Paul III, pape

Alessandro Farnese (Alexandre Farnèse) naît à Canino le 29 février 1468.
Il est élevé à Rome et à la cour de Laurent le Magnifique à Florence.
Il cumule de nombreux bénéfices ecclésiastiques, parmi lesquels plusieurs évêchés.
Il est marié et père de 4 enfants (une fille et 3 fils dont Pier-Luigi et Ranuccio) avant d’être nommé cardinal-diacre le 20 septembre 1493 par Alexandre VI duquel sa sœur Giulia Farnèse est la maîtresse.
Il est cardinal-évêque de Vence de 1508 à 1511.
Il attend jusqu’en 1519 pour se faire ordonner prêtre.
Doyen du Sacré Collège sous Léon X, il est élu pape le 13 octobre 1534 et choisit le nom de Paul. Il est intronisé le 3 novembre.
Paul III est partisan d’Erasme pour une réforme intérieure de l’Eglise et pour la négociation avec les protestants.
Il investit duc de Parme et Plaisance son fils Pier-Luigi, en 1545 et mariera son petit-fils Octave à Marguerite d’Autriche, fille naturelle de Charles Quint.
Il travaille avec ténacité à la convocation et à la réussite du concile de Trente qu'il a convoqué le 22 mai 1542 ; sa tenue sera suspendue à cause de la guerre et il ne sera ouvert que le 13 décembre 1545.
La tension politique avec l’empereur, créée par le transfert du concile à Bologne, s’aggrave encore après l’assassinat du duc de Parme (fils du pape), Paul III ne peut empêcher Charles Quint de régler sans lui la situation religieuse allemande par l’Intérim d’Augsbourg.
Humaniste et fin lettré, Paul renouvelle de manière spectaculaire le collège des cardinaux en y appelant des hommes éminents tels que l’Anglais Reginald Pole, le sénateur vénitien Gaspar Contarini, l’humaniste Jacques Sadolet et l’austère cofondateur des Théatins Jean-Pierre Carafa (le futur pape Paul IV).
Il défend les Amérindiens contre la brutalité espagnole.
Il ranime l’Inquisition : il l’établit à Naples et crée le Saint-Office.
Il approuve la règle des Compagnons de Jésus.
Il est critiqué pour son népotisme (l’appellation de cardinal-neveu apparaît).
Réputé bisexuel, c'est un homme de la Renaissance, aimant le luxe, la chasse et les divertissements.
Il consulte régulièrement les astrologues.
Amateur d’art, il confie à Michel-Ange la responsabilité de la poursuite des travaux de la basilique Saint-Pierre et l’exécution de la fresque du Jugement dernier de la chapelle Sixtine (fresque qu’il inaugure le 25 décembre 1541) et la Palais Farnèse (aujourd’hui, siège de l’Ambassade de France à Rome).
Le pape absout Rabelais pour son apostasie, c’est-à-dire la faute qu’il avait commise en abandonnant le froc de moine et en embrassant la profession médicale (prêtre séculier, il est aussi père de deux enfants, François et Junie, que le pape lui permet de reconnaître).
Paul III meurt le 10 novembre 1549.

Prophétie de Malachie : Hiacynthus medicorum (la jacinthe des médecins).

En 1548, Paul III aurait déclaré (en privé) au duc Mendoza, ambassadeur d’Espagne : " N’ayant pu découvrir aucune preuve de la réalité historique du Jésus Christ de la légende chrétienne, j’étais dans l’obligation de conclure à un dieu solaire mythique de plus !"


1534. 13 octobre, élection du pape. 18 octobre, Affaire des placards ; les placards, rédigés par le pasteur François Antoine Marcourt et imprimés à Neuchâtel, sont des affiches protestantes qui s’opposent à la messe catholique et accusent le pape de l’avoir instauré dans le but d’asseoir son pouvoir ; dans la nuit du 17 au 18 octobre, ces "articles véritables sur les horribles, grands et insupportables abus de la messe papale, inventée directement contre la sainte cène de notre seigneur, seul médiateur et sauveur Jésus Christ" sont placardés dans toute la France et même au château d’Amboise, jusque sur la porte de la chambre à coucher du roi François Ier qui, irrité par ce crime de lèse-majesté, déclenche la première répression contre les protestants ; malgré l’intervention en leur faveur de sa sœur Marguerite, 7 réformés sont condamnés et brûlés. 4 novembre, Act of Supremacy (Acte de Suprématie) : Henri VIII est proclamé par le Parlement "chef unique et suprême de l’Eglise d’Angleterre" (Eglise anglicane) ; des poursuites sont prévues contre ceux qui entament des actions pour priver le roi d’un titre ou d’une dignité. A Ravenne, le pape crée l'Ordre de Saint-Georges pour défendre cette ville contre les invasions des corsaires qui désolent les côtes de la région. 6 décembre, fondation officielle de la ville de Quito par le conquistador espagnol Sebastián de Benalcázar (ou Belalcázar) ; toutefois, le site avait été occupé par une ethnie indienne, les Quitus. 31 décembre, l’Irak vient s’ajouter à l’empire ottoman.

