pourtant républicain, à démissionner, et installe l'indépendant José Joaquim Pereira Pimenta de Castro comme Premier ministre ; le 14 mai de la même année, une insurrection militaire soutenue par les républicains aboutira à la démission des deux hommes. 31 janvier, Bataille de Bolimov en Pologne entre les troupes de l’Empire russe et celles de l’Empire allemand qui bombardent les positions russes avec 18 000 obus de gaz toxiques (bromure de xylyle) : c’est la première fois que le gaz est utilisé dans la guerre. En février, l’empire ottoman décide l’élimination des Arméniens et encourage les pogroms. 4 février, le gouvernement allemand proclame « zone de guerre », les eaux territoriales britanniques : début de la guerre sous-marine. 7 au 22 février, Seconde Bataille des lacs de Mazurie en Prusse-Orientale : les armées allemandes repoussent les troupes russes. 16 février, deuxième offensive alliée en Champagne pour empêcher tout transfert de troupes allemandes sur le front russe. 19 février, début de la Campagne des Dardanelles : une importante escadre anglo-française menée par le cuirassé HMS Queen Elizabeth pilonne les positions ottomanes sur la côte. 8 mars, la russe Alexandra Kollontaï organise, à Christiana, près d’Oslo, une manifestation des femmes contre la guerre. 16 mars, fin de la bataille de Champagne : échec de la tentative de percée française en Champagne. 22 mars, dans la nuit, un dirigeable Zeppelin bombarde la gare Saint-Lazare et la gare du Nord. 1er avril, Harvey Spencer Lewis organise l’AMORC (Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix). 22 avril, à Ypres (Belgique), les Allemands utilisent le gaz moutarde ou ypérite : cette arme toxique, à base de chlore, est pourtant interdite par la déclaration de la Haye de 1899 ; le 13 octobre, le docteur Cluny Macpherson, médecin de guerre de St. John's à Terre-Neuve, fabriquera le 1er masque à gaz. 24 avril, en Turquie, début du génocide des Arméniens qui fait suite aux massacres de 1894-1896 ; 600 notables arméniens d’Istanbul sont assassinés sur ordre du gouvernement de l’Empire ottoman ; des centaines d’Arméniens seront arrêtés et fusillés, des populations locales massacrées et pillées par des militaires ou des irréguliers, des déportations organisées ; selon les Arméniens, les massacres et les déportations ont fait 1,5 million de morts, entre 1915 et 1917 ; la Turquie rejette la thèse du génocide, estimant qu’il s’agissait d’une répression dans un contexte de guerre civile où les Arméniens étaient alliés aux Russes qui avaient envahi la Turquie. 25 avril, en Turquie, Bataille de Gallipoli ou des Dardanelles : les troupes alliées franco-britanniques débarquent au cap Helles et dans la baie ANZAC à l'extrémité sud de la péninsule de Gallipoli sous un déluge de balles turques (cette Campagne des Dardanelles est un fiasco). 25 avril, Bataille de Gibeon : les troupes sud-africaines infligent une sévère défaite aux forces allemandes. 26 avril, Traité secret de Londres entre l’Entente et l’Italie qui s’engage à entrer en guerre contre les Empires centraux dans un délai d’un mois à condition que ne soit jamais remise en cause la question romaine (que les états du pape continuent à faire partie de la République italienne) et qu'elle reçoive les territoires autrichiens qu'elle convoite (à la fin de la guerre, les Alliés reviendront sur leurs promesses et refuseront d'appliquer le traité dans son intégralité). 7 mai, au large de l’Irlande, un sous-marin allemand U-20 torpille le paquebot britannique Lusitania en provenance de New-York (1 198 morts et disparus) ; le 13, tensions diplomatiques entre l'Empire allemand et les États-Unis qui déclarent que toute attaque contre des bâtiment américains sera considérée comme atteinte à leur neutralité ; l'Allemagne rejette les violentes protestations provenant des États-Unis en affirmant qu'elle considérait le Lusitania comme un navire de guerre, puisqu'il avait à son bord des munitions et du matériel de guerre (ce qui était exact). 7 mai, ultimatum du Japon à la Chine exigeant l’acceptation immédiate des "Vingt et une demandes" en échange de la restitution du territoire de Jiaozhou ; la Chine accepte le lendemain. 9 au 15 mai, la Bataille de l'Artois oppose les troupes françaises et britanniques à l'armée allemande. 18 mai, France, Grande-Bretagne et Russie font savoir qu’elles tiendront personnellement responsables des crimes commis par la Turquie, tous les membres du gouvernement ottoman et ceux de ses agents impliqués dans les massacres d’Arméniens. 23 mai, l’Italie déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie. 25 mai, traité entre le Japon et la Chine instaurant la domination japonaise au Shandong, en Mandchourie et en Mongolie-Intérieure. 27 mai, le canon 2335 excommunie latae sentenciae (par le fait même) "ceux qui donnent leur adhésion à une secte maçonnique ou à des sociétés secrètes qui se livrent à des complots contre l’Eglise ou des pouvoirs civils légitimes". 27 mai, le gouvernement turc ordonne la déportation des Arméniens (1 300 000) vers le Sud (300 000 mourront massacrés ou de faim, de froid ou de maladie). 1er juin, l'uniforme français garance "rouge vif" est remplacé par l'uniforme "bleu horizon" plus discret et le képi est remplacé par un casque. 3 juin, San Marino déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie. 7 juin (25 mai du calendrier julien), accord tripartite signé à Kiakhta, entre la République de Chine, l'Empire russe et la Mongolie et garantissant l’autonomie de cette dernière. 10 juin, projection du premier film en trois dimensions connu (en fait, seulement des bandes de test) à l'Astor Theatre de New York par Edwin S. Porter. 15 juin, le père Alberione fonde la Pieuse Société des Filles de St Paul. 23 juin, l'Italie attaque l'Autriche-Hongrie : première Bataille sur le fleuve Isonzo. 2 juillet, Bataille de l'île de Gotland : la flotte russe, appuyée par un sous-marin britannique, met la flotte allemande en déroute. 18 juillet, l'armée italienne réitère ses attaques sur le fleuve Isonzo mais ne parvient toujours pas à percer le front des tranchées austro-hongroises. 28 juillet, intervention militaire des États-Unis en Haïti, suite aux troubles provoqués par l'assassinat du président haïtien Vilbrun Guillaume-Sam. 4 août, le Ministère de la Guerre français crée officiellement la section camouflage avec un détachement de cent vingt-cinq réservistes territoriaux venus en renfort ; les camoufleurs réalisent toutes sortes de trucages : des toiles peintes et des filets pour dissimuler les pièces d'artillerie ou les voies de communication, des faux-arbres blindés, des fausses ruines en trompe l'œil, des fausses vaches, des mannequins... 5 août, l'armée allemande entre à Varsovie. 5 septembre, Bataille de Kefken en mer Noire : la marine de l'Empire russe vainc celle de l'Empire ottoman. 5 au 8 septembre, à Zimmerwald (Suisse), conférence socialiste internationale ; Lénine "déclare la guerre à la guerre" ; un manifeste, rédigé par Léon Trotski, accuse le capitalisme d'avoir amené la guerre et la barbarie. 10 septembre, les pacifistes Maurice et Jeanne Maréchal fondent Le Canard enchaîné. 25 au 28 septembre, Bataille de Loos. 25 septembre, échec d'une tentative franco-britannique de percée en Champagne et en Artois (fin le 11 octobre). 5 octobre, la Bulgarie entre en guerre contre la Serbie. 6 octobre, l'Autriche-Hongrie envahit la Serbie. 9 octobre, Prise de Belgrade par les troupes austro-allemandes. 12 octobre, 7 heures, à Bruxelles, la britannique Edith Cavell, infirmière major d’une grande clinique bruxelloise, est fusillée par les Allemands pour avoir aidé des Anglais et des Belges blessés à gagner la Hollande. 18 octobre au 4 novembre, en Italie, Troisième bataille de l'Isonzo : les Italiens, qui attaquent les Austro-Hongrois défendant la ligne du fleuve Isonzo, perdent le peu de terrain qu'ils gagnent. 19 octobre, sur l’initiative de Blaise Diagne, député du Sénégal (premier député noir en France), est votée la loi Diagne faisant des originaires des 4 communes sénégalaises (Gorée, Dakar, Saint-Louis et Rufisque) et de leurs descendants, des citoyens français à part entière. 10 novembre, 4e offensive italienne dans la vallée de l’Isonzo, tenue par les Austro-hongrois, que les troupes ne parviennent toujours pas à franchir. 11 décembre, le conseil d'État proclame Yuan Shikai empereur de Chine sous le nom de Hongxian. 24 décembre, à Stone Mountain (Géorgie, USA), un ancien prédicateur méthodiste, le révérend William Joseph Simmons, qui se dit colonel, annonce la renaissance du Ku Klux Klan et se proclame "Sorcier Impérial de l'Empire Invisible" : il ne s'agit plus seulement de combattre les Noirs mais aussi toute immigration massive, le catholicisme et le communisme athée. 25 décembre au 14 juillet 1916, en Chine, la Guerre de protection de la nation, aussi appelée guerre anti-monarchie, oppose Yuan Shikai, le président de la République de Chine proclamé empereur le 11 décembre, au général Cai E, qui défend la cause de la jeune République et qui lutte contre sa dissolution.

