Pie VII

Luigi Barnaba Chiaramonti, fils du comte Scipione Chiaramonti, naît le 14 août 1742 à Cesena (Romagne).
Le 20 août 1758, il prend l'habit bénédictin sous le nom de "dom Gregorio". Il étudie au monastère Santa-Giustina de Padoue, suspecté de jansénisme par l'Inquisition vénitienne, puis à Sant' Anselmo, à Rome. Le 21 septembre 1765, il est ordonné prêtre et peu après, reçoit son doctorat de théologie. Il enseigne ensuite à l'abbaye San-Giovanni de Parme. Il souscrit alors à l'Encyclopédie de Diderot et se montre curieux des idées de Locke et Condillac, alors précepteur du prince héritier et dont il traduit l’Essai sur l'origine des connaissances humaines. En 1775, il retourne au collège Sant' Anselmo, cette fois en tant que professeur de théologie ; son parent, Pie VI, le nomme abbé du monastère Saint-Calliste à Rome.
Il est fait évêque de Tivoli en 1782, puis cardinal d’Imola en 1785.
En 1796, lorsque le diocèse d'Imola, envahi par les troupes françaises du général Augereau, est détaché des Etats pontificaux et annexé à la république Cisalpine, il recommande la soumission des fidèles à "l'autorité du victorieux général en chef de l'armée française" ; il s’attire par-là l’estime des vainqueurs et la reconnaissance de ses diocésains auxquels il épargne beaucoup de malheurs. A Noël 1797, il prêche en faveur de la démocratie : "La forme de gouvernement démocratique ne répugne pas à l'Evangile. Elle exige au contraire toutes les vertus sublimes qui ne s'apprennent qu'à l'école de Jésus-Christ et qui, pratiquées religieusement parmi vous, feront votre bonheur et contribueront à la gloire et à l'éclat de notre République (...) Oui, mes frères, soyez de bons chrétiens, et vous serez d'excellents démocrates." 5
Elu pape le 14 mars 1800 par un conclave réuni à Venise dans l’île Saint-Georges, il prend le nom de Pie en l'honneur de Pie VI. Il est intronisé le 21.
Le pontificat de cet homme bon, sobre et pieux, est dominé par son conflit avec Napoléon Ier ; après la chute de ce dernier, il intercède vainement en faveur de son ancien persécuteur et donne asile à Rome à la famille Bonaparte.
Pie VII meurt le 20 août 1823 des suites d’une fracture du col du fémur consécutive à une chute fortuite.

Prophétie de Malachie : Aquila rapax (aigle rapace)


1800. 14 mars, élection de Pie VII. 17 mars, la Prusse déclare la guerre à la France. 17 mars, le savant italien Alessandro Volta invente la première pile à colonne ; ce premier système est constitué d'un "empilement" (d'où le nom de l'invention) de disques de deux métaux différents séparés par des disques de feutre, imbibés d'acide ; le 20, il soumet la publication de l'invention de la pile électrique dans une lettre en français au président de la Royal Society, Joseph Banks. 18 mars, loi du 27 ventôse réorganisant le système judiciaire : juges de paix élu dans les cantons, tribunaux de première instance dans les arrondissements, tribunaux criminel dans les départements, 28 tribunaux d'appel ; les juges, nommés par le gouvernement et salariés sur le budget de l'État, sont nommés à vie et inamovibles. 20 avril, début du siège de Gênes, occupée le 5 juin par les Autrichiens après la reddition de Masséna. 24 avril, à Washington, fondation de la Bibliothèque du Congrès, la plus importante bibliothèque au monde pour la richesse de son fonds. 15 au 20 mai, Napoléon Bonaparte traverse les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard. 15 mai, Pie VII termine son encyclique Diu satis sur l’Eglise menacée par "une profonde tristesse, une douleur continuelle remplit mon cœur pour mes fils les peuples des Gaules et autres encore en proie au même délire". 16 mai (26 floréal an VIII), premier recensement général de la population en France. 29 mai, Nice est reprise par les Français du général Suchet après le reflux des Autrichiens. 2 juin, à Verceil, Bonaparte rencontre le cardinal Martiniani auquel il dévoile les grandes lignes de son projet de Concordat. 5 juin : « Nulle société ne peut exister sans morale. Il n’y a pas de bonne morale sans religion. Il n’y a donc que la religion qui donne à l’Etat un appui ferme et durable. » (Bonaparte, Allocution aux curés de Milan). 9 juin, victoire française à la bataille de Montebello. 13 juin, essai en Seine du Nautilus, le submersible inventé par Robert Fulton (d’autres essais auront lieu près de Brest en 1801, mais Fulton ne parviendra pas à convaincre les autorités maritimes). 14 juin, à Marengo (Piémont), Bonaparte vainc difficilement les Autrichiens. 14 juin, en Egypte, le général Kléber est assassiné par un musulman. 26 juin, la communication de l’italien Alessandro Volta (+1827), à propos d’un dispositif permettant la production d’électricité, accompagnée du schéma de son "appareil électromoteur", la future pile électrique, est lue devant les membres de la Royal Society de Londres (le savant grec Thalès aurait été le premier à s’intéresser à l’électricité). 3 juillet, le pape regagne Rome. 10 juillet, Pie VII adresse une lettre personnelle à Bonaparte pour lui notifier son acceptation de principe (suite à la proposition officieuse de concordat le 2 juin). 1er août, au Conseil d’État, Bonaparte déclare : « Ma politique est de gouverner les hommes comme le grand nombre veut l’être. C’est la manière de reconnaître la souveraineté du peuple. C’est en me faisant catholique que j’ai gagné la guerre de Vendée, en me faisant musulman que je me suis établi en Égypte, en me faisant ultramontain que j’ai gagné les esprits en Italie. Si je gouvernais le peuple juif, je rétablirais le temple de Salomon ». 13 août, Bonaparte demande à Cambacérès de diriger une commission chargée de composer le Code des Lois (Code civil français). 30 août, révolte de Gabriel Prosser, un jeune esclave noir de 24 ans qui tente de prendre la ville de Richmond (Virginie) à la tête d'un millier de Noirs ; dénoncée par deux autres esclaves, sa tentative échoue et il est pendu avec 35 de ses hommes. 5 septembre, Malte, qui était occupée par les Français, est conquise par les troupes britanniques qui refusent de la restituer aux Chevaliers. 30 septembre, Traité de Mortefontaine, convention signée entre la France et les États-Unis terminant la quasi-guerre (ratifié le 21 décembre 1801). 1er octobre, Traité secret de San Ildefonso entre l'Espagne et la France : l’Espagne restitue à la France la partie espagnole de la Louisiane (La France possédait la Louisiane depuis 1683, mais par le traité de Paris du 10 février 1763, elle avait dû céder la Louisiane occidentale à l’Espagne, son alliée, en compensation de la Floride cédée à l’Angleterre ; la Louisiane se trouva alors partagée entre l’Angleterre et l’Espagne). 19 octobre, l'expédition Baudin quitte Le Havre ; ce voyage d'exploration scientifique conduit Nicolas Baudin et l'équipage du Géographe et du Naturaliste dans les mers du Sud au-delà du Cap de Bonne-Espérance et jusque dans le Pacifique. 1er novembre, fin de la construction de la maison présidentielle (appelée Maison-Blanche à partir de 1901) habitée dès lors par le président John Adams et sa femme ; le siège du gouvernement américain est transféré à Washington. 17 novembre, le Congrès des États-Unis tient sa première session à Washington D.C. 21 novembre, Madeleine-Sophie Barat fonde la Société du Sacré Cœur de Jésus (Religieuses du Sacré Cœur). 3 décembre, l'armée française de Moreau inflige une défaite aux troupes autrichiennes à la Bataille de Hohenlinden. 16 décembre, Traité de Mortefontaine, convention signée entre la France et les États-Unis terminant la quasi-guerre, véritable guerre maritime non déclarée (1798). 24 décembre (2 nivôse an IX), à Paris, rue Saint-Nicaise, des tonneaux remplis de poudre explosent au passage de la voiture de Bonaparte qui n’est pas blessé (4 passants sont tués et 60 blessés) : il s’agit d’un attentat royaliste organisée par Cadoudal mais le Premier Consul en profite pour se débarrasser des factions de droite comme de gauche (il fait déporter 130 anciens conventionnels aux Seychelles). 24 décembre, avant la messe de minuit, fondation des Sacrés Cœurs dits de Picpus. 25 décembre, difficile victoire française à la Bataille de Pozzolo en Italie. Johann Gottlieb Fichte : L’Etat commercial fermé.

