Grégoire XIII

Ugo Boncompagni naît le 7 janvier 1502 à Bologne.
Après des études de droit canonique et civil à l'Université de Bologne, il est juriste au concile de Trente.
Prêtre puis évêque en 1558 et cardinal en 1564, il est secrétaire des brefs pontificaux en 1566.
Elu pape le 13 mai 1572, après un conclave d'une journée, il choisit le nom de Grégoire ; il est intronisé le 25.
Grégoire XIII lutte avec acharnement contre les protestants. Il consacre de grandes sommes d’argent à l’éducation et à la construction de collèges et entreprend de nombreux travaux publics, notamment le palais papal situé sur le mont Quirinal et le Collège romain qui prend alors le nom d’Université grégorienne. Il développe les séminaires. Il organise également de nombreuses missions.
Il aide Philippe II, roi d’Espagne, à attaquer les Pays-Bas.
Il crée l'Observatoire du Vatican, en vue de préparer la réforme du calendrier, c'est-à-dire le passage du calendrier julien au calendrier grégorien qu'il institue.
Il ajoute à la tiare pontificale une grosse émeraude de 440 carats et demi. Confisquée à Pie VI, en 1798, par les commissaires français, elle sera envoyée au Museum d'Histoire Naturelle de Paris d'où Napoléon Ier la fera retirer pour la faire incruster sur la tiare qu'il offrira à Pie VII au début de 1805.
Il meurt à Rome le 10 avril 1585.
Il aurait eu un fils.

Prophétie de Malachie : Medium corpus pilarum = La moitié du corps des boules (ou des colonnes).


1572. 13 mai, élection du pape. Les jésuites débarquent au Mexique. 7 juillet, mort du roi de Pologne, Sigismond II. 9 juillet, à Brielle aux Pays-Bas, les 19 martyrs catholiques de Gorcum (quatre prêtres séculiers, un laïc converti et quatorze religieux) sont torturés puis pendus. 19 juillet, début du règne de Wanli, treizième empereur de Chine de la dynastie Ming, âgé de 9 ans ; le ministre Zhang Juzheng exerce véritablement le pouvoir jusqu'en 1582. 18 août, mariage du protestant Henri de Navarre et de la sœur du roi Charles IX, Marguerite de Valois, malgré le refus du Saint-Siège d’accorder la dispense ; l’Eglise déclarera le mariage nul le 17 décembre 1599. 22 août, l'attentat manqué contre Gaspard II de Coligny, commis par Maurevert, provoque la colère des protestants. 24 août, jour de la fête de Saint-Barthélemy, 3 heures du marin, à Paris : le bourdon de l'église Saint-Germain-l’Auxerrois, en face du Louvre, donne le signal du massacre auquel a consenti le roi Charles IX, persuadé par sa mère Catherine de Médicis ; plus de 200 nobles protestants du quartier de Saint-Germain-L’Auxerrois sont massacrés dont Gaspard II de Coligny qui est décapité, émasculé et dépecé ; Henri de Navarre et Condé abjurent la foi protestante pour sauver leur vie ; du 24 au 31 août, 3 000 protestants sont tués à Paris et 3 000 en province où l’ordre du massacre est plus ou moins bien suivi (Lyon : 700 morts ; l’évêque du Puy-en-Velay, Senectère, refuse d’exécuter les ordres de massacre venus de Paris) mais la folie meurtrière continuera sporadiquement jusqu’en octobre ; la "grande purge" (>15 000 huguenots tués) est célébrée comme une victoire par le pape Grégoire XIII et le roi d’Espagne Philippe II. 5 septembre, Grégoire XIII célèbre la Saint-Barthélemy comme libératrice du royaume de France et fait chanter un Te Deum à Sainte-Marie-Majeure pour remercier Dieu d’avoir sauvé le Roi Très Chrétien des hérétiques. 24 septembre, à Cuzco, capturé par les Espagnols, le dernier souverain inca, Túpac Amaru, est écartelé, décapité et démembré sur ordre du vice-roi Francisco de Toledo. 25 septembre, Rodolphe II de Habsbourg est couronné roi de Hongrie. 11 novembre, Tycho Brahe aperçoit une nouvelle étoile dans la constellation de Cassiopée (connue aujourd'hui comme étant la supernova SN 1572) ; il découvre le mouvement propre de l'univers indépendamment du système solaire. 5 décembre, la bulle In supereminenti crée l'université de Pont-à-Mousson. Publication en France du Fléau de la foi ; le livre envoie à la potence son auteur : Jeoffroy Vallée ; les trois religions y sont dénoncées dans leurs "absurdités et leurs incohérences" ; l’intolérance et le fanatisme qui portent partout la guerre et la discorde au nom d’une vérité unique mystérieusement révélée y sont fustigés 1.

