CLÉMENT V

Bertrand de Got naît vers 1264 à Villandraut (Gironde) dans une famille très distinguée.
Il étudie le droit civil et canonique à Orléans et à Bologne.
Il est chanoine à Bordeaux, vicaire général de son frère l’archevêque de Lyon, aumônier du pape, puis évêque de Comminges (1295-1299) et archevêque de Bordeaux (1299-1305).
Il est élu pape à Pérouse le 5 juin 1305 au terme d’un conclave de 11 mois grâce à son ami, le roi de France, Philippe IV le Bel, et aux Colonna qui aurait acheté les électeurs. Rien ne destinait au pontificat l’archevêque de Bordeaux Bertrand de Got, qui ne faisait même pas partie du Sacré Collège. Or, ce dernier, profondément divisé après le pontificat controversé de Boniface VIII, décida de choisir un prélat en dehors du Collège. La nomination d’un pape italien aurait attisé le conflit entre Philippe le Bel et Rome. Il fallait donc un homme neutre, et Bordeaux fait partie du royaume d’Angleterre.
Bertrand de Got, avisé de son élection le 19 juin 1305, prend le nom de Clément et se met aussitôt en route pour se faire couronner à Vienne, en terre impériale, avant de gagner l’Italie ; mais Philippe le Bel l’ayant invité à Lyon, c’est là, en l’église Saint-Just, qu’il est intronisé en présence du roi le 14 novembre.
Retenu en France par l’affaire des Templiers et dissuadé de se rendre en Italie qui traverse une période de troubles (les troupes pontificales affrontent Venise pour le contrôle de Ferrare et une rébellion contre les grands féodaux, unissant rebelles et dolciniens, perdure dans le Valsesia), Clément V, séjourne à Cluny, Nevers, Bourges et Bordeaux ; ayant fait plusieurs séjours au château de Montreux près de Carpentras, il finit par s’installer en 1309 à Avignon, possession du comte de Provence, roi de Naples.
Clément V espère réconcilier les rois de France et Angleterre.
En 1314, séjournant à Carpentras, il demande que l'on sonne la cloche des Ave Maria après les chants des complies.
On lui reproche luxure et simonie.
Il meurt le 20 avril 1314 à Roquemaure (Gard).

Prophétie de Malachie : De fessis Aquitanicis (Des fasces d’Aquitaine).


1305. 5 juin, Pérouse, élection du pape. 23 juin, Paix d’Athis-sur-Orge, la France annexe la Flandre gallicane, Lille, Douai et Béthune. 23 août, Londres, pour s’être opposé au roi d’Angleterre Edouard Ier qui a annexé l’Ecosse en 1296, William Wallace est écartelé. 14 novembre, à Lyon, intronisation du pape Clément V ; un balcon surchargé s’écroule, faisant 12 morts et de nombreux blessés ; le duc Jean II de Bretagne et le frère du pape, Gaillard de Got, sont mortellement blessés. 18 novembre, Arthur II, duc de Bretagne, succède à son père. 6 décembre, le roi Venceslas III abdique en Hongrie ; Otton III de Bavière lui succède en adoptant le nom de Béla V.

1306. 6 et 7 janvier : troubles à Gênes ; les Gibelins se divisent face à l'influence trop grande des Spinola, qui sortent vainqueurs des combats de rue ; Opizzimo Spinola est nommé capitaine du peuple avec Barnado Doria, le seul de sa famille à être resté favorable aux Spinola ; les Guelfes, qui soutiennent la papauté, sont bannis jusqu'en 1307. 27 janvier, création de l’université d’Orléans. 10 avril, Pistoia capitule après un siège commencé le 22 mai 1305 par Florence. Pressé par Philippe IV, le pape demande à Jacques de Molay, Grand Maître des Templiers, d’accepter la fusion de son ordre avec celui des Hospitaliers ; Jacques de Molay refuse. En Europe, la crise génère des difficultés financières ; des révoltes éclatent dans les villes notamment à Paris ; le 21 juin, Philippe le Bel décrète l’expulsion des Juifs (jusqu’en 1315), la confiscation de leurs biens et taxe lourdement les banquiers lombards. Le cartographe génois Giovanni da Carignano rencontre à Gênes les membres d’une ambassade éthiopienne de 30 légats envoyés par l’empereur d’Ethiopie Wedem Ara’ad pour présenter leurs respects au pape. Jean Duns Scot entreprend d’argumenter contre les bégards. 4 août, assassinat de Venceslas III par un noble à Olomouc, mort sans descendance ; Albert Ier de Habsbourg tente de s'emparer du pays ; en octobre, il convaincra la noblesse tchèque d'élire roi de Bohême son fils Rodolphe III de Habsbourg, qui épousera la veuve du prince de Pologne. 1er septembre, Ladislas Ier le Bref devient duc de Cracovie ; il affronte l'armée du Brandebourg à la fin de l'année et s'empare de la Poméranie de Gdańsk qu'il confie à des gouverneurs. 30 décembre, à Paris, révolte contre la hausse des loyers ; le roi est assiégé dans le Temple et la maison d'Étienne Barbette, auquel on attribue la responsabilité des altérations de l'argent, est incendiée ; à la suite de ces troubles, une ordonnance royale abolit provisoirement les confréries professionnelles.