1535. 13 janvier, se sentant menacé par les idéologies luthériennes, François Ier, après avoir fait interdire toute impression de livres et être revenu sur cette décision, crée une commission de censure au Parlement. 18 janvier, au Pérou, le conquérant espagnol Francisco Pizarro fonde Lima. 21 janvier, François Ier dirige la procession expiatoire à la suite de l'affaire des Placards (1534). 29 janvier, François Ier publie, contre les Vaudois qui embrassent la Réforme protestante, un édit très rigoureux "pour l’extirpation et extermination de la secte luthérienne, et autres hérésies… dont les sectateurs et imitateurs se sont rendus fugitifs, cachent, et latitent en aucunes parties du royaume. Pour quoi, statuons et ordonnons, par édit perpétuel et irrévocable, que tous ceux et celles qui ont recelé ou recèleront par-ci après sciemment lesdits sectateurs, pour empêcher qu’ils ne fussent pris et appréhendés par justice… seront punis de telle et semblable peine que lesdits sectateurs ; sinon que d’eux-mêmes et par leur diligence, ils amenassent et représentassent à justice iceux sectateurs… et outre avons aussi ordonné que tous ceux et celles qui révéleront et dénonceront à justice aucuns desdits délinquans, soit des principaux sectateurs, ou de leurs recélateurs… auront la quarte partie des confiscations et amendes sur ce adjugées". Erasme refuse la dignité de cardinal que lui offre Paul III. A Constantinople, ambassade française permanente. 10 mars, découverte des Îles Galapagos par Tomas de Berlanga, évêque de Panama. 17 avril, à Barcelone, Charles Quint crée le titre de vice-roi de Nouvelle Espagne et nomme, à ce poste, Antonio de Mendoza. 3 mai, le conquistador espagnol Hernan Cortès débarque à La Paz en Basse Californie. 16 mai, jour de la Pentecôte, à Saint-Malo, début du deuxième voyage au Canada de Jacques Cartier, explorateur français. 20 mai, le pape Paul III fait cardinal l’évêque Jean Fisher. 4 juin, Pierre Olivetan : traduction d'une Bible protestante en français. Henri VIII poursuit les opposants à l'Eglise d'Angleterre ; il fait décapiter, pour trahison, Jean Fisher, le 22 juin (sa tête est exposée sur le pont de Londres) et le Lord chancelier, Thomas More 1, le 6 juillet, car ils ont refusé de prêter le serment d’allégeance (le jureur reconnaît la dépendance exclusive de l’Eglise d’Angleterre au roi). 24 juin, la ville anabaptiste de Münster, "Royaume de Sion", avec à sa tête, Jean de Leyde, "Roi de Sion", qui a fait admettre la polygamie, est prise par les troupes protestantes et catholiques ; Jean de Leyde mourra en 1536 sous d’atroces tortures. Brescia, Angèle Mérici fonde la Compagnie de Sainte Ursule (Ursulines). 10 août, jour de la saint Laurent, le Français Jacques Cartier, soumis à des vents violents, se réfugie dans la baie du grand fleuve canadien Hochelaga, qu’il baptise Baie de Saint-Laurent. 6 septembre, Jacques Cartier découvre l'île aux Coudres. 2 octobre, au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière des Outaouais, Jacques Cartier trouve l’île Hochelaga, peuplée par les Hurons ; il baptise la montagne "labourée et fort fertile" au centre de cette île "Mons realis" (Mont royal en latin) : là sera fondée la ville de Montréal le 17 mai 1642 ; les Amérindiens offrent du tabac à Jacques Cartier : il le goûte mais ne l'apprécie guère. 10 octobre, ordonnance d'Is sur Tille promulguée par François Ier : l'ordonnance de Louis XII (1510) est étendue au Languedoc. Jacques Lefèvre d'Etaples et Bonaventure des Périers : Traduction française de la Bible.

1536-1542. 8e guerre d’Italie.

1536. En janvier, les troupes de François Ier envahissent le duché de Savoie (la Savoie et le Piémont sont occupés par les Français). 3 février, à l'embouchure du Rio de la Plata, le conquistador espagnol Pedro de Mendoza fonde la ville Nuestra Señora Santa Maria del Buen Ayre (Buenos Aires) en Argentine. 4 février, François Ier signe le Traité des capitulations avec le sultan ottoman Soliman le Magnifique : cette alliance (inédite à l'époque entre une nation chrétienne et une nation musulmane) permet au roi de France, en guerre contre Charles Quint, d’affaiblir celui-ci qui doit faire face à un second front en Europe centrale. 4 février, l'Acte d'Union, série de mesures parlementaires prises entre 1535 et 1542, intègre le Pays de Galles aux systèmes judiciaires et administratifs anglais. 11 février, à Lyon, François Ier donne l'ordre à l'amiral Philippe Chabot d'occuper la Bresse et la Savoie (à la mort du dernier Sforza en 1535, François Ier a fait valoir ses droits sur Milan et ceux de sa mère sur la Savoie). 24 février, les troupes françaises envahissent la Savoie : le duc de Savoie se réfugie à Nice. 6 mars, le Piémont est envahi par les Français : Turin capitule le 27. 5 avril, Charles Quint, venu de Tunis où il a libéré 20 000 chrétiens réduits en esclavage, fait une entrée triomphale à Rome ; il propose à François Ier de régler leur différend par un duel. 13 avril, Jeudi Saint, la bulle In Coena Domini prononce une excommunication générale contre tous les hérétiques, les contumaces et les ennemis du Saint-Siège ; elle sera retirée en 1770 sous le pontificat de Clément XIV. 26 avril, à Grenoble, exécution de Martino Giovinin jugé hérétique. 3 mai, à l'occasion d'une fête donné par les Français, Jacques Cartier enlève le chef Donnacona, ses deux "fils" (neveux ?) et sept autres Iroquoiens, pour les présenter à François Ier (aucun ne reviendra aux Amériques). 19 mai, le roi d’Angleterre, Henri VIII, fait décapiter sa deuxième femme, Anne Boleyn, accusée, sans preuve, d’inceste avec son frère George Boleyn (Lord Rochford) et de relations adultères avec trois gentilshommes du conseil privé et avec un musicien de la cour. 21 mai, Genève adopte officiellement la Réforme. 23 mai, Jean III du Portugal crée une Inquisition d’État chargée de poursuivre les hérétiques. 30 mai, mariage de Jeanne Seymour et d'Henri VIII d'Angleterre. 3/16 juin, Jacques Cartier aborde aux îles Saint-Pierre et Miquelon ; il retourne à Saint-Malo le 16 juillet. 9 juin, Thomas Cromwell promulgue la Confession de foi en dix articles, influencée par le protestantisme, qui limite les sacrements à trois (baptême, eucharistie et pénitence) et fait de la Bible l'autorité suprême en matière de foi. 14 juillet, à Lyon, Traité entre la France et le Portugal. 25 juillet, Charles Quint, après avoir franchi le col de Tende dans l'arrière-pays de Nice, ravage la Provence. 11 septembre, les Impériaux quittent la Provence sans avoir livré la moindre bataille. 6 octobre, le réformateur anglais, William Tyndale, qui a traduit le Nouveau Testament en anglais, est brûlé comme hérétique. En novembre, Suppression Act : Henri VIII d'Angleterre ordonne la sécularisation des biens des monastères. Publication à Bâle de la 1ère version latine de l'Institution de la religion chrétienne par Calvin 2.

