Martin V

Oddone Colonna naît en 1368 à Genazzano dans une famille romaine influente.
Après des études de droit à l’université de Pérouse, il est professeur de droit canon.
Référendaire et protonotaire sous Urbain VI, auditeur de rote (1394) et nonce en Italie sous Boniface IX, cardinal-diacre de San Giorgio in Velabro (1402), archiprêtre de la basilique de Latran (1405) sous Innocent VII, il est légat en Ombrie et archevêque d’Urbin sous Jean XXIII.
Il participe à l’organisation du concile de Pise (1409) réuni pour régler les différends entre les papes rivaux de Rome et d’Avignon.
Lors du concile de Constance qui marque la fin du grand schisme d’occident, il est élu pape le 11 novembre 1417 à la quasi-unanimité par un conclave élargi : le collège des cardinaux, renforcé par six députés de chaque nation du concile (France, Angleterre, Allemagne, Italie, Espagne) ; il choisit le nom de Martin en hommage à Martin de Tours, dont la fête est célébrée le jour de son élection ; il est intronisé le 21.
Martin V engage la lutte contre les excès : mœurs dépravées des cardinaux, absentéisme des évêques, nicolaïsme (prêtres concubinaires) et simonie (trafic sur les dignités ecclésiastiques).
Il réconcilie les ducs de Brabant et de Gloucester.
Il reconquiert la Romagne et la Marche d’Ancône et pousse Sigismond et les princes allemands à la croisade contre les hussites.
Son refus de ratifier l’adoption d’Alphonse d’Aragon par Jeanne, reine de Naples, lui attire l’animadversion de la cour d’Espagne qui, après la mort de Benoît XIII (1423), lui suscitera comme compétiteur l’antipape Clément VIII qui finira par se soumettre en 1429.
Il entreprend la rénovation des églises et des fortifications de Rome.
Il meurt à Rome le 20 février 1431.

Prophétie de Malachie : Corona veli aurei (La colonne du voile d’or).


1417. 11 novembre, jour de la Saint-Martin, au concile de Constance, élection du pape Martin V : Fin du Grand Schisme d’Occident. 14 décembre, à Londres, le chef lollard, John Oldcastle, partisan du réformateur John Wyclif et condamné pour hérésie, est pendu puis brûlé.

1418. 13 janvier, mort du voïvode Mircea Ier l'Ancien, prince de Valachie depuis 1386, qui parvint à faire reconnaître l'indépendance de la Valachie aux souverains ottomans grâce à un traité de vassalité conclu contre le modique tribut de 3 000 pièces d'or/an. 31 janvier, Michel Ier (Mihail), fils de Mircea l'Ancien, devient voïévode de Valachie. 22 février, deux mois avant la fin du concile de Constance, le pape Martin V publie la bulle Inter cuncta adressée à toute la hiérarchie ecclésiastique et aux inquisiteurs : cette bulle contient les quarante-cinq articles condamnés de Wyclif, les trente articles condamnés de Jan Hus et un questionnaire à présenter lors de l'interrogatoire des wyclifites et des hussites suspectés de tenir ou d'affirmer certains des trente ou des quarante-cinq articles précédents. 22 mars, mort de Nicolas Flamel dont la fortune est à l'origine du mythe qui fit de lui un alchimiste ayant découvert la Pierre philosophale permettant de transmuter les métaux en or. 22 avril, fermeture du concile de Constance. Nuit du 28 au 29 mai, les Parisiens, las des exactions et des impôts du comte d’Armagnac, ouvrent les portes de la ville aux Bourguignons. 1er juin, le dauphin Charles s'enfuit de Paris pour se réfugier à Bourges où il se trouve le 21. 12 juin, les bouchers de Paris forcent les portes des prisons et égorgent tous les Armagnacs détenus, dont Bernard VII, comte d'Armagnac, de Charolais et grand connétable de France ; 2 000 morts ? 24 juin, le dauphin, se donne le titre de régent du royaume de France. 14 juillet, Isabeau de Bavière et Jean sans Peur entrent dans Paris. 25 juillet, réunion du Parlement de Paris dominé par les Bourguignons. 29 juillet, les Anglais campent devant Rouen qui tombera le 19 janvier 1419, après un siège long et éprouvant (35 000 morts). 12 août, Ceuta, occupé par le Portugal depuis 1415, est attaquée conjointement par terre et par mer par les Maures de Grenade et du Maroc ; une expédition de secours parvient à lever le siège. 21 août au 30 août, nouveaux massacres d'Armagnacs dans les prisons de Paris. 22 août, Cherbourg se rend aux Anglais. 16 septembre, Traité de Saint-Maur entre Jean sans Peur et Isabeau de Bavière visant à placer sous tutelle bourguignonne le dauphin Charles ; ce dernier, qui réside alors à Saumur, rejette le traité quand il lui est présenté par Jean V de Bretagne. 21 septembre, ordonnance de Niort : le dauphin institue par lettres patentes le Parlement de Poitiers. 11 décembre, à la mort de Louis de Piémont, le Piémont est définitivement incorporé aux États de Savoie.