1573-1574. Quatrième guerre de religion.

1573. 28 janvier, la Confédération de Varsovie fixe les conditions d'élection du roi de Pologne par les nobles et établit le respect de la tolérance religieuse : tous les groupes religieux sont représentés et bénéficient de protection dans la haute noblesse (calvinistes en Lituanie et à Cracovie, frères moraves, sociniens, luthériens en Prusse-Orientale) ; début de l'Âge d’Argent en Pologne. 11 février au 24 juin, siège de La Rochelle par les catholiques. 1er avril, bulle de Grégoire XIII instituant une fête annuelle de Notre-Dame du Rosaire (elle se célébrait le premier dimanche d’octobre, en mémoire de la bataille de Lépante gagnée contre les infidèles le 7 octobre 1571). 17/23 avril, Bataille navale de Flessingue aux Pays-Bas : les Espagnols sont vaincus par la flotte des Gueux de la mer (corsaires calvinistes). 10 mai, jour de la Pentecôte, le frère de Charles IX, Henri duc d’Anjou (futur Henri III), est élu roi de la Rzeczpospolita de Pologne-Lituanie sous le nom d'Henri de Valois (Henryk Walezy) : Henri Ier. 24 juin, l’Edit de Poitiers met fin à la guerre ; Paix de La Rochelle : le siège est levé. 11 juillet, Edit de Boulogne : les places protestantes sont réduites ; liberté de culte dans trois villes seulement : La Rochelle, Montauban et Nîmes. Juillet, négociation de Montauban ; les protestants du Sud refusent l'édit de Boulogne. 20 juillet, l'Ordonnance de Sedan (principauté souveraine) rend obligatoire la pratique d'une religion sous peine d'être "accusé de lèse-majesté divine et d'être puni de mort" ; elle reconnaît les deux religions. 10 septembre, Henri de Valois, élu roi de Pologne le 11 mai sous le nom d'Henryk Walezy, prête serment à Notre-Dame de faire respecter en Pologne les Pacta conventa ; en novembre, il quitte la France pour son royaume. 8 octobre, Don Juan d’Autriche s’empare de Tunis ; la ville sera reprise en 1574 par le vice-roi d’Alger, Euldj Ali (Ali le Renégat). 11 octobre, Bataille navale de Zuiderzee : les Gueux de la mer vainquent la flotte espagnole.

1574. 21 février, Henri de Valois est couronné roi de Pologne au château du Wawel à Cracovie. 14 avril, Bataille de Mook, près de Nimègue, aux Pays-Bas : les rebelles, dirigés par Louis et Henry de Nassau, frères de Guillaume d'Orange, sont battus par les troupes espagnoles. 30 mai, Bataille navale de Lillo : les Gueux de la mer coulent la moitié de la flotte espagnole et s'empare de l'autre moitié. 30 mai, à Vincennes, mort de Charles IX suant du sang ; Ambroise Paré procède à l'autopsie et conclut que le roi est mort d'une pleurésie faisant suite à une pneumonie tuberculeuse 5 ; lorsqu’il apprend la mort de son frère, Henri d’Anjou abandonne le trône de Pologne en s’éclipsant le 18 juin (sa mère exerce la régence pendant son voyage de retour vers la France qui dure 5 mois). 25 juin, accompagnant les Turcs qui tuent Ioan II Voda, Pierre le Boiteux, descendant de Vlad Dracula, devient voïévode de Moldavie. Naissance des Augustins déchaux de la réforme du portugais Thomas de Jésus. Mandrin entre au Puy-en-Velay malgré la vigilance de la garnison et des autorités, pille la maison du capitaine général des fermes, puis se retire tranquillement pour exercer ailleurs ses brigandages. A Paris, le parti des Politiques, dirigé par François d’Alençon, voit le jour ; il place l’unité et la sûreté de l’Etat au-dessus de l’appartenance confessionnelle, rassemblant catholiques modérés et protestants hostiles à la révolte armée.