1537. 6 janvier, Alexandre de Médicis dit Alexandre le Maure, grand-duc de Toscane, est assassiné par son cousin, Lorenzino de Médicis. 4 mai au 20 septembre, à Londres, John Davy (+ 8 juin) et 9 autres moines chartreux qui refusent de reconnaître Henri VIII comme seul chef spirituel de l’Eglise d’Angleterre, sont condamnés et "drawn-hanged-drawn-quatered" (= pendus, décapités et équarris) ; 10 autres meurent de faim en prison. 29 mai, Paul III adresse son bref apostolique Pastorale officium au cardinal Jean de Tavera, archevêque de Tolède : « A vrai dire, ces Indiens, bien que vivant en dehors du sein de l’Église, n’ont pas été ni ne peuvent être privés de leur liberté ou de la possession de leurs propres biens, puisque ce sont des êtres humains et dès lors appelés à la foi et au salut. Ils n’ont pas à être annihilés par l’esclavage, mais doivent être invités à la vie par la prédication et l’exemple (...) Et nous vous enjoignons d’interdire sévèrement à toute personne, quels que soient sa dignité, position, condition, rang ou excellence, de réduire les Indiens susmentionnés en esclavage de quelque façon que ce soit ou d’oser les priver de leurs possessions de quelque manière que ce soit, sous peine d’encourir l’excommunication latae sententiae (sans déclaration nominative), si elle le fait ». 2 juin, Paul III écrit une seconde lettre au cardinal-archevêque de Tolède qui est adressée à tous les chrétiens (lettre Veritas ipsa) : « Décrétons et déclarons par l’Autorité Apostolique, que les Indiens susmentionnés et toutes les autres nations qui peuvent à l’avenir parvenir à la connaissance des chrétiens, bien qu’elles soient en dehors de la foi du Christ, peuvent librement et légalement user, posséder et jouir de leur liberté et de leur autorité dans ce domaine, et qu’ils ne peuvent pas être réduits en esclavage, et que toute autre chose qui ait été faite soit nulle et non avenue ». 9 juin, Paul III, dans sa bulle Sublimis Deus considère "que les Indiens sont véritablement des hommes et qu’ils sont non seulement capables de comprendre la Foi Catholique, mais que, selon nos informations, ils sont très désireux de la recevoir. Souhaitant fournir à ces maux les remèdes appropriés, Nous définissons et déclarons par cette lettre apostolique, ou par toute traduction qui puisse en être signée par un notaire public et scellée du sceau de tout dignitaire ecclésiastique, à laquelle le même crédit sera donné qu’à l’original, que quoi qu’il puisse avoir été dit ou être dit de contraire, les dits Indiens et tous les autres peuples qui peuvent être plus tard découverts par les Chrétiens, ne peuvent en aucun cas être privés de leur liberté ou de la possession de leurs biens, même s’ils demeurent en dehors de la foi de Jésus-Christ ; et qu’ils peuvent et devraient, librement et légitimement, jouir de la liberté et de la possession de leurs biens, et qu’ils ne devraient en aucun cas être réduits en esclavage ; si cela arrivait malgré tout, cet esclavage serait considéré nul et non avenu". Le pape crée l'Ordre de Saint-Paul. Le sultan ottoman donne aux gouverneurs l’ordre de faire exécuter toute personne qui doute des paroles du Coran. A Grenade, fondation des Frères Hospitaliers de Saint Jean de Dieu. 1er et 2 août, Bataille de Montemurlo en Toscane, les Médicis de Florence vainquent les républicains emmenés par le banquier, Philippe Strozzi le Jeune. 15 août, Juan de Ayolas fonde le poste d'Asuncion au Paraguay ; il tombe sous les coups d'une boleadoras (lasso à boules) maniée par un indigène ; les colons espagnols élisent l'un d'entre eux à leur tête, Martínez de Irala. 24 octobre, mort de la reine Jeanne Seymour des suites d'une césarienne faite à la naissance du futur Édouard VI d'Angleterre né le 12. 28 décembre, Ordonnance de Montpellier introduisant le dépôt légal en France: obligation légale faite aux producteurs et diffuseurs de documents, de les déposer auprès des organismes dépositaires qui sont tenus de les conserver et de les signaler. Version anglaise de la Bible : la Bible de Matthew (proscrite par le Parlement, elle est imprimée clandestinement en 1538 à Paris où elle est saisie sur ordre de la Sorbonne ; les imprimeurs transportent les plombs à Londres où elle reçoit l’approbation anglicane).