1419. 19 janvier, après six mois de siège, Rouen se rend aux Anglais. 9 février, le dauphin Charles crée deux foires à Lyon. De février à septembre, le juriste Jean de Terrevermeille rédige les Tractatus (traités) qui établissent la loi fondamentale du royaume de France : la pérennité et la successibilité de la Couronne ; le roi ne peut déshériter son fils ni renoncer au trône. Les seigneurs du Velay, pressés à la fois par les Anglais et par le duc de Bourgogne, s’enferment dans Le Puy, y soutiennent un siège opiniâtre et forcent les assaillants à battre en retraite. 11 juillet, Serment de Pouilly ou Paix de Ponceau entre le duc de Bourgogne, Jean sans Peur, et le dauphin (futur Charles VII). 30 juillet, Première Défenestration de Prague : les insurgés hussites jettent par les fenêtres de l'hôtel de ville sept échevins catholiques qui sont achevés par la foule. 16 août, mort du roi de Bohême, Wenceslas IV, favorable aux hussites ; la reine Sophie devient régente ; l’insurrection gagne toute la Bohême. 10 septembre, à Montereau, sur le pont de l’Yonne, l’entrevue entre le dauphin Charles (qui a pris la tête des Armagnacs et veut venger l’assassinat de Louis d’Orléans 6) et le duc de Bourgogne tourne mal : des hommes du dauphin, Tanneguy III du Chastel et Jean Louvet, tuent Jean sans Peur (son fils, Philippe le Bon, lui succède) ; le dauphin de France (futur Charles VII) est déshérité par son père Charles VI le Fol mais il riposte en se proclamant régent en raison de la folie de son père. 4 décembre, Louis III d'Anjou est investi roi de Sicile par le pape.

