LE 11 NOVEMBRE 1918

L'armistice de 1918

Chaque 11 novembre est commémoré l’Armistice de 1918, signé à Rethondes dans l'Oise, qui marqua la fin de la Première guerre mondiale, dite "la Grande Guerre".
« Le 11 novembre à 11 heures (11ème heure du 11ème jour du 11ème mois, ndlr), le feu était arrêté sur tout le front des armées alliées. Un silence impressionnant succédait à cinquante-trois semaines de bataille. Les peuples pouvaient entrevoir le rétablissement de la paix dans le monde. Le lendemain, j'adressais un ordre du jour de félicitations aux armées alliées. » (Maréchal Foch)

Le soldat Pierre-Auguste Trébuchon est tué, sur les bords de la Meuse, à 10 heures 50, dix minutes avant la sonnerie du cessez-le-feu.
Le soldat canadien, George Lawrence Price, est le dernier soldat de l'Empire Britannique tué de la Grande Guerre : blessé, près de Mons en Belgique, par une mitrailleuse ennemie à 10 h 50, il meurt à 10 heures 58. 6
A 16 heures, au Palais Bourbon, Clemenceau lit les conditions d'armistice, salue l'Alsace et la Lorraine et rend hommage à la Nation.

A Tours, près du tombeau de saint Martin, patron de la France fêté le 11 novembre, une plaque signée par le Maréchal Foch rend grâce à Dieu pour la victoire de 1918.

La loi du 24 octobre 1922 instaure le 11 novembre comme fête nationale légale et jour férié.

La loi du 28 février 2012 fixe au 11 novembre la commémoration de tous les morts pour la France, mais "cet hommage ne se substitue pas aux autres journées de commémoration nationales" 4.



La première guerre mondiale

Le point de départ du conflit est la déclaration de guerre de l’Autriche-Hongrie à la Serbie, le 28 juillet 1914, suite à l’assassinat, le 28 juin, à Sarajevo (Bosnie-Herzégovine), de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche, héritier du trône des Habsbourg, par Gavrilo Princip, un étudiant bosniaque lié aux milieux panserbes.

La déclaration de guerre de l’Allemagne à la Russie, le 1er août 1914, est la première étape de l'extension du conflit aux puissances européennes par le jeu des alliances ; le conflit s'étendra ensuite à plusieurs continents.
- 1er août 1914, la France décrète la mobilisation générale ;
- 2 août 1914, traité secret d’alliance militaire entre l’Allemagne (empereur Guillaume II) et l’Empire ottoman qui mobilise ; l'Allemagne occupe le Luxembourg et lance un ultimatum à la Belgique ;
- 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France et à la Serbie ;
- 4 août 1914, au petit matin, les troupes allemandes violent la neutralité de la Belgique ; la Grande-Bretagne déclare la guerre à l'Allemagne ;
- 5 août 1914, le Monténégro déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie ;
- 6 août 1914, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Russie ; la Serbie déclare la guerre à l’Allemagne ;
- 11 août 1914, la France déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie ;
- 12 août 1914, l’Angleterre déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie ;
- 23 août 1914, le Japon déclare la guerre à l’Allemagne ;
- 28 août 1914, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Belgique ;
- 1er septembre 1914, la Turquie se joint aux puissances centrales ;
- 29 octobre 1914, la flotte turque attaque la flotte russe en mer Noire ;
- 2 novembre 1914, la Russie (suivie le 5 par le Royaume-Uni et la France) déclare la guerre à la Turquie ; la Serbie déclare la guerre à la Turquie ;
- 12 novembre 1914, l’empire ottoman déclare la guerre aux alliés ;
- 23 novembre 1914, la Turquie appelle au djihad contre la Triple Entente ;
- 26 avril 1915, traité secret de Londres entre l'Entente et l'Italie qui s'engage à entrer en guerre contre les empires centraux dans un délai d'un mois ;
- 23 ou 24 mai 1915, l’Italie déclare à la guerre à l’Autriche-Hongrie ;
- 3 juin 1915, San Marino déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie ;
- 21 août 1915, l'Italie déclare la guerre à l'Empire ottoman ;
- 6 septembre 1915, traité secret entre la Bulgarie et les empires centraux, selon lequel la Bulgarie obtiendrait la Macédoine et un débouché sur l'Adriatique si elle déclare la guerre à la Serbie et à l'Entente ;
- 19 octobre 1915, l'Italie déclare la guerre à la Bulgarie ;
- 9 mars 1916, l’Allemagne déclare la guerre au Portugal ;
- 17 août 1916, traité d'alliance entre l'Entente et la Roumanie signé à Bucarest : en échange de son entrée en guerre contre l'Autriche, la Roumanie libère la Bucovine, la Transylvanie et le Banat ;
- 27 août 1916, la Roumanie déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie ;
- 28 août 1916, l’Allemagne et la Turquie déclarent la guerre à la Roumanie ;
- 1er septembre 1916, la Bulgarie déclare la guerre à la Roumanie ;
- 11 novembre 1916, le gouvernement grec d'Eleftherios Venizelos déclare la guerre à la Bulgarie ;
- 25 novembre 1916, le gouvernement provisoire grec déclare la guerre à l'Allemagne et à la Bulgarie ;
- 6 avril 1917, le Congrès des Etats-Unis, renonçant à la neutralité proclamée en 1914, vote la guerre contre l’Allemagne ;
- 7 avril 1917, Cuba et Panama déclarent la guerre à l'Allemagne ;
- 29 juin 1917, la Grèce entre dans la guerre au côté des Alliés ;
- 22 juillet 1917, le Siam déclare la guerre à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie ;
- 14 août 1917, la Chine entre dans la guerre au côté des Alliés ;
- 19 juillet 1918, le Honduras déclare la guerre à l'Allemagne ;
- 10 novembre 1918, la Roumanie entre à nouveau en guerre et libère la Transylvanie.

