Innocent II

Gregorio Papareschi naît vers 1081 à Rome.
D'abord chanoine régulier de Saint-Jean-de-Latran, il est nommé cardinal-diacre de Saint-Ange par Pascal II, puis il suit son successeur, Gélase II, dans son exil en France.
Sous le pontificat de Calixte II, il accompagne le légat Lambert en Allemagne où, avec ce dernier, il prend part à l'élaboration du concordat de Worms qui met fin à la querelle des investitures (23 septembre 1122).
À son retour, il s'attache aux Frangipani, l'une des grandes familles romaines, adversaires des Pierleoni.
A la mort du pape Honorius II, dans la nuit du 13 au 14 février 1130, les cardinaux sont divisés en deux clans : les partisans des Frangipani (17 cardinaux) élisent, le 14, le cardinal Papareschi qui choisit le nom d'Innocent II, tandis que, quelques heures plus tard, ses adversaires désignent le cardinal Pierleoni qui choisit le vocable d'Anaclet II. Ils sont intronisés le 23 février (Innocent à Sainte-Marie-Nouvelle, et Anaclet à la Basilique Saint-Pierre). Contraint de quitter Rome, Innocent se réfugie d'abord en Toscane, puis en Ligurie, et enfin en Provence.
L’Église irlandaise ayant pris des libertés avec Rome sous l’influence du christianisme celtique postpatricien, Innocent II a recours à l’archevêque d’Armagh, Malachie, pour la mettre au pas.
Innocent meurt le 24 septembre 1143.


1130. 14 février, deux papes sont élus en même temps : Innocent II et Anaclet II ; ils sont intronisés le 23 février. Anaclet II, qui a eu pour lui la majorité des électeurs, reçoit l’aide de Roger II, duc de Pouille et de Calabre, à qui il confère le titre de roi de Sicile. Août/septembre, au concile du Puy-en-Velay, Hugues de Grenoble fait reconnaître Innocent II (qui arrive après la fin du concile) comme pape légitime. 27 septembre, à Palerme, Anaclet II couronne roi de Sicile le comte Roger II qui l’a soutenu. Fin septembre, le roi de France, Louis VI, convoque un synode à Étampes et y invite Bernard de Clairvaux qui se déclare en faveur d'Innocent II, jugé par lui plus saint, donc plus apte et certainement élu par le groupe le plus sain ("sanior pars") des cardinaux. Devant la diète de Würzburg, Norbert plaide la cause du pape légitime : le roi Lothaire et l’épiscopat allemand se rallie à Innocent II. Les Almohades s’emparent du Maghreb occidental et gagnent l’Espagne. A Tolède, un collège de traducteurs patronné par l’archevêque Raymond commence la traduction en latin des plus célèbres auteurs arabes. 18 novembre, Innocent II se rend au concile de Clermont et jette l'anathème contre l'antipape Anaclet.

1131. 1er mars, mort d'Étienne II de Hongrie ; vaincu par l'empereur d'Orient Jean II Comnène, Étienne a abdiqué en faveur de son cousin Béla II (couronné le 28 avril) puis s'est retiré dans un monastère. A Coimbra (Portugal), fondation de l’Ordre canonique de la Sainte Croix (Frères de la Croix). 21 août, mort du roi de Jérusalem Baudouin II ; comme il n'a pas d'héritier mâle, Foulques d'Anjou, récemment arrivé d'Europe par mer, lui succède (couronnement le 14 septembre). 8 septembre, les barons anglo-normands prêtent serment de reconnaître Mathilde l'Emperesse comme héritière du trône d'Angleterre. 13 octobre, Philippe, fils ainé et héritier du roi Louis VI le Gros, meurt des suites d'une chute de cheval : alors qu'il chevauchait dans Paris, un porc, divagant dans la rue, effraya sa monture qui le fit choir et l'écrasa lourdement ; suite à cet accident, un édit royal interdit la divagation des cochons (au XIIe siècle, les porcs, clochette accrochée au cou, erraient dans les rues de Paris qu'ils nettoyaient des immondices) : les seuls qui échappent à l'interdit sont ceux des confréries de moines Antonins. 19 octobre, au concile de Reims tenu par Innocent II et Bernard, les évêques d’Angleterre, de Castille et d’Aragon reconnaissent le vrai pape et excommunient Anaclet II. 25 octobre, à Reims, Innocent sacre Louis (futur Louis VII) roi de France (associé à son père Louis VI, après la mort accidentelle de son frère aîné Philippe). 4 décembre, à Nichapur, mort d'Omar Khayyam, philosophe, mathématicien et astronome perse.

1132. L'exemption de la dîme accordée par le pape à Cîteaux crée de nombreuses tensions.

1133. En juin, Rome, Innocent II couronne empereur romain germanique Lothaire III de Supplinbourg (ou de Saxe) qui est venu en Italie le soutenir ; l’empereur reçoit les biens de la comtesse Mathilde ; mais, aussitôt couronné par Innocent, l'empereur rebrousse chemin avec son armée. De nouveau chassé de Rome, Innocent II s'installe à Pise. La rivalité de Pise avec Gênes conduit le pape à partager les évêchés de Corse en deux groupes dépendant l’un de Pise, l’autre de Gênes.

1134. Le concile de Pise excommunie Anaclet II et ses partisans ; Bernard prononce un violent discours ; il négocie avec Milan l’adhésion de cette cité au pape.

1136. 7 juillet, la bulle Ex commisso nobis confirme l'indépendance de l'église polonaise.