1801. 1er janvier, prise d’effet de l’acte d’union promulgué en 1800 qui unit le royaume de Grande-Bretagne et toute l’Irlande en un Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande (cette union faisait suite à une révolte violente mais vaine contre la domination britannique en Irlande). 9 février, Traité de paix de Lunéville entre la France et l’Autriche : la rive gauche du Rhin et la Belgique reviennent définitivement à la France ; l’Autriche ne conserve en Italie que la Vénétie ; le Piémont et Gênes sont soumis à l’influence française ; un royaume d’Etrurie est créé en Toscane. 17 février, Thomas Jefferson est élu président des États-Unis (propriétaire d'une plantation en Virginie, il possède de nombreux esclaves). 3 mars, naissance de la Bourse de Londres. 7 mars, par le bref Catholicae fidei, Pie VII approuve l'existence de la Compagnie de Jésus en Russie et autorise la Compagnie à élire un Supérieur général pour la Russie. Nuit du 23 au 24 mars, le tsar Paul Ier (en train de négocier une alliance avec la France) est tué dans sa chambre du palais Saint-Michel par un groupe d’officiers (après l’avoir obligé à signer son abdication, ils le frappent avec une épée, l’étranglent et le piétinent à mort) : son fils, Alexandre Ier, lui succède. La suette frappe l’Allemagne. 2 avril, Bataille navale de Copenhague entre la flotte britannique et la flotte Danoise-Norvégienne ancrée devant Copenhague ; plusieurs bateaux danois et norvégiens sont détruits malgré une trêve acceptée par le Danemark et la Norvège. 27 juin, assiégé dans Le Caire par les forces Britanniques, Turcs et Mamelouks, le général Belliard capitule et ramène en France les troupes placées sous ses ordres. 6 juillet, Lord Elgin, ambassadeur du Royaume-Uni à Constantinople, est autorisé par l’Empire ottoman à prélever des frises sur l’Acropole : elles se trouvent au British Museum de Londres et Athènes réclame leur restitution. 8 juillet, adoption de la Constitution coloniale, Toussaint-Louverture proclame l’autonomie de Saint-Domingue et se nomme Gouverneur général à vie de la nouvelle République (dès lors, Bonaparte s’oppose à lui). 16 juillet (27 messidor an IX), entre 0 h et 2 h du matin, signature du Concordat. 15 août, le pape ratifie le texte du Concordat (bulle Ecclesia Christi) ; Bonaparte signera le Concordat le 8 septembre ; sur les 81 évêques réfractaires encore en vie, 38 refusent d'adresser leur démission au pape et donnent ainsi naissance à la Petite Eglise. 17 août au 2 septembre, siège d'Alexandrie par les Britanniques. 2 septembre (15 fructidor), à Alexandrie, le général Menou, vaincu par Abercromby, signe avec les Britanniques une capitulation et un accord d’évacuation des dernières troupes françaises d’Egypte (l’embarquement sera terminé à la fin du mois de septembre ; les Britanniques ramènent en France les débris de l'armée d'Orient). 12 septembre, le tsar Alexandre Ier annexe la Géorgie. 12 septembre, l'inventeur américain Robert Fulton fait la démonstration de son sous-marin à trois passagers le Nautilus entre Le Havre et le Cap de la Hague (110 km en 5 jours). En octobre (vendémiaire an X), par un arrêté, Bonaparte chasse la secte des théophilanthropes de tous les édifices publics. 7 novembre, le physicien italien Alessandro Volta présente à l'Institut de France sa pile, le premier appareil produisant un courant électrique continu. 29 novembre, la bulle Qui Christi Domini déclare que "les cent trente-cinq évêchés de l'ancienne France, ceux de la Belgique et de la rive gauche du Rhin sont supprimés : par suite tous les évêques, démissionnaires ou non, perdent toute juridiction". A Lyon, après avoir exercé plusieurs professions liées au domaine de la soie et de l'imprimerie, Joseph-Marie Jacquard invente le métier à tisser programmable. Recensement officiel : la France compte 27 349 003 d’habitants (Paris 347 756).

1801 à 1804. Mise au point de la locomotive à vapeur, grâce à l'emploi, par l'ingénieur britannique Richard Trevithick, de machines à vapeur à haute pression.