1538. En février, le pape convainc la République de Venise, l'Ordre de Malte, l'Espagne (avec Naples et la Sicile) de rejoindre les États pontificaux dans une Sainte Ligue contre les Turcs. 23 avril, Guillaume Farel et Jean Calvin sont bannis de Genève par le Conseil de la ville qui, excédé par leur extrême rigueur, s'oppose à leur projet de réforme des institutions. 24 avril, une citation à comparaître est déposée sur le tombeau de Thomas Becket. 18 juin, Paix de Nice entre François Ier et Charles Quint : elle a été négociée par le pape qui incite les deux souverains à lancer une croisade contre l'Angleterre et les Turcs. 19 juin, bref Non incendens videtur confirme la délégation apostolique des souverains espagnols. 8 juillet, à Cuzco, à l’instigation d'Hernando Pizarro, Diego de Almagro est jugé, condamné, garrotté et décapité ; Hernando sera rappelé en Espagne par Charles Quint et jeté en prison pendant 23 ans. 14 et 15 juillet, Entrevue d’Aigues-Mortes entre François Ier et Charles Quint ; une trêve de 10 ans est signée. 6 août, Gonzalo Jiménez de Quesada fonde Santa Fe de Bogota. 11/19 août, l’archevêque de Cantorbéry, Thomas Cranmer, exécute la sentence de la Cour de Westminster qui intime de profaner le tombeau de Thomas Becket dans la cathédrale de Cantorbéry afin d'empêcher le culte de ses reliques. En septembre, Henri VIII fait supprimer les nombreuses fêtes de l’Église catholique ; il s’efforce d’assurer l’union de l’Église anglicane avec l’Église luthérienne allemande et invite en Angleterre un certain nombre de réfugiés protestants 6. 28 septembre, devant Préveza, dans le nord-ouest de la Grèce, l’amiral génois Andrea Doria, venu avec une flotte italo-espagnole, est vaincu par la flotte ottomane du maître d’Alger, Khayr-al-Din dit Barberousse ; Venise peut néanmoins conserver la Crète et Chypre. 17 décembre, Paul III excommunie Henri VIII d’Angleterre.

1539. Les Roms sont expulsés de Paris. Le roi d’Angleterre supprime les couvents. 1er mai, à Tolède, mort d'Isabelle du Portugal, impératrice du Saint-Empire romain germanique et reine d'Espagne : début de la régence de son fils Philippe qui deviendra roi d'Espagne en 1556 et du Portugal en 1580. 21 mai, Edit de Châteauregnard : inspiré par le lotto italien, François Ier institue la loterie nationale "pour porter remède aux jeux dissolus et empescher nostables bourgeois, marchans et aultres de blasphémer Dieu, de consommer leur temps, labeur, vertues et nécessaire en jeux de hasard" ; cet édit ne concerne que la cité de Paris, "le Roi se réservant de nommer pareillement aultres personnages en chacune desdites aultres villes du Royaume". 30 mai, Hernando de Soto débarque à Espiritu Santo, l'actuel Tampa Bay en Floride. 28 juin, Henry VIII d'Angleterre promulgue l'Acte des Six Articles par lequel il vise à établir la suprématie de la religion anglicane, tout en étant proche de la doctrine catholique : il reprend donc ses persécutions contre les protestants. 10 au 25 août, Ordonnance de Villers-Cotterêts. 22 septembre, au Pakistan actuel, mort de Gourou Nanak, fondateur du sikhisme.

1540. 6 janvier, à Londres, Henri VIII d'Angleterre épouse sa quatrième femme, Anne de Clèves, grâce à l'entremise de Thomas Cromwell qui recherche l'alliance des princes protestants allemands ; Henri VIII, rompant son alliance avec les protestants allemands, la répudiera le 24 juin ; le mariage sera annulé le 9 juillet. 21 janvier au 5 juin, Guerra del Sale : guerre fiscale du pape contre Pérouse qui perd ses libertés municipales. 14 février au 12 mai, répression de la Révolte des Gantois (à cause des impôts) : Charles Quint entre dans la ville de Gand avec une armée, supprime les privilèges de la ville et les jurandes et fait détruire les fortifications. 22 avril, le conquistador espagnol, Francisco Vásquez de Coronado, se rend au Nouveau-Mexique pour y rechercher la riche cité mythique nommée Cibola ; il retournera finalement au Mexique en 1542. 1er juin, l'Edit de Fontainebleau, qui fait suite à l'affaire des placards de 1534, "enjoint expressément à tous baillis, sénéchaux, procureurs, avocats du Roi, etc., sous peine de suspension et privation de leurs offices, de rechercher et poursuivre les Luthériens, et de les livrer au jugement des Cours souveraines". 9 juillet, Henri VIII d'Angleterre obtient l'annulation de son mariage avec Anne de Clèves par les Convocations de Cantorbéry et de York. 28 juillet, Thomas Cromwell, comte d'Essex et chef-ministre, est décapité en secret à la tour de Londres. 28 juillet, Henri VIII épouse Catherine Howard, nièce du duc de Norfolk, son principal conseiller. 27 septembre, la bulle Regimini militantis Ecclesiae approuve la règle des Compagnons de Jésus. 2 novembre, au Portugal, le Saint-Office institue la censure préventive qui est confiée à trois dominicains. 18 novembre, l'édit de Mérindol est un arrêt rendu par le parlement de Provence contre les Vaudois du bourg de Mérindol.