1420. 25 mars, Jan Zizka, chef des hussites, vainc les croisés de l'empereur germanique Sigismond Ier à la Bataille de Sudomer. 20 mai, le duc de Bourgogne Philippe Le Bon et le roi d’Angleterre Henri V poussent Charles VI à signer le Traité de Troyes (promulgué le lendemain) par lequel il donne sa fille Catherine au roi Henri V d’Angleterre et le reconnaît pour son héritier ; la reine Isabeau de Bavière, au nom de son mari fou, Charles VI de France, déclare Henri V de Lancastre "Haeres et Regens Franciae" ; elle déclare bâtard son fils, le Dauphin Charles (futur Charles VII), lequel refuse le traité de Troyes, se réfugie à Bourges et s’assure l’appui du centre et du sud de la France. 2 juin, Henri V d’Angleterre épouse la princesse Catherine et devient régent de France. 30 juin, les croisés assiègent Prague. 14 juillet, en Bohême, les croisés se font écraser par les Taborites à la bataille de Vitkov. 1er août, l’université de Prague se déclare autorité suprême de l’Église et approuve un programme en quatre articles ; les réformistes, taborites et calixtins ou utraquistes (à cause de leur revendication de la communion sous les deux espèces : "sub utraque specie"), se mettent d’accord sur les Quatre articles de Prague : libre prédication de l’Écriture en tchèque, communion sous les deux espèces (pain et vin), suppression du pouvoir temporel et des biens séculiers de l’Église, punition publique des péchés scandaleux. 9 août, à Avignon, mort du cardinal et géographe français Pierre d'Ailly. 22 septembre, ayant refusé la proposition française de s’installer en Avignon, Martin V gagne Rome (alors en ruine) sous les acclamations et fait reconstruire les bâtiments publics et les églises (il tente également de rétablir l’ordre dans ses Etats en utilisant l’influence de sa famille et pratique le népotisme, accordant faveurs et honneurs à ses parents). 1er décembre, entrée solennelle de Philippe de Bourgogne, de Charles VI et d'Henri V dans Paris. 4 décembre, Martin V déclare pour héritiers légitimes du royaume de Naples Louis III d'Anjou dans le cas ou la reine Jeanne II de Naples décéderait sans enfants. 6 décembre, à l'hôtel de ville de Saint-Pol (Paris), les Etats généraux de langue d'oïl approuvent la paix avec l’Angleterre et accordent la couronne au roi d'Angleterre, Henri V, à égalité avec le roi de France ; le dauphin, futur Charles VII, s'est réfugié à Bourges. 27 décembre, rappelé par les Communes, Henri V quitte Paris pour Londres.

1421. 5 janvier, échec du Siège de Bonifacio par Alphonse V d'Aragon. 2 février, en Chine, pour contrer la menace mongole, l'empereur Yongle transfère sa capitale de Nankin à Pékin. 24 février, Henri V d'Angleterre fait couronner reine consort d’Angleterre Catherine de Valois, la fille de Charles VI, qu’il a épousée le 2 juin 1420. 3 mars 1421 au 3 septembre 1422, en Chine, 6e voyage d'exploration de l'amiral Zheng He vers le golfe Persique, la Péninsule arabique et l'Afrique de l'Est. 12 mars, à Vienne (Autriche), accusés de profaner les hosties, 270 Juifs sont brûlés sur un bûcher ; ceux qui n'acceptent pas le baptême sont condamnés à mort ; les Juifs sont expulsés d’Autriche, leurs biens confisqués. 23 mars, Bataille de Baugé en Anjou : victoire du dauphin de France ; Thomas de Lancastre, frère d'Henri V, est tué. 21 mai, à Andrinople, mort du sultan ottoman Mehmet Ier : une guerre civile éclate pour la succession, jusqu'au 20 janvier 1422. 1er au 7 juin, la diète de Cáslav dépose Sigismond et élit un directoire de 12 membres qui se substitue au pouvoir royal en Bohême ; le taborite Jan Zelivsky impose à Prague une dictature républicaine appuyée sur les artisans et les salariés ; les hussites sont divisés : les utraquistes, modérés, se recrutent parmi la noblesse et le patriciat et redoutent une rupture totale avec Rome ; les taborites, eux pensent que la Déclaration des Quatre Articles est un minimum ; des groupuscules extrémistes se détachent, comme les Adamites qui prêchent une totale liberté sexuelle, et les chiliastes, millénaristes qui annoncent la venue de l’Antéchrist ; les taborites de Jan Zizka exterminent les Pikarti (Picards) de Bohême, hérétiques adamites 1. 31 août, Bataille de Mons-en-Vimeu en Picardie : victoire des Anglo-Bourguignons sur les Armagnacs. 6 octobre, Henri V met le siège devant Meaux (qui capitulera le 2 mai 1422) ; le nord de la France jusqu'à la Loire est sous domination anglaise. 21 au 22 décembre, Jan Zizka, encerclé par l’armée croisée de Sigismond à Kutná Hora, réussit à rompre le siège en utilisant, pour la première fois en Europe centrale, de l’artillerie de campagne ; toutefois, Sigismond prend la ville.