1802. 5 février, à Saint-Domingue, une expédition militaire débarque dans l’île : le 23, les troupes du général Rochambeau remportent la bataille de la Ravine à Couleuvres sur celles de Toussaint-Louverture. 9 février, le pape choisit le Grand Maître de l’ordre de Malte. 17 février, le corps de Pie VI est ramené à Rome où il est inhumé avec tous les honneurs, sur ordre du premier Consul Bonaparte. 25 mars, la France (Joseph Bonaparte) et l’Angleterre (général Cornwallis) signent le Traité d’Amiens : l’Angleterre doit restituer Malte aux Chevaliers, Minorque et l’île d’Elbe à l’Espagne et les Antilles à la France ; la France abandonne l’Egypte et évacue tous les ports napolitains. Début avril, débarquement à la Guadeloupe de troupes françaises à la tête desquelles Talleyrand a placé le général Richepance (le mulâtre Louis Delgrès organise la résistance contre les esclavagistes mais, acculé le 28 mai, il se fait sauter avec 300 hommes). 8 avril, vote de la loi sur les cultes (comprenant le Concordat), appelée loi de germinal an X, promulguée dans toute la République le jour de Pâques suivant (18 avril) : la loi organise un régime légal pour les Eglises luthériennes et réformées (mais pas de synode national), le dimanche devient jour férié (loi du 18 germinal an X). 14 avril, Chateaubriand publie René et Le génie du christianisme. 18 avril, promulgation, avec l’aval du pape, des articles organiques du clergé français (la constitution civile du clergé est solennellement abrogée). 19 avril, Noël, Ascension, Assomption et Toussaint sont jours fériés (arrêté du 29 germinal an X). 26 avril, amnistie des émigrés dont sont exclus ceux qui ont dirigé des opérations militaires contre la France. 1er mai, loi créant les lycées pour former les futurs cadres de la nation et de l’armée. 6 mai, soumission de Toussaint Louverture et de Dessalines ; ils conservent leurs grades et leurs troupes intègrent l'armée française ; des bandes de cultivateurs insurgés continuent la résistance dans les montagnes. 18 mai, les conscrits peuvent se faire remplacer. 19 mai (29 floréal an X), l’ordre de la Légion d’honneur est créé par le Premier consul, pour récompenser les services civils et militaires : « C’est avec ces hochets qu’on mène les hommes » ; la Révolution, ayant aboli les décorations de la monarchie, avait remis des récompenses militaires, usage réglementé par l’arrêté consulaire du 4 nivôse an VIII, créant les armes d’honneur ; Bonaparte fonde la Légion d’honneur, nom inspiré de la Legio honoratorum de Rome ; elle comprend 4, puis 5 degrés de légionnaires ; 3 grades : chevalier, officier, commandeur (d’abord commandant) ; 2 dignités : grand officier, grand aigle (devenu grand-croix). 20 mai (30 floréal an X), promulgation de la loi rétablissant la traite et l’esclavage dans les colonies françaises (Martinique, Guadeloupe, Réunion). 24 mai, le prince d'Orange renonce au stathoudérat pour lui et sa famille moyennant la cession de quelques abbayes allemandes à séculariser dont Fulda. Le pape accepte que Talleyrand (qui souhaite se marier avec Catherine Grand, une divorcée) retrouve l’état laïc, mais il n’accorde aucune dispense pour qu’il puisse se marier. 2 juin, adoption du Health and Morals of Apprentices Act au Royaume-Uni : la durée légale du travail des enfants de moins de seize ans est fixée à douze heures par jour. 7 juin, à Saint-Domingue, arrestation de Toussaint-Louverture, conduit immédiatement à bord d’un bateau qui l’emmène en France. 25 juin, à Paris, traité de paix entre la France et la Turquie. 9 juillet, Thomas Davenport invente le moteur électrique. 16 juillet, Guadeloupe, l’esclavage est rétabli. 23 juillet (4 thermidor an 10), arrêté des Consuls ordonnant l’internement de Toussaint-Louverture au Fort de Joux où il sera tenu au secret avec son domestique Mars Plaisir (Toussaint arrive dans la forteresse de Joux le 23 août ; il y mourra le 7 avril 1803). 2 août (14 thermidor), le Sénat, après plébiscite (3 600 000 oui contre 8 374 non), proclame Bonaparte consul à vie. 4 août, le Sénat proclame la nouvelle Constitution de l’an X. 11 septembre, la France annexe le Piémont. 13 septembre, à Saint-Domingue (Haïti), révolte des noirs contre le général Leclerc. 28 septembre, à La Réunion, l’esclavage est rétabli. 9 octobre, le duché de Parme devient français. 11 octobre, le français Jacques Garnerin brevète son invention (1797) : le parachute. En novembre, en Guyane française, l’esclavage est rétabli. Georges Cabanis : Rapports du physique et du moral de l'homme. Le naturaliste Jean-Baptiste de Lamarck publie Recherches sur l'organisation des corps vivants dans lequel il invente le terme "biologie".

1803. 1er janvier, le Danemark abolit la traite négrière. 19 février, Acte de médiation en Suisse : Bonaparte rétablit la Confédération suisse qui compte alors 19 cantons. 19 février, l'Ohio devient le dix-septième État de l'Union américaine ; c'est le premier État à se doter d'une loi interdisant officiellement l'esclavage. 28 mars (7 germinal an XI), adoption de la Loi créant le franc germinal (0,322 g d’or) et une pièce de 20 francs en or baptisée "Napoléon". 6 avril, les évêques non constitutionnels (Petite Eglise) qui ont refusé de démissionner en vertu du Concordat, adressent au pape des "réclamations". 12 avril (22 germinal an XI), loi interdisant les coalitions patronales et ouvrières, instaurant le livret ouvrier et faisant de la grève un délit. 14 avril, le canton de Vaud, créé canton suisse par l'Acte de Médiation de Napoléon Bonaparte, rejoint la Confédération suisse. 30 avril (10 floréal an XI), traité de Paris : le premier consul Bonaparte, qui déclare vouloir "affermir pour toujours la puissance des Etats-Unis" (mais qui a surtout besoin d’argent pour lever des troupes), vend aux Etats-Unis la Louisiane (d’une superficie égalant celle des 13 premiers états de la Confédération) contre la somme de 80 millions de francs (15 millions de dollars), indépendamment de ce qui sera fixé par une autre convention, pour le paiement des sommes dues par la France à des citoyens des Etats-Unis soit 20 millions (3 750 000 dollars) en réparation des piratages français sur les navires américains dans les années 1790 ; la France percevra 60 millions de francs (11 250 000 dollars).


La Louisiane française (en vert)

11 mai, la France déclare la guerre à l’Angleterre. 13 juin, en Sicile, l’ordre de Malte s’installe à Catane. Les évangélistes anglais fondent British and Foreign Bible Society. Suite à une révolte en Serbie, 1 800 femmes et enfants sont pris comme esclaves par les Turcs. 20 mai, William Osgoode, juge en chef du Bas-Canada, décrète que l'esclavage est illégal, et affranchit par le fait même les 300 esclaves de sa province. Les wahhabites (les unitaires) contrôlent les accès à La Mecque et à Médine et détruisent les tombeaux des saints, les pipes de tabacs et les instruments de musique. 9 août, Robert Fulton fait fonctionner le premier bateau à vapeur, sur la Seine, en présence de plusieurs membres de l'Institut. 3 octobre, Mme de Staël reçoit de Bonaparte, qui la soupçonne de comploter dans son salon, l’ordre de se tenir à "quarante lieues de Paris" ; elle visite alors l’Allemagne où elle rencontre Goethe et Schiller. 26 octobre, Lucien Bonaparte se brouille avec Napoléon (à cause de son remariage avec Alexandrine de Bleschamp alors que Napoléon voulait qu’il épousât la reine d’Etrurie ; Lucien part pour Rome en avril 1804). 18 novembre, à Saint-Domingue, Bataille de Vertières : l’armée de Rochambeau, épuisée par la guerre d’indépendance américaine et décimée par la fièvre jaune, est vaincue par les anciens esclaves haïtiens du général Dessalines, successeur de Toussaint Louverture. 24 novembre, à Paris, inauguration du pont des Arts, le premier pont métallique de France. 20 décembre, en Louisiane, le drapeau américain est hissé à la place du drapeau français.

