Etienne III (II), pape

Etienne (Stephanus) naît en 715 dans une famille aristocratique de Rome.
Diacre-cardinal, il est élu pape à l'unanimité à Ste Marie Majeure et consacré le 26 Mars (ou 3 Avril).
Libéré du joug de l’Empire byzantin, Etienne (Stephanus) III ou II 1 est le premier souverain des Etats pontificaux. C'est le début du pouvoir temporel des papes.
Remarquable pour son amour des pauvres, Etienne construit des hôpitaux près de Saint-Pierre où il sera enterré à sa mort le 26 avril 757.


752. 23 mars, élection du pape. Pépin III le Bref reprend la Septimanie aux Sarrasins sauf Narbonne.

753. Pépin reconquiert le comté de Vannes et rassemble les trois comtés bretons (Vannes, Rennes, Nantes) qui sont intégrés à la Marche de Bretagne. Concile de Verberie en Picardie concernant les mariages ; Loi de Pépin contre l'inceste. Griffon, fils de Charles Martel maire du palais d'Austrasie, de Neustrie et de Bourgogne et duc des Francs, et de sa seconde épouse, la princesse bavaroise Swanahilde, est tué par des hommes de Pépin à Saint-Jean-de-Maurienne en Savoie ; Griffon lutta contre Pépin ; il refusa à celui-ci l'accès au Maine et s'allia avec les Bretons et avec Waïfre, duc d'Aquitaine ; au bout de deux ans de combat, Griffon, contraint de quitter l'ouest du royaume, décida de se rendre en Italie afin de se joindre au roi des Lombards Aistolf, le plus puissant adversaire de son frère. Chrodegang organise la fuite du pape dont les Etats sont envahis par les Lombards ; issu d’une famille noble de Hesbaye (Belgique), Chrodegang (v. 712-766) devient chancelier de Charles Martel en 737, puis évêque de Metz cinq ans plus tard ; il introduit la liturgie romaine et le plain-chant dans le royaume franc, faisant de l’école de Metz un centre de propagation du chant grégorien ; parallèlement, il mène une carrière diplomatique importante, notamment comme envoyé de Pépin à Rome ; lorsque les Lombards envahissent les États pontificaux, il organise alors la fuite du pape (14 octobre) en France à l’abbaye de Saint-Denis (5 novembre 753) et reçoit en reconnaissance le pallium et le titre de légat pontifical pour le royaume des Francs (754). L'empereur byzantin Constantin V prépare un synode iconoclaste à Constantinople et fait tenir partout des conseils secrets contre les images.

754. 6 janvier, Pépin le Bref reçoit le pape Étienne à Ponthion (Marne) : le roi s’engage à donner un Etat au pape s'il reconnaît la légitimité des Carolingiens. 10 février au 8 août, concile de Hieria (Constantinople) : l’empereur Constantin V (fils de Léon III), fondateur de l’aniconisme byzantin), fait condamner le culte des images comme idolâtrie ainsi que les iconophiles Anastasius et Jean Damascène ; la seule icône possible et permise du Christ est l’eucharistie, parce qu’en elle seule se trouvent réunies les deux natures du Christ, l’humaine et la divine. 14 avril, concile de Quierzy-sur-Oise : convaincu par Chrodegang, Pépin fait adopter la liturgie romaine et le chant grégorien ; Pépin signe le Traité de Quierzy créant les Etats pontificaux (Donation de Pépin), le pape reconnaissant en contrepartie la dynastie carolingienne : Pépin le Bref offre au pape 22 villes de l’Exarchat de Ravenne, de l’Émilie et de la Pentapole (que les empereurs de Constantinople réclameront en vain) 2 ainsi que la Sicile, la Sardaigne et la Corse. 5 juin, jour de la Pentecôte, en Frise, non loin de Dokkum, dans le nord de la Hollande actuelle, Boniface (80 ans) et 52 compagnons sont massacrés par des Frisons fanatiques qui n’admettent pas qu’on fasse abattre leurs arbres rituels 3. 27 juillet, à Saint-Denis, le pape confirme le sacre de Pépin et de la reine Bertrade et sacre également ses fils Charles (le futur Charlemagne) comme "patrice des Romains" et Carloman ; Etienne remet à Pépin le Bref la bannière de saint Pierre comme insigne militaire et défend, sous peine d’excommunication, à tous les seigneurs francs de se donner des rois d’une autre race ; Pépin prie instamment le pape de mettre l’évêque Suibert au nombre des saints. 14 octobre, Pépin, auquel le pape a demandé de l’aide contre les Lombards du roi Aistulf (Astolphe), envoie une ambassade à Aistolf qui refuse de l’écouter ; Aistolf suscite contre Pépin l’opposition de son frère, Carloman, auquel il est parvenu à faire quitter l’abbaye du Mont Cassin ; Carloman, opposé à la politique de Pépin, rentre en France mais il est arrêté et enfermé dans un monastère à Vienne où il meurt.

