Paul IV, pape

Gian (Giovanni) Pietro Carafa, napolitain de noble famille, naît le 28 juin 1476 à Sant’Angelo a Scala en Campanie.
Il est successivement : évêque de Chieti (1505) ; nonce en Angleterre ; membre du Conseil pour le royaume de Naples ; archevêque de Brindisi (1518) ; rappelé d’Espagne en 1523 par le pape Adrien VI ; cofondateur, en 1524, avec Gaétan de Thiene d’une association de prêtres réformés ; cardinal en 1536.
Membre d’une commission de réforme instituée par Paul III, il rédige, notamment avec les cardinaux Sadolet et Pole, un mémoire important : Projet de réforme de l’Église (Consilium de emendanda Ecclesia, 1537)
En 1542, il est nommé, avec le cardinal Toledo, contrôleur général de l’Inquisition romaine, rétablie par Paul III qui organise un Saint-Office pour la remise en ordre de l’Église.
En 1549, il est nommé archevêque de Naples.
Doyen du Sacré Collège en 1553, il est élu pape, à 79 ans, le 23 mai 1555, malgré le veto de l’empereur catholique Charles V, et prend le nom de Paul. Il est intronisé le 26.
Paul IV choisit pour secrétaire d’État un de ses neveux, Carlo Carafa, qui gouverne les États pontificaux par le régime de l’arbitraire et de la simonie. Son autre neveu, Giovanni Carafa, un aventurier brutal, devient capitaine général de l'Église puis duc de Paliano.
Intolérant et sévère, Paul veut extirper l’hérésie : « Même si mon propre père était un hérétique, je ramasserais le bois pour ériger son bûcher ».
Il se montre impitoyable envers les juifs et les protestants.
Il poursuit la Contre-réforme avec acharnement.
Il compile et publie le premier Index des ouvrages prohibés.
Il déclare usurpateurs tous les princes-évêques de l’Empire qui n’ont pas poursuivi Luther.
Il fait perquisitionner chez les jésuites et brûler des livres.
Il suspecte d’illuminisme Jean de la Croix et Thérèse d’Avila.
Il choisit de faire alliance avec les Français afin de chasser les Habsbourg de Naples.
La haine qu’il nourrit à l’encontre de l’Espagne le conduit à se quereller avec Marie Ire, reine d’Angleterre et femme de Philippe II, roi d’Espagne. Il interviendra aussi contre Elisabeth Ire, reine d'Angleterre de confession protestante.
Paul IV a beau se débarrasser de son scandaleux neveu par le bannissement, redoubler d’austérité pour lui-même et mourir pieusement, le soir même de sa mort (18 août 1559), le peuple romain, joyeux d'être débarrassé d'une telle poigne, abat sa statue dont la tête échouera au musée du château Saint-Ange, pille le palais de l’Inquisition et ouvre toutes grandes les portes des prisons.
Il est inhumé en l’église Santa-Maria sopra Minerva de Rome.
Selon la rumeur, il était attiré par les garçons.

Prophétie de Malachie : De fide Petri (De la foi de Pierre).