Vers 1307-1321. Dante (qui fut chargé de mission diplomatique auprès de Boniface VIII puis exilé en mars 1302) rédige La Divine Comédie.

1307. 16 janvier, Bernard Gui devient inquisiteur de Toulouse et entame une lutte vigoureuse contre les Cathares. Les apostolici (apostoliques), retranchés dans le Valsesia depuis 1304, sont finalement capturés par l'armée conduite par les évêques de Novare et de Verceil : le 23 mars, Fra Dolcino (Dulcin) est pris ; condamné comme hérétique, il sera brûlé le 1er juin. Clément V fonde l’université de Pérouse. 14 mai, peu après Pentecôte, conférence entre le pape et le roi de France à Poitiers. 7 juillet, Édouard Ier d'Angleterre, qui marche contre Robert Bruce, meurt en campagne près de Carlisle : son fils, Édouard II, lui succède le 8 juillet ; il sera couronné le 24 février 1308. 23 juillet, par la bulle Regnum de rex Clément V nomme sept franciscains pour agir en tant que représentant en Chine ; Jean de Monte Corvino est nommé archevêque et patriarche oriental de Khanbalik (Pékin). 10 août, à Poitiers, bulle confirmant la couronne de Hongrie à Carobert. 24 août, le pape annonce l’ouverture d’une enquête demandée par le Grand Maître Jacques de Molay suite aux rumeurs circulant au sujet de l’ordre du Temple. 5 septembre, Clément V confie la possession de Rhodes aux Hospitaliers ; le 11 novembre, les Hospitaliers de Saint-Jean débarquent sur l'île de Rhodes avec l'aide du corsaire génois Vignolo di Vignoli. 14 septembre, Philippe, dans une lettre adressée à tous les officiers du pays, accusent les Templiers (hérésie, profanation, idolâtrie et sodomie : l’acte d’accusation qui est lu dans toutes les provinces du royaume est l’œuvre de Guillaume de Nogaret) et ordonne leur arrestation "en un jour donné gardé secret : le vendredi 13 octobre" ; ce jour-là, des centaines (?) de chevaliers sont arrêtés, leurs biens saisis, le roi fait jeter en prison Jacques de Molay. Du 19 octobre au 24 novembre, 140 chevaliers de Paris sont soumis à la torture des inquisiteurs, 137 avouent des ignominies. Jacques de Molay, comme les autres templiers, est accusé et comparaît devant le tribunal de l’Inquisition. 17 novembre, Serment du Grütli (mythe fondateur de la Suisse) : les confédérés d'Uri, de Schwytz et d'Unterwald se liguent contre les Habsbourg. 22 novembre, devant les aveux de 137 chevaliers, Clément V, par la bulle Pastoralis praeeminentiae, ordonne aux rois et princes d’Europe d’arrêter les Templiers. En décembre, Jacques de Molay et des dignitaires se rétractent devant deux cardinaux envoyés par le pape.