1541. 12 février, dans une vallée des Andes du Sud, dans la région que les indiens Mapuches appelle "Chile" (neige), Pedro Valdivia, ancien soldat de l’armée de Pizarro, fonde une ville qu’il baptise Santiago del nuevo Estremo (la future Santiago du Chili), en honneur de Saint-Jacques et de l’Estrémadure dont il est originaire ; Valdivia tentera de soumettre les indiens Mapuches mais mourra, torturé par eux, 12 ans plus tard. 8 mai, l'explorateur espagnol Hernando de Soto découvre le Mississippi qu'il baptise Rio del Espirito Santo (rivière du Saint-Esprit). 1er juin, l'édit de Châtellerault, qui tente de généraliser la gabelle à tout le royaume de France, provoque des soulèvements antifiscaux dans le Sud-Ouest : révoltes de Marennes et de La Rochelle en 1542. 5 juin au 28 juillet, Ratisbonne accueille la diète, réunie à l’initiative de Charles Quint (il tente en vain de rétablir l’unité religieuse au sein du Saint Empire Romain Germanique). 26 juin, à Lima (Pérou), Francisco Pizarro est assassiné par des amis de Diego de Almagro qu’il a fait exécuter en juillet 1538 ; le fils d’Almagro, Diego el Monzo, se proclame gouverneur. Paul III concède à la Compagnie de Jésus (approuvée en 1540) la petite église de Santa Maria della Strada, à Rome. 29 août, les Janissaires de Süleyman Ier s'emparent de Buda par la ruse. 13 septembre, à Genève, retour de Calvin 2 rappelé pour mettre un terme aux discordes. 24 septembre, à Salzbourg, mort du médecin, chirurgien, alchimiste et cabaliste Paracelse (Théophratus Philippus Auréolus Bombastus von Hohenheim) qui scandalisa l’Eglise en déclarant que les maladies ne viennent pas du diable (tout en plaçant, cependant, dans ses ouvrages des éléments de sorcellerie). 23 au 27 octobre, bien que le pape Paul III lui ait déconseillé l’expédition en raison des risques météorologiques encourus en cette période de l’année, Charles Quint, à la tête d’une armée forte de 22 000 hommes commandée par le Duc d’Albe et transportée par une flotte comportant 450 navires et 65 galères manœuvrés par 11 000 marins sous les ordres d'Andrea Doria, tente de s’emparer d’Alger, mais la tempête en mer et de violents orages à terre, le contraigne à faire rembarquer précipitamment, abandonnant sur les plages plus de 8 000 hommes qui seront pris et finiront comme esclaves (la Méditerranée se trouve alors placée sous la coupe des Ottomans de Soliman et des pirates barbaresques de Barberousse). 7 novembre, en Islande, l’évêque de Holar, Jón Arason, est mis à mort par les Danois partisans du luthéranisme ; le protestantisme est instauré comme religion officielle. 20 novembre, publication à Genève des Ordonnances ecclésiastiques de Calvin, fondement de toutes les institutions d'inspiration calviniste ; le « consistoire » dirigeant l'Église acquiert le droit d'excommunier. 25 décembre, à la chapelle Sixtine, inauguration de la Fresque du Jugement Dernier réalisée par Michel-Ange. 28 décembre, édit interdisant aux compagnons "de se lier par serment, de se donner des capitaines ou chefs de bande, de se former, en dehors des maisons ou ateliers de leurs maîtres, en rassemblements de plus de cinq, sous peine d'être punis comme monopoleurs d'amendes arbitraires ; de porter épées, poignards ou bâtons ès maisons de leurs maîtres, ni par la ville ; de faire enfin aucun banquet pour entrée et issue d'apprentissage ou autre raison de métier".

1542. 6 janvier, fondation de la ville de Mérida (Mexique) sur le site de l'ancienne cité maya de Tho par le conquistador espagnol Francisco de Montejo. 13 février, le roi d’Angleterre Henri VIII fait décapiter Catherine Howard, sa cinquième épouse, accusée d’adultère. 16 avril, départ de La Rochelle de Jean-François de la Rocque de Roberval que le roi de France, François Ier, a nommé lieutenant général de la Nouvelle-France et a chargé d'y fonder une colonie. 12 mai, concile à Trieste. 22 mai, Paul III convoque le concile de Trente ; sa tenue est suspendue à cause de la guerre ; il sera ouvert le 13 décembre 1545. Vers la fin mai, Rheticus, disciple du chanoine Nicolas Copernic, corrige et fait imprimer 2 cahiers du De revolutionibus orbium coelestium de Copernic qui, en opposition à la doctrine de l’Eglise qui situe la Terre au centre de l’Univers, redécouvre ce qu’affirmait Aristarque au IIe siècle, à savoir que c’est le Soleil, et non la Terre, qui est au centre du système solaire et que c’est la rotation de la Terre sur elle-même qui donne l’alternance du jour et de la nuit (en juin, Copernic compose sa belle dédicace au pape Paul III, un plaidoyer convaincant en faveur de la liberté d’expression). 24 juin, lors d’une escale près de l’actuelle ville d’Obido, Francisco de Orellana, qui descend le fleuve Maranon, est attaqué, par les "guerrières Comapuyara", équipées d’arcs et de flèches, qui évoquent à l’explorateur espagnol les Amazones de la mythologie grecque ; il donnera leur nom au fleuve dont il atteindra l'embouchure le 26 août. 25 juin, sur les rives du Mississipi, le conquistador Hernando de Soto meurt de la fièvre : ses hommes livrent son corps au fleuve pour éviter que les Indiens ne le dépouillent. 21 juillet, la bulle Licet ab initio (sous l’impulsion de Carafa) remet en vigueur l’Inquisition pour lutter contre la prostitution et la délinquance des moines gyrovagues (qui sont mis dans les couvents 5) et contre les progrès du protestantisme ; elle crée la Congrégation de la Sainte, Romaine et Universelle Inquisition ; six cardinaux dont l’impitoyable Carafa (futur Paul IV) sont nommés inquisiteurs généraux. 28 septembre, Juan Rodríguez Cabrillo débarque dans une baie (San Diego en Californie) qu'il appelle « San Miguel ». 20 novembre, par les Leyes nuevas, Charles Quint, à la demande du missionnaire Las Casas, prend des mesures pour protéger les Indiens. En octobre, mort de l'historien et humaniste Sébastien Franck 3. 14 décembre, à la mort de son père, le roi Jacques V d’Écosse, Marie Stuart devient reine d’Ecosse alors qu’elle n’a que 6 jours : James Hamilton, deuxième comte d’Arran, assure la régence.