La Russie bolchevique ayant signé le traité de Brest-Litovsk en mars 1918, l'Allemagne peut envoyer d'importants renforts sur le front Ouest pour obtenir une victoire rapide avant l'arrivée effective des Américains. En juillet, août et septembre, l’unification du commandement allié (sous les ordres du général Foch qui, par une stratégie de coup de poing, ne laisse aucun répit à l’ennemi), l’arrivée au combat d’un grand nombre de troupes américaines et l’essoufflement de la machine de guerre allemande permettent aux Alliés d’organiser une contre-offensive puis une offensive qui aboutit à la capitulation en rase campagne de l’armée allemande, bien que le territoire allemand ne soit pas envahi.

Le 11 novembre 1918, la République allemande, nouvellement créée, accepte l’armistice.
Il est signé dans le wagon 1 du maréchal Foch, au carrefour de Rethondes, au milieu de la forêt de Compiègne.
Foch, commandant en chef des armées alliées, est assisté du général Weygand ainsi que de l’amiral Wemyss qui représente la Grande-Bretagne.
La délégation allemande, conduite par le ministre Erzberger, qui vient dans le wagon impérial de Napoléon III 5 envoyé par Foch, représente le nouveau gouvernement de Friedrich Ebert.
Les clauses de l’armistice concernent en priorité la démilitarisation de l’Allemagne.
Le président du Conseil, Georges Clémenceau, surnommé "le Père la Victoire", donne lecture à la Chambre de la convention d’armistice. Il y est acclamé, et les députés proclament qu’il a "bien mérité de la patrie". Le même jour, il est élu à l’Académie française avec Ferdinand Foch, maréchal de France depuis août 1918.


Ferdinand Foch

Guerre nouvelle, inaugurant de nouveaux types de combats (guerre de tranchées, utilisation des gaz, de l’artillerie lourde, des avions et des chars d’assaut), la Grande Guerre se solde par plus de 21 millions de morts (dont 8 500 000 militaires et 13 millions de civils) et des dizaines de millions de blessés. 1 400 000 de nos "poilus" ont été tués, 3 millions blessés dont 1 million demeureront invalides ou mutilés.
Six cent soixante-quinze soldats ont été fusillés sous l'uniforme français pour désertion, mutinerie (49 au printemps 1917 au Chemin des Dames), refus d'obéissance ou crimes de droit commun.

Le traité de Paix, signé à Versailles le 28 juin 1919, remodèle en profondeur la carte de l’Europe, tandis qu’une Société des Nations est fondée, dans l'espoir fou que la Première Guerre mondiale restera la "der des ders".


Anniversaires

1920
Le Soldat Inconnu, que le soldat Tain a désigné la veille parmi huit cercueils de tués non identifiés, est déposé dans une chapelle ardente au premier étage de l'Arc de Triomphe.
Il sera inhumé sous la voûte le 28 janvier 1921 et on installera la Flamme en 1923.