1804. 1er janvier, à Gonaïves (Haïti), le général Jean-Jacques Dessalines lit l’Acte d’indépendance de Saint-Domingue qui reprend son ancien nom arawak de "Haïti" signifiant "pays montagneux" : c’est le premier État noir indépendant ; autoproclamé gouverneur général à vie, Dessalines prendra le titre de "Jacques Ier empereur" le 8 octobre ; il sera assassiné le 17 octobre 1806 au cours d’une révolte causée par son caractère tyrannique. Pogroms à Alger. 15 février, arrestation du général Moreau à la suite de la découverte d’un complot organisé par le chef de chouannerie, Georges Cadoudal, afin d’enlever le premier consul ; Moreau est banni, le général Pichegru est retrouvé étranglé dans sa cellule le 6 avril (suicide ?), Cadoudal, qui a refusé la grâce de Napoléon, et 11 de ses complices sont guillotinés le 25 juin. 21 février, l’ingénieur anglais, Richard Trevithick, réalise la première locomotive à vapeur pour les mines de Pen-y-Darren (Pays de Galles). 25 février, création des Contributions indirectes. 10 mars, cérémonie formelle à Saint-Louis pour le transfert du territoire de la France aux États-Unis. 21 mars, Louis Antoine Henri de Bourbon, duc d’Enghien, enlevé le 15 mars à Ettenheim dans le duché de Bade et sommairement jugé par un conseil de guerre, est fusillé dans les fossés du château de Vincennes ; Joséphine a tenté de sauver le duc ; Bonaparte aurait dépêché un messager chez Réal, le chef de la police, pour lui demander d’aller en personne interroger le prisonnier et de surseoir à l’exécution, mais, Réal, fatigué, aurait consigné sa porte et n’aurait trouvé le message que trop tard. 21 mars (30 ventôse an XII), promulgation du Code Civil initié par le premier consul et rédigé par 4 magistrats : Tronchet, Bigot de Préameneu, Malleville et Portalis (Vénérable de la loge L’Étroite Persévérance des Amis Réunis) et à l’élaboration duquel le ministre de la justice, Cambacérès, a participé. 16 avril (26 germinal an XII) une circulaire instaure le tirage au sort pour les conscrits. 14 mai, à Camp Dubois près de l'actuelle Hartford dans l'Illinois (USA), départ des explorateurs Meriwether Lewis et William Clark qui vont rejoindre le Pacifique. 18 mai, le sénatus-consulte du 28 floréal An XII déclare : "Article premier. Le gouvernement de la République est confié à un empereur, qui prend le titre d’Empereur des Français. La justice se rend, au nom de l’empereur, par les officiers qu’il institue. Article 2. Napoléon Bonaparte, premier consul actuel de la République, est empereur des Français et promulgue la Constitution impériale de l’an XII" ; en août, la constitution impériale sera approuvée par un plébiscite : 3 572 329 oui contre 2 579 non ; le scrutin n’étant pas secret, les électeurs signeront le registre du oui ou celui du non. 25 juin, à Paris, place de Grève, Georges Cadoudal, le chef de chouannerie, qui a refusé la grâce de Napoléon Ier, lance la devise des insurgés vendéens ("Mourons pour notre Dieu et notre Roi") puis il est guillotiné. 27 juillet (8 thermidor an XII) : adoption au Conseil d'Etat de l'aigle éployé comme emblème de l'Empire. 25 septembre, la Déclaration des droits de l’Homme et le 12e amendement fixant deux élections distinctes pour le président et le vice-président sont adoptés par le Congrès américain. 20 octobre, fondation du Suprême Conseil de France : Auguste de Grasse-Tilly en est le Souverain Grand Commandeur. 22 octobre, dans le local de la loge Saint-Alexandre d’Écosse est constituée une Grande Loge Générale Écossaise du Rite ancien et accepté : le Prince Louis Bonaparte est investi de la dignité de Grand Maître et de Grasse devient son député. 27 novembre, Joseph Bonaparte est Grand Maître du Grand Orient et son frère cadet Louis Bonaparte est Grand-Maître adjoint 10. 1er décembre, dans la nuit, à la chapelle des Tuileries, le cardinal Fesch unit religieusement Bonaparte et Joséphine mariés civilement en 1796 (Pie VII a fait réveiller l’empereur et lui a imposé de régulariser son union devant Dieu). 2 décembre (11 Frimaire An XIII), à Notre-Dame de Paris, Sacre de Napoléon : le pape (en France du 28 novembre 1804 à avril 1805) donne l’onction à Napoléon et Joséphine en humectant d’huile sainte leur front et leurs mains ; après la messe, il bénit les emblèmes impériaux : anneau, épée et manteau ; comme convenu avec Pie VII, Napoléon Ier place lui-même la couronne de laurier d’or sur sa tête, puis il couronne l’impératrice ; l’empereur des Français prête serment, sur l’Évangile, de préserver tous les acquis de la Révolution : « Je jure de maintenir l’intégrité du territoire de la République, de respecter et de faire respecter l’égalité des droits, la liberté politique et civile, l’irrévocabilité des ventes de biens nationaux, de ne lever aucun impôt, de n’établir aucune taxe qu’en vertu de la loi, de maintenir l’institution de la Légion d’honneur, de gouverner dans la seule vue de l’intérêt, du bonheur et de la gloire du peuple français » ; pour symboliser Charlemagne et le rendre présent sur les armoiries comme au sacre, Napoléon a fait fabriquer une fausse couronne de Charlemagne, à arches, en cuivre doré, ornée de camées. 3 décembre, les commissaires du Grand Orient de France et de la Grande Loge Générale Écossaise, réunis chez le maréchal Kellermann, entérinent et signent un Acte d’Union et Concordat qui unit les deux obédiences, et définit un nouvel Ordre maçonnique destiné à administrer de manière cohérente les différents degrés, allant du 1er au 33e, des deux obédiences 10 ; Napoléon encourage la création de loges dans les armées. 14 décembre, guerre entre l'Espagne et le Royaume-Uni ; le ministre espagnol Godoy doit renouveler son alliance avec la France de Napoléon Ier.

