Grégoire II

Grégoire, né en 669 à Rome dans une famille riche, est élevé dans le palais de Latran.
Intellectuellement doué, diplomate et résolu, il est sous-diacre sous Serge II qui lui confie la garde de la bourse ; il est ensuite bibliothécaire.
Diacre, il remplit plusieurs missions diplomatiques à Constantinople et participe aux discussions du concile de Constantinople en 692 ; son éloquence lui vaut le surnom de "Dialogue".
A la mort du pape Constantin, il est le premier romain à être élu après sept papes d'origine grecque ou syrienne, le 19 mai 715.
Le pontificat de Grégoire II est un temps de troubles et de violences ; ligué avec les Lombards contre l’empereur Léon l’Isaurien et les iconoclastes, il soulève l’Italie contre la puissance impériale et fait excommunier l’empereur Léon III ; au milieu de ces luttes, les Lombards, sous prétexte de défendre leur allié Grégoire, s’emparent des villes d’Italie et porte le ravage jusque dans Ravenne.
Grégoire contribue aux progrès du christianisme en Germanie, en y envoyant Boniface 3 (+754). Il confère la consécration épiscopale à Corbinien d'Arpajon (+725) et l'envoie évangéliser les Gaules puis la Bavière où, aidé par le duc Grimoald de Freising, il deviendra le premier évêque de ce qui sera plus tard une partie du diocèse de Munich.
Grégoire II, décédé le 11 février 731, est fait aussitôt saint le 13 février ; il est fêté le 11 février.

"Comme diacre, il avait participé aux discussions du concile de Constantinople en 692 qui marqua déjà les dissensions entre l'Eglise de Rome et Byzance. L'empereur de Byzance voulut imposer ses taxes sur les territoires soumis à la juridiction du Pape et l'exarque de Ravenne se heurta à un conflit avec les détachements de l'armée locale qui soutenait le Pape. Le conflit s'étendit au domaine théologique quand l'empereur, prenant position dans le domaine dogmatique, attaqua le culte des saintes Images et déposa le patriarche de Constantinople. De militaire, le conflit devint en même temps doctrinal. L'exarque de Ravenne soutenant alors le Pape réussit à empêcher les Lombards encore païens de prendre part aux campagnes militaires. Malgré tant de soucis, saint Grégoire n'oubliait pas l'évangélisation des peuples germaniques et il accepta et mandata la mission de saint Boniface. On retient cela et son combat pour le culte des icônes." 3


715. 19 mai, élection du pape. L’Espagne, sauf les Asturies, les Pyrénées et quelques noyaux chrétiens isolés devient musulmane et forme un émirat au sein du califat. Concile de Constantinople contre les monothélites. 31 décembre, mort de Dagobert III roi d’Austrasie. Chilpéric II, enfermé dans un monastère depuis l’âge de 5 ans, est placé sur le trône des Neustriens qui veulent se débarrasser de la tutelle des Austrasiens (mais Charles Martel lui imposera son autorité).

715-716. La conquête arabe déborde les Pyrénées et englobe pour quelques décennies Roussillon et Bas Languedoc.

716. En avril, Charles Martel, fils illégitime de Pépin de Herstal, maire du palais d’Austrasie, remporte à la tête des armées austrasiennes, les victoires d’Amblève, de Vincy et de Néry sur la Neustrie ; à partir de 721, Charles, Maire du Palais, dirige le royaume franc sous l’autorité théorique du roi mérovingien Thierry IV âgé de 7 ans. 19 avril, les moines d'Iona renoncent à leurs usages et célèbrent Pâques à la même date que l'Église romaine. Ordonné prêtre en 710, le bénédictin anglo-saxon Wynfrith ou Winfrid (futur Boniface) gagne la Frise où il devient l’assistant de son compatriote Willibrord ; il évangélise ensuite la Hesse, la Thuringe et la Bavière. Le pape persuade le roi lombard Liutprand (7l2-744) de restituer les propriétés pontificales qu’il conserve encore dans le massif du Viso.

717. Le duc Eudes intervient dans la guerre qui oppose les royaumes francs d’Austrasie (la région de Metz) et de Neustrie (la région de Noyon et Paris) : Chilpéric II, roi de Neustrie, concède à Eudes le titre de roi d’Aquitaine. Omar II (Omar ibn Abdelaziz, 717-720) fait rassembler les hadith (« Commencez à compiler les traditions du Prophète car je crains qu’elles ne se perdent graduellement ») et règle les relations entre le monde musulman et les « Peuples du Livre » (Juifs et Chrétiens) en établissant une série de restrictions (Al-shurut-al-umariya « les conditions d’Omar » appelées "Code d’Omar") : il leur est interdit d’occuper une fonction politique, d’avoir des serviteurs musulmans, de porter des armes et de monter à cheval (ils doivent se contenter de mules), d’organiser des cérémonies en public, d’étudier le Coran, de construire de nouvelles églises, de construire des synagogues en hauteur ou de les réparer, de pratiquer le culte à haute voix ; en outre, ils doivent porter un habit distinctif afin qu’on les reconnaisse ; les califes abbassides de Bagdad (750) ne se sentiront pas liés par le code et autoriseront les juifs à conserver une certaine autonomie ; les Chrétiens d’Europe s’inspireront du code d’Omar pour imposer des restrictions aux juifs. 15 août au 15 août 718, second Siège de Constantinople par le califat omeyyade : celui-ci ne peut ni forcer la chaîne qui barre le port ni détruire la muraille de Théodose ; la flotte byzantine inflige de gros dégâts à la flotte omeyyade grâce au feu grégeois ; cette victoire de l'Empire byzantin et de la Bulgarie bloquera l'expansion musulmane vers l'Europe de l'Est pendant près de 700 ans.

