CLEMENT IV

Gui (ou Guy) Foulques (ou Foucois ou Foucault), dit le Gros, naît le 23 novembre 1190 à Saint-Gilles sur Rhône (Gard).
Après des études de Droit à Paris, il est conseiller et légiste de Louis IX.
Veuf et père de deux filles, il entre dans les ordres en 1255.
D'abord archidiacre du Puy, il en devient l'évêque en 1257.
Archevêque de Narbonne en 1259, il est créé cardinal et évêque de Sabine par Urbain IV (décembre 1261) ; Urbain l'envoie comme légat en Angleterre (novembre 1263) pour soutenir Henri III (1216-1272) contre ses barons.
Elu pape à Pérouse le 5 février 1265, il choisit le nom de Clément ; il est intronisé le 15.
Clément IV demande au franciscain anglais Roger Bacon (v. 1214-1294), surnommé "Docteur admirable" en raison de l’ampleur de ses connaissances et qui critique sévèrement la science de son époque, d’écrire son Opus majus (encyclopédie de toute la science, comprenant grammaire et logique, mathématiques, physique, recherche expérimentale et philosophie morale) où il défend la nécessité d’une réforme des sciences, à partir de nouvelles méthodes d’étude des langues et de la nature ; Bacon résume le savoir scientifique de son époque, démontre que l’air est indispensable à la combustion ; il est le premier à utiliser des verres pour rectifier la vue, invente la lanterne magique, mais admet l’existence de la pierre philosophale et accorde une valeur scientifique à l’astrologie ; ses idées révolutionnaires sur la science lui valent d’être condamné en 1278 pour hérésie par les franciscains.

Prophétie de Malachie : Draco depressus (Dragon vaincu).


1265. 5 février, élection du pape à Pérouse ; il ne peut s’installer à Rome que se disputent Charles d’Anjou (qui s’en est fait nommer sénateur) et Conradin (fils de l’empereur Conrad). Clément IV impose à l’ordre des Cisterciens une constitution (Parvus Fons) qui renforce l’autorité du chapitre général en lui procurant l’assistance d’un définitoire de vingt-cinq abbés. Baybars, sultan des Mamelouks, reprend Césarée aux Croisés. Pékin, les frères Polo (le père et l’oncle de Marco) sont reçus à la cour du khan Kubilay (les Polo prendront le chemin du retour à travers l’Asie centrale, porteurs d’une lettre du khan pour le pape). 27 août, par la constitution Licet ecclesiarum, le pape s'attribue le droit de nommer à toute dignité ou bénéfice.

1266. Le pape charge Charles Ier d’Anjou, frère de Louis IX et comte de Provence, qu’il a investi de la couronne de Sicile, de mettre un terme au pouvoir des Hohenstaufen en Italie et de conquérir Naples et la Sicile : Charles bat successivement le bâtard de Frédéric II, Manfred (qui est tué à la bataille de Bénévent le 26 février) et le fils de l’empereur Conrad, Conradin (qui est condamné à mort et exécuté en 1268), mais, en 1282, il sera contraint d’abandonner la Sicile [suite au massacre des français, le dimanche de Pâques, au moment des vêpres (les « Vêpres siciliennes »)] et se contentera de Naples. 25 juillet, Baybars s'empare de la forteresse des Templiers de Safed.

1267. 24 mars, Louis IX réunit ses chevaliers à Paris pour préparer sa deuxième croisade en Terre Sainte (1270) ; objectif : la Tunisie, dont il veut faire une base pour des opérations ultérieures. 27 juillet, la bulle Turbato Corde défère devant l’Inquisition les juifs convertis puis relaps. Le concile de Vienne (Autriche) ordonne aux Juifs le port d’un chapeau plat surmonté d’une tige avec une boule : le judenhut.

1268. 7 mars, Baybars prend Jaffa. 18 mai, Baybars prend Antioche. Clément IV prend la Sorbonne sous sa protection. 29 novembre, à Viterbe, mort du pape.


Vacance du Saint-Siège.