1575. Année sainte : le jubilé attire 300 000 pèlerins à Rome. 13 février, à Reims, Henri III est sacré roi de France ; deux jours après, il épouse Louise de Lorraine-Vaudémont. Le pape revient sur la bulle de Pie V (De salute Gregis dominici, 1er novembre 1567) interdisant formellement et pour toujours les courses de taureaux. 15 juillet, le pape approuve la fondation de la Société de l’Oratoire (Philippins) par Philippe de Néri. 27 octobre, à Ratisbonne en Bavière, Rodolphe II est élu roi des Romains ; il est couronné le 1er novembre. 14 décembre, Étienne Ier Bathory, prince de Transylvanie, est élu roi de Pologne grâce à Jan Zamoyski et à la szlachta, avec le soutien du sultan turc Murad III : Maximilien d’Autriche, élu et proclamé roi de Pologne le 12 décembre, n'a pu prendre possession du royaume. Publication d’un Traité de démonologie traitant notamment des incubes et des succubes.

1576. 23 janvier, création d'un évêché à Macao. 28 janvier, Christophe Bathory devient prince de Transylvanie lorsque son frère cadet, Etienne Bathory, accède au trône de Pologne. Cinquième guerre de religion. En février, Henri de Navarre quitte la Cour, reprend la tête de l’armée calviniste et prend des places fortes en Guyenne, Saintonge et Poitou. En Pologne, le roi Etienne Ier Bathory édicte que "le chrétien convaincu d’avoir accusé à tort un juif d’un tel crime (égorgement des enfants chrétiens pour la Pâque) sera condamné à la peine que celui-ci aurait encourue s’il avait été réellement coupable". En Espagne, les autorités ecclésiastiques interdisent à Thérèse d’Avila 2 de continuer à fonder de nouveaux couvents de carmélites. 6 mai, Henri III signe l’Edit de Beaulieu-lès-Loches qui réhabilite les victimes de la Saint-Barthélemy et accorde la liberté de culte ; la Ligue catholique est créée immédiatement. 7 juin, à Deptford (Londres), départ de l'expédition lancée par Martin Frobisher à la recherche du passage Nord-Ouest à la recherche d'un Passage Nord pour contourner l'Asie et ouvrir une nouvelle route de commerce vers l'Inde et la Chine ; il atteint l'Île de Baffin le 18 août, puis, croyant avoir découvert des gisements aurifères (pyrite), il interrompt son voyage et regagne Londres le 9 octobre. 13 juin, Henri de Navarre, qui a fui la cour le 5 février, abjure la foi catholique. 21 septembre, à Rome, mort de Gerolamo Cardano (Jérôme Cardan) : il se serait laissé mourir de faim pour justifier son propre horoscope dans lequel il avait prévu sa fin 3. En novembre, à Paris, à l’instigation de son frère le cardinal de Lorraine, Henri Ier le Balafré, duc de Guise, fils de feu François, forme la Sainte Ligue catholique dite aussi la Sainte Union ; Henri III, effrayé, désavoue l’édit de Beaulieu et prend lui-même la tête des ligueurs. 6 décembre, à Blois, aux Etats généraux, Henri III pousse les députés à se déclarer en faveur du retour à une religion unique. 8 novembre, Don Juan d'Autriche, nommé gouverneur des Pays-Bas, doit ratifier la Pacification de Gand qui donne à Guillaume le Taciturne le stathoudérat de dix-sept provinces et met fin à la guerre civile et à l’intolérance religieuse : les troupes étrangères doivent quitter le pays, une amnistie est accordée aux révoltés. Peste en Italie (jusqu'en 1579) ; à Milan, l'archevêque Charles Borromée organise le secours aux pestiférés ; il ordonne la pratique de sonner pour escorter le saint viatique. Jean Bodin : La République.

1576-1588. Robert Bellarmin : Controverses.