1137
. Bernard va trouver Roger II et essaie vainement de le faire changer de camp. 1er août, Paris, mort de Louis VI le Gros (dysenterie) : Louis VII le Jeune (ou le Pieux) lui succède et épouse Aliénor d’Aquitaine. 8 août, Poitiers, Louis VII est couronné duc d’Aquitaine. 3 décembre, mort de l’empereur Lothaire II au retour d’une expédition contre les Normands de Sicile (élection l’année suivante de Conrad III : avènement de la dynastie Hohenstaufen). 25 décembre, à Bourges, Louis VII est couronné roi de France.

1138. En janvier, mort d'Anaclet. Innocent II recouvre Rome et reçoit la soumission des prélats schismatiques. Innocent excommunie Roger de Sicile qui l’a combattu, le retient quelques temps prisonnier et le relâche en échange de l’investiture de la Sicile. En avril, Innocent II convoque le IIe concile du Latran. Louis le Jeune se rend au Puy-en-Velay ; il est le premier des Capétiens à lever un subside dans la ville du Puy.

1139. 29 mars, la bulle Omne datum optimum confirme l’institution des moines combattants et accorde au grand maître des Templiers, Robert de Craon, à sa demande, des privilèges considérables : droit de construire ses propres églises, droit de conserver le butin pris aux Sarrasins ; l’ordre est placé sous la tutelle exclusive du Saint-Siège : les évêques sont privés de tout ou partie des dîmes et de tout droit de regard sur les commanderies. 4 au 11 avril, deuxième concile du Latran ; le 7e canon défend d’entendre les messes des prêtres mariés ou concubinaires ; il déclare nuls les mariages des prêtres, des chanoines réguliers, des moines, et ordonne qu’on mette en pénitence ceux qui les auront contractés ; à la clôture du concile, Innocent entreprend de réduire Roger de Sicile, son dernier adversaire, mais, fait prisonnier, il doit finalement traiter avec le Normand : par le Traité de Mignano, en juillet 1139, il doit reconnaître son titre royal ainsi que ses territoires. Mael Maedoc Ua Morgair, dit Malachie, se rend à Rome où Innocent II, en le nommant légat, lui donne officiellement la direction de l’Église d’Irlande. 25 juillet, à Ourique, Alphonse Henrique, comte du Portugal, remporte une victoire décisive sur une coalition de 5 roitelets maures ; il prend le titre d'Alphonse Ier, roi du Portugal et déclare son royaume indépendant de celui de Léon ; c’est le premier roi du Portugal ; le pays sera reconnu par le pape en 1143.

Vers 1140. Maître Gratien (v. 1095-1155), moine camaldule, fondateur du droit canonique, compose à Bologne la Concorde des canons discordants (Concordia discordantium canonum) appelée Décret de Gratien (Decretum Gratiani) et tenue pour la plus grande compilation de droit jusqu’à son époque (il rassemble des écrits allant des canons apocryphes des apôtres jusqu’à ceux qui furent promulgués par Innocent II et le concile de Latran II) ; le Décret reprend un texte du pape Gélase (fin Ve s.), texte par lequel le décimateur doit assurer l’assistance des pauvres (les capitulaires carolingiens comme les conciles successifs rappellent également cette obligation).

1140. Inauguration de la cathédrale de Sens. Bernard, qui juge dangereuse l’influence de la pensée d’Abélard, demande au concile de Sens et au pape de condamner Abélard pour le scepticisme et le rationalisme de ses écrits et de son enseignement : les livres d’Abélard, dont Introduction à la théologie, sont brûlés à Saint-Pierre (en se rendant à Rome pour faire appel de sa condamnation, Abélard accepte l’hospitalité de Pierre le Vénérable, grand abbé de Cluny, qui lui permet de finir ses jours en 1142 au prieuré clunisien à Saint-Marcel près de Chalon-sur-Saône). A Saint-Gilles en Languedoc, l’hérétique Pierre de Bruys est brûlé vif par le peuple indigné de la profanation de la Croix qui a été commise ; son disciple, Henri de Lausanne, qui propage ses idées dans la région de Toulouse (critique du sacerdoce, de la liturgie et des sacrements, condamnation du baptême des enfants, de la fréquentation des lieux de culte au nom de l’omniprésence de Dieu et de la vénération de la Croix [les pétrobrusiens en venaient à profaner des églises et à brûler des croix]), est combattu par Pierre le Vénérable qui réfute les doctrines pétrobrusiennes dans le traité Contra petrobrusianos. Les Templiers s’installent à Paris. En Normandie, des moines cisterciens s’installent dans l’abbaye de Notre Dame de la Trappe (premiers trappistes). Le sixième successeur de Bruno, Anthelme, réunit le premier chapitre général de l’ordre des Chartreux. Au Maroc, les Almohades s’emparent des oasis du sud puis de Taza, échouent devant Ceuta mais prennent peu après Melilla et Alhucemas ; la dynastie fondamentaliste de l’islam des Almohades ne laisse aux Juifs que le choix entre la conversion et la mort.

1141. Le pape met la France en interdit et excommunie Louis VII le Jeune car il ne reconnaît pas l’élection du père de La Châtre à l’archevêché de Bourges ; par représailles le roi incendie l’église de Vitry-en-Perthois où 1.300 fidèles sont brûlés vifs ; le roi sera absous en 1145, après avoir accepté cet archevêque et s’être croisé.

1143. La ville de Rome se révolte contre le pape qui est vaincu et fait prisonnier par Roger II de Sicile. Fondation des Hospitaliers allemands qui deviendront l’ordre Teutonique. 24 septembre, mort du pape Innocent II : les Romains rétablissent la République sénatoriale.


Sources

Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 23
/03/2017
ACCES AU SITE