1916. 1er janvier, en France, entrée en vigueur de l'impôt sur le revenu (la loi a été votée les 15 et 16 juillet 1914 ; elle sera révisée dès 1917). 29 janvier, à Paris, un ballon dirigeable allemand Zeppelin lâche 17 bombes sur les quartiers de Belleville et de Ménilmontant, faisant 26 morts. 15 février, à Gazinet en Gironde, déclaration de constitution de l'Association cultuelle Saint-Louis à l'origine de l’Église gallicane dite de Gazinet. 21 février, à 7 h 30, les Allemands attaquent Verdun : début de la bataille qui durera jusqu'a 19 décembre (698 000 tués : 362 000 Français et 336 000 Allemands). 25 février, le général Pétain est nommé à la tête des opérations à Verdun (2e Armée). 26 février, alors qu’il transporte 1 800 hommes de troupe, le paquebot français Provence II est torpillé au large du Cap Matapan, en Méditerranée, par le sous-marin allemand U 35 (1 000 victimes). 9 mars, l’Allemagne déclare la guerre au Portugal. 9 mars, Pancho Villa (José Doroteo Arango Arámbula) envoie 1 500 hommes dont 400 cavaliers attaquer le village américain de Colombus (Nouveau-Mexique). 15 mars, un détachement américain de 16 000 hommes conduit par John Pershing poursuit Pancho Villa jusque dans le nord du Mexique. 15 mars, l'Autriche-Hongrie déclare la guerre au Portugal. 17 mars, offensive russe du lac Naroch : les Allemands contre-attaquent et reprennent le terrain perdu. 22 mars, en Chine, devant l’opposition du Guomindang, des autres chefs militaires et des puissances étrangères, l'empereur Yuan Shikai se désiste en faveur de la république. 3 avril, la Sacrée Pénitencerie affirme qu’une épouse ne peut accepter, "même sous menace de mort", de commettre le péché de sodomie. 3 au 20 avril : les troupes de la 2e division canadienne prennent part à la Bataille de Saint-Éloi, en Belgique. 10 avril, alors que les troupes françaises subissent les attaques continues des Allemands, Pétain envoie son ordre du jour se terminant par "Courage ! On les aura !" 24 avril, lundi de Pâques, 1 200 membres de l’armée irlandaise nationaliste clandestine investissent Dublin, établissent un gouvernement provisoire et proclament la république irlandaise ; ils devront se rendre le 29 avril ; 60 insurgés et 150 soldats anglais ont été tués ; il y a 300 morts et 2 000 blessés parmi les civils ; James Connolly et 15 autres chefs des insurgés seront fusillés ; Benoît XV condamne l’insurrection nationaliste des catholiques irlandais. 27 avril, Bataille d'Hulluch dans le Pas de Calais : les Allemands utilisent massivement du gaz moutarde. 1er mai, le général Pétain, nommé au commandement des Armées du Centre, est remplacé par le général Nivelle sur le front de Verdun. 12 mai, à Dublin (Irlande), le révolutionnaire et syndicaliste irlandais, James Connolly, est fusillé. 16 mai, à Londres, Accords Sykes-Picot : le diplomate britannique Sir Mark Sykes et le responsable français François Georges-Picot signent des accords secrets visant à préparer le partage du Moyen-Orient au sortir de la Première Guerre mondiale. 31 mai/1er juin, Bataille navale au large du Jütland (Danemark) : la flotte britannique ne parvient pas à encercler la flotte allemande qui se retire ; pertes : 6 800 marins britanniques et 3 000 marins allemands. 3 juin, la Pénitencerie déclare que l’épouse devra résister au mari comme à un violateur s’il utilise un préservatif. 4 juin à octobre, Offensive Broussilov : les Russes, qui attaquent simultanément les armées allemandes et austro-hongroises en Pologne et en Autriche-Hongrie, sont victorieux. 6 juin, décès du Président de la République de Chine, Yuan Shikai : Li Yuanhong lui succède. 7 juin, les Allemands prennent le fort de Vaux. 10 juin, Hussein ibn Ali, le chérif de la Mecque, conduit une vaste rébellion destinée à libérer la péninsule Arabique de l'emprise de l'Empire ottoman. 1er juillet, début de l’offensive franco-britannique sur la Somme. 1er juillet, Alexandre Kerensky, ministre de la Guerre du gouvernement provisoire russe, demande au général Broussilov de lancer une attaque contre les forces allemandes et austro-hongroises en Galicie. 11 juillet, le général von Falkenhayn lance une ultime offensive pour s’emparer de Verdun, en vain. 4 août, les Etats-Unis achètent la colonie danoise des Iles Vierges pour 25 millions de dollars. 8 au 17 août, Sixième Bataille de l'Isonzo : les Italiens réussissent à prendre la ville de Gorizia aux Austro-hongrois. 8 août, à Bitlis, l'Empire russe affronte l'Empire ottoman qui résiste durant 9 jours. 17 août, traité d'alliance entre l'Entente et la Roumanie signé à Bucarest : en échange de son entrée en guerre contre l'Autriche, la Roumanie annexera la Bucovine, la Transylvanie et le Banat. 27 août, l’Italie déclare la guerre à l’Allemagne. 27 août, la Roumanie déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie ; après une offensive en Transylvanie rapidement enrayée, le pays se trouve isolé par 600 000 austro-allemands appuyés par les Turcs et les Bulgares. 28 août, l’Allemagne et la Turquie déclarent la guerre à la Roumanie. 28 août, Paul von Hindenburg devient le chef suprême de l'armée allemande. 1er septembre, la Bulgarie déclare la guerre à la Roumanie. 2 au 7 septembre, Bataille de Turtucaia : la Roumanie est vaincue par la Bulgarie. 15 septembre, l’armée britannique utilise des blindés pour la première fois à Flers Courcelette (Somme) : le char d'assaut Mark I. 27 septembre, déposition du négus Iyasou V d'Éthiopie ; la fille de Ménélik II, Zaoditou, est proclamée impératrice d'Éthiopie ; son cousin Ras Tafari exerce la régence. 12 octobre, le président de l'Union civique radicale, Hipólito Yrigoyen, devient président de la République d'Argentine. 16 octobre, à New York, ouverture de la première clinique destinée aux contrôles des naissances. 21 octobre, le ministre-président d'Autriche, Karl von Stürgkh, est assassiné dans un restaurant viennois par le socialiste Friedrich Adler. 24 octobre, à Verdun, les Français lancent une vaste offensive pour reprendre les forts de Vaux et de Douaumont. 31 octobre au 4 novembre, neuvième Bataille de la vallée de l'Isonzo : 5ème et dernière offensive de l'armée italienne contre les positions austro-hongroises ; gênée par les conditions climatiques et de fortes pertes, elle doit mettre fin à l'opération. 31 octobre, le pape approuve l’Union pontificale missionnaire fondée par le frère Manna. 3 novembre, le pouvoir britannique signe un traité de protectorat avec le Qatar. 21 novembre, le HMHS Britannic coule en mer Egée, en moins d'une heure, après une explosion ayant provoqué l'ouverture d'une brèche à l'avant dans le flanc tribord (il a probablement heurté une mine). 21 novembre, décès de François-Joseph Ier d'Autriche, empereur d'Autriche-Hongrie : son petit-neveu lui succède sous le nom de Charles Ier. 1er décembre, dans le Sud algérien, à Tamanrasset, meurtre du père Charles de Foucauld, explorateur et missionnaire français. 12 décembre, le maréchal Joseph Jacques Césaire Joffre (initié à la loge Alsace Lorraine à Paris en 1875) est remplacé par Nivelle à la tête des armées françaises. 19 décembre, fin de la Bataille de Verdun commencée le 21 février : victoire défensive française. 19 décembre, décès du dernier roi de Birmanie, Thibaw Min. Nuit du 29 au 30 décembre (nuit du 16 au 17 décembre du calendrier russe), à Saint-Pétersbourg, le moine guérisseur Grigori Raspoutine, surnommé le débauché, conseiller et protégé de la tsarine, est assassiné par un groupe de conjurés : le prince Ioussoupov (dont il est l’invité), le Grand-duc Dimitri Pavlovitch (cousin du tsar), le député Pourichkevitch, l’officier Soujotine et le docteur Lazovert ; le corps de Raspoutine est retrouvé le 1er janvier dans la Neva ; Raspoutine conseillant au tsar de faire rapidement la paix avec les Allemands, les services secrets britanniques auraient (au moins) participé au complot ; le 22 mars 1917, sur ordre du Gouvernement révolutionnaire, le corps de Raspoutine est brûlé, et ses cendres sont dispersées dans la forêt. Albert Einstein (1879-1955) publie la Théorie de la relativité générale : elle unifie toutes les données de la science ; tous les phénomènes de l’univers sont mis en relation, notamment la gravitation qui est un effet de la géométrie de l’espace-temps et l’électromagnétisme. Lénine : L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme.

1917. 22 janvier, aux USA, devant le Sénat, le président Wilson expose sa conception d’une "paix sans victoire" basée sur 3 grands principes (désarmement, liberté des mers et droit des peuples à se gouverner comme ils l’entendent) et garantie par une société des nations. 22 janvier, à Rennes le Château, mort de l’abbé Béranger Saunière 1 qui vécut très au-dessus de ses moyens (certains chiffrent ses dépenses à 3,5 millions d’euros). 31 janvier, à cause du blocus efficace pratiqué par les Alliés, l'Allemagne annonce que ses U-Boote engagent à nouveau une guerre sous-marine totale. 3 février, les allemands torpillent le navire américain Housatonic ; rupture des relations diplomatiques entre les États-Unis et l'Allemagne après l'annonce par celle-ci d'un élargissement de la guerre sous-marine et l'interception d'un message allemand incitant le Mexique à entrer en guerre contre les États-Unis. 5 février, les États-Unis évacuent le territoire mexicain et reconnaissent le gouvernement de Venustiano Carranza ; le congrès de Querétaro élabore une nouvelle constitution anticléricale et libérale comportant des mesures relatives au travail et à la protection sociale très radicales pour l’époque ; la Constitution prévoit également des réformes destinées à restreindre la possession des mines et des terres par les étrangers ; le Mexique devient une République fédérale de 28 États. 26 février, à Chicago, enregistrement du premier vrai disque de jazz, le Dixie Jazz Band One Step, par l’Original Dixieland Jazz Band de James « Nick » La Rocca. A partir de mars, des tentatives de conciliation sont menées par les "3 B" : Sixte de Bourbon-Parme (beau-frère de l’empereur d’Autriche Charles Ier), Aristide Briand et Benoît XV. 2 mars, en réformant l'Organic Act, le Congrès américain fait des Portoricains des citoyens américains. 8 mars (soit le 23 février au calendrier julien de la Russie tsariste), début de la Révolution de Février : les femmes russes manifestent à Petrograd (Saint-Pétersbourg) pour du pain et le retour de leurs maris partis au front. 9 mars, à Petrograd, près de 150 000 ouvriers grévistes convergent vers le centre-ville (les cosaques ne parviennent plus à disperser la foule des manifestants). 10 mars (25 février), à Petrograd, dans la soirée, le général Khabalov, commandant du district militaire de Petrograd, reçoit un télégramme de Nicolas II ; le tsar ordonne de "faire cesser par la force, avant demain, les désordres à Petrograd". 11 mars (26 février), vers midi, la police et la troupe ouvrent le feu sur une colonne de manifestants (plus de 150 tués). Nuit du 11 au 12 mars (26 au 27 février), deux régiments d’élite se mutinent. 12 mars (27 février) au matin, soldats et ouvriers prennent l’arsenal où ils s’emparent de dizaines de milliers de fusils, aussitôt distribués à la foule. 12 mars, dans l’après-midi, une cinquantaine de militants de tendances différentes (bolcheviks, mencheviks, socialistes révolutionnaires, travaillistes) mettent sur pied un Comité exécutif provisoire des députés ouvriers qui appelle les ouvriers et les soldats de la garnison à élire leurs représentants : ainsi naît le Soviet des députés ouvriers et soldats de Petrograd (parallèlement, un groupe de députés de la Douma forme un Comité provisoire pour le rétablissement de l’ordre et des rapports avec les institutions et les autorités). 15 mars (2 mars) : le tsar abdique en faveur de son frère, le grand-duc Michel qui, devant la protestation populaire, abdique à son tour, le lendemain 3 mars ; le tsar Nicolas II se voit refuser l’asile en Grande-Bretagne. 25 mars, le pape supprime la congrégation de l’Index. 26 mars, les forces armées britanniques lancent une offensive dans la bande de Gaza afin de chasser l'armée turque, mais elles échouent. 27 mars, un train 9, transportant Lénine (en exil depuis 10 ans) et une trentaine de bolcheviks et d'alliés de Lénine, dont Grigori Zinoviev, Inessa Armand et Karl Radek, quitte Zurich (Suisse), gagne la Suède et arrive à Petrograd (Saint-Pétersbourg) le 3 avril où Lénine présente dès le 4, aux membres bolcheviques du Congrès panrusse des Soviets, ses Thèses d’avril contre la poursuite de la guerre, contre le gouvernement provisoire, contre la république parlementaire, pour la nationalisation des terres, le contrôle ouvrier et le transfert de tous les pouvoirs aux soviets ; les Allemands ont autorisé Lénine à traverser l’Allemagne ; on sait que les services secrets allemands ont financé les bolcheviks ; un second train, par la même voie, emmène plus tard Martov, le chef des mencheviks et plusieurs de ses proches comme Axelrod, Riazanov, Lounatcharski et Sokolnikov, dont plusieurs se rallieront aux bolcheviks après leur arrivée en Russie. 