Léon III, pape

Léon, fils d'Asuppius, né en 750 à Rome, fut élevé dès son enfance dans les dépendances de l'Eglise patriarcale de Latran, et formé à toutes les sciences divines et ecclésiastiques.
D'abord moine de saint Benoit, il fut fait cardinal-prêtre de Sainte-Suzanne.
Bien que n'étant pas noble et malgré l’opposition de la famille de son prédécesseur, Adrien Ier, et une vie personnelle critiquable, il fut élu le 26 décembre 795, le jour de la mort d'Adrien ; il fut consacré le 27.
Il utilisa les dons de Charlemagne pour faire construire et décorer de nombreuses églises à Rome.
Léon fit don à Charlemagne, après l'avoir couronné empereur, des reliques de st Simon et de st Jude en reconnaissance des services rendus par ce prince au Saint-Siège ; elles furent placées par l'Empereur à la Basilique Saint-Sernin à Toulouse.
Le 12 juin 816, Léon mourut, honoré de tous pour sa charité et la pureté de ses mœurs. En 1673, la congrégation des Rites, peut-être à la suite d’une confusion, l’inscrivit dans le calendrier des saints : il est fêté le 12 juin.

"En difficulté avec la noblesse romaine, il dut faire appel plusieurs fois au protectorat de Charlemagne. En 799, durant une procession, il fut même jeté à bas de son cheval et échappa de justesse aux émeutiers qui voulaient lui crever les yeux. Charlemagne vint lui-même à Rome et Léon III le couronna du diadème impérial. Malgré la pression des évêques de France et d'Espagne, il refusa l'introduction du Filioque dans le symbole de Nicée-Constantinople, ce qui était en usage chez eux, mais pas à Rome." 1

"Il fut dans le pontificat ce qu'il s'était montré avant son élévation, plein de bienveillance et de douceur, adonné à Dieu, charitable au prochain, prudent dans les affaires. Il fut le père des pauvres et des malades, le défenseur de l'Eglise, le promoteur du culte divin. Pour Jésus-Christ et l'Eglise son zèle entreprit les plus grandes choses, et sa patience supporta les dernières extrémités. Laissé à demi-mort par des impies, les yeux crevés, couvert de blessures, il se trouva guéri le lendemain par un insigne miracle ; ses prières obtinrent la vie aux parricides auteurs de l'attentat. Il déféra à Charlemagne roi des Francs l'Empire romain. Il construisit un vaste hospice pour les étrangers, et consacra aux pauvres son patrimoine avec d'autres biens. Les basiliques de Rome, surtout celle de Latran, dans le palais de laquelle il bâtit le triclinium célèbre entre tous, ces édifices sacrés et d'autres encore, furent comblés par lui de tant de richesses précieuses, qu'on peut à peine le croire. Enfin il couronna sa vie si pieuse par une sainte mort, la veille des ides de juin, l'an du Seigneur huit cent seize ; on l'ensevelit au Vatican." 2


795. 26 décembre, élection du pape.

Vers 796. Charlemagne prend Aix-la-Chapelle pour capitale.

796. 20 mars, en Palestine, les Sarrasins massacrent les 20 moines (dont Jean, Serge et Patrice) du monastère de Saint-Sabas. Le roi de Mercie Offa signe un traité de commerce avec Charlemagne. Charlemagne extermine les Avars (proches des Huns) installés près du Danube. Charlemagne reçoit de Léon III l’étendard de la ville de Rome. Alcuin est nommé supérieur du couvent de Saint-Martin-de-Tours dont il fait un des principaux centres d’enseignement en Europe ; il a révisé la Vulgate de saint Jérôme, rédigé les Commentaires de la Bible et un Manuel de catéchisme (Disputatio puerorum per interrogationes et responsiones), unifié l’orthographe et l’écriture. Apparition des Normands sur les côtes de Gaule. A Cordoue, l’émir réprime la révolte de convertis involontaires.

796/797. Concile de Frioul (Fréjus) : voir dossier Trinité.

797. 15 août, à la suite d’intrigues avec des évêques et des courtisans, Irène organise une conspiration contre son fils Constantin VI qui est capturé et aveuglé sur ses ordres ; Irène exerce seule le pouvoir pendant cinq ans, en tant que basileus (empereur et non impératrice).