1805. Au début de l'année, Napoléon offre au pape Pie VII la tiare, qu'il a commandée à Henry Auguste (aidé de Nitot), portant 3.345 pierres (dont l'émeraude 1 de Grégoire XIII confisquée à Pie VI, le 15 février 1798, par les commissaires français et envoyée au Museum d'Histoire Naturelle de Paris) et 2 990 perles. 4 janvier, Convention navale entre la France et l'Espagne ; Napoléon projette d'envahir le Royaume-Uni avec 200 000 hommes et 2 500 navires, regroupés au camp de Boulogne. 11 janvier, le Territoire du Michigan est séparé du Territoire de l'Indiana. 17 mars, la République italienne est érigée en Royaume d’Italie dont Napoléon est le souverain. 11 avril, Traité de Saint-Pétersbourg ; alliance entre la Russie et le Royaume-Uni dans le but de rétablir la France dans ses frontières de 1792 ; formation d'une Troisième Coalition contre la France (Autriche, Royaume-Uni, Russie, Naples, Suède) ; l'Autriche accède définitivement à la coalition le 9 août. 16 mai, retour du pape à Rome. 26 mai, en la cathédrale de Milan, Napoléon est couronné roi d’Italie par le cardinal Caprara ; Napoléon, comme à Paris, se couronne lui-même en s’écriant : « Dieu me l’a donnée, gare à qui la touche » qui deviendra la devise de l’Ordre de la Couronne de Fer créé par l'empereur le 5 juin ; l’empereur nomme son beau-fils, le prince Eugène de Beauharnais, vice-roi d’Italie. 4 juin, Traité de Tripoli : le pacha de Tripoli renonce à percevoir un tribut des États-Unis, mais les actes de piraterie continuent. 6 juin (17 prairial), Gênes est rattaché à l’Empire français (République ligurienne). L’empereur fait vacciner ses armées contre la variole. 4 juillet, le District de la Louisiane est organisé et devient le Territoire de Louisiane. 9 août, l’Autriche rejoint l’Angleterre, la Russie, la Suède et Naples dans la 3ème coalition antifrançaise. 24 août, Napoléon abandonne l'idée d'envahir le Royaume-Uni. 27 août, Napoléon Ier abandonne le camp de Boulogne avec la Grande Armée et se dirige à marches forcées vers l'Autriche. 29 août, institution des conseils de révision et organisation du remplacement (les mobilisés peuvent payer des remplaçants). Alger, pogrom contre les Juifs après une famine (ils s’exilent vers Tunis et Livourne en Italie). Deux mille esclaves africains meurt de soif sur la route de Teghazza à Tombouctou. 20 octobre, à Ulm (Allemagne), fin de la bataille entamée le 15 : l’armée autrichienne (40 000 hommes), commandée par le général Mack, capitule et se rend aux troupes françaises. 21 octobre, à Trafalgar, les 27 navires de l’amiral anglais Horatio Nelson (de la loge Union Lodge York 331), qui meurt atteint par un éclat d’obus, détruisent la flotte franco-espagnole commandée par l’amiral Villeneuve (18 vaisseaux sur 33 sont coulés ; Villeneuve est fait prisonnier) : 3 400 français, 1 000 espagnols et 450 anglais ont péri. 7 novembre, Lewis et Clark atteignent le Pacifique. 13 novembre, Pie VII menace Napoléon d’une rupture diplomatique. 13 novembre, Napoléon et Masséna entrent dans Vienne ; l’empereur François II de Habsbourg s’est réfugié auprès du tsar Alexandre Ier de Russie. 2 décembre, Bataille d’Austerlitz dite Bataille des trois empereurs : Napoléon fait reculer volontairement et ostensiblement plusieurs dizaines de milliers de ses hommes de son aile droite devant Koutouzov, trompant ainsi les forces autro-russes de François II d’Autriche et du tsar Alexandre Ier, qui, se présentant de flanc, perdent 30 000 soldats (contre 7 000 chez les Français). 11 décembre, à Rome, Paolo Salvati est pendu et écartelé pour avoir volé un courrier du pape. 16 décembre, Traité de Schönbrunn : la Prusse, restée neutre, obtient le Hanovre mais abandonne Clèves sur le Rhin et Neuchâtel en Suisse. 26 décembre, signature de la Paix de Presbourg entre l’Autriche et la France ; une clause secrète stipule que l'empereur autrichien, François II, renonce à son titre d'empereur du Saint Empire romain germanique ; fondation du Royaume de Bavière qui entre dans la Confédération du Rhin. 27 décembre, Napoléon Ier détrône les Bourbons de Naples : il nomme son frère Joseph roi de Naples le 30 mars suivant et lui donne les forces nécessaires pour conquérir son royaume. 30 décembre, le Tribunat propose à l’empereur qu’il se fasse appeler "Le Grand" : Napoléon accepte et devient Napoléon le Grand. 31 décembre (10 nivôse an XIV), fin du calendrier révolutionnaire, retour au calendrier grégorien.

1806. 8 janvier, défaite hollandaise à la Bataille de Blaauwberg, près du Cap, en Afrique du Sud ; le 18, avec la capitulation du général Jan Willem Janssens, Le Cap devient définitivement une colonie britannique. 13 février, Napoléon rompt avec Pie VII qui a émis des réserves sur le Catéchisme impérial dans lequel on apprend qu’il faut "révérer, aimer l’Empereur, lui obéir et considérer en lui l’image de Dieu et le dépositaire de sa puissance sur terre". 19 février, décret faisant du 15 août, anniversaire de la naissance de l'empereur, une fête nationale sous le nom de "Saint-Napoléon" 6. 26 février, début des travaux de l'arc de triomphe de l'Etoile commandé par Napoléon Ier en honneur de la Grande Armée. 18 mars, loi (complétée par le décret du 3 juillet) prévoyant l’établissement d’un conseil de prud’hommes "dans les villes de fabriques où le gouvernement le jugera convenable" : le premier conseil de prud’hommes est créé à Lyon. 30 mars, par décret impérial, Napoléon nomme son frère Joseph roi de Naples ("Je ne puis plus avoir de parents dans l’obscurité. Ceux qui ne s’élèveront pas avec moi ne seront plus de ma famille") : Joseph entre à Naples le 11 mai. 10 mai, décret créant l’Université impériale ; l’Université napoléonienne était déjà esquissée dans la loi consulaire du 1er mai 1802 (2 floréal an X) ; elle prendra sa forme dans le décret du 17 mars 1808 qui précisera son organisation administrative, le statut de son personnel et les règles de son fonctionnement pédagogique ; le décret du 15 novembre 1811 renforcera le monopole de l’Université et fixera le statut disciplinaire des membres de l’Université. 30 mai, Andrew Jackson (futur 7ème président des Etats Unis investi le 4 mars 1829) tue un homme en duel, Charles Dickinson, qui avait publié dans un journal local un article le traitant « de poltron et de couard » ; il reçoit une balle dans la poitrine, près du cœur, qu'il gardera jusqu'à sa mort. 5 juin, la République batave devient le Royaume de Hollande : Louis Bonaparte, frère de Napoléon, est proclamé roi de Hollande ; adjoint au Grand maître du Grand Orient, il est remplacé par Cambacérès. En juin, Napoléon Ier obtient la démission du cardinal Consalvi. En août, décret rendant obligatoire dans l’Empire le catéchisme approuvé par le légat du pape Caprara. 6 août, François II, vaincu à Ulm et à Austerlitz l’année précédente, renonce à son titre d’empereur germanique sous la pression de Napoléon (ultimatum le 1er août) qui crée la Confédération du Rhin : Fin du Saint Empire Romain Germanique fondé par Otton Ier en 962. 12 août, le cardinal Jean-Baptiste de Belloy, légat du pape et inventeur de la cafetière, approuve le Catéchisme impérial. 15 août, à Paris, Napoléon Ier pose la première pierre de l’Arc de Triomphe. 31 août, le pape se refuse à toute négociation et fait préparer une bulle condamnant "tout le mal qui règne en France et en Italie, contrairement à la doctrine et aux bonnes coutumes" (la victoire d’Iéna empêchera la promulgation de la bulle). 1er octobre, l’Angleterre, la Prusse, la Suède et la Russie forment la Quatrième coalition. 8 octobre, les Britanniques utilisent des fusées Congreve contre la ville de Boulogne ; les fusées de William Congreve seront d'un grand effet à la bataille de Leipzig, à la bataille de Waterloo et lors du Bombardement d'Alger par Lord Mouth (1816). 10 octobre, à la Bataille de Saalfeld, victoire française sur une coalition de la Prusse et la Saxe. 12 octobre, à Jérusalem, Chateaubriand est adoubé chevalier de l’ordre du Saint Sépulcre de Jérusalem 2. 14 octobre, à Auerstedt, Davout bat les Prussiens commandés par Brunswick qui est tué. 14 octobre, à Iéna, Napoléon bat les Prussiens commandés par le prince de Hohenlohe ; le soir de la Bataille d’Iéna, Hegel (1770-1831) termine sa Phénoménologie de l’esprit (Hegel distingue les notions d’existence et de vie ; l’existence est la conscience de la vie, c’est-à-dire la vie plus la conscience de la mort ; la vie est la vie organique ; l’existence est le propre de l’homme). 27 octobre, Napoléon entre à Berlin. 21 novembre, à Berlin, Napoléon interdit par décret de recevoir tout navire ayant eu contact avec un port anglais (blocus continental). 27 novembre, Napoléon prend Varsovie. 10 décembre, création du Grand Sanhédrin, institution officielle de la communauté juive. Jean-Nicolas Corvisart, médecin : Essai sur les maladies et les lésions organiques du cœur et des gros vaisseaux.

