Clément VII
Jules de Médicis (Giulio di Giuliano de' Medici), fils posthume et naturel de Julien de Médicis, naît à Florence le 26-5-1478.
Il est légitimé par son cousin Léon X qui le nomme archevêque de Florence en mai 1513, cardinal en septembre, puis cardinal-chancelier de l’Eglise romaine.
Elu pape le 19-11-1523, il choisit le nom de Clément ; il est intronisé le 26.
Clément VII refuse de renouveler l'alliance conclue par Adrien VI avec l'empereur Charles Quint (bien que ce dernier est contribué financièrement à son élection) et prend le parti de François Ier.
Il enrichit la bibliothèque vaticane d’un grand nombre de volumes.
Il meurt à Rome le 25-9-1534.

Prophétie de Malachie : Flos pilaei aegri (La fleur de la boule malade).


1523. 19 novembre, élection du pape.

1524. Mi-avril, au nom de François Ier, Jean Verrazano baptise le port sur l’estuaire de la rivière Hudson Nouvelle Angoulême (premier nom de New York). 29 et 30 avril, bataille de la Sesia : victoire des troupes de Charles Quint ; le 30 avril, près de Romagnano (Milanais), sur les bords de la Sesia, mort de Pierre du Terrail, seigneur de Bayard, atteint d’un coup d’arquebuse dans les reins alors qu’il protégeait la retraite des troupes françaises. David Rubéni, qui affirme être l’ambassadeur d’un royaume juif de Khaibar en Arabie (royaume falasha ?) obtient du pape Clément VII des lettres pour Jean III, roi du Portugal, et pour le prêtre Jean, roi d’Éthiopie. Gian Pietro Carafa (futur Paul IV) et Gaétan de Thiene fondent l’ordre des Théatins. Fondation de la Congrégation des ermites camaldules du Mont Corona. 20 juillet, Blois, mort en couches de la reine, Claude de France. 15 août, Jubilé du Puy-en-Velay ; pèlerinage de François Ier. Le sud-est de la France est envahi par Henri VIII et Charles Quint (dont le lieutenant est le connétable de Bourbon) ; François Ier sauve Marseille (prise en août par le connétable) le 29 septembre et reconquiert Milan le 26 octobre. 24 août, révolte des paysans allemands de Schaffhouse qui refusent leurs corvées excessives : début de la Guerre des paysans allemands baptisée Révolte des Rustauds. Septembre, Erasme publie De libero arbitrio, dans lequel il défend, d’un point de vue métaphysique, moral et théologique, la possibilité pour l’homme de collaborer avec Dieu à son propre salut sans qu’il y ait une opposition radicale entre les œuvres et la foi 2. 26 octobre, François Ier prend Milan. 27 octobre, les Français mettent le siège devant Pavie. 25 décembre, le pape ouvre le neuvième jubilé (année sainte).

1524-1526. La Guerre des Paysans allemands (Deutscher Bauernkrieg), commencée le 24 août 1524, est une jacquerie qui enflamme le Saint Empire romain germanique dans de larges zones de l’Allemagne du Sud, de la Suisse et de l’Alsace. On l’appelle aussi, en allemand, le Soulèvement de l’homme ordinaire (Erhebung des gemeinen Mannes), et, en français, la Révolte des Rustauds. Elle durera jusqu'en 1525 en Allemagne et jusqu'en 1526 en Autriche.

1524-1570. Evangélisation du Mexique ; les missionnaires lutteront contre l’exploitation des Indiens mais s’évertueront à effacer la culture aztèque.