798. Irène noue des relations diplomatiques avec l’empereur d’Occident, Charlemagne (un mariage aurait été envisagé ; selon l’historien byzantin contemporain Théophane, le projet échoua à cause d’un des favoris d’Irène ; cependant, le biographe de Charlemagne, Eginhard, n’en parle pas). Charlemagne reçoit une ambassade du roi Alphonse II de Galice qui se déclare son homme et lui propose de lutter en commun contre l’islam. Léon III fait placer des portes en bronze à l’entrée de la confession de l’église Saint-Paul-hors-les-Murs à Rome.

799. 25 avril, le pape, accusé de simonie, de parjure, et des pires dépravations (adultère, sodomie) par ses ennemis politiques, les aristocrates romains (dont le neveu de son prédécesseur Adrien Ier) qui ont déclenché une révolte, est "assailli, roué de coups, jeté à bas de sa monture, dépouillé de ses vêtements pontificaux" 4, puis enlevé et enfermé dans un monastère d’où il s’échappe : en juillet, il se réfugie à Paderborn où il se place sous la protection de Charlemagne. En mai, Charlemagne entre en Saxe, qui est définitivement annexée à l'empire franc. Charlemagne envoie des troupes pour défendre les Baléares contre les musulmans. L’émir de Huesca, Azan, se rallie à Charlemagne. Première incursion des Vikings en Gaule sur la côte d'Aquitaine. Été : révolte des Avars contre les Francs. 1er septembre, Gérold, préfet de la marche bavaroise, est assassiné, victime d’une vengeance personnelle, au cours la campagne de répression de la révolte avare. Charlemagne annexe la Dalmatie. Expédition de Wido (Guy), seigneur (marquis) de la Marche de Bretagne contre les Bretons indépendants à l'ouest de la Vilaine. En hiver, au concile d’Aix-la-Chapelle, Félix d’Urgel abjure ses idées hérétiques (il mourra en prison à Lyon en 818).

800. A Bagdad, des marchands apportent l’arithmétique et les chiffres indiens. 23 novembre, Charlemagne se rend à Rome. 1er décembre, une assemblée composée d’archevêques, d’évêques, de prêtres et de toute la noblesse romaine et française, se tient pour régler la situation du pape que Charlemagne se refuse à juger. 23 décembre, le pape se justifie par un serment d’innocence. 25 décembre, jour de Noël, Léon sacre Charlemagne "empereur des Romains" : « A Charles très pieux Auguste, couronné par Dieu, Grand et Pacifique Empereur des Romains, vie et victoire » (avant même son sacre, Charles a déclaré : « À moi l’action ; au pape la prière pour le succès de l’action ») ; le pape s’agenouille devant le nouvel empereur. Décembre : les chrétiens de Jérusalem, inquiets de la persécution musulmane qui commence, en appellent à Charlemagne ; le patriarche de Jérusalem reconnaît Charlemagne comme le protecteur des Lieux Saints et lui remet les clés du Saint-Sépulcre.

Vers 800. Conversions à l'islam en Afrique en raison de la menace de mise en esclavage annoncée par Al Yakubi.

801. Pépin Ier, roi d’Italie, élimine les Avars. Prise de Barcelone et de Pampelune par les Francs ; la Marche d’Espagne, entre les Pyrénées et l’Èbre, est occupée.

802. Une conspiration de hauts dignitaires et de généraux dépose Irène, l’exile et proclame empereur Nicéphore, le ministre des Finances, qui est couronné en 803 (absorbée par les problèmes intérieurs, Irène a laissé se dégrader la situation extérieure : Byzance doit payer tribut à Haroun al-Rachid et les Slaves ont pénétré dans l’Empire jusqu’en Grèce).

804. La Saxe est soumise à Charlemagne et convertie.

805. Consécration de la chapelle palatine d’Aix-la-Chapelle, le jour de l’Épiphanie, en présence du pape Léon III. Révolte des Saxons : 10.500 familles sont déportées en France méridionale.

806. Charlemagne divise son empire en 3 royaumes pour ses 3 fils : Aquitaine (Louis), Francie (Charles) et Italie (Pépin).

807. A Bagdad, le calife abbasside Harun al-Rachid ordonne à tous les juifs du califat de porter une ceinture jaune et aux chrétiens d’en porter une bleue. Harun al-Rachid, après échange d’ambassades et de cadeaux, reconnaît à Charlemagne "un droit de protection sur les Lieux saints" et lui envoie les clés du Saint-Sépulcre. Les moines latins du mont des Oliviers en appellent au pape et à l’empereur d’Occident : ils accusent les Grecs d’avoir amputé le credo du filioque.