1806-1809. En Prusse, en Pologne et en Autriche, le typhus accompagne les soldats.

1807. 28 Janvier, à Londres (Pall Mall) : premier éclairage public au gaz. 31 janvier, le Suisse François Isaac de Rivaz dépose le brevet du moteur à explosion ou moteur à combustion interne ; conçu des 1678 par Christiaan Huygens, le moteur à explosion ne pourra véritablement être exploité qu’après l’invention théorique du cycle à quatre temps par le Français Beau de Rochas en 1862. 8 février, Bataille d’Eylau, près de Königsberg en Prusse Orientale : 55 000 Français épuisés par 11 jours de marche dans la neige font face à 60 000 Russes et Prussiens (le maréchal Augereau, exténué, se fait lier sur son cheval pour mener la charge ; il mourra en 1816, rallié aux Bourbons) ; des deux côtés les pertes sont énormes (il faut 8 jours pour évacuer les morts et les blessés ; l’empereur, resté sur place, refuse qu’un Te Deum soit chanté pour la victoire ; il écrira le 12 : « un père qui perd ses enfants ne goûte aucun charme à la victoire »). 2 mars, aux États-Unis, interdiction de l'importation d'esclaves, sans abolition de l'esclavage ; la loi ne sera pas appliquée. 25 mars, Acte de Plymouth : le Parlement britannique déclare illégal le trafic des esclaves ; le commerce des esclaves est interdit aux sujets britanniques et dans l'Empire britannique. 12 mai, Anne-Marie Javouhey fonde les Sœurs de Saint-Joseph de Cluny. 14 juin, à Friedland (Prusse orientale), Napoléon bat les Russes. 25 juin, sur le Niémen, Alexandre Ier rencontre Napoléon. 7 juillet, Traité de Tilsit entre la France et la Russie (accepté par la Prusse le 9) : la Russie s’engage à persuader les Britanniques de restituer à la France les colonies qu’elle occupe ; elle s’empare de la Finlande et de la Suède et se partage l’Empire ottoman avec Napoléon : la Prusse est réduite de moitié, la Westphalie devient un royaume ; Napoléon fonde le grand-duché de Varsovie avec des provinces enlevées à la Prusse (Mazovie, Cujavie, Posnanie) ; Frédéric-Auguste Ier de Saxe, allié fidèle de Napoléon, devient duc de Varsovie ; Dantzig devient une ville libre. Napoléon exige plus de cardinaux français et veut que le pape étende à l’Italie et à l’Allemagne les dispositions concordataires : Pie VII refuse. 16 août, Jérôme Bonaparte, frère de Napoléon, est nommé roi de Westphalie (reçu louveteau à 17 ans, à la loge La Paix de Toulon, il est Grand Maître de la Grande Mère Loge de Westphalie depuis 1801). 16 août, à Londres, utilisation pour la première fois du gaz d’éclairage dans les rues : le gaz d’éclairage, obtenu par la distillation du bois, a été inventé en 1799 par le chimiste français Philippe Lebon ; l’industriel écossais William Murdoch s’en sert pour l’éclairage urbain. 18 août, le premier bateau à vapeur, le Clermont, mis au point par Robert Fulton, effectue son premier trajet, de New York à Albany, en empruntant l’Hudson (une trentaine d’heures). Rappelé en septembre par Frédéric-Guillaume III, le baron vom Stein, poursuit son œuvre de réformes contribuant à la modernisation de l’État prussien ; le système des castes et le servage sont abolis. 15 septembre, organisation du cadastre général. 16 septembre, décret impérial créant la Cour des comptes. 20 septembre, promulgation du Code du commerce. 30 novembre, Junot et ses 25 000 soldats français entrent à Lisbonne (le Portugal s’étant refusé à appliquer les règles du blocus contre les Anglais). 17 décembre, par le Décret de Milan, Napoléon renforce le blocus continental. 28 décembre, Pierre-Joseph Triest fonde les Frères de la Charité de Gand.