1422. 20 janvier, Murad II vainc Mustafa qu'il élimine lors de sa fuite à Edirne et s'impose comme seul sultan ottoman. 30 juin, Bataille d'Arbedo dans le Tessin : les forces du duc de Milan vainquent les troupes des Confédérés uranais et obwaldiens (cantons suisses). 24 août, le sultan Murad II assiège Constantinople puis se retire contre le paiement d’une rançon. 31 août, au Château de Vincennes, mort d'Henri V d’Angleterre (dysenterie) : son fils Henri VI, âgé de 10 mois, est proclamé roi d’Angleterre ; le duc de Bedford assure la régence de France. 21 octobre, mort de Charles VI : son fils le dauphin Charles de Ponthieu, autoproclamé régent du royaume en 1418 à Saumur, est acclamé roi de France dans le manoir féodal des évêques du Puy-en-Velay situé sur le rocher d’Espaly 3 ; il a fait son entrée au Puy, après avoir soumis le Languedoc, et a fait chevaliers tous ceux qui s’étaient distingués contre les Bourguignons ; il se trouve au château d’Espaly lorsqu’il apprend la mort de son père ; quelques chevaliers français, réunis autour du dauphin, déploient la bannière royale en s'écriant : "Vive le Roi Charles, septième du nom, par la grâce de Dieu, roi de France" 4 ; cependant Henri VI d’Angleterre (âgé de 18 mois) hérite aussi de ce titre parce que son père, Henri V, a épousé, Catherine, la fille du roi de France, Charles VI, et que, selon le traité de Troyes (21 mai 1420), Henri V ou son héritier doit succéder à Charles VI. 30 octobre, à Mehun-sur-Yèvre, le dauphin Charles se proclame roi de France sous le nom de Charles VII. 27 décembre, Paix du Lac de Melno entre l'Ordre teutonique et l'alliance du royaume de Pologne et du grand-duché de Lituanie.

1423. 17 avril, Traité d'Amiens : les ducs Jean V de Bretagne et Philippe de Bourgogne signent une triple alliance avec les Anglais contre Charles VII. 22 avril, le concile de Cologne publie 12 statuts sur la discipline et institue l'office de la Compassion de la bienheureuse Vierge Marie. En mai, le concile de Pavie est transféré à Sienne en juin à cause de la peste. 10 juin, Gil Sanchez Munoz (v. 1380-26/12/1446 Espagne), chanoine de Barcelone, est élu par 3 cardinaux ; soutenu par le roi d’Aragon, il succède à l’antipape Benoît XIII sur son siège à Peniscola (Espagne) sous le nom de Clément VIII. 30 et 31 juillet, à Cravant sur Yonne, les Anglo-Bourguignons écrasent les Ecossais de Charles VII qui doit se replier au sud, d'où son surnom de "roi de Bourges". 26 septembre, Bataille de la besoigne de la Brossinière (Mayenne) dite aussi Bataille de la Gravelle : les Français écrasent les Anglais. En octobre, Charles VII convoque au Château d’Espaly (43) les grands vassaux dont il reçoit l'hommage et le serment de fidélité.

1424. En janvier, Charles VII réunit au Château d’Espaly (43) les Etats généraux du Languedoc. 26 février, le concile de Pavie/Sienne prend fin après avoir rendu des décrets contre les Hussites et sur l’union des Églises grecques et romaines. 21 mai, Jacques Ier d'Ecosse dit Le Captif, est couronné à l'abbaye de Scone. 12 août, en Chine, mort de l’empereur Yongle : il porta la dynastie Ming à son apogée et renforça considérablement la Chine ; il noua des relations avec de nombreux souverains étrangers et multiplia les échanges d’ambassades ; il lança aussi de grandes missions d’exploration outre-mer jusqu’en Afrique orientale ; son fils Hongxi lui succède le 7 septembre. 17 août, à Verneuil-sur-Avre, les Anglais et les Bourguignons battent l'armée de Charles VII et les Ecossais ; Jean, duc d'Alençon, est fait prisonnier ; il ne retrouvera la liberté qu'en 1427, contre une rançon de vingt mille saluts d'or.