808. Paris, une ordonnance expulse les prostituées.

809. Au concile de Constantinople, Platon, Théodore Studite et son frère Joseph, archevêque de Thessalonique, sont excommuniés. Charlemagne occupe la Dalmatie et la Vénétie. Charlemagne parvient, avec l’aide du pape, à faire restaurer en Northumbrie le roi Eardulf renversé par ses sujets.

810. L’empereur demande au pape d’intégrer le filioque au Credo suivant l’usage d’Aix-la-Chapelle : le pape refuse pour ne pas offenser l’Eglise d’Orient. La France compte environ 8 800 000 habitants. Yémen, fondation de Zabid, ville-marché aux esclaves noirs.

812. Traité d’Aix-la-Chapelle : Charlemagne est reconnu empereur d’Occident par l’empereur d’Orient, Michel Ier, qui reçoit plusieurs villes côtières d’Italie.

813. 10 mai, le 16e canon du sixième concile d'Arles présidé par l'archevêque Jean II, est ainsi conçu : "Qu'on n'expose les dimanches aucune marchandise en vente, qu'on ne plaide point de cause, qu'on n'instruise point de procès, qu'on ne s'occupe ni aux travaux des champs ni à aucune autre œuvre servile, mais seulement à ce qui est nécessaire pour l'exercice de la religion et pour le service divin" 3. 15 mai, concile de Reims. En mai, le concile ecclésiastique de Tours, auquel souscrit, entre autres, Jérôme l'évêque de Nevers, constate que les fidèles ne comprennent plus le latin du clergé et prescrit aux prêtres de prêcher en langue vulgaire. Mai, le concile de Chalon (sur Saône) condamne l’idée que le pèlerinage en Terre sainte lave des pêchés. 9 juin, le concile de Mayence, réuni par Charlemagne, ordonne 55 canons : création d’écoles rurales pour la formation des prêtres ; interdiction de se marier pour cause de consanguinité élargie aux cousins issus de germains ; énumération des fêtes d'obligation : le jour de Pâques avec toute la semaine, l'Ascension, la Pentecôte comme Pâques, saint Pierre et saint Paul, saint Jean-Baptiste, l'Assomption de la sainte Vierge, saint Michel, saint Rémi, saint Martin de Tours, saint André, Noël, l'octave du Seigneur, son Épiphanie, la fête de la Purification de la Vierge Marie 5. A la suite du concile de Mayence, Charlemagne décide d'étendre à tout l'empire le culte de st Michel. 13 juin, Saint-Aventin (31), Aventin, évangélisateur de la Gascogne, est décapité par les Sarrasins. 16 juillet, le khan bulgare Krum assiège Constantinople qui ne doit son salut qu’à une providentielle épidémie. Saint-Jacques-de-Compostelle, découverte du tombeau de l’apôtre Jacques le Majeur, soit par l’ermite Pélage qui aurait été guidé par une étoile miraculeuse vers la sépulture du saint (Campus stellae = Champ de l’étoile, d’où Compostelle), soit plutôt par l’évêque d’Ira Flavia, Théodomir, dont la tombe sera retrouvée à proximité de celle de l’apôtre. 11 septembre, après la mort de ses frères (Charles et Pépin), Louis le Pieux est associé au trône impérial (il est couronné à Aix-la-Chapelle par son père Charlemagne) et reçoit deux parts (Aquitaine et Francie).

814. 28 janvier, Aix-la-Chapelle, mort de Charlemagne (pleurésie) ; son fils Louis Ier le Pieux lui succède ; après la mort de Charlemagne, les ennemis du pape s’agitent à nouveau et lui reprochent divers méfaits : Léon s’en justifie auprès du jeune roi d’Italie, Bernard (fils de feu Pépin), délégué par Louis le Pieux.

816. Au printemps, Louis le Pieux destitue le comte de Bordeaux, fils de Segwin, ce qui provoque la révolte des Gascons. 12 juin, mort du pape Léon III.


Notes
1 http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1310/Saint-Leon-III.html
2 L'Année Liturgique 1841-1866, Dom Guéranger, Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
3 Encyclopédie des gens du monde, 1837
4 http://fr.wikipedia.org/wiki/799
5 http://fr.wikipedia.org/wiki/Concile_de_Mayence_(813)

Sources

Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
10/06/2017
ACCES AU SITE