6 avril, 13 h 18, le Congrès des Etats-Unis, renonçant à la neutralité proclamée en 1914, vote la guerre contre l’Allemagne par 373 voix contre 50 ; le 15 juin les troupes américaines débarqueront à Boulogne. 6 avril, arrestation de la famille impériale de Russie. 7 avril, l'article de Lénine « Les Tâches du prolétariat dans la présente révolution », connu sous le titre de « Thèses d'Avril », paraît dans le no 26 de la Pravda. 7 avril, Cuba et Panama déclarent la guerre à l'Allemagne. 9 avril, 35 000 soldats canadiens reprennent la côte de Vimy (Pas de Calais) ; les forces britanniques, canadiennes, australiennes, néo-zélandaises et terre-neuviennes lancent une grande offensive à Arras (Pas-de-Calais). 16 avril, les Ve et VIe armées françaises lancent l’offensive sur l’Aisne au Chemin des Dames ; le 19, c’est l’échec, générant les premières mutineries ; bilan : 187 000 morts côté français et 163 000 côté allemand ; les combats dureront jusqu'à la prise du fort de la Malmaison, le 25 octobre. Nuit du 20 au 21 avril, deux groupes de six torpilleurs allemands pénètrent le Nord-Pas-de-Calais et bombardent Douvres et Calais ; le HMS Broke et le HMS Swift de la Royal Navy répliquent à l'attaque et obligent les forces allemandes à se replier. 24 avril, condamnation du spiritisme par le Saint-Office approuvée le 26 par Benoît XV. 1er mai, le motu proprio Dei Providentis de Benoît XV fonde la congrégation pour l’Église orientale, détachée de la Propagande, ainsi que l’Institut pontifical oriental. 13 mai, à Cova da Iria (Portugal), première apparition de la Vierge à Francisco, Lucia et Jacinta, 3 enfants de Fatima (apparitions suivantes : 13-06, 13-07, 13-08, 13-09 et 13-10) ; elle leur confie 3 secrets à ne révéler qu’au pape. Alma Bridwell-White fonde l’Eglise du Pilier de Feu. 15 mai, le général Nivelle est remplacé par Henri Philippe Omer Pétain à la tête des armées françaises ; fin des mutineries. 15 mai, à proximité du détroit d'Otrante, les armées allemandes et austro-hongroises vainquent les forces italiennes, britanniques et françaises. Le fromager Léon Bel, fils de Jules Bel, affineur de comté, est affecté à une unité chargée de ravitailler en viandes les troupes qui sont au front ; l'emblème de l'unité, placardé sur les véhicules, est une vache croquée par Benjamin Rabier, célèbre dessinateur de l'époque ; pour faire bisquer le camp d'en face qui ne jure que par les wagnériennes walkyries, les poilus français surnomment leur emblème "la Wachkyrie" ; en 1921, Léon Bel, en quête d'un nom pour son fromage fondu, a la bonne idée de s'en rappeler et dépose la marque "La Vache qui rit" 5. 27 mai, la bulle Providentissima promulgue le Codex Juris Canonici (nouveau code de droit canonique élaboré par Pie X et Pietro Gasparri, entrant en vigueur le jour de la Pentecôte 1918 soit le 19 mai) appelé aujourd’hui Codex Iuris Senior. En juin, le pape Benoît XV charge le cardinal Pacelli (futur Pie XII), nonce à Munich, de tenter une médiation pour la paix (le plan de paix du pape, plutôt favorable à l’Allemagne mais prévoyant la restitution de l’Alsace-Lorraine à la France, rendu public le 14 août, est rejeté par les deux camps). 3 juin, le général italien Ferrero, qui occupe l’Albanie, proclame l’indépendance albanaise qui est en fait un protectorat. 7 juin, Seconde Bataille de Messines : neuf divisions dirigées par le général britannique Herbert Plumer reprennent aux Allemands la crête de Wytschaete. 7 juin, à Chicago, l'homme d'affaires Melvin Jones crée le Lions Club. 15 juin, encyclique Humani generis redemptionem sur la prédication. 26 juin, débarquement des premières troupes américaines à Saint-Nazaire. 1er au 16 juillet, Offensive Kerensky : en Galicie, les Russes attaquent les forces allemandes et austro-hongroises ; l'offensive s'achève à cause des mutineries du côté russe. 4 juillet, sur la tombe de La Fayette au cimetière de Picpus à Paris, le colonel américain Stanton s’exclame : "La Fayette nous voici !" (ces mots ont été attribués à tort au général John Pershing). 6 juillet, conduits par l’officier britannique Thomas Edward Lawrence (Lawrence d’Arabie) qui organise la révolte arabe contre l’empire Ottoman, les Arabes prennent Aqaba sur la mer Rouge. 14 juillet, la Finlande proclame son indépendance. 16 juillet, Lénine tente de renverser le gouvernement provisoire (accusé d’espionnage au profit de l’Allemagne, il doit se réfugier le 22 août en Finlande où il rédige L’État et la Révolution). 20 juillet, déclaration de Corfou prévoyant la création d'un État des Slovènes, Croates et Serbes sous l'égide de la dynastie Karadjordjevic. 22 juillet, le roi Rama VI décide d'engager le Siam (Thaïlande en 1939) dans la guerre aux côtés des alliés. 31 juillet au 6 novembre, à Passchendaele (Flandre Occidentale), la British Army, aidée par l'armée canadienne et des renforts de l'armée française, affrontent l'armée allemande sans qu'un camp puisse prendre le dessus sur l'autre : 700 000 morts dont 448 000 du côté des alliés ; la bataille de Passchendaele, appelée aussi "troisième bataille d'Ypres", est dénommée par l'armée française "Deuxième Bataille des Flandres" (juillet-octobre). 1er août, le pape adresse aux belligérants une offre de médiation qu'ils n'acceptent pas. 4 août, le Liberia déclare la guerre à l'Allemagne. 14 août, la Chine entre dans la guerre au côté des Alliés. 15 au 25 août, Bataille de la côte 70, située au nord de la ville de Lens : le Corps canadien et le 1er Corps britannique vainquent l'armée allemande. 18-22 août, Traité de Saint-Jean-de-Maurienne (France, Royaume-Uni, Italie) sur le démembrement de l’Empire ottoman : il promet aux Italiens les provinces d’Antalya, Aydin, Konya et Izmir en Turquie. 28 août, à Washington, devant la Maison Blanche, des militantes féministes (suffragettes) réclament l'adoption de l'amendement Anthony qui vise à légaliser le droit de vote des femmes. 9 septembre (27 août du calendrier julien), en Russie, le général Kornilov, commandant en chef, qui affirme que le président du Conseil des ministres et ministre de la Guerre du gouvernement provisoire russe, Alexandre Kerensky, a été fait prisonnier par les bolcheviks et qu'il agit donc sous la contrainte, tente un coup d'État : il marche sur la capitale mais ses troupes l'abandonnent ; plusieurs généraux sont destitués et arrêtés à la suite de « l'affaire Kornilov ». 11 septembre, près d'Ypres en Belgique, l'aviateur français Georges Guynemer est abattu aux commandes de son Spad. 14 septembre, en Russie, proclamation de la République : Kerenski forme un directoire de 4 membres qui se charge des affaires du pays en attendant la formation d’un nouveau gouvernement. 13 octobre, à Fatima, sixième et dernière apparition de la Vierge qui aurait accompli le miracle qu’elle avait annoncé (devant 70 000 personnes, "danse du soleil" : le "soleil s’éteint, se rallume, lance des faisceaux de toutes les couleurs, tournoie, danse"… puis, "secoué de tremblements, il chute en zigzag vers la foule terrifiée"). 15 octobre, au camp du château de Vincennes, la danseuse d’origine hollandaise Margaretha Geertruida Zelle (Mata Hari), accusée d’espionnage au profit de l’Allemagne et condamnée le 24 juillet pour intelligence avec l’ennemi, est fusillée. 16 octobre, retour clandestin de Lénine qui mène l’insurrection bolchevique. 17 octobre au 3 novembre, Bataille du détroit de Muhu ou du Moon-Sund (en allemand) : dans la mer Baltique, les navires de l'Empire allemand affrontent ceux de l'armée russe ; le Cuirassé Slava, avarié, sera sabordé par son équipage. 24 octobre, Pétain lance une offensive contre le fort de La Malmaison qui permet la reconquête du nord-ouest du Chemin des Dames. 24 octobre au 9 novembre, offensive autrichienne surprise victorieuse en Italie : l'armée impériale franchit le Tagliamento, atteint la Piave et fait 300 000 prisonniers ; défaite italienne de Caporetto dans la vallée de l'Isonzo. 26 octobre, après avoir subi des attaques de sous-marins allemands contre ses bateaux de commerce, le Brésil s'engage dans la guerre aux côtés des alliés. 31 octobre, dans la bande de Gaza : les forces britanniques et celles du Commonwealth lancent une 3ème offensive contre l'armée turque qui doit se replier. 2 novembre, à Londres, Déclaration Balfour : le ministre des Affaires étrangères britannique, Lord Balfour, rédige une lettre ouverte au baron de Rothschild, vice-président du comité des députés juifs (qui prône un retour des juifs en Palestine), lettre stipulant que le gouvernement de sa majesté est disposé à créer en Palestine un "foyer national juif". 6 novembre (25 octobre du calendrier russe), 9 h 45, Début de la révolution russe : après que les bolcheviques (milice populaire de gardes rouges organisée et dirigée par Léon Trotski) se sont emparés, dans la nuit, de la poste et des ministères de Petrograd, la capitale russe, Lénine annonce que "le gouvernement provisoire a été déposé" et que "l’autorité gouvernementale est passée aux mains de l’organe du soviet des députés ouvriers et soldats de Petrograd, le Comité militaire révolutionnaire". 7 novembre (26 octobre du calendrier russe), au soir, réunion du IIe congrès panrusse des soviets : mencheviks et socialistes-révolutionnaires modérés quittent la salle après avoir condamné la "conspiration militaire organisée derrière le dos des soviets" ; Alexandre Kerenski, chef du gouvernement provisoire, prend la fuite ; les bolcheviks, alliés au petit groupe des socialistes-révolutionnaires de gauche, font ratifier leur coup de force par le congrès qui vote un texte de Lénine, attribuant "tout le pouvoir aux soviets" ; le palais d’hiver, bombardé dans la journée par le croiseur Aurora, tombe aux mains des gardes rouges dans la nuit. 7 novembre, le général britannique, sir Edmund Allenby, prend Gaza. 8 novembre, le congrès panrusse adopte les décrets sur la terre aux paysans et sur la paix, suspend la liberté de la presse et autorise la réquisition de logements ; Lénine est nommé président du Soviet des commissaires du peuple ; les affaires étrangères sont confiées à Trotski (il y a de nombreux juifs parmi les révolutionnaires russes : Trotski, Kamenev, Zinoviev, etc.). 9 novembre, sortie d'El Apóstol de l'argentin Quirino Cristiani, le premier long-métrage d'animation de l'histoire du cinéma. 11 novembre, le gouvernement bolchevik annonce la paix séparée ("en aucun cas nous ne tolèrerons que notre armée verse son sang sous le fouet de la bourgeoisie étrangère") et la publication des traités diplomatiques secrets. 11 novembre, à Honolulu, mort de Lili'uokalani qui fut la dernière reine hawaïenne. 16 novembre, Poincaré nomme Georges Clémenceau président du Conseil et ministre de la Guerre ; Clemenceau constitue son ministère et obtient que le commandement militaire soit remis à Foch ; dans son discours d'investiture, Clémenceau annonce son intention de traquer les défaitistes et les traîtres de l'arrière. 17 novembre, Seconde Bataille d'Heligoland : l'escadre allemande se replie devant la Royal Navy britannique. 20 novembre, à la tête de l'IRA, Michael Collins fait exécuter quatorze agents britanniques. 20 novembre au 6 décembre, Bataille de Cambrai : les forces britanniques affrontent avec succès l'armée allemande qui lance cependant une contre-offensive. 28 novembre, Bataille de Negomano dans le nord du Mozambique : les forces allemandes vainquent les troupes portugaises. 28 novembre, création de l’Union soviétique. 6 décembre, la Finlande proclame son indépendance (reconnue le 4 janvier 1918 par le pouvoir soviétique). 6 décembre, à Halifax en Nouvelle-Écosse (Canada), le navire français Mont-Blanc qui transporte des munitions, entre en collision avec le navire norvégien Imo et explose, faisant 2 000 morts et des milliers de blessés. 7 décembre, les USA déclarent la guerre à l’Autriche-Hongrie. 8 décembre, l'ancien ambassadeur du Portugal en Allemagne, Sidónio Pais, renverse le régime du président Bernardino Machado qui s'exile tandis que le nouveau président dissout les assemblées. 9 décembre, les troupes britanniques du général Robert Allenby entrent dans Jérusalem (son armée, venue d’Égypte, compte 3 bataillons juifs). 12 décembre, vallée de la Maurienne (Savoie) : un train militaire, rempli de permissionnaires partis aider l'armée italienne à reprendre les territoires perdus lors de la bataille de Caporetto, déraille, faisant 543 morts ; c'est le plus grave accident ferroviaire survenu en France. 15 décembre, à Brest-Litovsk (Biélorussie), les bolcheviks russes signent un armistice avec les Allemands et les Autrichiens. 20 décembre, Lénine crée une police politique, la Vétchéka (Vserossiïskaïa Tcherzvytchaïnaïa Kommissia = Commission spéciale panrusse de lutte contre la contre-révolution et le sabotage), abrégée en Tchéka, qu’il confie à Félix Dzerjinski. 20 décembre, Lénine interdit la grève, "crime contre le peuple". 22 décembre, à Brest-Litovsk, négociation de paix entre la délégation russe conduite par Joffe (rapidement remplacé par Trotsky) et une délégation de représentants du Reich et de ses alliés. Sigmund Freud : Introduction à la psychanalyse. Rudolf Otto 2 : Le Sacré.