1555. 23 mai, élection du pape. La reine d’Angleterre, Marie Ire Tudor dite Marie la Sanglante réconcilie l’Angleterre avec le pape Paul IV qui envoie son légat le cardinal Pole ; elle abroge les lois religieuses d'Henri VIII et rétablit le catholicisme ; jusqu'au 10 novembre 1558, pour ramener de force les protestants à la foi romaine, elle en fait condamner à mort 280 qui sont brûlés dans une série d’autodafés. 14 juillet, la Constitution Cum nimis absurdum, qui sera complétée par diverses instructions pontificales, institutionnalise le terme "ghetto", terme apparu à Venise en 1516 : le pape établit un Vicus judeorum sur les bords du Tibre dans le quartier le plus mal famé de Rome ainsi que dans les villes et bourgades des États pontificaux ; le ghetto de Rome n’aura qu’une entrée et une sortie ; les juifs n’y auront qu’une synagogue ; ils ne pourront y posséder d’immeubles leur appartenant ; ils porteront un signe distinctif : "concernant la question que les Juifs doivent être reconnaissables partout : les hommes devront porter un chapeau (jaune à pointe, ndlr), les femmes, quelque signe évident, de couleur jaune (couleur d'infamie, ndlr), qui ne devra pas être caché ou recouvert d'aucune façon, et devra être fermement apposé" (la rouelle cousue sur leur vêtement, ndlr) ; ils ne pourront accueillir des juifs venus d’ailleurs ; ils ne pourront sortir la nuit ; ils sont exclus des facultés de droit, de pharmacie ou d'art ; les médecins juifs ne peuvent soigner que leurs coreligionnaires ; les autres États italiens suivront en ce domaine les injonctions du pape jusqu’au XVIIIe siècle ; le 26 juillet, 2 000 Juifs de Rome doivent emménager dans le Transtévère (Trastevere) formé d’une seule rue avec quelques voies transversales fermées la nuit ; Paul IV déclare : « Il nous paraît absurde et inadmissible d’étendre la charité et la tolérance chrétienne aux Juifs condamnés par Dieu à cause de leurs péchés à la servitude éternelle ». 15 et 16 juillet, Bataille de Gimnée : les Français battent en retraite devant les troupes du Saint-Empire germanique. 25 septembre, la Paix d’Augsbourg, signée entre le Saint Empire romain germanique et les Etats luthériens, admet la coexistence des catholiques et des protestants selon le principe cujus regio ejus religio (les sujets de chaque état doivent adopter la religion du prince) ; le pape met son veto au principe d'Augsbourg. 1er octobre, Palestrina est engagé comme maître de chapelle à Saint-Jean-de-Latran (comme tous les musiciens mariés, il avait été évincé de la chapelle Sixtine par le pape Marcel II). 25 octobre, à Bruxelles, Charles Quint, épuisé, abdique ses droits sur les Pays-Bas, désormais unis et officiellement séparés du Saint-Empire, en faveur de son fils Philippe, déjà duc de Milan et roi de Naples (il lui cédera ses droits sur l'Espagne le 16 janvier 1556 et un peu plus tard, au seuil de la mort, ceux sur la Franche-Comté). 10 novembre, au Brésil, l’amiral Nicolas Durant de Villegagnon et 600 colons français débarque dans la baie de Guanabara (aujourd’hui baie de Rio) où ils construisent Fort Coligny et Henryville. Sébastien Castalion : Version française de la Bible (adaptation familière et souvent triviale, condamnée par protestants et catholiques).

1555-1558. Publication de Catéchismes à usage populaire préparés par le jésuite allemand Pierre Canisius (1521-1597).

1556-1559. 11e et dernière guerre d’Italie.