1543-1545. Neuvième guerre d’Italie.

1543. En mars, un édit de François Ier autorise les serfs royaux du duché de Bourgogne à racheter leur servitude au prix d'un dixième de leurs biens ; révoqué le 5 février 1544, cet édit sera renouvelé par Henri II en 1554. 14 mars, la bulle Nobis injuctum de Paul III accorde à la Compagnie de Jésus la faculté de recevoir dans son sein tous ceux qui se présenterait et dont elle aurait étudié la vocation ; par cette même bulle, le droit de faire des constitutions est laissé à la société. 24 mai, à Frauenburg (Pologne), mort du chanoine Nicolas Copernic qui a découvert que c'est le Soleil, et non la Terre, qui est au centre du système ; un exemplaire de l’édition de Nuremberg de son De revolutionibus orbium coelestium libri VI, dédié au pape Paul III, lui serait parvenu alors qu’il était sur le point d’expirer. 12 juillet, Henri VIII d'Angleterre épouse Catherine Parr en sixième noce. 2 au 22 août, Siège de Nice : les Français joignent leurs forces navales à celles des Turcs ; dans la nuit du 7 au 8 septembre, les Franco-Turcs se retirent précipitamment suite à l'arrivée de Charles Quint et de Charles III de Savoie à la tête des armées de secours. 11 septembre, Jean-François de La Rocque sieur de Roberval, qui a exploré le Saguenay, est rappelé en France avec la colonie canadienne fondée en 1541 à Cap-Rouge près de Québec. A la fin de l'année, à Strasbourg, mort, en prison, de Melchior Hofmann 4, millénariste convaincu et anabaptiste au sens strict du terme. Dans son Traité des reliques, Calvin 2 dénonce la multiplication des objets (quatorze clous de la Croix, quatre couronnes d’épines, etc.). Luther écrit Des Juifs et de leurs mensonges : « Donc sachez, mes chers chrétiens, que, après le diable, vous n’avez point plus venimeux, plus véhément et plus ennemi qu’un véritable juif qui désire sincèrement être un juif ... Est-ce que leur Talmud et leurs rabbins n’enseignent-ils pas que ce n’est pas un péché que de tuer si un juif tue un païen, mais que c’est par contre un péché si il tue un frère en Israël ? Ce n’est pas un péché pour lui comme ils le font en prêtant de l’argent - d’un païen est un service divin ... Maintenant, qu’allons-nous faire avec ces juifs, rejetés et condamnés ? (…) Brûler leurs synagogues, écoles, enterrer et couvrir avec de la saleté tout ce qui ne brûle pas (...) Je recommande de raser et détruire leurs maisons (...) Je recommande qu’on leur prenne leurs livres de prière, qui contiennent de telles idolâtries, mensonges, insultes et blasphèmes (...) Que l’on interdise à leurs rabbins d’enseigner sous peine de mort (...) Que l’on leur prenne leurs trésors d’or et d’argent (...) Mais si les autorités civiles sont réticentes à user de la force pour restreindre leur vice diabolique, alors les juifs devraient être expulsés de leur pays et renvoyés à Jérusalem où ils pourront mentir, injurier, diffamer, assassiner, voler, pratiquer l’usure et la moquerie, et se laisser aller à toutes ces infâmes abominations qu’ils pratiquent parmi nous » 7.

1544. 13 janvier, à Västerås, la Diète proclame la Suède "État évangélique" ; les pèlerinages sont officiellement interdits ainsi que toutes les manifestations se rattachant au culte des saints ; les crucifix sont arrachés des murs 8. 5 février, révocation de l'édit de François Ier sur le servage en bourgogne (voir mars 1543). 11 ou 14 avril, victoire des Français sur les Impériaux à la Bataille de Cérisoles : le Montferrat passe à la France. En mai, le corsaire et bey d'Alger, Khayr ad-Din (Barberousse), investit les îles d'Hyères, puis se tourne vers l'Italie, ravageant les îles Lipari, Elbe, la Campanie et la Calabre et réduisant 20 000 chrétiens en esclavage 8. En juillet, offensives de Charles Quint en Champagne et de Henri VIII d'Angleterre dans le Boulonnais ; Charles Quint marche jusqu'à Château-Thierry et menace Paris. 8 juillet au 17 août, siège et prise de Saint-Dizier par Charles Quint. 19 juillet au 18 septembre, siège et occupation de Boulogne par les Anglais. 18 septembre, Charles Quint et François Ier concluent la Paix de Crépy-en-Laonnois : Charles Quint renonce à la Bourgogne ; François Ier renonce à ses prétentions sur le Piémont et la Savoie, promet de marier Charles, son troisième fils, avec une fille de l’empereur et s’engage à combattre les Turcs avec ce dernier. 9 octobre, échec des troupes du Dauphin contre Boulogne. 24 octobre, à Anvers, Eloi Pruystinck, proche des anabaptistes, est brûlé ; les loïstes (partisans d’Eloi Pruystinck), dont l’hédonisme est dénoncé par Luther, sont persécutés : plusieurs de ses compagnons sont décapités, mais des disciples passent en Angleterre où leur influence se perpétuera jusqu’au milieu du XVIIe siècle, parmi les ranters, hostiles au puritanisme de Cromwell. En octobre/novembre, crues du Gier (Gère) à Vienne, du Rhône et de la Durance. Guillaume Philandrier, dit Philander, ami de Rabelais, publie à Rome In decem libros M. Vitruvii Pollionis de architectura annotationes (annotations sur le De architectura de Vitruve).