1525. 24 février, l’armée française est écrasée à Pavie par les impériaux ; François Ier est fait prisonnier et emmené en Espagne. Augustin Ier Grimaldi, en désaccord avec la France, place Monaco sous le protectorat espagnol de Charles-Quint. 28 février, Hernan Cortés, qui soupçonne le dernier souverain aztèque, Cuauhtémoc (Aile qui tombe en langue nahuatl), de préparer un soulèvement contre les Espagnols, le fait pendre à Tabasco (Mexique). 5 avril, Sigismond Ier de Pologne instaure son pouvoir sur la Prusse-Orientale. 8 avril, Albert de Brandebourg, grand maître de l’ordre Teutonique, qui vient de se convertir au protestantisme (5 avril), crée l’Etat prussien dont il fait un état protestant, prend le titre de duc de Prusse et reçoit l’investiture du roi de Pologne Sigismond Ier. Fin avril, la révolte des paysans menaçant de conduire au chaos, Luther incite l’autorité à recourir à la répression sans merci. 15 mai, bataille de Frankenhausen en Thuringe : la révolte des paysans allemands est noyée dans le sang ; l’anabaptiste Thomas Münzer 1 qui s’était mis à leur tête sera décapité le 27. 13 juin, Luther (+1546) épouse Katharina von Bora, ancienne nonne, dont il aura 6 enfants : « Le fait que le monde se scandalise me prouve que c’est une œuvre de Dieu. Si l’on m’avait approuvé, je douterais de la légitimité de mon mariage ». 19 juillet, les nobles catholiques allemands forment la ligue de Dessau pour combattre la Réforme. Meaux, le luthérien Jean Leclerc est marqué au fer rouge (exécuté en 1526). Les derniers Maures d’Espagne, employés sur les domaines de la région de Valence, sont expulsés.

1526-1529. 7e guerre d’Italie.

1526. 14 janvier, traité de Madrid : François Ier, prisonnier depuis près d’un an, renonce à toute prétention en Italie, cède à l’Empire la Flandre, l’Artois, le Tournaisis et la Bourgogne et doit remettre ses deux fils, François et Henri, comme otages ; François Ier amnistie le Connétable de Bourbon passé au service de Charles Quint pour se venger de la reine mère, Louise de Savoie, qui l’avait dépouillé de ses biens. 27 février, formation de la Ligue protestante de Gotha-Torgau. 17 mars, Madrid, libération de François Ier qui ne respectera pas les dispositions du traité de Madrid. 21 avril, à Panipât (Inde), Bâbur, descendant de Gengis Khan et de Tamerlan et fondateur de l’empire moghol, vainc l’armée du sultan de Delhi, Ibrahim Lodi, qui est tué par une flèche : début de la domination musulmane en Inde. 22 mai, Clément VII entre dans la Ligue de Cognac (France, Venise, Florence, Suisse et duché de Milan avec l’aide financière d'Henri VIII d’Angleterre) contre Charles Quint qui réaffirme la suprématie de l’Empire sur l’Eglise. 8 juin, les Etats de Bourgogne proclament qu'ils désirent rester français. Juin, un bref approuve la fondation de l’ordre des Capucins par Mattéo de Bascio frère mineur observantin (l’ordre féminin des Capucines est créé en Italie en 1538 et installé à Paris en 1608). Juillet, négociations franco-turques. 29 août, Hongrie, les Ottomans de Soliman II le Magnifique remportent la bataille de Mohacs ; le roi de Hongrie, Louis II Jagellon est tué au cours de la bataille. 23 octobre, Ferdinand de Habsbourg, qui succède à Louis II, est élu roi de Bohême ; le 17 décembre, il sera également nommé roi de Hongrie. Luther : Messe allemande.

1527. Constantinople, le Mollah Kabiz est décapité pour avoir dit que Jésus était supérieur à Mahomet. Avril, 15.000 lansquenets (mercenaires allemands sans solde auxquels leur chef, Georg von Frunsberg, a promis qu’ils seraient tous riches du sac de Rome) et des soldats espagnols de Charles Quint rejoignent en Lombardie les hordes du connétable de Bourbon qui occupent Milan. 6 mai, les impériaux et les troupes des Colonna, assaillent Rome : l’orfèvre Benvenuto Cellini tue le connétable de Bourbon (dont les biens sont réunis à la couronne de France) ; la soldatesque massacre 40.000 personnes, saccage la ville (jusqu'au 6 juin) et commet les pires sacrilèges ; le pape dont 147 gardes suisses ont été tués en défendant l’escalier menant au tombeau de Pierre, se réfugie au château Saint-Ange, protégé par les 42 gardes survivants, et implore vainement l’empereur Charles Quint qui lui reproche son alliance avec François Ier en 1526 : les protestants allemands se réjouissent. 16 mai, les Médicis, une puissante famille patricienne de Florence, sont exclus du pouvoir de la ville par les Florentins : le cardinal Passerini, qui représentait alors la famille Médicis au pouvoir sur la ville, est chassé, et la République est proclamée. 6 Juin, château Saint-Ange, le pape est contraint de signer avec le prince d'Orange et les principaux officiers des troupes de lansquenets une capitulation au terme de laquelle il s'engage à leur verser la somme énorme de 400.000 ducats, payable en plusieurs fois, et à remettre dans les mains de l'empereur diverses places fortes ou cités 3. 24 juin, recès de Västeras : le luthéranisme devient religion d'État en Suède : une partie des biens d'Eglise est sécularisée au profit de la couronne ; sous l'impulsion de Laurentius Petri, l'archevêque d'Uppsala, le clergé et l'épiscopat adoptent également la réforme de Martin Luther. Décembre, après avoir signé avec Hugues de Moncade, vice-roi de Naples, un traité par lequel il s'engage à ne plus intervenir contre l'empereur, Clément VII, déguisé en paysan avec des pierres précieuses dans les doublures de ses vêtements, fuit Rome pour Orvieto.