1577. Janvier à septembre : sixième Guerre de religion. 9 janvier, première Union de Bruxelles. 26 février, Erik XIV, roi de Suède, meurt empoisonné : son frère, Jean III, lui succède. 17 mars, fondation de la Compagnie de Cathay ; Martin Frobisher obtient le monopole des expéditions vers l'Ouest. 7 mai, Élisabeth interdit les assemblées dans lesquelles les ministres anglicans commentent et disputent les Écritures devant les fidèles (prophesying). 26 mai, à Blackwall Yard, départ du second voyage de Martin Frobisher qui atteint la baie qui porte maintenant son nom le 17 juillet (retour le 23 septembre). Le concile de Vienne (Dauphiné) promulgue 14 canons sur des matières de discipline 4. 2 mai, les catholiques prennent La Charité sur Loire (58). 11 mai, les catholiques prennent Issoire (63). 26 mai, départ de la seconde expédition du britannique Martin Frobisher dans les eaux septentrionales du Canada ; le 17 juillet, il entre dans la baie qui porte maintenant son nom. En mai, Édit royal règlementant les hôteliers, cabaretiers et tavernier. Le pape confie à Palestrina et Zoilo la révision du plain-chant. Le parlement de Toulouse condamne 400 femmes "marquées des stigmates du démon". 17 septembre, la Paix de Bergerac (promulguée par l’Edit de Poitiers enregistré au Parlement le 8 octobre) est plus défavorable aux protestants que l’Edit de Beaulieu car le culte catholique est autorisé dans les villes protestantes ; la Ligue catholique et l’Union calviniste rivale sont officiellement dissoutes ; la formule de la Concorde (préparée par les théologiens pour mettre fin aux conflits entre luthériens) est adoptée par leurs dirigeants politiques afin de garantir l’unité luthérienne. 13 décembre, à Plymouth, départ de la deuxième expédition maritime circumterrestre dirigée par Francis Drake. 19 décembre, arrivée du légat du pape, Antonio Possevino, à Stockholm en Suède ; Jean III Vasa se convertira au catholicisme romain (1578) et s'opposera à la noblesse dans ses efforts pour rétablir le catholicisme en Suède ; mais Possevino devra quitter le pays à la suite de graves troubles anticatholiques (1580).

1578. Peste. 31 janvier, Bataille de Gembloux aux Pays-Bas espagnols : la coalition des Dix-sept provinces des Pays-Bas réunies grâce à l'acte de Pacification de Gand est écrasée par l'armée espagnole de Don Juan d'Autriche. Jésuites en Chine. 31 mai au 1er octobre, troisième voyage de Martin Frobisher en Arctique. 31 mai, à Rome, découverte des premières catacombes. Grégoire XIII fait construire au Vatican la Tour des Vents, un observatoire astronomique destiné aux calculs nécessaires à la réforme du calendrier. 30 juin, Martin Frobisher prend possession du Groenland au nom de la reine Élizabeth Ire et le nomme "Angleterre Occidentale". 16 juillet, au château de Stirling (Ecosse), Morton s'empare du jeune roi Jacques VI d'Écosse et assure la régence, mais le roi parvient à écrire au chancelier, lord Glammis, qui lève une armée pour le libérer (10 août) ; Morton sera exécuté le 3 juin 1581. 4 août, à Ksar el-Kébir (Maroc), Bataille des Trois Rois : le jeune roi du Portugal Sébastien Ier, allié au roi d’Espagne Philippe II, tente de renverser le sultan du Maroc Abd al-Malik mais les 40 000 cavaliers du sultan anéantissent les troupes portugaises ; Abd al-Malik et Sébastien sont tués (le corps de Sébastien ne sera jamais retrouvé) ; Philippe II prend possession du Portugal et Ahmed al-Mansur, frère du sultan, monte sur le trône marocain. 31 août, don Juan d’Autriche, gouverneur général des Pays-Bas insurgés, défait les rebelles dans la plaine de Gembloux ; encerclé à Namur où il attend vainement l'aide militaire de son demi-frère, il mourra du typhus le premier octobre (rumeur d'empoisonnement). 31 décembre, Henri III fonde l’ordre de la milice du benoît Saint-Esprit (chevaliers du Saint-Esprit) portant une croix d’or à 8 pointes sur un ruban bleu d’azur moiré : l’ordre est destiné à fortifier la foi et la religion catholique, à raffermir ses liens avec une noblesse turbulente et pallier la décadence de l’ordre de Saint-Michel (le Saint-Esprit est choisi comme patron car Henri III a été élu "roi de Pologne" et est devenu "roi de France" le jour de la Pentecôte).

1578-1580. Révoltes paysannes contre les impôts en Dauphiné et Vivarais.