Entre 717 et 726, le pape prend la tête de la résistance aux exigences fiscales de l'empereur Leon III l'Isaurien (717-741).

718. 15 août, l’empereur Léon III l’Isaurien bat les Arabes (qui assiègent Constantinople depuis 717). Pélage (Pelayo), chef des derniers wisigoths d’Espagne, est proclamé caudillo (chef suprême) par l’aristocratie wisigothe ; il organise la résistance contre les Maures. Les Arabes réduisent 10 000 Caucasiens en esclavage.

719. 15 mai, Grégoire II fait évêque le moine bénédictin anglais Wynfrid en lui donnant le nom du saint du jour, Boniface 3, et l’envoie pour réorganiser l'Église en Allemagne et y évangéliser les "peuples sauvages de Germanie". L'Église de Nubie transfère son allégeance de l'Église orthodoxe orientale (melkite) vers l'Église copte 5. Devant la conversion massive des Égyptiens à l’Islam, le trésor voit diminuer le nombre des contribuables ; le wali d’Égypte écrit au calife Umar II pour lui demander de soumettre les musulmans à l’impôt : celui-ci refuse 4. Les Arabes passent les Pyrénées et pénètrent en Gaule ; ils prennent Narbonne (Arbûna en arabe). 14 octobre, à Néry, près de Senlis, les Austrasiens, commandés par le maire du palais Charles Martel battent les Neustriens et les Aquitains.

720. Les Arabes écrasent les Wisigoths et prennent toute la péninsule ibérique. Moyen-Orient, apparition du soufisme. Au Japon, rédaction du recueil shintoïste Nihon-shoki ou Nihongi.

721. 13 février, à Attigny, mort de Chilpéric II, roi de Neustrie, fait prisonnier en 719 par les Austrasiens. 5 avril, Rome, Grégoire II tient un concile contre les mariages illicites ; un canon défend à la femme dont le mari a été ordonné prêtre de se marier, même après la mort de celui-ci ; Fergus, évêque de Glamis en Écosse, participe au concile. 9 juin, le duc d’Aquitaine Eudes arrête les Arabes devant Toulouse ; Al-Samh ibn Malik al-Khawlani, gouverneur de l'Espagne musulmane, meurt pendant la bataille ; Abd al-Rahman ibn Abd Allah al-Ghâfiki (+ 732) prend la tête des troupes musulmanes en retraite et se réfugie à Narbonne.

722. 28 mai, à la Bataille de Covadonga (dans les gorges de Covadonga au pied des Pics d'Europe dans la cordillère cantabrique), Pélage le Conquérant (considéré comme l'initiateur de la Reconquista) vainc les Maures 1 ; il fonde le royaume chrétien des Asturies (capitale : Cangas de Onís dans les Asturies). 30 novembre, le pape consacre Boniface évêque, sans lui attribuer un diocèse particulier et en le rattachant directement au Saint-Siège (Boniface établira son archevêché à Mayence puis il retournera en Frise où il sera assassiné par des païens en 754).

724-725. Les Arabes s'emparent de Carcassonne et de Nîmes, dévastent la vallée du Rhône, prennent Beaune, pillent Autun (22 août 725) et repartent après avoir été arrêtés à Sens.

724-731. En Thuringe, Boniface 3 fonde le monastère de Saint-Michel d'Ohrdruf, près de Gotha, qu’il peuple de missionnaires anglo-saxons qui se distinguant par leur attachement au Saint-Siège et aux coutumes romaines.

725. Eudes signe une trêve avec Othman Munuza, le gouverneur berbère de Narbonne, et consent à lui donner sa fille, Lampégie, en mariage, en 731. Angleterre, Bède le Vénérable 2 écrit une chronologie universelle De ratione temporum (De la division du temps) par laquelle il introduit le calcul des dates à partir de la naissance du Christ (ab incarnatione Domine) en faisant néanmoins erreur sur la date de celle-ci.

726. En automne, début de la querelle iconoclaste (726-787) : l’empereur Léon III rejette le culte des images ; il ordonne de remplacer l’image du Christ qui surmontait la Porte de Bronze du Grand Palais (Chalcè) par une croix ; l'exécutant est massacré par la foule.