1528. 16 février, l’armée impériale quitte Rome avec un butin énorme. 1er mai, le typhus décime les troupes françaises qui assiègent Naples. L’amiral Andrea Doria (longtemps partisan de la France), qui se déclare en faveur des Impériaux (à condition que Charles Quint respecte l’autonomie de sa patrie), délivre Gênes des Français et fait promulguer de nouvelles lois constitutionnelles qui mettent fin au régime des doges perpétuels et instaurent une République aristocratique. Vienne, Hubmaier, chef des anabaptistes autrichiens, est brûlé : l’anabaptisme est un mouvement religieux né à Wittenberg vers 1521 qui condamne le baptême des enfants car ils ne peuvent en manifester le désir. Le pape recommande la culture du haricot rapporté d’Amérique du Sud par les Espagnols et en donne à sa nièce Catherine de Médicis.

1528-1532. Une guerre civile oppose les deux fils de l’empereur inca Huayna Capac : Huascar Capac et Atahualpa ; Huascar est capturé par les généraux d’Atahualpa.

1529. Avril, Lyon, grande rebeyne (émeute de subsistance) contre le pain rare. 17 avril, Paris, place de Grève, le Chevalier Louis de Berquin (dont les livres ont été brûlés), correspondant et traducteur d'Erasme, accusé d’hérésie (et même de se mêler aux orgies des sorciers et d’avoir adoré le diable), est étranglé au poteau, puis son corps est brûlé. 22 avril, traité de Saragosse : signé entre l'Espagne et le Portugal, il délimite la seconde ligne de partage dans le Pacifique fixée à l'est des Moluques, à 133° de longitude, et attribue les Philippines à l'Espagne et les Moluques au Portugal. Avril/mai : Luther publie son Grand Catéchisme (pour les pasteurs) et son Petit Catéchisme. 1er juin au 23 juillet, Londres, audience du tribunal ecclésiastique sur la demande d'annulation du mariage d'Henri VIII et de Catherine d'Aragon : Henri VIII, s’est épris d’Anne Boleyn ; tous ses enfants sont morts, à l’exception de Marie, née en 1516 et la reine Catherine d'Aragon est trop âgée pour en avoir d’autres, en conséquence, il demande l'annulation de son mariage ; le pape Clément VII a confié le dossier de demande d'annulation du mariage à deux légats, les cardinaux Wolsey et Campeggio, qui entendent, le 21 juin, Henri et Catherine : la reine refuse toute conciliation et fait appel au pape qui refuse l’annulation du mariage d'Henri VIII et de Catherine d’Aragon : le refus de Clément VII s’explique probablement par sa peur de représailles de Charles Quint, neveu de Catherine. 21 juin, bataille de Landriano près de Milan : défaite des troupes françaises de François Ier, alliés à la république de Florence, par les troupes du Saint-Empire, de la monarchie hispanique et des Etats pontificaux. 29 juin, traité secret de Barcelone entre le pape et Charles Quint : le pape accorde à l'empereur l'investiture du royaume de Naples et Charles s'engage à rétablir les Médicis à Florence ; le pape et l’empereur s’allient contre les hérétiques et les musulmans. 3 août, Louise de Savoie, au nom de son fils François Ier, et Marguerite d’Autriche, représentant son neveu Charles Quint, signent la paix de Cambrai, dite paix des Dames. Venise fait la paix avec Charles Quint. 27 septembre, Soliman le Magnifique met le siège devant Vienne ; il le lèvera le 15 octobre en raison des mauvaises conditions météorologiques : pluie et neige ; la marine chrétienne, refoulée vers l’ouest, est harcelée par la marine turque et les corsaires maghrébins (tel Khayr-al-Din, dit Barberousse) que le sultan s’adjoint comme auxiliaires et qui lui permettent, malgré les opiniâtres tentatives de Charles Quint pour se maintenir à La Goulette de Tunis ou pour prendre Alger, d’étendre le protectorat ottoman sur le Maghreb littoral (sauf le Maroc). 1er au 4 octobre, colloque de Marbourg : il réunit les personnages clés du protestantisme pour débattre de la présence du Christ lors de la Cène : échec ; d'un côté se trouvaient Martin Luther, Brenz, Osiander et Melanchthon, de l'autre Zwingli et Oecolampade 4. 7 novembre, un traité d’alliance est signé entre les Français et le sultan de Java mais, finalement, le 27, les frères Parmentier quittent Sumatra sans avoir établi de relations commerciales franco-javanaises durables. Novembre, Clément VII et Charles Quint se retrouvent à Bologne et conviennent d'agir contre l'hérésie en Allemagne et contre les Turcs. Le pasteur Martin Bucer publie à Strasbourg son ouvrage Explication des psaumes.