1308. 25 janvier, à Boulogne, Édouard II d'Angleterre épouse Isabelle de France, fille de Philippe le Bel ; elle est couronnée à Londres le 24 février. Le clergé commence à tenir des registres de baptêmes, mariages et décès. 5 au 15 mai, les États généraux de Tours approuvent les poursuites de Philippe le Bel contre les Templiers. 5 juillet, le pape, après avoir auditionné 72 membres de l'ordre, se dessaisit de l’affaire des Templiers et la remet à l’Inquisition. 12 août, à Poitiers, la bulle Faciens misericordiam crée des commissions diocésaines chargées d'enquêter sur les agissements des Templiers et des commissions pontificales chargées de juger l'Ordre du Temple, et la bulle Regnans in cœlis convoque un concile, à Vienne sur le Rhône, qui se prononcera sur le sort à réserver au Temple en tant qu’institution. 17 au 20 aout, le Parchemin de Chinon contient l'absolution accordée par Clément V au dernier grand maître des templiers, le frère Jacques de Molay, ainsi qu'aux autre chefs de l'ordre après qu'ils eurent fait acte de repentance et demandé le pardon de l'Église. Le château de Montcaillou est détruit : les cathares qui s’y trouvaient sont arrêtés et conduits à Carcassonne devant le tribunal de l’inquisition. 8 septembre, la bulle de Clément V Super Specula érige l'université de Pérouse, fondée en 1907, en Studium Generale. 14 novembre, les Teutoniques étant à Dantzig, la Pologne perd l’accès à la mer.

1309. 6 janvier, Henri de Luxembourg est couronné empereur romain germanique à Aix-la-Chapelle. 13 janvier, le pape se rend à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) ; le 20, par la bulle Vita perennis gloria, il reconnaît le caractère authentique des reliques de st Gaudens, martyr des Wisigoths vers l'an 475, et accorde de nombreuses indulgences pour les pèlerinages au sanctuaire. 9 mars, Clément V fixe sa résidence (d’abord provisoire) au couvent des dominicains à Avignon (Avignon et le Comtat sont la propriété du comte de Provence qui est aussi le roi de Naples) afin d’échapper aux troubles politiques qui agitent Rome ; c’est le début de la "captivité de Babylone" qui durera 68 ans ; il demeurera ensuite à Malaucène, Carpentras et Caromb. 3 juin, à Constance, la Ligue Éternelle Suisse est reconnue par l'empereur germanique Henri VII de Luxembourg. 26 juillet, Clément V reconnait l'élection de l'empereur germanique Henri VII. 15 août, prise de Rhodes par les Hospitaliers qui s'y installent. 8 septembre, couronnement par le pape à Avignon de Robert d'Anjou, le Sage, roi de Naples, qui succède à son père Charles II d'Anjou décédé le 6 mai. 14 septembre, la forteresse de Malbork (Marienburg) devient le quartier général de l'Ordre Teutonique. 9 octobre, à Amiens, premier procès d'Artois devant la Cour des pairs du roi de France : Robert III d'Artois conteste à sa tante Mahaut d'Artois la possession du comté d'Artois ; Philippe IV le Bel tranche en faveur de Mahaut ; par compensation, Robert reçoit le comté de Beaumont-le-Roger et la seigneurie de Conches-en-Ouche. En octobre, Jean de Joinville achève le Livre des saintes paroles et des bons faiz de nostre roy saint Looys.

Vers 1310. Pierre Dubois, légiste de Philippe le Bel, propose d’instituer la république des chrétiens et un arbitrage international. Le concile de Trèves désavoue "un certain nombre de laïques appelés bégards, du nom d’une congrégation imaginaire à laquelle ils feignent d’appartenir. Ils se présentent en public, vêtus de longues tuniques ornées de grands capuchons, et fuient tout travail manuel. À certaines époques, ils tiennent entre eux des réunions dans lesquelles ils se donnent, en présence de personnes crédules, l’apparence de profonds interprètes des Écritures sacrées. Nous désapprouvons leur association comme étrangère à toute congrégation reconnue par l’Église, et leurs habitudes de mendicité et de vagabondage."

1310. 7 avril, 9 templiers présentent la défense de l’ordre devant une commission pontificale. Philippe le Bel réunit le concile provincial de Sens ; 54 templiers étant revenus sur leurs aveux sont condamnés comme relaps (ils sont brûlés le 12 mai). 11 mai, 21 templiers se présentent au concile de Mayence pour protester de leur innocence et en appeler au pape. A Toulouse, devant l’inquisiteur Bernard Gui, 18 personnes sont brûlées sur un bûcher, 65 sont emprisonnées à vie dont 3 avec des chaînes, tandis que 20 sont condamnées à de terribles pèlerinages vers des terres lointaines. 21 octobre, un synode réuni à Salamanque déclare les Templiers innocents ; des synodes ont fait de même à Ravenne le 17 juin et à Mayence le 1er juillet. L'archevêque de Lyon, Pierre de Savoie, refusant l'autorité du roi, Philippe le Bel envoie son fils Louis, alors roi de Navarre, avec une armée ; après trois mois de siège, la ville capitule et l'archevêque se trouve prisonnier dans son château.