1918. 7 janvier, création des chèques postaux. 8 janvier, le président des Etats-Unis, Thomas W. Wilson, présente son "programme de paix" en 14 points parmi lesquels le respect de la souveraineté de la Russie, la libération du territoire français, le développement autonome des peuples de l’Autriche-Hongrie et la création d’une "société générale des nations ayant pour objet de fournir des garanties réciproques d’indépendance politique et territoriale aux petits comme aux grands États". 23 janvier, le troisième Congrès panrusse des Soviets proclame la République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR) ; le 28, une décision du Conseil des commissaires du peuple transforme la Garde Rouge en "Armée Rouge". 28 janvier, grève générale des ouvriers allemands pour « la conclusion rapide d'une paix sans annexion », pour la levée de l'état de siège (en place depuis le début de la guerre), pour la libération des prisonniers politiques, et pour la démocratisation des institutions. 31 janvier, le gouvernement soviétique passe au calendrier grégorien : le lendemain du 31 janvier est le 14 février. 10 février, à Constantinople, mort de l'ex-sultan Abdülhamid II déposé par les Jeunes Turcs le 27 avril 1909. 16 février, le Conseil lituanien proclame l’indépendance de la République de Lituanie (fête nationale). 3 mars, l’Allemagne et le gouvernement bolchevique de Russie signent le Traité de Brest-Litovsk (que Lénine, humilié par la perte d'une grande partie de la Russie, qualifie de "honteux traité") : la République socialiste de Russie reconnaît l’indépendance de la Finlande, des pays baltes, de la Pologne et de l’Ukraine ; l'Allemagne peut envoyer d'importants renforts sur le front Ouest pour obtenir une victoire rapide avant l'arrivée effective des Américains. 5 mars, à l’initiative de Lénine, Petrograd, l'ancienne Saint-Pétersbourg, n'est plus la première ville de Russie : Moscou devient la nouvelle capitale russe ; le siège du gouvernement des Soviets y sera transféré le 9. 7 mars, le parti bolchevique prend le nom de « Parti communiste de Russie ». 21 mars, les Allemands lancent une offensive (la dernière) sur la Somme et brisent le front anglais ; les Alliés subiront la seconde défaite du Chemin des Dames au mois de juin. Du 23 mars au 9 août, Paris est bombardé par 3 énormes canons à longue portée allemands (Wilhelmgeschutze = l’arme de Guillaume), surnommés "Pariser Kanonen ou Parisgeschütz" (canon de Paris), disposés en batterie au nord de Crépy-en-Laonnois et séparés de 800 mètres les uns des autres, d’un calibre de 210 mm, qui propulsent des obus de plus de 100 kg à près de 30 kilomètres d’altitude et à 126 km de distance : sur 400 obus tirés, 351 atteignent la capitale faisant 256 morts, 620 blessés et d’importants dégâts (le 29 mars, notamment, pendant l’office du Vendredi saint, un obus tombe sur l’église Saint-Gervais tuant 88 fidèles et en blessant 68) ; ces canons à longue portée ont été généralement confondus avec la "Grosse Bertha" 8 (du nom de la fille de l’industriel Krupp), obusier d’un calibre de 420 mm tirant des obus de 800 kg à 12 km. 25 mars, création de la République populaire biélorusse ; après la chute de la puissance allemande, la République populaire biélorusse deviendra la République socialiste soviétique lituano-biélorusse, réunissant la Lituanie et la Biélorussie. 26 mars, à l’issue de la conférence franco-anglaise de Doullens (Somme), le maréchal Foch est nommé commandant en chef des forces alliées. 28 mars au 1er avril, émeute de Québec liée à la crise de la conscription. 30 mars, le major-général John Pershing (initié franc-maçon à la Lincoln Lodge de Lincoln au Nebraska) met les forces américaines à la disposition de Foch : à partir d'avril, 2 millions de soldats américains seront envoyés en Europe. 1er avril, création de l'armée de l'Air britannique : la Royal Air Force (RAF). 2 avril, Affaire Sixte : Czernin, le ministre autrichien des Affaires étrangères, déclare, dans un discours, que la France entrave le processus de paix en revendiquant la restitution de l'Alsace-Lorraine ; Georges Clémenceau réfute et publie une lettre dans laquelle l'empereur d'Autriche-Hongrie, Charles Ier (Sixte de Bourbon-Parme), se dit pour cette restitution ; Czernin est renvoyé. 8 avril, aux Etats-Unis, instauration du National War Labor Board réunissant gouvernement, patronat et syndicat afin que la production soit plus efficace. 9 au 29 avril, à Ypres en Belgique, Bataille de la Lys : les armées du Portugal et du Royaume-Uni empêchent les Allemands de s'emparer de la Flandre. 21 avril, le Baron Rouge, Manfred von Richthofen, as de l'aviation allemande, est abattu à Vaux-sur-Somme (Picardie). 23 avril, Raid sous-marin sur le port de Zeebrugge en Belgique par la Royal Navy et des Royal Marines. 26 avril, à Villers-Bretonneux (Somme) : Première bataille entre blindés. 28 avril, au Portugal, élections présidentielles directe, sénatoriales et législatives remportées par le dictateur Sidónio Pais et son parti nationaliste républicain (Partido Nacional Republicano) regroupant les républicains de droite, parti créé pour l'occasion le 30 mars. 7 mai, Traité de paix de Bucarest signé entre la Roumanie et les empires centraux, constitués de l'empire allemand, de l'empire ottoman, du royaume de Bulgarie et de l'Autriche-Hongrie : la Roumanie cède la Dobroudja à la Bulgarie, une partie des Carpates à la Hongrie et reçoit la Bessarabie au détriment de la Russie. 10 mai, Sun Yat-Sen, premier président de la république de Chine en 1912, démissionne de ses fonctions. 24 au 26 mai, Bataille de Sardarapat : l'Arménie réussit à vaincre les troupes ottomanes. 25 mai jusqu'à 1921, en Russie, Guerre civile entre les armées russes blanches et rouges ; intervention étrangère : les alliés s'appuient sur les 45 000 soldats de la légion tchèque qui résiste aux bolcheviks. 26 mai, la Géorgie proclame son indépendance (fête nationale). 28 mai, fondation de la République démocratique d’Azerbaïdjan (fête nationale). 30 mai, les troupes Allemandes atteignent la Marne à Château-Thierry ; 9 obus sont lancés sur Paris. 1er au 26 juin, près de Paris, Bataille de bois Belleau : les Américains repoussent les Allemands. 4 juin, à Batoum, signature des traités de paix de l'Empire Ottoman avec l'Arménie, la Géorgie et l'Azerbaïdjan. 5 juin, à Johannesburg en Afrique du Sud, fondation de l'Afrikaner Broederbond, une société secrète établie dans le but de regrouper et soutenir la communauté Afrikaner. 15 au 25 juin, Offensive du Piave en Italie : elle oppose l'Autriche-Hongrie à la France, au Royaume-Uni et à l'Italie ; l'Autriche-Hongrie cède ; les Italiens attendront le rétablissement complet des troupes pour lancer une offensive en octobre qui sera fatale pour l'Autriche-Hongrie. En URSS, fondation de l’Eglise Vivante contrôlée par le pouvoir. 2 juillet, Empire ottoman : début du sultanat de Mehmed VI Vahideddin. 4 juillet, Bataille d'Hamel en France : les forces alliées (Australie, Royaume-Uni et Etats-Unis) l'emportent sur l'Empire allemand. 12 juillet, Haïti déclare la guerre à l'Allemagne. 15 au 20 juillet, Deuxième bataille de la Marne : les forces alliées (France, Italie, Royaume-Uni et Etats-Unis) l'emportent sur les Allemands. Nuit du 16 au 17 juillet, à Ekaterinbourg (Oural), dans les caves de la maison de l'ingénieur Ipatiev, le tsar Nicolas II est assassiné (par balles et à coups de baïonnettes) avec sa famille (sa femme Alexandra, son fils Alexeï et ses 4 filles Anastasia, Maria, Olga et Tatiana) et son personnel : médecin, femme de chambre, valet de chambre et cuisinier 3 ; le sort de la famille impériale (notamment celui de l'impératrice et de ses 4 filles) reste cependant sujet à controverses. 18 juillet, Bataille de Château-Thierry : la France et les Etats-Unis vainquent les Allemands. 19 juillet, le Honduras déclare la guerre à l'Allemagne. 6 août, Ferdinand Foch reçoit son bâton de maréchal de France, dignité à laquelle s’ajouteront celles de maréchal britannique et de maréchal de Pologne. 8 au 21 août, offensives victorieuses des alliés sur la Somme (Anglais) et sur l’Aisne (Français). 20 août, Mustapha Kemal prend le commandement de l'armée ottomane sur le front syro-palestinien ; il sera vaincu par les alliés (voir 30 octobre). 30 août, à Moscou, Lénine est blessé par deux balles tirées par Fanya Kaplan, militante du Parti socialiste-révolutionnaire russe ; elle est exécutée le 3 septembre. 5 septembre, en URSS, un décret qui légalise la terreur rouge et reprend à son compte le système carcéral des camps de travail de la Russie tsariste (les Katorgas), entend "protéger la république des soviets contre ses ennemis de classes, en isolant ces derniers dans des camps de concentration" : en aout, Lénine écrivait : "enfermer les douteux, dans un camp de concentration hors de la ville... (…) faire régner une terreur massive et sans merci". 6 septembre, l'HMS Argus de la Royal Navy est le premier porte-avions conçu dès l'origine pour recevoir un pont continu de 160 × 26 mètres. 16 septembre, le major-général John Pershing, à la tête de 300 000 hommes de l'AEF (American Expeditionary Force) appuyés par 110 000 Français, remporte la Bataille du saillant de Saint-Mihiel. 18 septembre, Bataille de la ligne Hindenburg : les troupes britanniques et australiennes, qui débutent l'assaut contre les Allemands, sont ensuite soutenues par les Etats-Unis, la France et le Canada ; les alliés prennent l'avantage sur les Allemands épuisés. 18 septembre, la Belgique repousse l'offre de paix séparée de l'Allemagne. 18-19 septembre, victoire bulgare à la bataille de Doiran. 19 au 21 septembre, Bataille de Megiddo opposant les empires ottoman et allemand au Royaume-Uni et à la France : la Palestine passe sous administration britannique. 26 septembre, Foch lance une vaste offensive convergente en Lorraine en direction de Mézières et en Belgique vers Bruges. 26 septembre au 11 novembre, Offensive Meuse-Argonne dans le secteur de Verdun, immédiatement au nord et nord-ouest de la ville. 27 septembre au 1er octobre, Bataille du Canal du Nord et de Cambrai : la ligne Hindenburg (Siegfried-Stellung) est brisée. 29 septembre, à Salonique, la Bulgarie signe l’armistice. 1er octobre, Fayçal fils du Shérif Hussein de La Mecque et Thomas Edward Lawrence (dit Lawrence d’Arabie + 19/5/1935 dans un accident de moto) font une entrée triomphale dans Damas qu’ils ont prise aux Turcs : un gouvernement provisoire est constitué, Hussein est proclamé "roi des Arabes". 3 octobre, via la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche demandent un armistice aux Etats-Unis. 8 au 10 octobre, deuxième bataille de Cambrai : les Canadiens trouvent la ville déserte. 17 octobre, à Vienne, l’Empereur publie un manifeste transformant l’Empire en une fédération d’État nationaux ; c’est la fin de l’empire austro-hongrois. 