1530. 24 février, Bologne, Clément VII couronne Charles Quint empereur. 25 juin, Augsbourg, présentation à la Diète du Formulaire (profession de foi luthérienne rédigée en latin et en allemand par Philippe Melanchthon et Camerarius), appelé Confession d’Augsbourg ; il sera rejeté par les théologiens catholiques le 3 août. Panama, soulèvement des esclaves noirs à Acla. Les vaudois du Dauphiné, influencés par Guillaume Farel, commencent à adhérer au protestantisme. 26 octobre, les chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, chassés de Rhodes par les Turcs en 1522, s’installent à Malte (don de Charles Quint) d’où l’appellation Chevaliers de l’ordre de Malte. 28 octobre, décret de Charles Quint par lequel Alexandre de Médicis et ses descendants sont déclarés chefs de la République florentine. Le gouvernement de Florence organise la première grande loterie d’Etat. 26 décembre, mort de Bâbur, le fondateur de l'Empire Moghol : son fils, Humâyûn, lui succède. 27 décembre, la troisième expédition de Francisco Pizarro part de Panama pour conquérir le Pérou. Lefèvre d’Etaples publie sa Bible complète en français.

1531. 5 janvier, Ferdinand Ier de Habsbourg est élu roi des Romains à Cologne ; il est couronné le 11 à Aix-la-Chapelle (c'est le dernier empereur germanique à y être couronné). 26 janvier, séisme de très forte intensité à Lisbonne : 30.000 morts. 11 février, création de l'Eglise anglicane : le roi Henri VIII d'Angleterre se proclame Chef suprême de l'Eglise et du Clergé d'Angleterre ; le concile de Cantorbéry reconnaît Henri VIII chef suprême de l’Église anglaise par la volonté du Christ. 27 février, les princes luthériens de l’Empire, révoltés contre Charles Quint et l'application de l'édit de Worms qui a pour but d'interdire le luthéranisme, forment la ligue de Schmalkalden à laquelle se joignent la Bavière catholique et François I (allié aux Turcs contre l'Autriche) : la ligue débouchera, en 1545, sur la guerre de Smalkalde. Louise de Savoie fait confisquer les biens du connétable de Bourbon. Inquisition au Portugal. Francisco Pizarro pénètre dans l’empire des Incas (Pérou). 26 août, passage de la comète de Halley. 11 octobre, Suisse, à Kappel, le réformiste Zwingli, aumônier et porte-drapeau des troupes suisses protestantes, est tué au cours de la bataille. 12 décembre, Mexique, dernière des apparitions de la Vierge de Guadalupe à Juan Diego, un amérindien. Michel Servet : De Trinitatis Erroribus. Machiavel : Le Prince ; dans cet ouvrage, composé en 1513 et publié après sa mort (1527), Niccolo Machiavelli décrit probablement César Borgia, dirigeant lucide, volontaire et sans scrupule, mais seul capable de réaliser l’unité italienne ; l’auteur fut identifié avec ce personnage machiavélique et on l’accusa même d’avoir conseillé la Saint-Barthélemy à Catherine de Médicis.