1311. 27 avril, par la bulle Rex gloriae virtutum, Clément V, pressé par Philippe le Bel, lève et ordonne d'effacer des registres de l'Église de Rome les excommunications, sentences, etc., lancées par Boniface VIII et par Benoît XI depuis la Toussaint de l'an 1300 contre le roi, le royaume, les appelants au concile général, etc. suite à l’attentat d’Anagni. Le pape promulgue les Constitutiones Clementinae, un ensemble de décrétales qui marquent le développement du droit canon (Corpus juris canonici). 16 octobre, ouverture du concile de Vienne sur le Rhône. En novembre, Philippe ordonne que "nul dans la ville et vicomté de Paris ne peut exercer l’art de chirurgie, à moins qu’il n’ait été examiné par les maîtres chirurgiens jurés de Paris".

1312. 20 mars, Philippe IV le Bel, qui tient une assemblée générale de son Royaume à Lyon, arrive à Vienne, accompagné de ses trois fils et de ses frères, Charles de Valois et Louis d'Évreux, à la tête d'une grande armée pour impressionner le pape. 22 mars, la bulle Vox in excelso abolit, non par voie de justice mais "per viam expedientiae" (par ordonnance apostolique), l’ordre des chevaliers de la milice du Temple, ainsi que sa règle, son habit et son nom, par un décret inviolable et perpétuel, et nous interdisons à quiconque à partir de maintenant d'entrer dans l'Ordre, de recevoir ou de porter son habit ou d'affirmer être un Templier. 10 avril, annexion de Lyon au royaume de France par le traité de Vienne signé par l'archevêque de Lyon, Pierre de Savoie. Par les bulles Ad providam Christi vicarii du 2 mai, et Nuper in Concilio du 16, Clément V transfère les possessions foncières des Templiers aux Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, devenus les Chevaliers de Rhodes, contre paiement de fortes indemnités à Philippe le Bel (le pape et le concile exceptent du transfert les biens du Temple situés dans les royaumes d’Espagne, de Castille, de Portugal, d’Aragon, de Majorque, parce que les Templiers qui s’y trouvent luttent contre les entreprises des Sarrasins et des Mores de Grenade). 6 mai, la bulle Considerantes dudum détermine le sort des Templiers : ceux ayant avoués ou ayant été déclaré innocents se verront attribuer une rente et pourront vivre dans une maison de l’ordre, tous ceux ayant niés ou s’étant rétractés, subiront un châtiment sévère (la peine de mort). 11 mai, fin du concile de Vienne. 29 juin, à Saint-Jean de Latran, Henri VII de Luxembourg est sacré empereur des Romains par les cardinaux mandés par le pape. 18 décembre, la bulle Licet dudum confirme le transfert des biens et propriétés de l'Ordre du Temple à l'Ordre Hospitalier. 31 décembre, la bulle Dudum in generali Concilio propose trois dispositions prises à l'égard de l'Ordre de l'Hôpital.

1313. Canonisation de Célestin V sous le nom de Pierre Célestin.

1314. 7 février, les juges du comté de Valois condamnent à mort un taureau coupable d’avoir tué un jeune homme d’un coup de corne. 8 février, mort d'Hélène Angelina, reine de Serbie. 18 mars, les 4 Templiers dignitaires de l'Ordre : Jacques de Molay, maître de l'Ordre du Temple, Geoffroy de Charnay, précepteur de Normandie, Hugues de Pairaud, visiteur de France et Geoffroy de Goneville, précepteur en Poitou-Aquitaine, sont condamnés à la prison perpétuelle ; Jacques de Molay, grand maître du Temple et Geoffroy de Charney, commandeur de Normandie, proclament l’Ordre innocent de toutes les accusations portées contre lui ; ils reviennent sur leurs aveux, et deviennent donc relaps. 19 mars, Philippe le Bel convoque son conseil et, faisant fi des cardinaux, condamne Jacques de Molay et Geoffroy de Charney au bûcher ; ils sont conduits sur l'île des Javiaux (Île aux Juifs, îlot situé sur la partie méridionale de l'actuel Square du Vert-Galant, à la pointe de l'Île de la Cité), et brûlés vifs, conformément au droit médiéval qui punit de mort les relaps ; au moment de mourir, Molay aurait maudit le roi et le pape Clément leur prédisant qu’ils mourraient eux aussi avant la fin de l’année. Avril à mai, "Affaire des brus" : Philippe le Bel fait châtier ses brus légères ; Marguerite et Blanche de Bourgogne sont incarcérées à Château-Gaillard ; Marguerite y meurt le 14 août 1315, sans doute assassinée ; Blanche prend le voile à l’abbaye de Maubuisson et y meurt en 1326 ; la troisième, Jeanne, d’abord tondue et incarcérée au château de Dourdan, est finalement reconnue innocente par son mari Philippe le Long ; Philippe fait supplicier leurs amants, les frères Philippe et Gautier d’Aulnay, qui sont écorchés vifs, émasculés et décapités à Pontoise. 20 avril, au château de Roquemaure, alors qu’il voyage pour retourner dans sa Guyenne natale, Clément V meurt après avoir ingurgité un plat d’émeraudes pilées destinées à le guérir de ses maux d'estomac et d'intestin (cancer ?).