28 octobre, à Prague, proclamation d’indépendance de la République tchécoslovaque (fête nationale). 29 octobre, formation d’un conseil national unitaire des Slovènes, Serbes et Croates. 30 octobre, la Turquie reconnaît sa défaite en signant avec les Alliés un armistice à Moudros, dans l’île grecque de Lemnos. 30 octobre, à Kiel (Allemagne), les marins de deux navires de guerre refusent d’appareiller ; 400 mutins sont emprisonnés ; début de la révolution allemande ; les révoltes prendront fin le 11 août 1919 alors que la constitution de la République de Weimar est adoptée. 3 novembre, Armistice de Villa Giusti (près de Padoue) entre l’Autriche-Hongrie et les Puissances alliées. 4 novembre, création du Parti communiste hongrois. 4 novembre, à Kiel, des conseils d’ouvriers et de soldats, regroupant 20 000 révoltés, demandent la libération des 400 marins et l’abdication de l’empereur Guillaume. 9 novembre, à Berlin, abdication de Guillaume II qui part pour les Pays-Bas avec sa famille ; le socialiste Scheidemann proclame la République puis demande l’armistice aux alliés. 10 novembre, proclamation de la République de Saxe à Dresde. 11 novembre, 6 heures du matin, à Rethondes, dans la forêt de Compiègne, signature de l’armistice qui marque la fin de la Première guerre mondiale, dite la Grande Guerre. 11 novembre, indépendance de la Pologne. 11 novembre, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht fondent la Ligue Spartakus (Spartakusbund) et se dotent d'un quotidien, Die Rote Fahne (Le Drapeau rouge). 12 novembre, Charles, dernier empereur Habsbourg, renonce au pouvoir et se retire dans son château d’Eckarstau, dans le Marchfeld ; l’assemblée provisoire proclame la République d’Autriche. 16 novembre, proclamation de la République démocratique hongroise. 18 novembre, proclamation de la République de Latvie ou Lettonie (fête nationale). 19 novembre, Pétain reçoit son bâton de maréchal. 26 novembre (13 novembre du calendrier julien), le Monténégro se réunit à la Serbie après la déposition du roi Nicolas Ier de Monténégro. 30 novembre, l’Acte fédéral fait du Danemark et de l’Islande deux États souverains, mais unis par la Communauté royale, qui accordent à leurs nationaux des droits réciproques de citoyenneté. En décembre, le Concordat de 1801 continue à être appliqué dans Haut-Rhin, Bas-Rhin et Moselle. 1er décembre, réuni à Agram, le Conseil national unitaire des Slovènes, Serbes et Croates, proclame l’indépendance de tous les territoires yougoslaves (sauf l’Albanie) et leur unification et en un seul royaume avec pour souverain Pierre Ier de Serbie. 1er décembre, assemblée d’Alba Iulia : la Transylvanie, la Bessarabie et la Bucovine intègrent la Roumanie. L’Allemand Fritz Haber reçoit le Prix Nobel de Chimie pour sa synthèse de l’ammoniac ; les prix Nobel des années de guerre (1914 à 1919) seront décernés en juin 1920 : les Français, les Britanniques et les Américains boycotteront la cérémonie de remise de son prix à Haber : au début de la guerre, Haber a mis au point le gaz moutarde et un gaz à base de chlore ; en 1920 il créera un insecticide dérivé de l’acide cyanhydrique (acide prussique), le zyklon B, qui sera utilisé par les nazis dans les chambres à gaz d’Auschwitz ; d’origine juive et bien que converti au christianisme depuis 1902, il devra s’exiler à cause de la politique nazie et mourra à Bâle en 1934. 8 décembre, Pétain reçoit son bâton de maréchal de France des mains du président Poincaré. 13 décembre, le président américain Woodrow Wilson est le premier chef d'état américain à effectuer un voyage officiel en France. 19 et 20 décembre, Lénine publie 2 décrets remplaçant le mariage religieux par un mariage civil. 22 décembre, en Russie, les bolcheviques décrètent que des soins médicaux gratuits doivent être assurés à l’ensemble de la population ; création d’une assurance maladie. 25 décembre, à Paris, Jean-Emile Anizan fonde les Fils de la Charité.

1918. Mars à décembre : épidémie mondiale de grippe espagnole (env. 20 millions de morts).

1918-1922. Oswald Spengler : Déclin de l’Occident.

1919. 1er janvier, fin du congrès de fondation du Parti communiste d’Allemagne (KPD) autour de la Ligue spartakiste commencé le 29 ou le 30 décembre (le congrès adopte le programme proposé par Rosa Luxemburg : tout le pouvoir aux conseils ouvriers, pour la République socialiste unitaire d’Allemagne). 5 janvier, à Munich, Anton Drexler fonde le Deutsche Arbeiterpartei (DAP), le Parti des travailleurs allemands. 5 janvier, à Berlin, début de l'insurrection spartakiste. 6 au 12 janvier, la "Semaine rouge" : à Berlin, la révolte spartakiste est sévèrement réprimée ; les troupes gouvernementales commandées par le social-démocrate Gustav Noske arrêtent et assassinent Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg le 15 janvier au soir. 7 au 14 janvier, semaine tragique en Argentine : la répression de la grève générale à Buenos Aires est terrible : on dénombre plus de 700 morts et 4 000 blessés. 8 janvier, une « Assemblée générale des Saxons » réunie à Mediaş en Transylvanie accepte les résolutions d'Alba Julia et demande leur incorporation à la Roumanie. 16 janvier, aux USA, ratification du 18e amendement de la constitution sur la prohibition de la vente et de la fabrication d’alcool ; la prohibition, renforcée par le Volstead Act du 28 octobre 1919, sera appliquée le 16 janvier 1920 quand le 18e amendement prendra effet. 18 janvier 1919 au 21 janvier 1920, la Conférence de la paix, réunie à Versailles, élabore la charte fondamentale de la Société des Nations. 21 janvier, à Dublin (Irlande), le Dail (contre-parlement irlandais), adopte une Constitution irlandaise provisoire et une déclaration d’indépendance réclamant que le pays soit évacué par les troupes anglaises ; le 1er avril, Eamon de Valera, évadé de prison le 3 février, sera élu président du Dail et formera un gouvernement ; l’IRA (Irish Republican Army : Armée républicaine irlandaise) entamera une guérilla contre la police et l’armée britannique. 24 janvier, le Parlement de Bucarest approuve l'ensemble des unions dont celle de la Bessarabie. 25 janvier, à Paris, l'usine de fabrication de munitions et d'obus André Citroën est reconvertie pour produire des voitures. 2 février, au Portugal, restauration de la monarchie ; une insurrection monarchiste dirigée par Paiva Couceiro s’est emparée de Porto, Viseu, Braga, Aveiro et Coimbra mais elle échouera. 6 février, première réunion de l’Assemblée constituante allemande dans le théâtre de Weimar. 6 février, au Luxembourg, les femmes obtiennent le droit de vote. 8 février, inauguration du premier vol commercial international régulier : le Farman Goliath peut transporter jusqu’à dix passagers de Paris à Londres. 1er mars, proclamation de l'indépendance de la Corée, occupée par le Japon, malgré une répression sanglante : 7 509 morts et 46 000 arrestations. 1er mars, un décret détache la partie méridionale de la boucle du Niger du haut-Sénégal-Niger et crée la colonie de Haute-Volta. 2 mars, Lénine fonde le Komintern (IIIe Internationale). 10 mars, proclamation de la République soviétique d'Ukraine. 18 mars, en Inde, le Rowlatt Act instaure des cours spéciales et autorisant au vice-roi et aux gouverneurs la détention sans procès pour activités subversives ; Gandhi, alors à la tête du Congrès national indien, déclenche un satyâgraha (force de la vérité, action de masse, non-violente) pour protester contre l’exil de deux chefs nationalistes. 23 mars, à Milan, Benito Mussolini (ancien instituteur, ancien journaliste, ancien socialiste dont Lénine chanta les louanges et anticlérical) et les arditi (anciens membres des corps francs de l’armée italienne portant une chemise de couleur noire symbolisant la mort), fondent les Fasci italiani di combattimento (Faisceaux italiens de combat) ; le terme fait référence aux faisceaux ("fasci" en italien), assemblage de verges liées autour d’une hache, qui représentaient l’unité civique et l’autorité de Rome ; le 9 octobre se tient à Florence le premier congrès des Faisceaux italiens de combat : le mot "fascisme" y est employé pour la première fois par Mussolini. 25 mars, en France, loi instaurant un cadre général pour les conventions collectives. 29 mars, acquittement scandaleux de Raoul Villain, l'assassin de Jean Jaurès. 30 mars, Fondation de l’Union spirite française (héritière de la Sté d’études spirites d'Allan Kardec). 3 avril, en URSS, la Tchéka (Vétchéka) organise le GOULPT (direction des camps de travail forcé), ancêtre du goulag. 10 avril, dans une hacienda, à Chinameca, près de la ville de Cuernavaca au Mexique, Emiliano Zapata est criblé de balles par les soldats du Général Jésus Guajardo, lequel, se disant prêt à lui apporter son soutien, lui a donné rendez-vous. 11 avril, à Versailles, la conférence de la paix adopte la charte internationale du travail baptisée Organisation internationale du travail (OIT) ou aussi Organisation mondiale du travail (OMT). 13 avril, Massacre d'Amritsar (ville des Sikhs) au Pendjab : les britanniques tirent sur un rassemblement pacifique dans le Jalianwalla Bagh, un parc situé au cœur de la ville, faisant près de 400 morts et plus de 1 000 blessés ; des émeutes s’ensuivent à Bombay, Calcutta, Ahmedabad et Delhi ; Rabindranath Tagore, prix Nobel de littérature, renvoie son titre de chevalier (knight) en signe de protestation. 23 avril, en France, loi des 8 heures : « La durée du travail effectif des ouvriers ou employés de l’un ou l’autre sexe et de tout âge ne peut excéder soit huit heures par jour, soit quarante-huit heures par semaine… » ; elle fait du 1er mai suivant, à titre exceptionnel, une journée chômée. 28 avril, à Genève, la conférence de la paix adopte le projet Wilson et fonde la Société des Nations (SDN). 4 mai, à Pékin, mouvement de protestation contre la disposition du Traité de Versailles qui attribue au Japon les possessions que l'Allemagne détient en Chine ; manifestations étudiantes pour la modernisation et la démocratie ; éveil du nationalisme chinois. 5 mai, création d’une Fédération internationale regroupant les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge. 15 mai au 25 juin, grève générale de Winnipeg (Canada). 19 mai, Mustafa Kemal débarque à Samsun ; début de la guerre d'indépendance turque. 28 mai, par les Accords Orts-Milner, entre Belges et Britanniques, signés à Paris en codicille au Traité de Versailles, la Belgique obtient de la la Grande-Bretagne les mandats du Ruanda (actuel Rwanda) et de l'Urundi (actuel Burundi). 29 mai, lors de l'éclipse totale du soleil à São Tomé-et-Príncipe, l'astronome anglais Arthur Stanley Eddington vérifie la théorie d'Einstein sur la relativité. En Juin, l’usine Citroën fabrique son premier modèle : la Type A. 14 et 15 juin, premier vol transatlantique sans escale de John Alcock et Arthur Brown, entre Terre-Neuve et l'Irlande. 