1531-1534. Henri VIII persécute les baptistes plus durement encore que les luthériens.

1532. 13 mai, Angleterre, l'Assemblé générale du clergé se soumet au roi Henri VIII. 23 juillet, paix de Nuremberg : les princes protestants du Saint Empire, coalisés sous la ligue de Smalkalde, obtiennent de Charles Quint le droit de pratiquer leur culte ; ils doivent, en contrepartie, apporter à l'empereur des subsides pour la guerre contre les Turcs. 27 juillet, à Ratisbonne, la Diète de l'empire germanique promulgue la Constitutio Criminalis Carolina, plus connue sous le nom de Lex Carolina : cette loi permet de régler la procédure criminelle dans toute l'Allemagne et, ainsi, d'uniformiser les codes des différents pays. 13 août, l’édit d’union de Nantes rattache définitivement la Bretagne à la France. Savoie, Chanforans, les vaudois adhèrent à Réforme. Luther publie l’Ancien Testament (traduction allemande). 16 novembre, à Cajamarca (Nord du Pérou), l’inca Atahualpa, invité par Francisco Pizarro, est fait prisonnier sous prétexte qu'il refuse de se convertir au christianisme ; les Espagnols détruisent le village et massacrent les habitants.

1533. 25 janvier, Henri VIII d'Angleterre épouse Anne Boleyn ; quelques mois plus tôt, ils s'étaient unis dans le plus grand secret par la faveur du roi de France François Ier. 10 avril, à la mort de son père, Frédéric Ier, Christian III est proclamé roi de Danemark. 23 mai, l'archevêque de Cantorbéry, Thomas Cranmer, affirme que le mariage d'Henri VIII d'Angleterre et de Catherine d'Aragon, tante de Charles Quint, était nul depuis le début : la dispense pontificale de 1505 est invalidée. 28 mai, Cranmer prononce l’union d’Henri et d’Anne Boleyn. 11 juillet, le pape excommunie Henri VIII et Anne Boleyn (cet acte précipite la séparation entre la papauté et le roi et donne naissance au schisme anglican). Genève devient protestante. Milan, fondation des Barnabites. Jérôme Emiliani fonde la Compagnie des Serviteurs des Pauvres (Somasques). 29 août, Cajamarca (Pérou), l’inca Atahualpa, détenu par les Espagnols malgré le versement d’une énorme rançon en or, et condamné au bûcher pour polygamie (grave infraction à la loi espagnole mais pratique normale pour la civilisation Inca) est garrotté après avoir accepté d'être baptisé (le baptême lui permettant d'échapper au bûcher) ; Pizarro permet à Manco Capac de monter sur le trône, mais Manco Capac conduira une révolte contre les Espagnols ; vaincu, ce dernier sera assassiné par ses compagnons ; le dernier prétendant au trône inca, Túpac Amaru, fils de Manco Capac, sera décapité par les Espagnols en 1572. 7 septembre, naissance d'Elisabeth, fille d'Henri VIII d'Angleterre et d'Anne Boleyn ; elle accèdera au trône en 1558 : Elisabeth Ire. 23 octobre, la Sorbonne cite le Pantagruel de Rabelais parmi les livres qu’elle condamne comme obscènes. 28 octobre, Marseille, le pape Clément VII célèbre le mariage de Catherine de Médicis (qu'il dote) et du dauphin Henri, duc d’Orléans (futur Henri II), second fils de François Ier ; l’union est le fruit des intrigues entre le pape, Jules de Médicis, dont Catherine est la petite-cousine (elle est aussi la petite-nièce de Léon X), et le roi de France. 15 novembre, les Espagnols, Diego de Almagro et Francisco Pizarro, font leur entrée dans Cuzco, la capitale de l’empire Inca qu’ils mettent à sac et détruisent ; les Espagnols fonderont Lima le 18 janvier 1535 ; elle sera la nouvelle capitale en 1542. 4 décembre, Ivan IV le Terrible succède à son père, Vassili III, mort le 3.

