Jean-Paul Ier

Albino Luciani naît le 17 octobre 1912 à Forno di Canale (Canale d’Agordo dans la province de Belluno en Vénétie) dans une famille très modeste (fils d'un maçon socialiste et d'une employée d'hospice).
Etudes au petit séminaire de Feltre, au grand séminaire de Belluno puis à l'Université Grégorienne à Rome où il obtient un doctorat de Théologie Sacrée.
Il est ordonné prêtre ler 7 juillet 1935.
En 1937, il enseigne la théologie au séminaire grégorien de Belluno.
Vicaire général du diocèse (1947).
Evêque de Vittorio Veneto (27 décembre 1958).
Il prend part au Concile Vatican II (1962-1965).
Patriarche-archevêque de Venise (15 décembre 1969).
Cardinal de San Marco à Piazza Venezia (5 mars 1973).

Elu le 26 août 1978 le premier jour du conclave, il choisit le nom de Jean-Paul (devenant ainsi le premier pape à porter un double nom) ; il s'exclame : « Tempesta magna est super me » (une grande tempête est sur moi). Il est intronisé le 3 septembre.
Dès son avènement, Jean-Paul s’efforce d’humaniser la charge pontificale : il s'exprime à la première personne ; refusant la chaise à porteurs (sedia gestatoria), il se rend à pied à la cérémonie de son couronnement au cours de laquelle il devient le premier pape à refuser de porter la tiare (depuis lors, le couronnement est remplacé par une messe d'intronisation).
Il est immédiatement aimé des catholiques, touchés par sa simplicité, qui le surnomment le pape au sourire.
Il meurt dans la nuit du 28 au 29 septembre 1978, après un bref pontificat de 33 jours.

Prophétie de Malachie : De medietate Lunae (De la moitié de la lune).

La cause de béatification et de canonisation du pape Jean Paul Ier est ouverte le 23 novembre 2003, dans la cathédrale de Belluno.

Le 28 septembre 2008, le pape Benoît XVI déclare au sujet de Jean-Paul Ier : "C'est aujourd'hui le 30e anniversaire de sa mort. Il a choisi la même devise épiscopale que saint Charles Borromée : Humilitas. Un seul mot qui synthétise l'essentiel de la vie chrétienne et indique la vertu indispensable pour qui, dans l'Eglise, est appelé au service de l'autorité."

"Dans l'une des quatre audiences générales qu'il a tenues pendant son très bref pontificat, il a dit entre autres, avec ce ton familier qui le caractérisait : « Je me limite à recommander une vertu si chère au Seigneur. Il a dit : Apprenez de moi car je suis doux et humble de coeur (...). Même si vous avez fait de grandes choses, dites : Nous sommes des serviteurs inutiles ». Et il fit observer : « Au contraire la tendance, chez nous tous, est plutôt l'opposé : se mettre en avant » L'humilité peut être considérée comme son testament spirituel."
"C'est justement grâce à cette vertu que 33 jours suffiront pour que le pape Luciani entre dans le coeur des gens. Dans ses discours, il utilisait des exemples tirés de faits de la vie concrète, de ses souvenirs de famille, et de la sagesse populaire. Sa simplicité véhiculait un enseignement solide et riche. Grâce à une mémoire exceptionnelle et à une vaste culture, il improvisait avec de nombreuses citations d’écrivains ecclésiastiques et profanes."
"Il fut ainsi un catéchiste incomparable, sur les pas de saint Pie X, son compatriote, et prédécesseur, d'abord au siège de saint Marc, et ensuite, à celui de Pierre. « Nous devons nous sentir petits devant Dieu », a-t-il dit au cours de la même audience. Et il a ajouté : « Je n'ai pas honte de me sentir comme un enfant devant ma maman : on croit en sa maman, je crois dans le Seigneur, à ce qu'Il m'a révélé ». Ces paroles révèlent la profondeur de sa foi." (VIS)


1978. 26 août, élection du pape. 3 septembre, intronisation du pape. 8 septembre, Vendredi noir à Téhéran : place Jaleh, l’armée tire sur la foule réunie pour manifester son opposition au Shah Mohamed Reza tuant une centaine de personnes. 8 septembre, l’UNESCO érige au rang de patrimoine mondial de l’humanité Yellowstone, le premier Parc National de l’histoire. 9 septembre, le métropolite orthodoxe russe de Leningrad, Nikodim, meurt (crise cardiaque) dans les bras de Jean-Paul Ier qui déclare : "Je n'avais jamais entendu de si belles paroles sur l'Église". 17 septembre, à Camp David (Maryland), le président égyptien Anouar El Sadate et le Premier ministre israélien Menahem Begin, réunis par le président des Etats-Unis Jimmy Carter, signent un « accord-cadre sur la conclusion de la paix entre l’Egypte et Israël ». Dans la nuit du 28 au 29 septembre, mort du pape ; la religieuse chargée de le réveiller à cinq heures du matin le trouve mort dans son lit (le docteur Renato Buzzonetti constate le décès, qu'il estime remonter à la veille au soir vers vingt-trois heures et être dû à un infarctus aigu du myocarde : pendant le dîner, le pape s’était plaint d’une douleur dans la poitrine ; à moins qu'il ne s'agisse d'une crise d'urémie pour laquelle il suivait un traitement ; le corps ne sera pas autopsié ; un écrivain britannique, David Yallop, et le cardinal Hans Urs von Balthasar qui se base sur les visions d’Erika Holzach, pensent que Jean-Paul Ier a été assassiné). 29 septembre, Pieter Willem Botha devient Premier ministre d'Afrique du Sud. 1er octobre, proclamation de la République fédérale islamique des Comores. 5 octobre, l’ayatollah Khomeyni (1900-1989) quitte l’Irak pour la France (Neauphle-le-Château) d’où il lance ses mots d’ordre afin de renverser la monarchie Pahlavi.


Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
08/03/2017
ACCES AU SITE