1808. 2 février, les troupes françaises du général Miollis occupent Rome et une partie des territoires pontificaux ; le pape, enfermé dans le Quirinal, refuse de donner l’investiture aux évêques nommés par Napoléon. 16 février, l’armée de Napoléon entre en Espagne ; le 20, Joachim Murat est nommé lieutenant-général de l’Empereur en Espagne. 1er mars, un sénatus-consulte crée la noblesse impériale, seule noblesse légale, et définit la hiérarchie des divers titres : duc, comte, baron et chevalier (chaque fonction civile correspond à une dignité nobiliaire : les maires et les évêques sont barons, les ministres comtes, etc.). 17 mars, organisation de l’Université, des facultés, des académies et création du baccalauréat. 17 mars, décret en faveur des Frères des Ecoles chrétiennes. 17 mars, décrets créant le Consistoire central israélite de France avec obligation de porter un nom de famille. Nuit du 17 au 18 mars, en Espagne, Pronunciamiento : les conjurés, favorables au prince Ferdinand soutenu par Napoléon, mettent à sac le palais de Godoy, le président du Conseil d’Etat. 19 mars, le roi Charles IV signe la destitution de Godoy et abdique en faveur de son fils Ferdinand proclamé roi sous le nom de Ferdinand VII. 23 mars, Murat et son armée entrent à Madrid. 24 mars, pose de la première pierre de la Bourse de Paris ; épuration de la magistrature. 2 mai (Dos de Mayo) et 3 mai (Tres de Mayo), émeutes à Madrid : la répression de Murat est terrible ; les Espagnols (soutenus par les Anglais) inventent la guérilla. 5 et 6 mai, entrevue de Bayonne entre Napoléon et les souverains espagnols : Charles IV et Ferdinand VII abdiquent en faveur de Napoléon. 22 mai, le pape lance une circulaire interdisant aux Espagnols de prêter serment à "un gouvernement protecteur de toutes les sectes et de tous les cultes sans en excepter la religion juive, cette implacable ennemie de Jésus-Christ", un gouvernement dont les constitutions, les lois et les actes respirent "l’indifférentisme, le système le plus injurieux, le plus opposé à la religion catholique". 28 mai, début de l'expédition de Simon Fraser vers le Pacifique par la rivière qui portera son nom. 6 juin, Napoléon nomme son frère Joseph Bonaparte, roi d’Espagne et des Indes Occidentales : une junte repliée à Séville déclare la guerre à la France ; le 30 juin, un cardinal espagnol résidant à Rome écrit à l’archevêque de Grenade pour l’exhorter à la lutte contre ce roi Joseph qui est "un franc-maçon, hérétique, luthérien, comme sont tous les Bonaparte et la nation française". 24 juin, autorisé par Napoléon, Raymond de Fabré-Palaprat, un illuminé, reconstitue l’ordre du Temple. 30 juin, Louis-Philippe d’Orléans, banni de France par Napoléon Ier, débarque à Palerme où il épousera en 1809 Marie-Amélie de Bourbon. 2 juillet, Simon Fraser atteint l'Océan Pacifique, près de New Westminster, après avoir descendu le fleuve qui porte aujourd'hui son nom. 15 juillet, Joachim Murat abandonne le duché de Berg et de Clève pour devenir roi de Naples (il succède à Joseph Bonaparte par décret) : il entre dans la ville le 6 septembre. 20 juillet, en France, un décret oblige les Juifs à prendre un nom de famille dans les 6 mois. 22 juillet, à Bailén (Andalousie), encerclées par les 17 000 patriotes espagnols du général Castanos depuis 3 jours, les troupes napoléoniennes de Dupont capitulent ; Joseph quittera Madrid le 30. 31 juillet, débarquement anglais au Portugal. 15 août, décret de Napoléon Ier sur l'éducation prévoyant, dans son article 38, que les écoles doivent désormais suivre les « principes de l'Église catholique » et dans son article 109 que les Frères des écoles chrétiennes s'occupent de l'enseignement primaire et forment les instituteurs. 30 août, capitulation de Junot à Cintra (Portugal). 27 septembre au 14 octobre, Entrevue d’Erfurt (Allemagne) : Napoléon Ier et le tsar Alexandre Ier se partagent l’Europe le 12 octobre ; à Napoléon l’Espagne, à Alexandre, la Finlande, la Moldavie et la Valachie ; la France reconnaît l’indépendance de la Serbie ; le tsar ne tiendra pas ses promesses. 2 octobre, en Allemagne, Goethe accepte la légion d’honneur de Napoléon. 4 au 17 octobre, prise de Capri par le général Jean Maximilien Lamarque. 17 novembre, décret promulguant le code d'instruction criminelle. 2 décembre, décrets de Chamartin (Espagne) : Napoléon, en Espagne depuis le 5 novembre, abolit les droits féodaux, supprime le tribunal de l'Inquisition, sécularise et met en vente les biens des monastères. 4 décembre, Napoléon conquiert Madrid (qui se rend) après sa brillante victoire à Somosierra (30 novembre) : Joseph est remis sur le trône. 21 décembre, victoire de la cavalerie britannique à la bataille de Sahagún. 29 décembre, victoire britannique à la bataille de Benavente ; malgré ce succès, la retraite de l'armée britannique se poursuit toujours. Charles Fourier, philosophe français, pose les bases de sa société communautaire : Théorie des quatre mouvements et des destinées générales.

1809. 5 janvier, Traité des Dardanelles, paix entre le Royaume-Uni et l'Empire ottoman. 30 mars, par le Labrador Act, le Labrador devient une possession de Terre-Neuve. 9 avril, reprise des hostilités entre la France et l’Autriche ; début de la cinquième Coalition : Royaume-Uni, Autriche, Espagne et Portugal. 19 au 23 avril, en Bavière : victoires françaises contre l'Autriche à Teugen-Hausen (19 avril), Abensberg (20 avril), Landshut (21 avril), Eckmühl (22 avril) et Ratisbonne (23 avril). 25 avril, en Inde, traité d'amitié perpétuelle d'Amritsar entre le chef des Sikhs Ranjit Singh et les Britanniques. 12 mai, après la reprise de Porto par les Anglais, Soult est contraint d’abandonner le Portugal. 13 mai, les Français prennent Vienne. 17 mai, au château de Schönbrunn, entre deux combats, Napoléon prononce l’annexion des Etats pontificaux qu’il transforme en deux départements : Rome et Trasimène ; Rome est la deuxième ville de l’empire ; le pape reçoit une dotation et des indemnités pour les immeubles et les terres (2 millions de revenu). 6 juin, début du règne du roi Charles XIII de Suède. Nuit du 10 au 11 juin, le pape fait afficher la bulle Quum memoranda datée du 10 qui excommunie les "usurpateurs, fauteurs, conseillants, exécutants" de l’annexion des Etats pontificaux, sans citer nommément l’empereur Napoléon Ier ; une association secrète, les Chevaliers de la Foi, diffuse la bulle d’excommunication ; Napoléon s'écrie au sujet du pape : "C'est un fou furieux qu'il faut faire enfermer !". Dans la nuit du 5 au 6 juillet, au Quirinal, Pie VII, qui refuse de lever sa bulle d’excommunication du 10 juin ("Nec volumus, nec possumus, nec debemus" : Nous ne voulons pas, nous ne pouvons pas, nous ne devons pas !), est arrêté avec son secrétaire d’Etat, le cardinal Pacca, par le général de gendarmerie Radet qui les fait monter dans une berline ; après un voyage très éprouvant de 41 jours, qui le fait passer par Florence, Grenoble, Valence, Avignon, Aix et Nice, Pie VII arrive, le 16 août, à Savone, près de Gênes, où il ne veut pas "faire le pape" : il refuse de toucher sa dotation et de donner l’investiture canonique aux évêques nommés par l’empereur ; il refuse également d'annuler le mariage de Napoléon avec Joséphine ; en 1810, il refusera aussi d'approuver son remariage avec Marie-Louise. 6 juillet, après 2 jours de combats meurtriers, Napoléon vainc, in extremis, les Autrichiens à Wagram, près de Vienne (80 000 morts et disparus). Napoléon dissout l’ordre des Chevaliers Teutoniques (qui se maintient en Autriche). 14 juillet, mort de Nicodème l’Hagiorite, rénovateur de la tradition hésychaste dans la spiritualité orthodoxe. Napoléon exige que les cardinaux du Sacré Collège résident à Paris et leur alloue une pension annuelle de 30 000 F (seulement 4 refusent). 10 août, en Equateur, Déclaration de Quito : une junte proclame l’Indépendance (fête nationale), mais elle ne parvient à conserver le pouvoir que 24 jours (les généraux rebelles seront exécutés l’année suivante). 26 août, le pape refuse l'investiture canonique aux évêques français. 7 septembre, mort du roi de Thaïlande, Rama Ier le Grand : son fils, Rama II, lui succède. 14 octobre, en Autriche, l’empereur François Ier signe la Paix de Vienne ou de Schönbrunn ; la moitié de la Croatie, cédée à la France, devient les Provinces Illyriennes. 15 décembre, le Sénat adopte le sénatus-consulte annulant le mariage civil de Bonaparte et Joséphine. Jean-Baptiste de Lamarck : Philosophie zoologique. François-René de Chateaubriand commence à écrire Les Mémoires d'outre-tombe (achevées en 1841) sous le titre Mémoires de ma vie