1940
L'occupant allemand et l'État français interdisent les célébrations traditionnelles de la fête nationale du 11 Novembre.
Cependant, toute la journée, des grèves paralysent les bassins miniers du Nord et du Pas-de-Calais.
A Rouen, à Dijon, à Nantes, des jeunes marquent aussi cet anniversaire.
A Paris, le soir, par petits groupes, en chantant la Marseillaise, en criant « Vive de Gaulle » et en lançant des slogans hostiles à l'occupant et à Pétain, des milliers de jeunes, surtout des étudiants et des lycéens, montent à l'Étoile. La police française, appuyée par les troupes nazies, charge violemment. "La répression de la manifestation (...) fut impitoyable. On dénombra 15 blessés, un millier d'interpellations, 123 arrestations. Certains furent incarcérés jusqu'en décembre à la prison de la Santé ou à celle du Cherche-Midi" (Hubert Falco, secrétaire d'Etat aux anciens combattants, 11 novembre 2010).

1942
Discours prononcé par De Gaulle à Londres (Albert Hall).
Les Allemands envahissent la zone libre.

1943
Une centaine de maquisards de l'Ain osent défiler dans les rues d'Oyonnax et une gerbe, en forme de croix de Lorraine, portant l'inscription "Les vainqueurs de demain à ceux de 14-18", est déposée au pied du monument aux morts. La ville recevra la médaille de la Résistance le 16 juin 1947.

1944
La cérémonie est marquée, à Paris, par la présence d'une délégation britannique menée par le Premier ministre Winston Churchill.

1945
Les cérémonies reflètent la volonté du général de Gaulle de faire du Mont Valérien, lieu de martyre de nombreux résistants, un haut lieu de mémoire pour les combattants et les victimes du nazisme : 15 cercueils de Français morts pour la patrie y sont déposés.

2005
Le président de la République Jacques Chirac décide que le dernier poilu à disparaître aura des "obsèques solennelles de portée nationale".

2006
La France compte 4 anciens "poilus officiels" encore en vie : le plus jeune d'entre eux, René Riffaud, 107 ans, est le dernier à assister aux commémorations à Paris.

2007
Il reste deux "poilus" français encore en vie 2 :
- Louis de Cazenave, 110 ans, né le 16 octobre 1897 à Saint-Georges d'Aurac en Haute-Loire et qui n’aimait pas les cérémonies (engagé en 1916, il fit partie du 5e bataillon sénégalais de décembre 1916 à septembre 1917 et connut le Chemin des Dames). Il décèdera le 20 janvier 2008.
- Lazare Ponticelli, 109 ans, né le 7 décembre 1897 en Italie (cet ancien légionnaire du régiment de marche de Sidi-Bel-Abbès, combattit au Chemin des Dames et à Verdun, puis lutta contre les Autrichiens en Italie). Monsieur Ponticelli participa aux cérémonies au Kremlin-Bicêtre où la légion étrangère lui rendit hommage. Il décèdera le 2 mars 2008. Le 17 mars 2008, la France rendra un hommage solennel à Lazare Ponticelli, le dernier des poilus français, et à ses 8 500 000 camarades de la Grande Guerre en présence du président Nicolas Sarkozy : les obsèques religieuses se dérouleront en l'église Saint-Louis des Invalides, les honneurs militaires seront rendus dans la cour d'honneur de l'Hôtel des Invalides ; lors d'une seconde cérémonie, dans la cour du Dôme de l'Hôtel national des Invalides, le président de la République dévoilera une plaque rendant hommage aux poilus, posée à quelques mètres du tombeau du maréchal Foch.

2008
Le 11 novembre 2008, après avoir déposé une gerbe au pied de la statue de Georges Clemenceau, aux Champs Elysées, le président de la République, Nicolas Sarkozy, ouvre les célébrations du 90e anniversaire de l'armistice, devant l'ossuaire du fort de Douaumont (Meuse), haut lieu de la bataille de Verdun.

2009
Nouvel épisode de l'amitié franco-allemande : pour la première fois un chef du gouvernement allemand, Angela Merkel, participe aux côtés d'un président français, Nicolas Sarkozy, à la commémoration de l'armistice de la guerre de 1914-1918.