14 et 15 juin, premier vol transatlantique sans escale de John Alcock et Arthur Brown, entre Terre-Neuve et l'Irlande. 21 juin, dans le port de Scapa Flow (Ecosse), la marine allemande se saborde. 22 juin, Mustafa Kemal lance d'Amasya une proclamation condamnant la politique impériale de démission. 28 juin, 15 h 12, au Château de Versailles, dans la galerie des glaces : signature du traité de paix dit Traité de Versailles (qui entrera en vigueur le 10/1/1920) par les représentants de l’Allemagne, de la France, des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Italie, du Japon, de la Belgique, de la Roumanie, de la Serbie et de la Grèce ; l’Allemagne restitue l’Alsace-Lorraine ; la création du "Couloir de Dantzig" donne à la Pologne un accès à la mer ; le potentiel militaire allemand est limité ; l’Allemagne doit versé 20 milliards de marks-or. 29 juin, le Tour de France a lieu à nouveau ; le maillot jaune est créé. Au Vietnam, fondation du caodaïsme par Ngô Van Chiêu, délégué administratif pour l’île de Phu Quôc, dans le golfe de Siam. 5 juillet, à Constantinople, les dirigeants Jeunes-Turcs Talaat Pacha, Enver Pacha, Djemal Pacha et le docteur Nazim sont condamnés à mort par contumace par la cour martiale pour leur responsabilité dans le massacre des Arméniens. 15 juillet, le pape se prononce pour le vote des femmes. 23 juillet, à Erzurum (Turquie), un congrès, dont Mustafa Kemal est nommé président, affirme l’intégrité, l’indivisibilité et l’indépendance de la Turquie, appelle à lutter contre l’occupation et l’intervention étrangères et adopte le principe de la création d’un gouvernement provisoire. 31 juillet, l'Assemblée nationale allemande adopte la constitution de Weimar qui crée une république démocratique et parlementaire composée de 17 Länder : elle est proclamée le 11 août. 19 août, déclaration d’indépendance de l’Afghanistan (fête nationale). 22 août, 5 000 juifs sont massacrés en Podolie (Ukraine). 27 août, décret de Lénine nationalisant le cinéma soviétique. 31 août, création du parti travailliste communiste américain. 9 septembre, au Canada, sur le lac Bras d'Or de l'île du Cap Breton, l'hydroptère HD4 d'Alexander Graham Bell établit un record mondial de vitesse sur l'eau : 114,04 km/h. 10 septembre, Traité de Saint-Germain-en-Laye entre les alliés et l’Autriche : il interdit toute unification entre l'Autriche et l'Allemagne (Anschluss) et prévoit entre autres de rattacher à l'Etat roumain, qui a combattu aux côtés des Alliés, les territoires austro-hongrois peuplés de roumanophones (notamment la Transylvanie, la Bucovine, et la Moldavie orientale dite Bessarabie). Nuit du 11 au 12 septembre, le poète nationaliste, Gabriele D'Annunzio, à la tête de 287 volontaires italiens, les Arditi, troupes d'élite de la Grande Guerre, entre à Fiume (actuellement Rijeka, en Croatie), une ville yougoslave à population italophone, où il installe une dictature. 12 octobre, le sénat français ratifie le Traité de Versailles ; la censure est levée. 16 octobre, consécration de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre par le Cardinal Amette, archevêque de Paris, et sous la présidence du Cardinal Vico, légat du Pape Benoît XV. 28 octobre, aux États-Unis, Volstead Act : interdiction de vente et de consommation d'alcool aux restaurants et aux bars (fin en 1933). 2 novembre, fondation de la C.F.T.C. (confédération française des travailleurs chrétiens). 19 novembre, le Sénat US refuse de ratifier le Traité de Versailles. 27 novembre, Traité de Neuilly avec la Bulgarie qui cède la Thrace à la Grèce. 30 novembre, la lettre apostolique Maximum illud donne une impulsion nouvelle aux missions catholiques. 27 décembre, Mustafa Kemal arrive à Ankara après la victoire des nationalistes aux législatives. La Palestine compte près de 60 000 Juifs, 570 000 musulmans et plus de 70 000 Arabes chrétiens (les pionniers juifs s’installent sur des terres généralement sous-exploitées ou inexploitées, achetées par l’Agence juive pour la Palestine et le Fonds national juif avec les fonds de la Diaspora). Le physicien britannique Ernest Rutherford désintègre l'atome, réussissant la première transmutation artificielle, la fission d’un noyau d’azote sous le choc d’une particule.

1919-1922. URSS, le typhus fait 3 millions de morts.

1920. 6 janvier, à Paris, première réunion du Conseil de la Société des Nations (SDN). 10 janvier, entrée en vigueur du traité de Versailles définitivement ratifié par l’Allemagne. 10 janvier, la Société des Nations s’installe à Genève. 16 janvier, aux USA, le 18e amendement, décrétant la prohibition de toute vente et fabrication d’alcool, est mis en application. 17 janvier, les Etats américains (sauf Connecticut et Rhode Island) ratifient la loi sur la prohibition ; elle sera abolie le 05-12-33. 17 janvier, Paul Deschanel est élu président de la République. 19 janvier, le sénat américain s’oppose à la participation des Etats-Unis à la Société des Nations (SDN) bien que le président Wilson en ait été l’instigateur. 21 janvier, fin de la Conférence de la paix réunie à Versailles depuis le 18-1-1919. 23 janvier, les Pays-Bas rejettent la demande d'extradition de Guillaume II que les alliés veulent juger pour crimes de guerre. 2 février, traité de paix signé à Tartu entre l’Estonie et la Russie soviétique qui abandonne toutes ses revendications sur le pays ; 24 février, indépendance de l’Estonie (fête nationale). 24 février, à Munich, au cours d’une réunion publique (2 000 personnes) organisée à la Hofbräuhaus, Adolf Hitler présente son "Programme en 25 points" 7. 13 mars, le capitaine Ehrhardt organise le Putsch de Kapp en soutien à Wolfgang Kapp qu'il veut voir à la tête du gouvernement : 6 000 hommes envahissent Berlin afin de faire tomber le gouvernement en place ; Kapp forme alors un gouvernement provisoire, mais une grève générale est organisée par le Parti communiste et le Parti socialiste et, le 17 mars, Kapp sera contraint de fuir. Au printemps, le drapeau rouge avec un cercle blanc contenant une croix gammée noire (svastika dextrogyre) est adopté comme emblème du parti nazi par Hitler. 6 avril, la République d'Extrême Orient ou République de Tchita (du nom de sa capitale), dont le territoire couvre une partie de la Sibérie orientale, est reconnue indépendante : mais, fin 1922, le pouvoir bolchévique l'intègrera à la République socialiste fédérative soviétique de Russie. 19 au 26 avril, Conférence interalliée de San Remo (Italie) : la SDN adopte la fondation de l’État indépendant de l’Arménie et de l’ État autonome du Kurdistan en Anatolie Orientale ; la Thrace et l’Anatolie Occidentale sont laissés à la Grèce ; la SDN donne à la France un mandat sur la Syrie et le Liban, et à la Grande-Bretagne un mandat sur la Jordanie, l’Irak et la Palestine ; les Britanniques, menant une politique proarabe, laissent se multiplier les agressions contre les kibboutzim, ce qui favorisera le développement de l’organisation militaire juive, Haganah (armée populaire) et des mouvements terroristes (Irgoun, Stern). 20 avril au 12 septembre, Jeux Olympiques à Anvers : le drapeau olympique, imaginé par le baron Pierre de Coubertin, et le serment olympique font leur apparition. 23 avril, à Ankara, l’Assemblée nationale turque s’attribue l’exercice des pouvoirs législatif et exécutif et délègue ses pouvoirs à un Conseil des ministres présidé par Mustafa Kemal : le premier gouvernement national sera formé le 3 mai. 25 avril, la Société des Nations institue le mandat français en Syrie. 1er mai, manifestations syndicales, grève des mineurs dans le Nord, grève des cheminots (20 000 révocations). 4 mai, les étudiants de l’Université de Pékin manifestent contre le Traité de Versailles qui attribue au Japon les possessions que l’Allemagne détient en Chine, revendiquent l’indépendance et l’émancipation des femmes, tandis que marchands et ouvriers en grève boycottent les produits japonais. 16 mai, Benoît XV prononce la canonisation de Jeanne d’Arc. 23 mai, dans son encyclique Pacem Dei munus pulcherrimum, le pape estime que les conditions imposées à l'Allemagne vaincue sont sources d'un conflit futur. 27 mai, Masaryk est élu président de la Première République tchécoslovaque. 4 juin, au Grand Trianon de Versailles, le Traité du Trianon est signé par, d'un côté le Royaume-Uni, la France, les États-Unis, l'Italie, la Roumanie, le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes (qui deviendra le Royaume de Yougoslavie en 1929) et la Tchécoslovaquie, de l'autre, l'Autriche-Hongrie qui a perdu la guerre et qui y est représentée par la Hongrie (séparée de l'Autriche le 31 octobre 1918) ; la Hongrie perd les deux tiers de son territoire au profit de la Roumanie, de l'Autriche, de la Yougoslavie et de la Tchécoslovaquie. En juin, les prix Nobel des années de guerre (1914 à 1919) sont décernés. Le monastère de l’archipel Solovetsky (abrégé en Solovki), en mer Blanche, est transformé en un camp de concentration qui va donner naissance au système du Goulag tout entier. 10 juillet, loi instituant la fête nationale de Jeanne d’Arc le 2e dimanche du mois de mai. 12 juillet, traité de paix lituano-soviétique signé à Moscou. 12 juillet, le Président Woodrow Wilson proclame l’ouverture officielle du canal de Panama. Fondation de la Jeunesse Etudiante Catholique Internationale. Création de l’ordre germanique du temple oriental (magie sexuelle et satanisme). 28 juillet, Adolf Hitler évince Anton Drexler et prend la présidence du parti nazi (NSDAP) en Bavière. 31 juillet, en France, une loi stipule que l’avortement est strictement interdit ; la contraception est également passible d’une amende, voire d’une peine de prison. 8 août, le (DAP), parti allemand des travailleurs, est rebaptisé "Nationalsozialistiche Deutsche Arbeiter-Partei" (NSDAP) : parti national-socialiste allemand des travailleurs. 10 août, le Traité (Paix) de Sèvres avec la Turquie consacre le démembrement de l’Empire ottoman : la partie orientale de l'Empire ainsi que les districts de Kars, d'Ardahan et d'Erzurum sont érigés en "République indépendante d'Arménie" (articles 88-94) et un "territoire autonome des Kurdes" 4 englobant le Sud-Est de l'Anatolie est créé (articles 62-64) ; Mustafa Kemal refuse de reconnaître les termes du traité. 13 au 25 août, Miracle de la Vistule : l'Armée rouge est refoulée devant Varsovie par les Polonais du général Piłsudski aidés par la mission militaire française commandée par le général Weygand. 22 août, l'indépendance de l'Albanie est reconnue par l'Italie. 