1579. 6 janvier, signature de l'Union d’Arras liant à l'Espagne les provinces du comté d'Artois, du Cambrésis, de Hainaut et Douai (les wallons catholiques y ont été poussés par les actes violents de leurs anciens alliés calvinistes commis contre les églises et les prêtres). 23 janvier, en réponse à l’Union d'Arras, l’Union d’Utrecht, sous la conduite de Jean de Nassau, unit les 7 provinces protestantes des Pays-Bas contre l’Espagne : c’est la naissance des Provinces-Unies. 28 février, Traité de Nérac (Lot et Garonne) entre Catherine de Médicis et Henri de Navarre, les protestants obtiennent des places de sûreté pour 6 mois (ils refuseront de les rendre). Le concile de Milan interdit la tradition de l'arbre de mai. A Portobelo (Panama), les esclaves noirs rebelles signent avec les colons espagnols un traité de paix par lequel ils obtiennent leur liberté. En mai, Ordonnance de Blois d'Henri III ordonnant aux curés et vicaires de tenir registre des naissances, mariages et décès de toute personne et stipulant (article 40) que le mariage doit être célébré devant le "curé parochial" après publication de bans et en présence de témoins dignes de foi (les mariages non solennels devraient donc être déclarés nuls par l’Eglise qui seule a le droit de statuer sur cette nullité). 17 juin, l'Anglais Francis Drake découvre la baie de San Francisco et prend possession de la terre qu'il baptise "Nova Albion" (Californie). A Rome, fondation d’un collège anglais pour former des prêtres (tout séminaire étant interdit par Elisabeth Ire). 12 juillet, le roi de Pologne, Etienne Bathory, déclare la guerre à la Russie. 18 juillet, révolte du Desmond (Irlande) dirigée par le prince James FitzMaurice FitzGerald, aidé par 900 soldats espagnols ; il sera tué le 18 août par les Anglais qui massacreront la garnison espagnole à Smerwick le 10 novembre 1580. En août, début de la 7e Guerre de religion : les protestants refusent de rendre les places de sûreté comme il était convenu dans le traité de Nérac du 28 février. 17 août, Monsieur prend Cambrai. 29 novembre, prise de La Fère en Picardie par le prince de Condé. 19 décembre, l’Inquisition obtient le pouvoir de confiscation au Portugal. 24 décembre, Matthieu Merle et ses huguenots s'emparent de la ville de Mende pendant que les habitants assistent à la messe de minuit.

1579-1580. Assemblée du Clergé à Melun.

1580. 13 février, Fin de la Révolte des Vilains de Romans ; leur chef Pommier a été assassiné et l’armée royale a encerclé l’armée paysanne à Moirans. 1er mars, à Bordeaux, publication de la première édition des Essais de Michel Eyquem de Montaigne. 30 mars, Groningue (Pays-Bas) est livrée aux Espagnols : par cet acte, Georges de Lalaing, stathouder des provinces du nord, se rallie à l'Espagne. 1er avril, ordonnance politique des États de Hollande : le mariage civil sans prêtre est autorisé. En Pologne, formation du Conseil Juif des 4 pays (en raison de l’importance prise par cette communauté dans le royaume). 30 mai, Henri de Navarre prend Cahors. En juin, la coqueluche, appelée "tac ou horion", frappe 10 000 personnes à Paris et atteint "quasi tout le royaume de France tant que l’année dura, n’en échappant quasi personne d’une ville, village ou maison" (Journal de Pierre de l’Estoile). 22 juin, le pape reconnaît la règle des carmes déchaux réformés par Jean de la Croix. 24 juin, après le décès d'Henri Ier, Antoine, prieur de Crato, est proclamé roi du Portugal dans la ville de Santarem. 25 juin, publication à Dresde du Livre de Concorde de Jacob Andreae qui dote l’Église évangélique des documents fondamentaux de son dogme. 1er juillet, par le bref Cum pro munere, le pape publie une nouvelle édition du droit canonique, le Corpus Juris Canonici. En juillet, à Dundee (Écosse), abolition de l’épiscopat par l’assemblée générale des presbytériens qui obtient la reconnaissance des droits de l’Église comme supérieurs à ceux du roi. 25 août, Bataille d'Alcántara : le roi Philippe II d'Espagne hérite de la couronne du Portugal, et envahit le Portugal pour le réunir à l'Espagne. 2 septembre, le duc d’Albe fait proclamer Philippe II d'Espagne roi de Portugal ; Philippe II entrera à Lisbonne en décembre. 5 septembre, victoire du roi de Pologne, Étienne Bathory, sur Ivan le Terrible. 12 septembre, les Cortès de Tomar proclament Philippe II d’Espagne "roi du Portugal". 26 septembre, à Plymouth en Angleterre, le navigateur anglais, Francis Drake, débarque après avoir bouclé son tour du monde ; le 4 avril 1581, la reine Élisabeth Ire le fera chevalier. 26 novembre, la Paix de Fleix est signée par le duc d’Anjou (pour le roi) et Henri de Navarre : Fin de la 7e Guerre de religion. Dans De la démonomanie des sorciers, Jean Bodin, jurisconsulte et favori d'Henri III, raconte des histoires diaboliques pour justifier l’envoi des sorciers au bûcher.