727. 20 mars, Tervuren (Brabant), mort de st Hubert, évêque de Tongres, puis de Maastricht.

728. Mort de Hassan al-Basri, auteur de sermons et d’un commentaire du Coran ; la doctrine de Hassan al-Basri devint la base du sunnisme ; elle exige tout d’abord de tout faire pour conserver l’unité de la communauté musulmane et puis de toujours respecter et suivre strictement les enseignements du Coran ; la foi n’est pas guidée par les sentiments ou l’imagination mais seulement fondée sur une base rationnelle, une pureté d’intention nécessitant un examen de conscience individuel approfondi ; ce comportement amène le musulman à la vigilance et à la probité ; il exige une grande maîtrise de soi avant l’action, puis une reconnaissance de ses imperfections après l’action, toujours, bien sûr, dans la crainte de Dieu ; l’influence de Hassan al-Basri a été capitale dans la manière de lire et d’interpréter le Coran.

729. Grégoire II réunit un concile romain qui condamne l'iconoclasme et excommunie Léon III l'Isaurien (l’empereur, de son côté, arme des meurtriers contre le pape). Lombards et Romains s’unissent pour défendre Grégoire, mais, très vite, Liutprand, roi des Lombards, bien que catholique, oublie le but de sa croisade, et s’empare de Sutri et de Ravenne. Rome est menacée par Liutprand, qui a conclu avec l'exarque Eutychius une alliance aussi inattendue qu'éphémère ; Grégoire fait une irruption spectaculaire dans le camp lombard ; le catholique Liutprand en est si impressionné qu’il lève le siège et dépose ses insignes royaux sur le tombeau de Pierre en signe de soumission ; Eutychius s'installe à Rome ; le pape fait un accord avec lui et l'aide à écraser la rébellion de Tibère Petase.

730. En janvier, promulgation de l’édit iconoclaste de l’empereur Léon III condamnant la vénération des images sacrées considérées comme des idoles interdites par Exode, XX, 4, 5. L’empereur convoque le concile de Constantinople qui ordonne la destruction des icônes.

730-732. La Septimanie est occupée par les Arabes (mosquée à Narbonne, forteresse à Carcassonne).

Vers 731. Eusébie, abbesse du couvent bénédictin de Saint-Cyr à Marseille, est mise à mort par les sarrasins avec un grand nombre de ses sœurs.

731. 11 février, mort du pape.


Notes
1 Ce n’est que tardivement que le terme de Maures a pris son acception actuelle ; utilisé originellement par les Romains, il désigne, dans l’Antiquité, les Berbères peuplant la partie occidentale de l’Afrique du Nord : ceux-ci adoptent ce nom (en arabe al-Mawr) et commercent avec l’Empire ; après la conquête menée par Claude, en 42, leur territoire devient la Maurétanie et est intégré à l’Empire.
2 Bède le Vénérable (v. 673-735), moine bénédictin anglo-saxon, est principalement connu pour son "Historia ecclesiastica gentis Anglorum" (Histoire ecclésiastique de la nation anglaise), Histoire de l’Angleterre de l’occupation romaine à 731, année où elle fut achevée. À 7 ans, Bède, orphelin, fut confié aux soins de Benedict Biscop, abbé du monastère de Wearmouth qui l’éleva dans la tradition monastique. Il y fut ordonné diacre puis prêtre. Puis l’abbé l’envoya, avec Geolfrid, fonder l’abbaye de Jarrow où il resta jusqu’à sa mort. Bède, tout en exerçant l’office de boulanger, consacra ses études à la religion. Le thème central de son Histoire ecclésiastique est l’Église en tant que force rassemblant les valeurs spirituelles et culturelles en un tout faisant barrage à la violence et à la barbarie. Les connaissances que nous possédons sur l’Angleterre du VIIIe siècle reposent essentiellement sur les travaux de Bède. Bède décrivit les Mages. Il tenta vainement de remplacer les noms des constellations et des signes du zodiaque par des noms tirés de l’Ancien et du Nouveau Testament (les 12 apôtres pour les 12 signes du zodiaque, etc.). Bède a été proclamé docteur de l’Église en 1899.
3 "Avec l'aide divine, je resterai dans l'unité de la foi dont dépend tout le salut des chrétiens. Je ne me prêterai, sous aucune influence, à rien qui porte atteinte à l'unité de l'Eglise universelle." (St Boniface - Serment de fidélité au pape)
"Quiconque ne sait pas ne doit pas rougir d'apprendre ce qu'il ignore. Quand il le saura, qu'il ne tarde pas à enseigner ce qu'il connaît." (St Boniface, Lettre de aux évêques de sa métropole)
4 Jean-Baptiste Fotsing, Le pouvoir fiscal en Afrique: essai sur la légitimité fiscale dans les États d'Afrique noire francophone [archive] L.G.D.J., 1995 ; cité par http://fr.wikipedia.org/wiki/719
5 http://fr.wikipedia.org/wiki/719

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
13/03/2017
ACCES AU SITE