26 août, le 19e amendement à la Constitution des Etats-Unis accorde le droit de vote aux femmes américaines : « Le droit de vote des citoyens des Etats-Unis ne pourra être dénié ou restreint pour cause de sexe par les Etats-Unis ni l’un quelconque des Etats » (néanmoins les Afro-américaines des Etats du Sud ne pourront encore pas exercer ce droit). 1er septembre, en application du traité de Sèvres, la France dote le Liban d’un statut particulier. 8 septembre, en Inde, le parti du Congrès reconnaît le programme de lutte non violente de Gandhi. 15 septembre, encyclique Spiritus Paraclitus (Benoît XV profite du quinzième centenaire de la mort de Jérôme de Stridon pour reprendre et souligner encore davantage la doctrine de l’inspiration proclamée par Léon XIII). 16 septembre, à New York (Wall Street), un attentat à la bombe fait plus de trente morts. 20 septembre, démission du président de la République Paul Deschanel (raisons de santé) : Alexandre Millerand est élu le 23 septembre. 23 septembre, sur ordre de Mustafa Kemal, les forces turques pénètrent dans la république d’Arménie aidées par les Azéris et les bolcheviks ; le 3 décembre, l’Arménie deviendra une république soviétique. 14 octobre, Traité de Dorpat (Tartu) en Estonie : signé par la République socialiste fédérative soviétique de Russie, l'Estonie et la Finlande, il reconnaît l'indépendance de l'Estonie et de la Finlande. 28 octobre, le Traité de Paris donne à la Roumanie la Bessarabie et le Banat oriental. 10 novembre, le soldat Tain désigne parmi huit cercueils de tués non identifiés celui qui sera le Soldat Inconnu. 11 novembre, le Soldat Inconnu est déposé dans une chapelle ardente au premier étage de l’Arc de Triomphe : il sera inhumé sous la voûte le 28 janvier 1921 et la flamme sera installée en 1923. 12 novembre, à Rapallo près de Gènes, signature du traité entre l’Italie et le Yougoslavie par lequel l’Italie annexe Zara (Zadar) sur la côte adriatique yougoslave et la ville de Fiume (Rijeka en yougoslave) devient un état indépendant. 16 novembre, à Sébastopol, le général "blanc" Wrangel est battu par l’Armée Rouge ; c’est la fin de la Guerre civile en Russie. 21 novembre, à Dublin, après que Michael Collins, à la tête de l’IRA, a fait exécuter quatorze agents britanniques la veille, des troupes britanniques appartenant aux Auxiliaries et aux Black and Tans, débarquent dans le stade de Croke Park avec un char d’assaut, prennent possession du terrain et ouvrent le feu délibérément sur la foule de spectateurs : plus de 14 personnes sont abattues (dont des enfants) et l’on compte plus de 65 blessés 6. 2 décembre, Traité de paix entre la Turquie et l’Arménie. En décembre, dans le Sud algérien, les autorités françaises recueillent dans des camps les nomades de la tribu des Larbaâ, qui mouraient de faim après avoir perdu les deux tiers de leurs troupeaux. 18 décembre, l’archevêque de Paris interdit aux catholiques les modes indécentes et les danses inconvenantes. Les évêques allemands prescrivent aux maris de retirer les instruments contraceptifs que voudraient utiliser leurs épouses. 23 décembre, à Londres, le roi signe le Government of Ireland Act qui divise l’île en Irlande du Sud dont le parlement siège à Dublin et en Irlande du Nord (Ulster) dont le parlement est à Belfast : Dublin conteste cette décision. 25 au 31 décembre, à Tours, XVIIIe congrès de la SFIO (Section française de l’Internationale Ouvrière) : 13 des 68 délégués, conduits par Marcel Cachin et Ludovic Frossard, décident de quitter le parti pour aligner leur politique sur celle de Moscou et de créer la SFIC (Section française de l’Internationale communiste ou Parti communiste Français). 27 décembre, Mustafa Kemal arrive à Ankara après la victoire des nationalistes aux législatives. Lénine : Le Gauchisme, maladie infantile du communisme.

1920-1921. Famine en Chine.

1921. 28 janvier, inhumation du Soldat Inconnu sous l’Arc de triomphe. 18 février, le français Etienne Oehmichen réussit à faire décoller un appareil à la verticale à 10 mètres de hauteur pendant 1 minute : c’est le premier vol d’un hélicoptère. 8 mars, le président du gouvernement espagnol, Eduardo Dato Iradier, est abattu (plus de 20 coups de feu) par trois anarchistes catalans tirant à partir d'un side-car sur la Plaza de la Independencia, près de la Porte d'Alcalá de Madrid. 8 mars, Lénine institue la Journée internationale des femmes, en hommage aux ouvrières qui manifestèrent à Petrograd le 8 mars 1917 pour réclamer du pain et le retour de leurs maris partis au front et participèrent à la grève insurrectionnelle qui aboutit à l’abdication du tsar Nicolas II le 15 mars. 12 mars, à Moscou, Lénine, pressé par de nombreux soulèvements ruraux, fait adopter par le Xe congrès du Parti bolchevique la Novaïa Ekonomitcheskaïa Politika (NEP), la nouvelle politique économique. Accord secret entre le Vatican et l’URSS pour l’envoi d’une mission de secours aux affamés (> 4 millions de morts). 13 mars, création du Parti populaire mongol. 18 mars, après 10 jours d’affrontements, l’Armée rouge de Léon Trotski envahit la ville de Kronstadt et massacre les mutins du Petropavlovsk qui exigeaient d’élire les délégués de leur choix : 900 marins sont exécutés, 8 000 parviennent à fuir en Finlande. 19 mars, Bataille de Crossbarry en Irlande : les Irlandais vainquent les Britanniques. 22 mars, nouvelle victoire des Irlandais à Rosscarbery. 6 avril, au Zaïre, Simon Kimbangu, prédicateur baptiste, fonde son Eglise : l’Eglise kimbanguiste. 18 avril, le Traité de Riga (Paix de Riga) met un terme à la guerre que se livrent les Russes bolcheviks et les Polonais et permet de redéfinir les frontières entre les deux pays. 30 avril, encyclique In praeclara summorum à l'occasion du sixième centenaire de la mort de Dante, consacrée à rappeler le souvenir de ce poète considéré par le pape comme une « gloire commune de l'humanité » dont l'œuvre est utile pour l'éducation catholique. 1er au 3 mai, les émeutes de Jaffa en Palestine font 90 morts côté juif et 62 du côté arabe. 15 mai, en Italie, les élections amènent une Chambre ingouvernable : elles renforcent les catholiques (107 députés au lieu de 100) et sanctionnent le déclin des socialistes (122 députés au lieu de 156) ; 35 fascistes sont élus dont Benito Mussolini (expulsé du Parti Socialiste Italien en novembre 1914). 16 mai, le président Alexandre Millerand (initié franc-maçon à la Loge "L'Amitié") rétablit les relations diplomatiques avec le Vatican. 24 mai, les Juifs, conduits par Enoch Mgijima, qui occupent les terres vacantes en Afrique du Sud, sont massacrés à Bulhoek. 27 mai, en France, décret instituant le premier Code de la route. 1er juillet, à Shanghai, création du Parti communiste chinois. 11 juillet, déclaration d’indépendance de la Mongolie (qui ne sera reconnue par la Chine que le 20 octobre 1945) : fête nationale. 14 juillet, les anarchistes américains Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti, déclarés coupables du meurtre du caissier et du gardien d'une usine de Braintree le 4 mai, sont condamnés à mort ; ils seront exécutés le 23 août 1927. 17 juillet, la République de Mirditë déclare son indépendance de la principauté albanaise. 18 juillet, première vaccination par le BCG (bacille bilié de Calmette et Guérin) à la crèche de la maternité de l’hôpital de la Charité à Paris. 19 juillet, à Fribourg, fondation du Mouvement International des Etudiants Catholiques. 21 juillet, Bataille d'Anoual (Maroc) : Abd el-Krim, à la tête de la rébellion rifaine contre la colonisation, inflige une cuisante défaite aux troupes espagnoles et fonde la République du Rif. 21 juillet, à Shanghai, première réunion du Parti communiste chinois (PCC). 27 juillet, à l'Université de Toronto (Canada), le docteur Frederick Grant Banting et son assistant Charles Herbert Best découvrent l’insuline. 28 juillet, Adolf Hitler évince Anton Drexler et devient président du NSDAP (Nationalsozialistiche Deutsche Arbeiter-Partei) créé en août 1920 (en Bavière, le général von Hepp et le capitaine Röhm avaient utilisé les fonds secrets de l’armée pour financer des groupes extrémistes qu’ils faisaient surveiller par des informateurs ; Hitler, l’un de ces informateurs, avait adhéré à un de ces groupuscules, le parti des travailleurs allemands) ; ce jour-là, le journaliste Dietrich Eckart donne, pour la première fois, à Hitler le titre de "führer". 16 août, Alexandre Ier de Serbie succède à son feu père, Pierre Ier. 25 août, les États-Unis signent une paix séparée avec l'Allemagne. 28 août au 6 septembre, deuxième Congrès panafricain à Londres, Bruxelles et Paris. Le pasteur luthérien américain Frank Buchman crée la Fraternité chrétienne du Premier siècle (rebaptisée Groupe d'Oxford en 1928, puis Réarmement moral en 1938, et enfin Initiatives et Changement en 2001). 19 septembre, mise en service à l'ouest de Berlin de l'autoroute AVUS (10 km) ; le 24, une course automobile y est organisée. 21 septembre, mort de Dühring, philosophe allemand, disciple de Feuerbach (il voulut unir le positivisme et le matérialisme ; ses thèses furent attaquées par Engels). 13 octobre, Traité de Kars entre la Turquie et l'Union des républiques socialistes soviétiques de Transcaucasie : il redéfinit les frontières entre la Turquie et les pays de l'URSS. 19 octobre, "Nuit sanglante" à Lisbonne : de nombreux hommes politiques dont Antonio Granjo, président du conseil conservateur, Machado Santos et Carlos de Maia, des républicains, sont kidnappés et assassinés suite à la condamnation du colonel Liberato Pinto ; la rébellion est dirigée par l'officier Manuel Maria Coelho. 4 novembre, le Premier ministre japonais, Hara Takashi, accusé par les militaires de défendre plus les intérêts des civils que ceux de l'armée, est assassiné par un étudiant. 4 novembre, à Munich, formation de la Sturm Abteilung (SA) (section d’assaut). 7 novembre, Mussolini crée un grand Parti national fasciste pour rassembler les différents ras (chef des faisceaux locaux). 12 novembre au 6 février 1922, Conférence de Washington (France, Angleterre, Japon, Italie, Chine, Portugal, Belgique et Pays-Bas) portant sur le désarmement naval et la défense de l’intégrité de la République de Chine : l'Empire du Japon doit évacuer le Shandong et ne garder que les droits qui lui sont reconnus, sur le chemin de fer de Jinan. 14 novembre, naissance du Parti communiste d'Espagne ; fusion du Parti communiste espagnol (PCE) et du Parti communiste ouvrier (PCOE). 6 décembre, le Traité de Londres signé par les délégués irlandais du Sinn Fein, Griffith et Collins, et le premier ministre britannique, David Lloyd George, partage l’Irlande (les colons protestants de l'Ulster refusant de rejoindre l’Irlande indépendante et catholique) : le Sud devient l’Etat libre d’Irlande (Eire), le Nord-Est (Ulster) reste partie intégrante du Royaume-Uni. 24 décembre, la Station Tour Eiffel émet la première émission radiophonique française.