1545. 1er janvier, François Ier demande au parlement de Provence de mettre à exécution l’arrêt qui avait été rendu quatre ans auparavant contre les Vaudois, malgré les lettres de grâce expédiées depuis ; il lui recommande "de faire en sorte que le pays de Provence fût entièrement dépeuplé et nettoyé de tels séducteurs". 12 avril, le baron d’Oppède lit au parlement les lettres du roi, et aussitôt cette cour ordonne que son arrêt du 18 novembre 1540 soit exécuté. 13 au 19 avril, une expédition dirigée par le baron d’Oppède massacre les vaudois du Luberon : les habitants de 24 villages sont massacrés par la troupe et leurs biens confisqués (2 740 morts, 600 prisonniers sont envoyés aux galères) ; un procès ne sera ouvert qu'après la mort de François Ier, mais les soudards comme les parlementaires qui s'étaient enrichis furent tous acquittés. Impression du premier livre en langue basque (un recueil de poèmes d’amour et d’inspiration religieuse). Claude de Sachin interroge par lettre Calvin 2 sur la légitimité du prêt à intérêt ; Calvin lui répond que l’Écriture sainte n’interdit pas le prêt à intérêt, mais bien plutôt le mauvais usage qui en serait fait pour opprimer les pauvres et qu’on peut donc le pratiquer dans la justice et dans la charité (Plus tard, les calvinistes sauront par leur austérité, leur goût de l’épargne, leur esprit d’initiative, accumuler des richesses). L’abbesse d’un couvent de Cordoue, Madeleine de La Croix, est accusée du crime de sorcellerie et n’échappe à la mort qu’en obtenant sa grâce du pape. Nostradamus, rentrant à Salon-de-Provence après avoir séjourné à la Grande Chartreuse, s'arrête un soir à l'Albenc (Isère) pour faire réparer sa litière. 13 décembre, ouverture du concile de Trente.

1546. 18 février, à Eisleben, mort de Luther (il serait mort d’une indigestion à en croire ses détracteurs ; il est vrai que le moine austère était devenu amateur de bonne chère...) : « ... Je demande qu’on taise mon nom et qu’on ne s’appelle pas luthérien, mais chrétien. Qu’est-ce que Luther ? La doctrine n’est pas de moi. De même, je n’ai été crucifié pour personne [...]. Comment se pourrait-il qu’on ose employer mon nom à moi, pauvre corps puant et destiné aux vers, pour désigner les enfants du Christ, mon nom à moi, en qui il n’y a point de salut ? ». 3 août, à Paris, Etienne Dolet, condamné pour blasphème et hérésie par la faculté de théologie de Paris, est pendu et brûlé (il avait édité des œuvres des Réformés). Le pape crée l'Ordre du Lis.

1547-1556. Dixième guerre d’Italie.

1547. 16 janvier, à Moscou, dans la cathédrale de l’Assomption, le métropolite Macaire couronne le prince de Moscou, Ivan IV (qui deviendra "Le Terrible"), "tsar de toutes les Russies" ; "Tsar" signifie "César" : c’est la première fois que ce titre (porté autrefois par les empereurs byzantins et les khans) est pris par un empereur russe. 28 janvier, au palais de Westminster, mort d'Henri VIII surnommé "Barbe Bleue" : le fils qu’il a eu avec sa 4e femme, Jeanne Seymour, lui succède, à l’âge de 9 ans, et sera couronné le 20 février 1548 sous le nom d'Edouard VI ; Edward Seymour, 1er duc de Somerset, oncle et « protecteur » du roi exerce le pouvoir avec un Conseil de régence de 18 membres désigné par Henri VIII (Cranmer, Dudley, duc de Northumberland, Thomas Howard, duc de Norfolk, etc.). En mars, à la suite d'une épidémie, le pape déplace le concile de Trente à Bologne : furieux, Charles Quint interdit à ses prélats de quitter Trente, et déclare invalide le transfert. 31 mars, au château de Rambouillet, mort de François Ier (53 ans) d'une septicémie (évolution de sa fistule vésico-périnéale associée à une insuffisance rénale grave due à une néphrite ascendante) 9 : son fils Henri lui succède (Henri II). 24 avril, à Mühlberg, victoire des forces catholiques de Charles Quint menées par le duc d’Albe sur les forces luthériennes de Jean-Frédéric de Saxe et de Philippe de Hesse. 25 juillet, à Reims, Henri II est sacré et couronné roi de France. La peste, qui avait fait déjà deux apparitions au Puy-en-Velay, en 1482 et en 1521, y sévit tout à coup avec une intensité désastreuse. Pour que les charges ecclésiastiques et étatiques soient réservées à ceux qui sont descendants de chrétiens et non de Maures ou de "conversos" (juifs convertis), l’Archevêque de Tolède, Juan Martinez Siliceo, fait accepter un Statut de Limpieza (pureté raciale), apparu à la fin du XVe siècle, pour tous les ecclésiastiques de la cathédrale ; un certificat de "limpieza" est délivré par l’inquisition ; le mouvement s’étendra rapidement ; la "limpieza" sera exigée pour toutes les charges d’état, et même pour certaines professions traditionnellement exercées par les juifs ; est réputé pur un sang où ne se mêle aucune hérédité juive (on remonte en pratique jusqu’aux grands-parents) ; en 1835, le Statut de Limpieza sera aboli, mais, jusqu’en 1865, le certificat continuera à être présenté par les aspirants officiers de l’armée et par les candidats à certaines hautes charges de l’état. Au Portugal, le roi Jean III obtient un tribunal de l’Inquisition. Edouard VI d’Angleterre réforme le culte et le dogme dans un sens protestant (mais l’épiscopat est maintenu). En septembre, l’assassinat du duc de Parme, fils du pape, aggrave encore la tension politique avec l’empereur, créée par le transfert du concile à Bologne.