1425. 27 février, début du règne de Vassili II l'Aveugle, grand-prince de Moscou. Le pape accorde à certains couvents dominicains l’autorisation de posséder des biens. Fondation de la Congrégation de Castille (cistercienne). 16 juin, les gens de Saint-Malo s’emparent de toute la flotte anglaise et réussissent à débloquer le Mont-Saint-Michel. 21 juillet, à la mort de son père, Manuel II, le coempereur Jean VIII Paléologue devient l'unique empereur byzantin. 2 août, Le Mans se rend aux Anglais. 8 septembre, mort de Charles III le Noble, roi de Navarre : sa fille, Blanche de Navarre, devenue reine de Navarre, épouse Jean II d'Aragon, roi consort, qui usurpera la couronne, à la disparition de sa femme en 1441. 9 décembre, avec le consentement du pape (bulle Sapientiae immarcescible), le duc Jean IV de Brabant fonde l’université de Louvain (la plus ancienne université belge).

1426. 13 janvier, Bataille de Brouwershaven (province de Zélande) : le duc de Bourgogne, Philippe III le Bon, l'emportent sur les troupes anglo-flamandes de Jacqueline de Bavière. 17 mars, le général piémontais Francesco Bussone da Carmagnola, qui commande les forces de l'alliance entre la république et Venise et la cité-état de Florence, reprend Brescia au duché de Milan. 1er mai, Yolande d'Aragon, belle-mère du jeune Charles VII, convoque les Etats généraux à Saumur où elle signe un traité avec le duc de Bretagne, Jean V, lequel rompt son alliance avec les Anglais, déjà alliés des Bourguignons. 16 juin, Bataille d'Usti-sur-Elbe (nord-ouest de la Bohême) : les armées hussites infligent une cuisante défaite aux croisés. 5 septembre, Dunois délivre Montargis. Gerson : Des modes de signifier (De modis significandis), destiné à "ceux qui recherchent sérieusement la vérité et doivent s’entendre sur la façon dont signifient les termes", afin de supprimer la confusion en théologie ; De l’accord de la métaphysique avec la logique (De concordia metaphysicae et logicae).

1427. 8 février, le chevalier et seigneur Pierre de Giac, favori de Charles VII, nommé maître des finances puis chef du conseil, est arrêté à Issoudun, sur ordre du connétable Arthur de Richemont et de Yolande d'Aragon en raison de sa politique désastreuse et de son influence grandissante sur le jeune souverain : après un procès sommaire, il est exécuté par noyade, à Dun-le-Roi (Cher) 5. 17 mai, une bulle papale confirme une longue tradition qui fait remonter l’origine de Rocamadour au 1er siècle de l’Eglise 2 et instaure le Grand Pardon de Rocamadour. 12 juin, Jean Vernet, militaire auvergnat, dit le Camus de Beaulieu, et nouveau favori de Charles VII après la mort de Pierre de Giac, est assassiné par Jean de Brosse à Poitiers : il est remplacé par Georges de la Trémoille, grand chambellan de France. 19 juillet, mort de Stefan Lazarevic : son neveu, Georges Ier Brankovic, lui succède sur le trône de Serbie.

1428. 2 février, fort séisme en Catalogne: des centaines de morts. En Italie, à Arcevia, le père franciscain Ludovic de Camerino crée le premier mont-de-piété. 3 juillet, Paix (ou réconciliation) de Delft entre Philippe le Bon (1396-1467), duc de Bourgogne, et Jacqueline de Bavière (1401-1436), comtesse de Hainaut. 12 octobre, les Anglais commencent le siège d’Orléans que Jeanne d’Arc délivrera le 8 mai 1429.