1921-1925. A Malines, conversations entre le cardinal Mercier et Lord Halifax.

1922. 11 janvier, à Toronto, un premier malade diabétique est sauvé par l’insuline découverte le 27/7/1921. 12 janvier, constatant l'hostilité de ses ministres et du président Alexandre Millerand face à sa politique de réconciliation avec l'Allemagne, le président du Conseil, Aristide Briand, donne sa démission ; il est remplacé par l'ancien président Raymond Poincaré. 21 janvier, première épreuve de slalom en ski (moderne) à Mürren (Suisse). 22 janvier, mort du pape Benoît XV. 24 janvier, l'américain Christian K. Nelson, originaire d'Onawa (Iowa) invente l'esquimau glacé : une crème glacée ou un sorbet, recouvert d'une enveloppe en chocolat.


Notes
1 Le 22 janvier 1917, meurt à Rennes le Château l’abbé Béranger Saunière qui vécut très au-dessus de ses moyens (certains chiffrent ses dépenses à 3,5 millions d’euros) ; il lègue tous ses biens à sa servante et amie Marie Dénarnaud qui finira par vendre la villa en viager. Muté par l’évêque de Carcassonne, Saunière avait préféré démissionner en juillet 1909 avant d’être suspendu de ses fonctions sacerdotales (suspens a divinis) en 1911 pour trafic de messes (ayant vendu, à de nombreuses congrégations et à des familles pieuses, plus de messes qu’il ne pouvait en dire) ; antirépublicain et légitimiste, il aurait fait croire à d’opulentes familles monarchistes qu’il œuvrait pour le retour des Bourbon et leur aurait extorqué des fonds ; l’original de son dossier se trouve au Vatican. En 1886, lors de la restauration de l’église de Rennes le Château (Aude), il aurait découvert des parchemins d’une inestimable valeur (?), signés par Blanche de Castille, et un trésor dans le sol : l’ Arche d’Alliance ou l’or des Wisigoths (qu’Alaric amassa lors du pillage de Rome) ou le butin de Dagobert ou le trésor des Cathares ou le Graal, ou encore l’or des Templiers (?) ; en tous cas des pièces d’or datant de saint Louis et un calice du XIIIe siècle auraient appartenu aux Templiers. Selon les ouvriers qui participèrent aux travaux, il s’agissait d’un chaudron contenant des pièces d’or et des bijoux. Le carillonneur, lui, déclara avoir trouvé des parchemins qu’il remit à l’abbé. Celui-ci, après avoir étudié les manuscrits, entreprit de creuser le sol de l’Eglise et découvrit une marmite pleine de pièces d’or. L’abbé n’en resta pas là, puisqu’il fut aperçu, la nuit, dans le cimetière, en train de retourner des sépultures (était-il un vulgaire pilleur de tombes ?). On raconte qu’il mena des recherches près de la rivière et en ramena de grosses pierres. Une mine d’or désaffectée existe à quelques kilomètres de Rennes-le-Château. Ses moyens financiers lui permirent de restaurer l’Eglise, de faire construire la villa Béthania et la Tour Magdala toutes dédiées à Marie-Madeleine dont certains prétendent quelle fut la femme de Jésus, qu’ils eurent 2 enfants, qu’ils s’installèrent dans la Narbonnaise et qu’ils construisirent un temple souterrain dans la région. Des centaines de passionnés, fans d’extra-terrestres y compris, ne cessent de chercher…Tous sont accueillis, à l’entrée de l’église, par le démon Asmodée qui, curieusement, leur présente le bénitier (Asmodée est un démon du cercle supérieur, parfois assimilé à Belzébuth, prince des Enfers. On le représente souvent sous la forme d’un diable boiteux. Asmodée apparaît, dans la tradition postérieure hébraïque, en particulier dans le Livre de Tobie de l’Ancien Testament, comme un esprit du mal lubrique. Dans la tradition talmudique, Asmodée est associé à Salomon, auquel il apporte son aide lors de la construction du Temple de Jérusalem. Il personnifiait la colère pour les Perses). Des spécialistes canadiens et américains, équipés de lasers, ont détecté des cavités sous l’Eglise et dans la Tour. A suivre…
2 Rudolf Otto (1860-1937), philosophe allemand et historien des religions, se détourne de toute explication rationnelle ou morale de la religion pour décrire le "phénomène" de la conscience religieuse. Il tente d’approcher négativement le "religieux" en le distinguant de toutes ses approximations (la crainte, le mystère, l’énorme, le fascinant). D’une façon générale, la notion du sacré s’attache à tout ce qui dépasse l’homme et suscite, plus encore que son respect ou son admiration, une ferveur particulière que Rudolf Otto caractérise comme le "sentiment de l’état de créature" ou sentiment du "numineux" (du latin "numen" qui évoque la majesté divine) : « Considérons ce qu’il y a de plus intime et de plus profond dans toute émotion religieuse intense qui est autre chose que foi au salut, confiance ou amour, ce qui, abstraction faite de ces sentiments accessoires, peut à certains moments remplir notre âme et l’émouvoir avec une puissance presque déconcertante; poursuivons notre recherche en nous efforçant de le percevoir par la sympathie, en nous associant aux sentiments de ceux qui, autour de nous, l’éprouvent et en vibrent à l’unisson ; cherchons-le dans les transports de la piété et dans les puissantes expressions des émotions qui l’accompagnent, dans la solennité et la tonalité des rites et des cultes, dans tout ce qui vit et respire autour des monuments religieux, édifices, temples et églises : une seule expression se présente à nous pour exprimer la chose ; c’est le sentiment du mysterium tremendum, du mystère qui fait frissonner. Le sentiment qu’il provoque peut se répandre dans l’âme comme une onde paisible ; c’est alors la vague quiétude d’un profond recueillement. II peut aussi surgir brusquement de l’âme avec des chocs et des convulsions. II peut conduire à d’étranges excitations, à l’ivresse, aux transports, à l’extase. Il a des formes sauvages et démoniaques. II peut se dégrader et presque se confondre avec le frisson et le saisissement d’horreur éprouvé devant les spectres. II a des degrés inférieurs, des manifestations brutales et barbares, et il possède une capacité de développement par laquelle il s’affine, se purifie, se sublimise. II peut devenir le silencieux et humble tremblement de la créature qui demeure interdite... en présence de ce qui est, dans un mystère ineffable, au-dessus de toute créature ».
3 Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, à Ekaterinbourg (Oural), dans les caves de la maison de l'ingénieur Ipatiev, le tsar Nicolas II est assassiné (par balles et coups de baïonnettes) avec sa famille (sa femme Alexandra, son fils Alexeï et ses 4 filles Anastasia, Maria, Olga et Tatiana) et son personnel (médecin, femme de chambre, valet de chambre et cuisinier) : l’élimination aurait été décidée par Lénine et ordonnée par Sverdlov, l’exécution (un massacre) dirigée par Iakov Iourovski (gardien en chef de la maison Ipatiev) et réalisée par 12 anciens bagnards et prisonniers hongrois ; les restes de Nicolas II, de sa femme et de 3 de ses filles ainsi que ceux des 4 serviteurs seront officiellement authentifiés en 1993 ; le 17 juillet 1998, Nicolas II sera inhumé avec sa famille (sauf Alexis Nicolaïevitch et Maria), son médecin Eugène Botkine et ses domestiques, Anna Demidova, Ivan Kharitonov et Alexeï Trupp, dans la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul à Saint-Pétersbourg ; lors des obsèques, le Président Boris Ieltsine déclarera : « ...Nous sommes longtemps restés silencieux sur ce crime monstrueux ; coupables sont ceux qui ont perpétré ce meurtre haineux et ceux qui l’ont justifié pendant des décennies, nous tous. Nous devons dire la vérité : le massacre du tsar est devenu l’une des pages les plus honteuses de notre histoire. En enterrant ces victimes innocentes, nous voulons expier les péchés de nos ancêtres. Nous devons terminer ce siècle qui est devenu le siècle du sang et du non-droit pour la Russie, par la repentance et la réconciliation... » ; le Parquet russe annoncera le 16 juillet 2008 que les restes de Maria et de Alexeï, découverts en 2007, ont été authentifiés par des tests ADN ; le 1er octobre 2008, le Présidium de la Cour Suprême de Russie reconnaîtra "les répressions contre le tsar Nicolas et sa famille comme injustifiées" et décide de les réhabiliter.
4 Les Kurdes, probablement des Indo-européens dont les origines demeurent mal connues, apparaissent dans l’histoire entre le Xe et le XIe siècle. Musulmans, ils adhèrent pour la majorité au sunnisme chafiite. Des minorités se réclament cependant du chiisme, des mouvements sectaires alevi (confession hétérodoxe issue du chiisme, tolérante et très attachée à la laïcité) ou yezidi et du christianisme (Assyro-chaldéens). Le Kurdistan, préconisé dans le traité de Sèvres, ne regroupe pas toutes les régions habitées par les Kurdes de l’Empire ottoman et ignore ceux de Perse. Mais le redressement de la Turquie et les convoitises des puissances étrangères (France et Grande-Bretagne notamment) sur le pétrole du Kurdistan méridional sont des obstacles majeurs à la création d’un État kurde. Les Kurdes se retrouvent dispersés principalement entre trois États : Turquie, Irak et Iran, avec une petite minorité en Syrie et quelques éléments en Transcaucasie soviétique. Le 22 janvier 1946, la république kurde de Mahabad déclarera son indépendance vis-à-vis de l'Iran ; vaincue par les troupes iraniennes, elle sera dissoute le 15 décembre ; le président de la république, Qazi Muhammad, sera pendu le 31 mars 1947.
5 http://www.usinenouvelle.com/article/les-secrets-de-la-vache-qui-rit-enfin-perces.N149960
6 http://www.guide-irlande.com/culture-irlandaise/histoire-irlandaise/bloody-sunday-1920/
7 https://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_en_25_points
8 La Grosse Bertha (en allemand : Dicke Bertha) est une très grosse pièce d'artillerie de siège utilisée par l'armée allemande lors de la Première Guerre mondiale. Il s'agissait un obusier de 420 mm de diamètre et de 16 calibres de long. Deux modèles furent construits : d'abord le 42-cm Kurze Marine-Kanone 12 (Gamma-Mörser) à partir de 1912, puis le 42-cm Kurze Marine-Kanone 14 (M-Gerät) à partir de 1914. En France, on a souvent désigné sous ce nom le mystérieux canon utilisé pour le bombardement de Paris en 1918 (Pariser Kanonen), mais il s'agit en fait d'un modèle bien différent (Ferngeschütz ou Kaiser-Wilhelm-Geschütz). https://fr.wikipedia.org/wiki/Grosse_Bertha
9 Le « wagon plombé » a été inventé par la propagande bolchévique pour tenter de démontrer l'indépendance de Lénine à l'égard de l'Empire allemand.

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
22/08/2017
ACCES AU SITE