1269
. Conformément aux recommandations du 4e concile de Latran (1215), une ordonnance de Louis IX oblige les juifs, dès l’âge de 14 ans, à porter "sur leur robe de dessus, devant et derrière, une pièce de feutre ou de drap jaune" et un bonnet spécial pour les femmes ; les contrevenants doivent payer une amende de 10 livres. Les Juifs de Carpentras sont tenus de résider dans un quartier spécifique. Bonaventure (1221-1274) fait tinter la cloche pour appeler ses religieux et les fidèles d'alentour à réciter les trois Ave d'après complies ; au couvent des Frères mineurs d'Arrezo, elle est précédée de l'antienne Angelus locutus est Mariae (L'ange s'adressa à Marie).

1270. Le Puy-en-Velay, pèlerinage de Louis IX et du duc de Bourgogne. 1er juillet, Aigues-Mortes : Louis IX, son fils Philippe et sa bru Isabelle d’Aragon, embarquent pour la huitième et dernière croisade organisée par Louis IX et Charles Ier d’Anjou. 18 juillet, le roi de France débarque avec six mille hommes sur la plage de Carthage, près de Tunis, et met le siège devant la ville. 25 août, sous les remparts de Tunis, mort de Louis IX (dysenterie ou typhus) : son fils Philippe III le Hardi lui succède ; il reçoit l’hommage des vassaux de son père et charge son oncle Charles d’Anjou de négocier avec l’émir al-Mostansir (trêve de 10 ans) ; l'armée exige de conserver le coeur du Roi (on ne sait pas ce qu'il en advint). 30 octobre, traité de Tunis : Charles d'Anjou retire ses troupes après avoir signé le traité favorable aux intérêts siciliens. Philippe III ramène les ossements de Louis IX (bouillis dans du vin et renfermés dans des outres de cuir) et rapatrie les rescapés de la croisade ; l’épidémie (dysenterie ou typhus) fait encore de nombreux morts lors du passage en Sicile ; la reine Isabelle d’Aragon fait une chute de cheval en Calabre, met au monde un enfant qui meurt peu après, puis, atteinte de fièvre puerpérale, elle succombe le 28 janvier 1271 ; Philippe III arrive à Paris le 21 mai 1271. Ethiopie, prise du pouvoir par Yekouno Amlak qui affirme descendre du roi Salomon par son ancêtre Ménélik (fruit des amours du roi des Hébreux et de la reine de Saba). La Summa de officio Inquisitionis, manuel d’Inquisition, n’oublie pas de mentionner les "augures et idolâtres" qui s’adonnent au "culte du démon". En Andalousie, ségrégation généralisée des Juifs.

1271-1291. Baybars, puis Spinola, enlèvent les dernières places fortes de Terre sainte.

1271. En février, prise de Durazzo : Charles d'Anjou occupe une partie de l'Illyrie qu'il nomme Albanum (Albanie). 15 mars au 8 avril, le sultan mamelouk Baybars Ier assiège et prend d’assaut le Krak des Chevaliers (Hospitaliers) ; la première enceinte cède mais le sultan ne peut malgré tout s'emparer du krak que par la ruse : il envoie une fausse missive, émanant prétendument du comte de Tripoli, qui recommande aux 300 assiégés de se rendre faute de secours ; ceux-ci négocient leur vie contre l'autorisation de quitter librement le pays et, le 8 avril, la citadelle change de mains. 21 mai, Philippe III est solennellement accueilli à Paris ; les cercueils de ses père (Louis IX), frère (Jean Tristan mort devant Tunis le 3 août 1270), femme et enfant mort-né le suivent. 2 juillet, 1er traité de Presbourg entre Étienne V de Hongrie et Ottokar II de Bohême. Samedi 15 août, Saint-Denis, couronnement de Philippe III dit le Hardi, le doux ou le Débonnaire. 25 août, Philippe III hérite de son oncle Alphonse de Poitiers le comté de Toulouse, le Poitou et l’Auvergne ; le Velay passe sous administration royale mais reste autonome de fait (rattaché à la généralité et au gouvernement du Languedoc, il est le siège d’une lieutenance et d’une sénéchaussée et conservera ses états particuliers jusqu’en 1789). Révision de la règle de st François en raison de l’afflux des postulants. 1er septembre, élection du pape Grégoire X.


Sources

Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 04/03/2017

ACCES AU SITE