1581. 30 mars, la bulle Alias piae memoriae confirme l'interdiction aux médecins juifs et infidèles de soigner les chrétiens malades (ordonné par Paul IV, 14 juillet 1555). 17 avril, Philippe II d'Espagne est officiellement désigné roi du Portugal sous le nom de Philippe Ier. 27 mai, mort de Christophe Bathory, prince de Transylvanie, qui dirigea la Transylvanie en signant une alliance avec les Turcs : son fils Sigismond Bathory lui succède et s'allie avec l'Autriche ; en 1602, il cédera définitivement la Transylvanie à l'empereur Rodolphe, et s'exilera à Prague. 1er juin, le motu proprio Antiqua Judaeorum improbita autorise les inquisiteurs à procéder librement contre certains cas d'hérésie, condamne quelques pratiques des juifs et interdit de nouveau le Talmud. 26 juillet, les sept provinces des Pays-Bas, réunies en Etats généraux, proclament l'Acte d'Abjuration de la Haye : Philippe II d'Espagne n'a plus de pouvoir politique au sein des provinces qui deviennent indépendantes ; les Pays-Bas du Sud restent cependant sous domination espagnole. 14 novembre, le tsar de Russie, Ivan IV le terrible, donne un coup de sceptre à son fils Ivan Ivanovitch : mortellement blessé, ce dernier succombera le 19.

1582. 15 janvier, Traité de paix de Jam Zapolski, signé par Ivan le Terrible, premier tsar de Russie, et Etienne Ier Bathory, roi de Pologne : trêve de vingt ans et abandon des ambitions d'Ivan sur la Livonie ; la trêve sera brisée, en 1605, lorsque les Polonais entreront à Moscou. 24 février, la bulle Inter gravissimas institue le nouveau calendrier grégorien (élaboré par Lilio, Clavius et Chacon) qui entrera en vigueur le 4 octobre, le lendemain étant le 15 octobre (ce qui sera fait à Rome, en Espagne et au Portugal). En Irlande, 600 volontaires armés par l’Espagne et ayant pour mission de soulever la population irlandaise, catholique, contre l’occupant anglais, débarqués de vaisseaux battant pavillon du Saint-Siège, sont rapidement encerclés et massacrés par les troupes anglaises ; les survivants sont crucifiés. La première ambassade japonaise est envoyée auprès du pape (il y aurait >150 000 chrétiens au Japon). 2 juin, le bref Emendationem decretorum rend obligatoire le Corpus Juris Canonici. 18 juillet, fondation à Rome d'un ordre religieux Hospitalier, les Camilliens, par Camille de Lellis. 26 juillet, Bataille navale des Açores au large de Vila Franca do Campo : la flotte française rencontre la marine espagnole de Philippe II qui l'élimine (Catherine de Médicis contestait l'accession de Philippe II d'Espagne au trône du Portugal). Thérèse d’Avila meurt dans la nuit du 4 au 15 octobre (en raison de l’application du calendrier grégorien). 26 octobre, le commandant cosaque Yermak Timofeyevitch s'empare de Sibir, capitale du khanat de Sibérie ; le khan s'enfuit. 9 décembre, la France adopte le calendrier grégorien et décide que le lendemain du 9 décembre 1582 sera le 20 décembre.

