Grégoire X

Teobaldo (Théobald) Visconti, naît à Plaisance en 1210 dans une famille noble.
Au service du cardinal Jacques de Préneste, il contribue à l'organisation du premier concile de Lyon (1245).
Il accompagne le cardinal Ottobono dans sa mission en Angleterre (1265) et devient le confident des familles royales française et anglaise.
Entre 1248 et 1252 il étudie à Paris où il connaît les grands théologiens Thomas d'Aquin et Bonaventure 2.
Il est chanoine à Lyon puis à Liège.
Archidiacre de Liège, il reproche à l'évêque de cette ville de transformer le palais épiscopal en lieu de débauche.
Il est invité par Louis IX à l’accompagner à la croisade, mais après la mort du roi à Tunis, il rejoint, en Terre Sainte, Édouard d'Angleterre qui dirige une armée de croisés.
Il est élu pape le 1er septembre 1271 alors qu’il se trouve à Acre en Syrie : les habitants de Viterbe, excédés par la durée de la vacance du Saint-Siège, ont mis les cardinaux électeurs au pain sec et à l’eau et les ont enfermés à clé (cum clave qui a donné conclave.
Il parvient à Viterbe le 10 février 1272, puis il se rend à Rome, où, après avoir été ordonné prêtre le 19 février, il est consacré à Saint-Pierre le 27 mars sous le nom de Grégoire.
Grégoire X gouverne avec sagesse. Il cherche à réconcilier les Guelfes et les Gibelins.
Il meurt le 10 janvier 1276 à Arezzo où il est enseveli.
Grégoire X est béatifié en 1713 par Clément XI ; le bienheureux Grégoire est fêté le 10 janvier.

Prophétie de Malachie : Anguinus vir (Homme-serpent).

"Il étudia la théologie à Paris, fut archidiacre de Liège et, invité par saint Louis à l'accompagner pour la Croisade, il prit la croix à Paris en décembre 1269. Dès le début de son pontificat, il reprend la préparation du concile de Lyon qui fut une tentative de réunion entre l'Eglise de Rome et l'Orient. Il voit cette Union promulguée en 1274 par les évêques grecs délégués de l'empereur Michel Paléologue, mais elle sera impossible devant les oppositions des patriarcats orientaux. Il mena à bien une refonte de l'administration pontificale. Homme d'une grande austérité, il voulut être un grand serviteur de l'Eglise romaine" 1.


1271. 1er septembre, élection du pape.

1272. 27 mars, intronisation du pape. Narbonne, début de la construction de la cathédrale Saint-Just (initiée par le pape Clément IV ancien archevêque de Narbonne) sur un site consacré à la religion depuis l’époque de Constantin. 7 octobre, bulle demandant la protection des Juifs vivant dans la chrétienté, surtout contre la discrimination pécuniaire. 31 octobre, achèvement de la cathédrale de Beauvais.

1273. Rodolphe Ier de Habsbourg, élu saint Empereur romain germanique, s’empare de l’Autriche et bat à Dürnkrut les troupes d’Ottokar II de Bohême qui est tué ; le pape confirme la couronne impériale à Rodolphe de Habsbourg (il a favorisé Rodolphe de Habsbourg au détriment d'Alphonse X de Castille). Mort de Rûmi (Djalal al-Din), connu aussi sous le nom de Mawlana, maître soufi, sage et poète, qui organisa un ordre monastique de derviches tourneurs. Florence, qui a maltraité les Gibelins, est excommuniée par le pape.

1274. Philippe III achète le Perche et les comtés de Nemours et d’Alençon. 7 mars, Fossa Nova (Italie), Thomas d’Aquin meurt en se rendant au concile de Lyon II. 7 mai au 17 juillet, deuxième concile de Lyon ; le concile ordonne que le pape soit élu par le collège des cardinaux réunis en conclave (2e décret et bulle Ubi periculum du 7 juillet) ; l'union entre l'Eglise de Rome et l'Orient est promulguée par les évêques grecs délégués de l'empereur Michel Paléologue, mais elle sera impossible devant les oppositions des patriarcats orientaux. 15 juillet, Bonaventure 2, qui a préparé le concile et œuvré à la réconciliation avec l’Eglise d’Orient, meurt en plein concile. 14 septembre, Philippe III le Hardi cède le comtat Venaissin (Carpentras) au pape Grégoire X.

1275. Les frères Polo (dont c’est le second voyage) et le jeune Marco, porteurs d’une lettre du pape Grégoire X, arrivent à la cour de Kubilay Khan. Strasbourg, première assemblée générale des maçons constructeurs.

1276. 10 janvier, mort du pape.


Notes
1 http://nominis.cef.fr/contenus/saint/403/Bienheureux-Gregoire-X.html
2 Surnommé Doctor Seraphicus, Bonaventure, docteur de l’Eglise, a écrit : Itinéraire de l’âme vers Dieu (1259), Vie de saint François d’Assise (1263). "Pour la recherche spirituelle, la nature ne peut rien et la méthode peu de choses. Il faut accorder peu à la recherche et beaucoup à l’action. Peu à la langue et le plus possible à la joie intérieure. Peu aux discours et aux livres et tout au don de Dieu, c’est-à-dire au Saint-Esprit. Peu ou rien à la créature et tout à l’Etre créateur : Père, Fils et Saint-Esprit." (Saint Bonaventure, Itinéraire de l’esprit vers Dieu)

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
05/11/2017
ACCES AU SITE