1429. 12 février, Bataille de Rouvray, dite Journée des Harengs : désireux de se ravitailler, plusieurs milliers d'Orléanais, conduits par Jean de Dunois, comte de Longueville, décident de sortir de leur cité assiégée afin d'arraisonner un convoi de 300 chariots anglais transportant parmi ses victuailles quantité de poisson, mais ils ne peuvent s'emparer de la caravane protégée par 1 500 soldats commandés par John Falstoff 5. 6 mars, Jeanne d’Arc arrive à Chinon où elle a une entrevue avec Charles VII de France. 22 mars, Jeanne d'Arc écrit aux Anglais : "Roy d'Angleterre, et vous, duc de Bedfort, qui vous dictes régent le royaume de France ; vous Guillaume de la Poule, conte de Sulfork ; Jehan, sire de Talebot ; et vous, Thomas, sire d'Escales, qui vous dictes lieutenant dudit duc de Bedfort, faictes raison au roy du ciel ; rendez à la Pucelle qui est cy envoiée de par Dieu, le Roy du ciel, les clefs de toutes les bonnes villes que vous avez prises et violées en France". 29 avril, vers 20 heures, à la lueur des torches, Jeanne d’Arc, à cheval, revêtue de son armure et entourée de capitaines et de seigneurs, pénètre dans Orléans assiégée depuis le 12 octobre 1428. 8 mai, Jeanne d’Arc (blessée le 7) et le gros de l’armée de Charles VII libèrent Orléans. 18 juin, Jeanne vainc les Anglais à Patay. 9 juillet, après quelques jours de siège, Troyes ouvre ses portes à l'armée du dauphin "à la simple vue de la pucelle". 17 juillet, à Reims, sacre de Charles VII le Bien-servi (ou le Victorieux) et de la reine, Marie d’Anjou. 15 août, Bataille de Montépilloy : sous un soleil de plomb, les troupes anglaises et les troupes françaises du roi Charles VII, commandées par Jeanne d'Arc et son compagnon Étienne de Vignolles dit la Hire se font face ; quelques escarmouches se produisent mais pas de bataille générale ; le soir, Charles VII quitte ses positions et emmène son armée à Crépy-en-Valois tandis que le duc de Bedford s'en va sur Senlis. 25 août, Charles VII prend possession de Saint-Denis et vient attaquer Paris où il échoue : l’armée, commandée par le duc d’Alençon, est repoussée. 28 août, à Compiègne, Charles signé une trêve de quatre mois avec le duc de Bourgogne. 8 septembre, en tentant de prendre Paris aux Anglo-Bourguignons, Jeanne d’Arc est blessée à la porte Saint-Honoré. 9 septembre, Charles interdit à Jeanne de renouveler l’attaque de Paris ; il fait retraite vers la Loire le 13 septembre. 10 septembre, en Catalogne, le concile de Tortosa prescrit la rédaction d’un Résumé bref et utile de la doctrine chrétienne. 4 novembre, Jeanne d'Arc prend Saint-Pierre-le-Moûtier. 22/25 décembre, à La Charité-sur-Loire, Jeanne échoue contre Perrinet Gressart, un chef de bande à la solde des Anglo-Bourguignons.