1583. 5 août, Sir Humphrey Gilbert prend officiellement possession de Terre-Neuve pour la couronne d'Angleterre ; le 9 septembre, il périra en mer. 10 août, le jésuite Antonio Possevino organise la Trêve de Plüsamünde (ou Plussa) entre la Russie, la Pologne et la Suède : cette dernière est la grande gagnante du traité qui stipule que toutes les conquêtes effectuées par elle (les régions de Narva et Revel) deviennent ses possessions. 12 octobre, mort de Louis VI du Palatinat, électeur palatin converti au luthérianisme qui modernisa le pays et contribua notamment à la réforme de l'université de Heidelberg et qui fut également membre du conseil de régence du margraviat de Bade-Durlach : son fils Frederic IV lui succède, sous la régence de son oncle Jean Casimir. 12 décembre, Grégoire XIII fait cardinaux 4 futurs papes : Urbain VII, Grégoire XIV, Innocent IX et Léon XI. 17 décembre, en Allemagne, l'archevêque Gebhart Ier de Waldburg, converti au calvinisme, fait détruire le château de Bad Godesberg.

1584. 18 mars, en Russie, mort (probablement empoisonné) du tsar Ivan IV le Terrible : le jeune Fedor lui succède et laisse son oncle Nikita Romanov gouverner jusqu’en 1585 ; en 1588, son beau-frère, Boris Godounov, prendra le pouvoir. Angleterre, la Cour de la haute commission ecclésiastique est instituée pour juger les dissidents ; des prêtres catholiques, d’actifs propagandistes jésuites, sont arrêtés et suppliciés. En juin, mort du duc d’Alençon, dernier frère d'Henri III : Henri de Navarre devient l’héritier du trône. 4 juillet, l'île de Roanoke en Caroline du Nord devient officiellement la 1ère colonie anglaise. 5 juillet, bulle instituant le collège maronite de Rome. 10 juillet, le stathouder Guillaume Ier d’Orange-Nassau est assassiné par le catholique Balthazar Gérard : son fils, Maurice de Nassau, lui succède. 1er septembre, la bulle Sancta Mater Ecclesia institue des sermons obligatoires (predica coattiva) auxquels sont contraints d’assister, dans une église, le samedi après-midi, 150 à 300 juifs, comptés à l’entrée par les gardes pontificaux. 8 septembre, Camille de Lellis (+1614) fonde les Clercs réguliers ministres des infirmes (Camilliens). 31 décembre, Traité (secret) de Joinville entre la Ligue et le roi d’Espagne Philippe II ; l'héritier présomptif de la Couronne de France est le cardinal Charles de Bourbon, oncle paternel d'Henri de Navarre ; le traité est approuvé par le pape. Publication du livre de Palestrina : Livre de motets tirés du Cantique des cantiques (Motettorum liber quartus ex Canticis canticorum).

1585-1598. 8e et dernière guerre de religion.

1585. 30 mars, Manifeste de Péronne : la Ligue catholique, sous le patronage des Guise, lance une "déclaration contre ceux qui s’efforcent de subvertir la religion catholique et l’Etat", et veut faire adopter la catholicité comme condition de légitimité (les Guise, d’ascendance carolingienne, visent le trône). 10 avril, mort du pape Grégoire XIII.