1534. Dès mars, la ville de Münster se trouve sous l’influence à peu près complète des anabaptistes, dont beaucoup sont venus d’autres régions d’Allemagne et de Hollande ; Jean Matthijs, chef du mouvement hollandais, s’éloignant des préceptes de Hofmann, parle désormais de détruire les impies par les armes, et voit en Münster la future Jérusalem céleste ; il organise la ville sur les bases d’une totale communauté des biens, mais il périt dans une escarmouche le 4 avril et est remplacé par un autre Hollandais : Jean de Leyde. 16 mars, l'Angleterre rompt toutes ses relations avec l'Église catholique. 4 avril, par l'Acte de succession, le Parlement d'Angleterre confirme l'annulation du mariage d'Henri VIII et de Catherine. Juin à juillet, Charles Quint prend Tunis : Barberousse (Khayr-al-Din) s’enfuit à Alger. 4 juillet, Christian III est élu roi du Danemark ; il imposera le protestantisme au Danemark. 24 juillet, Jacques Cartier (parti de Saint-Malo le 20 avril avec 2 navires) met pied à terre à Gaspé (Québec) ; il prend possession du territoire qu’il nomme Canada du mot iroquois Kanata signifiant village, au nom du roi de France, François Ier, et érige une croix de 30 pieds ; le chef amérindien, Donnacona autorise Cartier amener deux de ses fils en France. 9 août, Jacques Cartier atteint l'embouchure du fleuve qu'il baptise du même nom que le saint du jour : Saint-Laurent. 15 août, dans la crypte de l’église Saint-Pierre à Montmartre, Ignace de Loyola, François Xavier, Pierre Favre et quatre étudiants espagnols, font vœu de se vouer à l’évangélisation et de consacrer leur vie au service du pape, fondant ainsi la Compagnie de Jésus. 25 septembre, mort du pape Clément VII.


Notes
1 Il semble que l’anabaptiste Thomas Münzer n’ait jamais pratiqué le baptême des adultes, mais seulement attaqué celui des enfants ; pour lui, le vrai baptême consistait en une expérience intérieure de genre ascétique ; prêtre catholique, puis ministre luthérien, Müntzer avait acquis une connaissance approfondie de la mystique allemande médiévale ; à cette influence s’ajoute celle d’un groupe millénariste et spiritualiste, les Inspirés de Zwickau, puis celle des hussites tchèques ; Münzer était persuadé de la proximité immédiate du Royaume de Dieu dont il fallait activer la venue par les moyens violents puisque princes et prêtres se refusaient à la vraie Réforme ; il anima une société secrète, la ligue d’Allstedt ou ligue des élus ; en 1524, il entra en conflit avec l’autorité princière de la Saxe et, en 1525, après avoir été mêlé à des désordres sociaux et politiques à Mühlhausen (Thuringe), il se joignit à la révolte des paysans allemands et rédigea peut-être leur Manifeste.
2 Dans De Servo arbitrio [1525], Luther accuse Erasme de scepticisme, de laxisme et d’impiété, opposant aux thèses de l’humaniste celle de la passivité totale de l’homme entre les mains de Dieu, dispensateur de la grâce, et aux œuvres l’austère rigueur du sola fide.
3 http://fr.wikipedia.org/wiki/Cl%C3%A9ment_VII_(pape)
4 Guillaume Farel nie la transsubstantiation à l’instar de Zwingli qui n’accorde aucune valeur à l’eucharistie ; Martin Luther enseigne la consubstantiation, selon laquelle le Christ est présent dans, avec et sous les éléments ; Ulrich Zwingli réfute toute liaison réelle entre le pain et le vin et le corps et le sang du Christ : selon lui, lors de la célébration de la Sainte Cène, qui rappelle aux fidèles les paroles et les actes du Seigneur, le Christ est parmi eux par le pouvoir du Saint Esprit ; le pain et le vin rappellent la Sainte Cène, mais ils ne subissent aucune transformation métaphysique ; Jean Calvin affirme que le Christ est présent symboliquement et par son pouvoir spirituel, qui est transmis par son corps, aux âmes des fidèles lors qu’ils partagent l’eucharistie : ce point de vue, appelé présence dynamique, représente le juste milieu entre la doctrine de Luther et celle de Zwingli ; la doctrine anglicane affirme la présence réelle du Christ, sans préciser comment.

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
23/10/2014