1430. 1er janvier, Paix de Metz : elle met un terme à la "Guerre de la hottée de pommes" qui opposa, de 1428 à 1429, Charles II, le duc de Lorraine, à la cité messine, laquelle refusait de lui payer un tribut sur ses fruits. 10 janvier, à Bruges, Philippe III le Bon, duc de Bourgogne, crée l’ordre de la Toison d’Or : les insignes sont un collier d’or ou un ruban auquel pend une breloque en forme de bélier ; l’ordre a pour but de regrouper, autour du duc de Bourgogne, les principales personnalités flamandes et bourguignonnes, alors que, grâce à Jeanne d’Arc, le sacre de Charles peut lui rallier nombre d’hésitants ; il a aussi pour mission de faire revivre la chevalerie chrétienne ; le choix de la Toison d’or, prise au dragon par Jason, symbolise Jérusalem ; l’ordre fera aussi référence à la Toison immaculée de Gédéon, Juge et héros d’Israël, à la foi immense comme celle de la Vierge, patronne de l’ordre. 23 mai, Compiègne est assiégée ; Jeanne d’Arc, à nouveau blessée, tente une sortie, mais elle est capturée par Jean de Luxembourg (un mercenaire au service du duc de Bourgogne) qui la vendra aux Anglais (à Jean de Lancastre, duc de Bedford) pour 10 000 livres et la leur remettra le 21 novembre. 26 mai, l’université de Paris demande que Jeanne lui soit livrée pour qu’elle puisse être jugée comme sorcière. 11 juin, Bataille d'Anthon (Isère), les troupes dauphinoises, fidèles à Charles VII, mettent en déroute les forces orangistes de Louis II de Chalons-Arlay alliées aux Bourguignons de Philippe le Bon et à Amédée VIII de Savoie. 29 septembre, Murat II prend Thessalonique après avoir massacré une grande partie de la population grecque : Murat II, sultan de 1421 à 1451, mariée à une Serbe orthodoxe, pacifiste comme son père Mehmet et mystique, est aimé des masses orthodoxes qui apprécient sa justice et sa tolérance. 27 octobre, au château de Loutsk, Vytautas (ou Vitold) le Grand de Lituanie meurt d'une chute de cheval, avant de recevoir la couronne royale que lui a envoyée l'empereur Sigismond Ier.

1430-1435. Le pays est la proie des routiers, les "écorcheurs", soudards dont les chefs sont souvent des capitaines du roi tels que La Hire.

1431. 9 janvier, à Rouen, début du procès de Jeanne d’Arc, accusée d'hérésie. 20 février, mort du pape Martin V (apoplexie).


Notes
1 Les termes "adamites" ou "adamiens" désignent les membres de deux sectes : l’une gnostique, l’autre du Moyen Âge.
La première eut pour fondateur Prodicus, disciple de Carpocrate (IIe s.). Soucieux d’imiter Adam avant la chute, les adamites allaient complètement nus et c’est dans cet état qu’ils priaient et célébraient. Ils sont mentionnés par Épiphane, Clément d’Alexandrie, Augustin et Théodoret.
Le même mot désigna plus tard, aux XIIe et XIIIe siècles, des hérétiques du Dauphiné et de la Savoie, puis, au XVIe siècle, les "Pikarti" ou "Picards de Bohême" qui, constituèrent l’aile radicale du mouvement hussite (venus de Picardie où le Libre-Esprit s’était ranimé, ils rejoignirent les taborites, mais entrèrent rapidement en conflit avec eux et furent exterminés en 1421 par Jan Zizka).
2 "L’ermite (Amadour, ndlr) qui a donné son nom au rocher ne serait autre que le publicain Zachée, de Jéricho, qui reçut, comme le rapporte Saint Luc, la visite de Jésus. Il aurait été également le mari de Véronique, celle qui essuya la face du Christ lors de la montée au Calvaire [...] Zachée et Véronique seraient venus en Gaule avec st Martial (de Limoges) par le détroit de Gibraltar et auraient débarqué à Soulac. Après la mort de son épouse, Zachée, désireux de solitude, remonta la vallée de la Dordogne et se fixa au milieu du val d’Alzou, sur le territoire des Cadurques. Il y mourut, après avoir élevé à la Vierge, dans une grotte, un autel que st Martial vint lui-même consacrer." (Guide de la France religieuse et mystique, page 597)
3 http://www.espaly.fr/presentation-de-la-commune-d-espaly-saint-marcel.html
4 http://www.josephologie.info/documents/chronique/Chronique-02-04-2005.pdf
5 http://www.linternaute.com/histoire
6 Du fait de la présumée liaison de Louis d'Orléans avec la reine, de nombreuses rumeurs lancées par le parti anglo-bourguignon affirmèrent qu'il était le père génétique de Charles VII.

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 14/06/2017

ACCES AU SITE