1548. Mai/juin : par l’Intérim d’Augsbourg rédigé par une commission de théologiens, Charles Quint règle, sans Paul III, la situation religieuse allemande ; l’empereur autorise le mariage des pasteurs protestants et la communion sous les deux espèces. Henri II convoque au Puy-en-Velay la tenue des Grands jours de la province, avec commission d’extirper la malheureuse secte luthérienne ; quelques hérétiques sont condamnés au feu. Juillet-Août, Jacquerie des Pitauds : émeutes contre la gabelle en Guyenne, en Angoumois et en Saintonge pour faire libérer des contrebandiers (faux-sauniers) ; l'insurrection se répand, et compte jusqu'à 20 000 hommes, conduits par un seigneur et rejoints par des prêtres ; des châteaux sont pillés et des gabeleurs sont tués ; Bordeaux est contaminé par la révolte et 20 officiers gabeleurs y sont tués, ainsi que le lieutenant du gouverneur, le 21 août ; le roi Henri II bloque Bordeaux et commence la répression : Bordeaux perd ses privilèges, verse une amende et voit son parlement suspendu, 1 401 personnes sont condamnées à mort ; la répression s'effectue ensuite dans la campagne où l'on pend les meneurs : ni les prêtres, ni les gentilshommes ne sont épargnés ; la gabelle sera finalement supprimée dans ces provinces en juin 1549, les provinces deviendront des pays rédimés et le roi fera une amnistie générale. 31 juillet, la bulle Pastorasis officii approuve les exercices spirituels d'Ignace de Loyola. 17 novembre, le Parlement de Paris interdit aux Confréries de la Passion la représentation théâtrale des Mystères sacrés qui, "trahissant l’esprit religieux, génère scandales, dérisions et moqueries".

1549. En janvier, en Angleterre, le Book of Common Prayer rejette le caractère sacrificiel de la messe. 8 août, Henri II déclare la guerre à l’Angleterre. Le pape crée l'Ordre de Bethléem. 17 septembre, le pape met fin à la première série de réunion du Concile de Trente. A Strasbourg, Mentelin fait paraître une Bible. 10 novembre, mort du pape Paul III.


Notes
1 "On me reproche de mêler boutades, facéties et joyeux propos aux sujets les plus graves. Avec Horace, j’estime qu’on peut dire la vérité en riant. Sans doute aussi convient-il mieux au laïc que je suis de transmettre sa pensée sur un mode allègre et enjoué, plutôt que sur le mode sérieux et solennel, à la façon des prédicateurs" (Thomas More, L’Utopie).
2 Jean Cauvin (10-7-1509/27-5-1564), dit Calvin, rédige en 1532 un Commentaire du De clementia de Sénèque, où il tente de trouver des points de rencontre entre l’Evangile et le stoïcisme. Son père, secrétaire de l’évêque de Noyon, est mort excommunié et son frère s’est converti au luthérianisme. Calvin adhère à la Réforme en 1533. Sa vie de prédicateur (après l’affaire des Placards qui l’oblige à quitter la France) et la publication en français en 1541 de Christianae Religionis institutio (Institution de la religion chrétienne) édité à Bâle en 1536, font de lui une figure essentielle de la Réforme. Par la rigueur de sa doctrine, il fonde lui-même une Eglise. Si les Ordonnances ecclésiastiques établissent le statut de l’Eglise réformée de Genève, où il s’installe définitivement en 1541, elles fondent aussi les règles qui sont celles du calvinisme. Calvin écrit son Catéchisme en 1545. Il ne reconnaît que la Bible pour source de la foi et admet les dogmes des 5 premiers conciles. Sa doctrine de la prédestination et de la grâce est proche des thèses d'Augustin d'Hippone. Enfin il prône un retour à la simplicité du culte, où seuls les sacrements du baptême et de la communion, commémoration de la Cène, sont admis. Les valeurs éthiques, qui louent le travail et permettent le prêt, auront une influence déterminante sur les protestants, qui prennent à leur compte les critères de la foi qu’il a définis.
3 Pour l'historien et humaniste Sébastien Franck (1499-1542), la foi n’est autre que la quête de soi et elle aboutit à un rejet des contraintes extérieures, des conventions religieuses, de toutes les Églises. Les protestants n’ont fait que remplacer l’autorité pontificale par un "pape de papier" et la leçon des Écritures, dont il se plaît à souligner les incohérences et les contradictions, importe aussi peu que celle des théologiens. Il réclame une absolue tolérance pour toute démarche entreprise par nécessité intérieure, selon le principe : « Prends donc dans chaque secte ce qu’elle a de bon et laisse le reste aller au diable ».
4 Le souabe Melchior Hofmann (1495-1543), millénariste convaincu, anabaptiste au sens strict du terme et autodidacte en religion, s’était imprégné de la mystique allemande médiévale autant que de la Bible. Séduit par les idées de Luther, il les amalgama à ses propres spéculations eschatologiques. Il prêcha son message sur les bords de la Baltique, en Scandinavie, puis dans la vallée du Rhin et en Hollande. D’abord favorablement accueilli, il finit par être repoussé partout, à cause de ses idées eschatologiques et de sa prétention à être un personnage messianique, annonciateur du millénium. Hofmann fut baptisé à Strasbourg, en 1530, par des anabaptistes pacifiques. Dès lors, il ne cessa de prêcher son interprétation de l’Évangile, insistant sur la nécessité de la conversion et l’attente passive de la parousie (ou retour du Christ). Le baptême était, pour lui, le sceau des élus en vue du millénium qu’il fixa à plusieurs dates différentes. Strasbourg était le lieu choisi par le Christ comme siège de son royaume.
5 http://membres.multimania.fr/crazychat/Cours/histoire/histoire_moderne/reforme_catholic.txt
6 http://fr.wikipedia.org/wiki/1538
7 http://www.christianisme
8 http://fr.wikipedia.org/wiki/1544
9 Jacques Delbauwe, De quoi sont-ils vraiment morts ? P. 121. Editions Flammarion. 2013 

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
13/02/2017
ACCES AU SITE