Vacance du Saint-Siège.

1314 (suite)
. 1er mai, à Carpentras, 23 cardinaux se réunissent pour élire un nouveau pape mais ils ne parviennent pas à se mettre d'accord. 12 mai, en Aragon, 6 hérétiques vivants et plusieurs cadavres exhumés sont brûlés. 23 et 24 juin, Bataille de Bannockburn : le roi écossais Robert II Bruce, en battant les troupes anglaises dirigées par Édouard II d'Angleterre, assure l’indépendance de l’Ecosse. 24 juillet, les neveux de feu Clément V, Raymond Guilhem de Budos et Bertrand de Got, pillent Carpentras, faisant fuir le Sacré Collège. 29 novembre, à Fontainebleau, mort de Philippe IV le Bel surnommé le roi de fer ("maladie de langueur" : on pense aujourd’hui à un accident vasculaire cérébral) : son fils Louis X (roi de Navarre depuis 1304) dit le Hutin, le Méchin, le Noiseux ou le Querelleur (en raison de son caractère colérique), lui succède.

1315-1317. Température en chute, pluies interminables, disette.

1315. 19 mars, suite aux différentes révoltes des Normands contre les impôts, Louis X le Hutin octroie une Charte au Duché de Normandie ; la "Charte aux Normands". 30 avril, Louis X envoie à la potence (au gibet de Montfaucon) Enguerrand de Marigny, grand argentier de son père, accusé d’avoir dilapidé le Trésor public, de trahison et de sorcellerie (le cadavre demeure exhibé pendant deux ans). 3 juillet, édit de Louis X affirmant que "selon le droit de nature, chacun doit naître franc" (c'est-à-dire libre) et que "le sol de France affranchit l'esclave qui le touche" 1. 11 juillet, Louis X rappelle les Juifs (qu’il dépouillera ensuite) ; il affranchit les serfs du domaine royal contre finances (vente de chartes d’affranchissement) dans deux bailliages seulement (Senlis et Vermandois) ; il interdit de commercer avec les Génois et les Provençaux ; il institue de nouveaux impôts dont la gabelle. 19 août, Louis X épouse Clémence de Hongrie (Marguerite de Bourgogne, la première femme du roi, répudiée en 1314 pour adultère, a été étranglée le 14 août, probablement sur ordre du roi, dans sa prison de Château-Gaillard). 24 août, Reims, sacre de Louis X. 15 novembre, dans le défilé de Morgarten, victoire décisive des confédérés suisses (cantons de Schwyz, d’Uri et d’Unterwald) sur l’armée des cavaliers du duc d’Autriche, Léopold Ier de Habsbourg.

1315-1322 : grande famine en Europe (pas de récoltes en raison des conditions climatiques).

1316. En mars, réunion du Sacré Collège à Lyon. 5 juin, au château de Vincennes, mort de Louis X le Hutin (refroidissement ou empoisonnement ?) ; Jeanne (sa fille unique qu’il a eu de Marguerite de Bourgogne) qu’il reconnaît en mourant, est cependant écartée du trône sous prétexte que sa mère laisse un doute sur sa légitimité ; la reine Clémence est enceinte de 4 mois ; le frère du roi, Philippe le Long, est nommé régent. 7 août, élection du pape Jean XXII.


Note
1 http://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_du_sol

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
03/06/2017
ACCES AU SITE