755. Pépin confirme l'attribution de la Corse au Saint-Siège. 11 juillet, Concile de Ver-sur-Launette (Oise) : Pépin le Bref promulgue un capitulaire sur la taille des monnaies ; il réaffirme le monopole royal de la frappe de la monnaie en émettant un denier d’argent avec son monogramme.

756. 23 février, date de la lettre écrite par le pape à Pépin, dans laquelle il fait parler st Pierre qui s’adresse au roi comme à son "fils adoptif", ste Pétronille, fille spirituelle de Pierre, étant la "sœur spirituelle des rois francs". 15 mai, fondation de l'Emirat de Cordoue : Abd er-Rahman Ier, ayant échappé au massacre des Omeyyades en 750, passe Gibraltar, s’empare de Cordoue, bat les émirs de Saragosse à La Alameda le 15 mai et se fait proclamer "émir descendant des califes" avec autorité sur toutes les provinces.

757. 1er mars, assemblée de Compiègne : Tassilon III, duc des Bavarois, prête serment de vasselage à Pépin et à ses fils lors de sa visite à Compiègne ; Pépin le Bref cherche à rendre indissoluble le lien de vassalité. 10 avril, l’empereur Constantin Copronyme envoie en France, un orgue à soufflet (demandé par Pépin le Bref) qui est placé dans l’église de Compiègne. 26 avril, mort du pape Etienne.


Notes
1
Etienne II (752) a été légitimement élu pape mais il est mort 3 jours après son élection (apoplexie), avant d’avoir été consacré. Pour cette raison, il n’était pas considéré comme pape, et il ne figure pas dans l’édition de 1961 de l’Annuaire pontifical. Cependant, la constitution apostolique Romano Pontifici Eligendo, promulguée par le pape Paul VI le 1er octobre 1975, a réaffirmé que le pontificat commençait dès l'élection, conformément au concile du Latran, réuni le 13 avril 1059 par Nicolas II, qui avait décrété que le pape possède toute l'autorité pontificale dès son élection ; c’est la raison pour laquelle 2 numéros sont donnés pour les Etienne qui le suivent, le numéro entre parenthèses reflétant l’opinion ancienne.
2 Des spécialistes soutiennent que la Donation de Pépin est un faux établi par le Saint-Siège (sur la base d'un autre faux, la Donation de Constantin) même si Pépin et Charlemagne la confirment. La papauté ne pourra pas empêcher les incursions sarrasines qui submergent l’île épisodiquement, ni les luttes de libérateurs venus d’Italie (Bonifacio vers 830) ou de chefs locaux improvisés (Arrigo Bel Messere, mort en 1000). Beaucoup d’insulaires se réfugieront en Italie. De cette période mal connue il reste des noms d’origine sarrasine, beaucoup de ruines, une influence sur l’art et la formation d’une féodalité batailleuse dont les luttes de clans achèvent de ruiner l’île.
3 « Quiconque ne sait pas ne doit pas rougir d’apprendre ce qu’il ignore. Quand il le saura, qu’il ne tarde pas à enseigner ce qu’il connaît » (Boniface).

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
10/04/2017
ACCES AU SITE