Notes
1 En 1572, est publié en France le Fléau de la foi. Le livre envoie à la potence son auteur : Jeoffroy Vallée. Les trois religions y sont dénoncées dans leurs "absurdités et leurs incohérences" ; l’intolérance et le fanatisme qui portent partout la guerre et la discorde au nom d’une vérité unique mystérieusement révélée y sont fustigés. L’ouvrage traite des trois imposteurs (Moïse, Jésus et Mahomet) comme dans le texte latin du mythique Livre des trois imposteurs (De tribus impostoribus). Dans son Atheismus triumphatus (1631), Campanella affirma que le De tribus impostoribus avait été imprimé pour la première fois en 1538 (Christine de Suède fera en vain rechercher l’ouvrage). Le karmate Abu Tahin aurait affirmé : « En ce monde, trois individus ont trompé les hommes : un berger, un guérisseur et un chamelier ». Averroès aurait déclaré : « La religion judaïque est une loi d’enfants ; la chrétienne une loi d’impossibilité ; et la mahométane une loi de pourceaux ». Au XIIIe siècle, Thomas de Cantimpré rapporta que Simon de Tournai, ayant parlé de "trois imposteurs qui ont leurré la race humaine", fut aussitôt frappé de paralysie. Si l’on en croit Rainaldus dans ses Annales ecclésiastiques, un certain Jeannin de Solcia, chanoine de Bergame, aurait été condamné en 1459 pour avoir soutenu que les trois prophètes avaient "gouverné le monde selon leur fantaisie".
2 Thérèse d'Avila (Teresa de Cepeda y Ahumada) est née en 1515 dans une noble famille d’Avila en Castille. A 7 ans, c’est le désir de voir Dieu qui la pousse déjà vers le pays des Maures dans l’espoir d’y trouver le martyre. A 16 ans, la jeune fille trop enjouée et préoccupée de plaire est envoyée, par son père, poursuivre son éducation au couvent. Suite non prévue au programme : à 20 ans, la jeune fille qui a beaucoup réfléchi, entre au monastère de l’Incarnation à Avila ; mais après quelques années de joie paisible, Thérèse déchante : ce Carmel suit une règle mitigée qui autorise visites et bavardages ; Thérèse, malgré des grâces d’union mystique, y connaît une période de luttes ; elle sent le besoin de revenir à la règle primitive du Carmel ; elle a découvert l’oraison, mais qu’elle a de mal à y rester fidèle ! A 40 ans, c’est la conversion radicale : l’oraison devient le tout de sa vie. En 1555, après de nombreuses années marquées par une grave maladie et des exercices religieux de plus en plus stricts, elle connaît une expérience mystique où se mêlent des visions de Jésus-Christ, de l’enfer, des anges et des démons ; elle connaît des extases ; des scrupules l’assaillent : n’est-elle pas le jouet du démon ? ; il faudra l’assurance de François de Borgia et de Pierre d’Alcantara pour qu’elle s’abandonne enfin en toute confiance à l’emprise de Dieu. En 1562, elle fonde le couvent réformé de Joseph d’Avila. En 1567, c’est la rencontre avec Jean de la Croix ; alors commence la période des fondations : Thérèse sillonne l’Espagne et fonde 16 carmels. Dieu la fait pénétrer dans le château intérieur de l’âme dont la porte d’entrée est l’oraison. Elle expose en plusieurs ouvrages "sa méthode d’oraison", chemin de haute sainteté : Le Livre des demeures ou le Château intérieur (1577, publié en 1588) est une description, dénuée de toute sécheresse théorique, des 7 degrés que l’âme doit franchir pour parvenir à l’union avec Dieu. Elle meurt le 15-10-1582 en disant : « Je suis fille de l’Eglise ». Canonisée en 1622, elle est proclamée docteur de l’Eglise en 1970 par Paul VI.
3 Le 21 septembre 1576, mourut à Rome Gerolamo Cardano (Jérôme Cardan) : il se serait laissé mourir de faim pour justifier son propre horoscope dans lequel il avait prévu sa fin. Médecin réputé pour ses guérisons, mathématicien, philosophe, astrologue, physicien, inventeur, persuadé de l’intervention irrationnelle des démons, il fut le premier à décrire le typhus, il donna la résolution de l’équation cubique dans Ars magna en 1545 et inventa le cardan. Grâce à la protection du cardinal Borromée, il enseigna la médecine à Bologne à partir de novembre 1562. Accusé d’hérésie par le légat pontifical, le cardinal Giovanni Morrone, à la suite de certains écrits (un horoscope du Christ et un éloge de Néron), il dut démissionner. En octobre 1570, il fut traduit devant l’Inquisition et, malgré les témoignages de ses disciples, condamné à verser une caution de 1 800 écus d’or ; il séjourna quelques mois en prison et resta consigné 86 jours à son domicile ; mis en demeure d’abjurer, le 28 février 1571, il se soumit sans réticence aux exigences de la Sagra Congregazione, qui lui interdit de publier désormais quoi que ce soit. Sur les conseils de Morrone, il partit pour Rome en septembre 1571, accompagné de son plus fidèle disciple, Rodolfo Silvestri, pour se placer sous la protection immédiate du pape ; il obtint en 1573 du nouveau pontife, Grégoire XIII, une pension qu’il avait réclamée en vain jusque-là et détruisit (paraît-il) 120 de ses œuvres. Il fut reçu en septembre 1575 par le Collège des médecins de Rome. Il resta un esprit libre, refusant catholicisme et réforme, malgré les persécutions de l’Inquisition qui le considérait comme un sorcier.
4 http://baron-de-synclair.blogspot.com/2010/12/1582-calendrier-gregorien-limpasse-du.html
5 http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_IX_de_France

Sources


Liste des papes.


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
17/04/2017
ACCES AU SITE