1556. 16 janvier, Charles Quint abdique en faveur de son fils Philippe II qui devient roi d'Espagne, de Naples et de Sicile, archiduc d'Autriche, duc de Milan et prince souverain des Pays-Bas (la haine que nourrit le pape à l’encontre de l’Espagne l’amènera à se quereller avec Marie Ire, reine Angleterre et femme de Philippe II) et de son frère Ferdinand (Charles Quint ordonne aux électeurs du Saint-Empire de considérer désormais son frère Ferdinand, qu'il nomme roi des Romains, comme lui-même). 24 janvier, le tremblement de terre considéré comme le plus meurtrier de l’histoire secoue la province de Shaanxi au centre de la Chine, faisant entre 800 000 et un million de victimes. 24 janvier, décès de l'empereur moghol Humayun. 5 février, Trêve de Vaucelles entre l'Espagne et la France (programmée pour durer 5 ans, elle ne durera que 5 mois) : elle reconnaît que la France possède Metz, la Corse, la Savoie et le Piémont et met un point final aux guerres d'Italie. 14 février, début du règne d'Akbar le Grand, empereur moghol de l'Inde : trop jeune (13 ans) pour succéder à son père Humayun (mort le 24 janvier), il règne sous la tutelle du sultan du Bihâr, Adham Khan, et de son atabek (tuteur) Bairam Khan. 21 mars, Thomas Cranmer, archevêque protestant de Cantorbéry, est brûlé vif sur ordre de la reine Marie Tudor : lors de l’accession au trône d'Angleterre de la catholique Marie Tudor, il avait favorisé celle de la protestante Jane Grey ; il a été blâmé pour sa perfidie et jugé hérétique pour avoir nié la transsubstantiation. 30 avril, Paul IV retire toutes les lettres de protections que ses prédécesseurs avaient octroyées à la communauté marrane portugaise d’Ancône en 1547 et ordonne d’entamer des poursuites contre elle : 25 personnes seront brûlées vives, 26 autres seront envoyées aux galères de Malte (elles retrouveront la liberté), 30 s’échapperont de prison avant leur procès en versant un pot-de-vin au commissaire pontifical 3. 31 juillet, Rome, mort d'Ignace de Loyola, fondateur de la compagnie de Jésus. 6 août, Philippe II d'Espagne approuve les statuts de pureté de sang promulgués en 1547. 22 août, Pomponio Algerio, étudiant de droit civil à l'Université de Padoue, qui considère que l'Église catholique romaine "s'écarte en beaucoup de choses de la vérité" et a été extradé de Venise à la demande du pape, est exécuté par les autorités civiles sur la Piazza Navona à Rome : il est frit dans de l'huile. 1er septembre, reprise de la guerre dans les États pontificaux ; le duc d'Albe s'empare d'Anagni le 15 ; à la suite de l'invasion espagnole des États pontificaux, François de Guise est envoyé en Italie pour secourir le pape (1557). 12 septembre, Ferdinand Ier, est investi empereur romain germanique sans la reconnaissance du pape Paul IV au motif que le Saint-Siège n'est intervenu ni dans l'abdication de son frère, Charles Quint, ni dans sa nomination ; Ferdinand rétorque que, désormais, les empereurs cesseront de demander l'assentiment papal. Nuit du 17 septembre, à Venise, Baldo Lupetino, franciscain défendant les idées de Luther et condamné à mort par noyade le 30 août, est dégradé en présence du patriarche et de son vicaire, l'inquisiteur et son commissaire, le fiscal, le nonce apostolique, et les trois Savi, dans la chapelle de San Theodoro, selon le rite prescrit dans la bulle papale Licet omnia ab ; la cérémonie terminée, Baldo est remis à la police vénitienne ; à minuit, il est extrait de sa cellule et mis dans une gondole, suivi seulement, outre les marins, par un seul prêtre ; il est conduit dans la lagune, au-delà des Deux Châteaux, où une autre gondole les attend ; une planche est mise en travers des deux barques, sur laquelle le prisonnier, avec une lourde pierre attachée aux pieds, est placé ; à un signal donné, les gondoles s'éloignent l'une de l'autre et Lupetino est précipité dans l'abîme aqueux 1. 4 décembre, le Rhône gèle près d’Arles ; l'hiver 1556-1557 est très rude dans le Sud de la France.

1556 (27 janvier) à 1605 (27 octobre). En Inde, règne de l’empereur moghol Akbar qui décide de rapprocher les hindous et les musulmans (selon les historiens, depuis l’an 1000, 80 millions d’Indiens ont été exterminés par les conquérants musulmans).