2010
A Strasbourg, des soldats de la Bundeswehr, membres de la première unité allemande à stationner en France depuis 1945, participent aux cérémonies de commémoration.
Il ne reste dans le monde que 2 combattants survivants de la Première guerre mondiale :
- un Etasunien de Virginie, Frank Woodruff Buckles, 109 ans, né le 1er février 1901, vétéran de United States Army 1st Fort Riley Casual Detachment (il décèdera le 27 février 2011),
- et un Britannique vivant en Australie, Claude Stanley Choules, 109 ans, né le 3 mars 1901, vétéran de la Royal Navy et de la Royal Australian Navy (il décèdera le 5 mai 2011) 2.

2011
Il ne reste dans le monde qu'un vétéran, non combattant, de la Première guerre mondiale : une Britannique, vétérane 3 de la Women's Royal Air Force, résidant au Royaume-Uni, Florence Beatrice Green née Patterson, 110 ans, née le 19 février 1901. Elle décèdera le 4 février 2012.
Le Musée de la Grande Guerre est inauguré à Meaux.

2012
La Loi n° 2012-273 du 28 février 2012 fixant au 11 novembre la commémoration de tous les morts pour la France (JORF n°0051 du 29 février 2012) stipule : "Article 1. Le 11 novembre, jour anniversaire de l'armistice de 1918 et de commémoration annuelle de la victoire et de la Paix, il est rendu hommage à tous les morts pour la France. Cet hommage ne se substitue pas aux autres journées de commémoration nationales" 4.

2013
A Oyonnax (Ain), le président de la république, François Hollande, assiste à une cérémonie organisée en hommage aux maquisards ayant défilé le 11 novembre 1943, sous l'occupation allemande.

2014
A l'occasion du centenaire de la Grande Guerre, le président de la république, François Hollande, fait participer les 72 pays belligérants aux cérémonies du 14 Juillet.
Le 11 novembre, François Hollande inaugure le mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette à Ablain-Saint-Nazaire dans le Pas-de-Calais : l'Anneau de la Mémoire, constitué de 500 plaques d'acier portant les noms de 579 606 soldats ayant péri sur les champs de bataille de la région en 1914-18, sans distinction de nationalité.


Citations et proverbes

Je fais la guerre, rien que la guerre. Nous serons sans faiblesse, comme sans violence. Le pays connaîtra qu’il est défendu. (Georges Clémenceau, 20 novembre 1917)

Politique intérieure : je fais la guerre ; politique étrangère : je fais la guerre. Je fais toujours la guerre ! Les Russes nous trahissent, je continue de faire la guerre. La malheureuse Roumanie est obligée de capituler : je continue de faire la guerre, et je continuerai jusqu'au dernier quart d'heure. (Georges Clémenceau, Réponse à une interpellation, mars 1918)

La guerre est la fête des morts. (Proverbe français)

Il n'y a de paix possible qu'après la guerre. (Proverbe arabe)


Dictons météorologiques

A la Saint-Martin, il faut goûter le vin.
A la Saint-Martin, le moût passe pour bon vin.
Pour Saint-Martin mène la chèvre au bouquin.
L’été de la Saint-Martin dure trois jours et un brin.
Si le brouillard entoure Saint Martin, l'hiver passe tout bénin.
A la Saint Martin l'hiver est en chemin ; à la Saint André il est acheminé.


Notes
1 Le wagon-restaurant 2419-D avait été transformé en salon-bureau en septembre 1918. C’est dans ce même wagon, placé exactement au même endroit, que, selon la volonté de Hitler, fut signé l'armistice du 22 juin 1940, à 18 h 52.
Le wagon, transporté en Allemagne le 24 juin 1940 pour être exposé à Berlin, fut incendié par les S.S. en avril 1945 à Ohrdruf (Thuringe) alors que les Américains entraient dans la ville.
Le 11 novembre 1950, un wagon identique a été installé dans la Clairière de Rethondes.
2 http://dersdesders.free.fr/combattant.html
3 "La forme féminine "vétérane" est parfois usitée" (Le Petit Larousse 1998)
4 Voir Au fil de l'an
5 Depuis 2001, le wagon impérial est exposé en gare de Romanèche-Thorins (71).
http://www.lejsl.com/saone-et-loire/2013/10/21/la-voiture-imperiale-de-napoleon-iii-toujours-a-romaneche-thorins
6 https://www.friends-amis.org/index.php/fr/document-repository/francais/fiches-dinformation/260-256265-soldat-george-price/file


Sources


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 06/11/2016

ACCES AU SITE