1557. 31 janvier, rupture de la trêve de Vaucelles entre la France et l'Espagne. En février, Henri II de France demande au pape Paul IV d'établir l'Inquisition en France pour lutter contre les progrès de la Réforme ; le Parlement de Paris s'y oppose. 7 février, Charles Quint se retire au monastère de Yuste, en Castille. 2 mars, François de Guise, à la tête d'une expédition française contre Naples, arrive à Rome ; il s'oppose au duc d'Albe, qui victorieux, repoussera les Français d'Italie (le pape, allié de la France, sera forcé à signer la paix le 14 septembre). 10 avril, Jeudi saint, Paul IV, anti-Habsbourg, excommunie Charles Quint et son fils Philippe II d'Espagne (bulle In Coena Domini). 24 avril au 15 mai, échec de François de Guise devant Civitella. 11 juin, mort de Jean III, roi de Portugal : son petit-fils, Sébastien Ier, lui succède. 3 juillet, traité entre Philippe II et Cosme de Médicis, qui obtient Sienne et son territoire ; Cosme en prend possession le 19 juillet. 24 juillet, Edit de Compiègne : peine de mort pour les hérétiques. 10 août, les troupes espagnoles d'Emmanuel-Philibert de Savoie emportent Saint-Quentin face au connétable de Montmorency. 1er septembre, en France, mort de Jacques Cartier lors d’une épidémie de peste. 4 septembre, Affaire de la rue Saint-Jacques à Paris : des femmes arrêtées au cours d'un conventicule calviniste sont traitées de « putains » par la foule catholique ; des coups sont échangés ; des protestants sont livrés à la justice et exécutés. 11 septembre au 1er décembre, Colloque de Worms, réunissant protestants et catholiques, convoqué par Ferdinand Ier et dans lequel s'affrontent Melanchthon et Canisius, sans résultat. 14 septembre, les troupes espagnoles campant devant Rome, le pape Paul IV signe la paix avec le duc d'Albe et renonce à affranchir l’Italie de la domination espagnole. 14 septembre, Traité de Pozwol : le roi de Pologne Sigismond Auguste contraint la Livonie à s'unir à la Lituanie pour résister au tsar. 6 octobre, François de Guise, rappelé en France par le roi Henri II, devient lieutenant général du royaume de France. 3 décembre, à Édimbourg, les réformés écossais s'unissent selon l'usage du Covenant (serment de défendre une cause et de rester unis jusqu'à la mort) ; la régente Marie de Guise refuse d'accéder à leur demande, ce qui provoque une rébellion dans laquelle interviennent les troupes françaises et anglaises.

1558. 6 janvier, François de Guise reprend Calais (dernier bastion anglais en France) à l’Angleterre. 22 janvier, début de la Guerre de Livonie (fin en 1583) : l'armée russe envahit la Livonie. 5 mars, le médecin Francisco Fernandez offre au roi d'Espagne, Philippe II, une plante venue du nouveau continent : le tabac. 12 mars, à Francfort, la diète élit Ferdinand Ier, empereur romain germanique ; le pape Paul IV conteste l'élection de Ferdinand de Habsbourg, roi des Romains, comme empereur au nom des prérogatives du Saint-Siège. 24 avril, le dauphin François (futur François II) épouse Marie Stuart. 11 mai, prise de Narva par les Russes ; la Russie accède à la Baltique par l'occupation de la Livonie et de l'Estonie. 13 juillet, défaite française à la bataille de Gravelines face aux Espagnols du comte d'Egmont ; négociations de paix entre les Habsbourg et les Valois durant l'été. 25 septembre, au monastère de San Jeromino à Yuste (Espagne), mort de Charles Quint (goutte). 18 octobre, à Cigales en Castille, mort de Marie d'Autriche (plus généralement appelée Marie de Hongrie), archiduchesse d'Autriche, qui fut reine consort de Hongrie et de Bohême de 1522 à 1526, puis gouverneur des Pays-Bas espagnols de 1531 à 1555. 17 novembre, en Angleterre, mort de Marie Tudor (Marie Ire la sanglante) ; sa demi-sœur Elisabeth Ire est proclamée reine d’Angleterre ; elle sera couronnée le 15/1/1959. Mise à l’Index de la Théologie naturelle ou le Livre des créatures (Theologia naturalis sive Liber creaturarum), une apologie du christianisme écrite par le médecin et philosophe espagnol Raimundo Sabunde ou Sebond ou Sebonde (mort à Toulouse en 1436) ; elle sera traduite en français par Montaigne en 1569.

1559. 1er janvier, mort de Christian III de Danemark : son oncle Frédéric II devient roi de Danemark et de Norvège. 27 janvier, après l'échec de la guerre du pape contre l'Espagne dont ils sont rendus responsables, les frères Giovanni et Carlo Carafa sont bannis de Rome (Pie IV les fera juger et exécuter en 1561). 15 février, la bulle Cum ex Apostolatus Officio précise qu'aucun catholique, ayant publiquement et manifestement fait preuve d'hérésie, ne pourra légalement occuper le trône de Pierre : "S'il apparaissait (...) qu'un Souverain Pontife lui-même, avant sa promotion et élévation au cardinalat ou au souverain pontificat, déviant de la foi Catholique est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l'assentiment unanime de tous les Cardinaux, est nulle, sans valeur, non avenue". 2 et 3 avril, Traités du Cateau-Cambrésis entre la France, l’Angleterre et l’Espagne : la France perd le Milanais, le Piémont, et rend la Corse aux Génois, elle conserve Calais, Metz, Toul et Verdun ; Fin des Guerres d’Italie. 15 avril, bulle du pape fondant l’Université d'Évora (Portugal). 17/28 avril : l’Angleterre retourne au schisme ; Nouvelle version de l’Acte de Suprématie (1534) ; Elisabeth Ire est "Supreme Governor" pour les affaires spirituelles ; les lois de Marie Tudor contre les hérétiques sont abrogées ; "les jésuites, prêtres et autres désobéissants" sont priés de quitter le royaume dans les 40 jours sous peine d'être jugés pour haute trahison. 2 mai, après son exil en France et à Genève, le réformateur calviniste, John Knox, rentre en Écosse et fonde le presbytérianisme. 22 au 29 mai, à Paris, réunion clandestine du premier synode national des Eglises Réformées de France. 2 juin, l’Edit d’Ecouen autorise à tuer tout protestant révolté ou en fuite. 22 juin, mariage par procuration de la princesse Élisabeth avec Philippe II d'Espagne représenté à Paris par le duc d'Albe. 10 juillet, au château des Tournelles, bien que soigné par Ambroise Paré, mort d'Henri II blessé à l’œil dans un tournoi le 30 juin (il avait rétabli les tournois) ; son fils François II, âgé de 15 ans, psychologiquement fragile et rachitique, lui succède ; il laisse gouverner les oncles maternels de son épouse, la reine d’Ecosse et de France, Marie Stuart : François, duc de Guise et Charles, cardinal de Lorraine. A Genève, Calvin fonde une académie avec 3 chaires : grec, hébreu et philosophie ; parution de l’édition définitive de L'Institution de la religion chrétienne. Le Talmud est brûlé à Crémone. 14 août, le conquistador, Tristan de Luna y Arellano, fonde une colonie à Pensacola en Floride. 17 août, à la demande de l'inquisiteur général de l'Inquisition espagnole Fernando Valdés, publication de l'Index librorum prohibitorum qui recense les livres interdits ; l'Index sera confirmé en 1564 et la Congrégation de l'Index sera instituée en 1571. 18 août, mort du pape Paul IV, premier pape embaumé et premier pape à qui on prélève le cœur pour le placer dans une urne ; Pie X (1903-1914) abolira ces pratiques et seules seront pratiquées quelques interventions permettant d’exposer le corps du pape aux fidèles. A la mort de Paul IV, les citoyens de Rome libèrent les prisonniers de l'Inquisition et mettent le feu au palais du Saint-Office. Quelques jours plus tard, le duc de Paliano, Giovanni Carafa, neveu du pape fait assassiner son épouse enceinte avec l'approbation de son frère, le cardinal secrétaire d'État ; sous le nouveau pape Pie IV, ils passeront en jugement : le cardinal secrétaire d'État sera étranglé au château Saint-Ange et le duc décapité ; après une requête de leur frère survivant, la sentence sera cassée sous le pape suivant, Pie V, en 1567, et leur accusateur sera exécuté pour avoir trompé Pie IV 2.


Vacance du Saint-Siège

1559 (suite)
. 18 ou 21 septembre, le jeune roi de France, François II, est sacré à Reims. 25 décembre, élection de Pie IV.


Notes
1 D'après Dr. Oliver K. Olson, Théologie Dept Marquette University Milwaukee, USA
2 http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_IV http://fr.wikipedia.org/wiki/Giovanni_Carafa
3 http://fr.wikipedia.org/wiki/1556

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
08/10/2017
ACCES AU SITE