1810. Création par Ferdinand de Bertier de Sauvigny de l’Ordre des Chevaliers de la Foi, société secrète royaliste (dissoute en 1826). 10 janvier, le mariage religieux de Napoléon est annulé par l’officialité métropolitaine de Paris. 29 janvier, en Espagne, la Junta Central quitte le pouvoir. 5 février, par décret, Napoléon rétablit la censure de la presse. 17 février, annexion de Rome à la France. 1er avril, à Saint-Cloud, mariage civil de Napoléon et de Marie-Louise d’Autriche (un mariage civil par procuration a été célébré à Vienne le 11 mars). 2 avril, salon carré du palais du Louvre, Napoléon épouse religieusement Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine, fille de l’empereur François Ier d’Autriche qu’il a épousé civilement la veille (sur 27 cardinaux, 16 sont absents dont 3 excusés). 3 avril, Napoléon refuse de recevoir les cardinaux absents et non excusés (les 13 "cardinaux noirs"). 4 avril, Napoléon fait confisquer les biens des cardinaux "noirs" (car obligés de se vêtir de noir puisqu’il leur est interdit de porter la pourpre), leur pension est supprimée. 28 avril, promulgation du Code pénal. 25 mai, Révolution de mai en Argentine (fête nationale : Jour de la Révolution). A Rome, création de l’adoration nocturne. En Chine, interdiction de la prédication chrétienne. 1er mai, le gouverneur du Canada, Craig, recommande au parlement britannique que soit suspendue la constitution et que soient réunis le Bas-Canada et le Haut-Canada. 25 mai, début de la Révolution de Mai qui mène à l'indépendance de l'Argentine ; le vice-roi de la Plata est déposé par une junte militaire imposée par les partisans de l'indépendance. Mai/juin, publication par Nicolas Appert de sa technique de conservation des aliments par appertisation ; en août, en utilisant pour la première fois des boîtes en fer-blanc, Pierre Durand appliquera au Royaume-Uni cette méthode. 3 juin, Fouché est démis de ses fonctions de ministre de la police : Savary le remplace. 10 juin, par arrêté de police, les cardinaux noirs sont dispersés dans des villes éloignées ; Napoléon veut installer les évêques nommés par lui sans l’institution canonique du pape, le chapitre de Paris s’y refuse, l’empereur fait emprisonner l’abbé d’Astros. Création du Conseil américain des missions. 1er juillet, Louis Bonaparte, roi de Hollande, en désaccord avec Napoléon, abdique en faveur de son fils Napoléon Louis Bonaparte (futur Napoléon III) : le 2, il s’enfuit en Autriche (il vivra en Allemagne, en Suisse, puis à Rome en 1814 et enfin à Florence). 9 juillet, réunion de la Hollande à l’Empire. 20 juillet, indépendance de la Colombie (fête nationale). 15 août, inauguration de la colonne Vendôme. 21 août, le roi Charles XIII de Suède n’ayant pas d’enfant, le maréchal Charles Jean-Baptiste Bernadotte, duc de Ponte-Corvo et beau-frère de Napoléon, est choisi par le parlement suédois comme prince héritier sous le nom de Carl Johan (Bernadotte régnera en 1818 sous le nom de Charles XIV). 16 septembre, 5 heures du matin, au Mexique, Miguel Hidalgo y Costilla, curé de Dolorès, appelle ses paroissiens à la messe, les invite à prendre les armes contre le gouvernement espagnol et proclame l’indépendance (Hidalgo est fusillé le 30 juillet 1811 à Chihuahua) : fête nationale. 18 septembre, le Chili organise son premier gouvernement national et celui-ci commence immédiatement à fonctionner de façon autonome (fête nationale). 17 octobre, à Munich, 1ère fête d'octobre (Oktoberfest) ou fête de la bière. 17 novembre, la Suède déclare la guerre à l’Angleterre. En hiver, les archives du Vatican (3 239 caisses) et les insignes de la papauté sont transportés à Paris. 3 décembre, les Britanniques s’emparent de la Guadeloupe et de la Réunion ; l’Ile de France est occupée par les Britanniques qui lui redonnent son nom de Mauritius (Maurice). 31 décembre, le tsar rompt le blocus imposé par Napoléon et impose de nouveaux droits de douane sur les produits français.

1811. 1er janvier, mise en application du Code d’instruction criminelle et du Code pénal (promulgué le 28 avril 1810). 8 janvier, près de La Nouvelle-Orléans, dans la plantation du major Andry, révolte de 400 à 500 esclaves, réprimée par l'armée américaine et la milice : 66 esclaves sont tués pendant la bataille et 16 autres jugés et fusillées. 10 janvier, David Thompson traverse les Rocheuses au Col de l'Athabasca. 5 février, Regency Bill au Royaume-Uni : la régence est attribuée au Prince de Galles, futur George IV, en raison des accès de folie du roi George III. Jean-Baptiste Joseph Fourier, grand mathématicien et physicien et préfet de l'Isère, installe la faculté des sciences de Grenoble. 20 février, François-René de Chateaubriand est élu à l’Académie française ; Napoléon Ier lui interdit de prononcer son discours, un éloge de la Liberté, devant ses pairs. 1er mars, au Caire, Méhémet Ali (ou Muhammad Ali), sultan d’Egypte, nommé vice-roi d’Egypte par Bonaparte en 1804, fait massacrer 470 chefs mamelouks qu’il a invités à la Citadelle ; les Mamelouks survivants se réfugient à Dongola et se mettent à recruter des esclaves noirs. 17 mars, s’appuyant habilement sur les traditions gallicanes, Jacques André Emery 3, grand vicaire de Paris et membre de la Commission ecclésiastique de l'Église de France, sauve les droits du pape pour la désignation des évêques ; quand, un mois plus tard, épuisé, ce "petit prêtre" meurt, Napoléon parle de le faire inhumer au Panthéon. 20 mars, naissance à Paris du fils de Napoléon et de Marie-Louise, François Charles Joseph Bonaparte, qui porte le titre de roi de Rome ; il sera baptisé le 9 juin à Notre-Dame. En Chine, mesures contre les missionnaires et les Chinois convertis. 3 mai, Wellington bat Masséna à Fuentes de Onoro. 11 mai, vaccination contre la variole du fils de l'Empereur, âgé de 52 jours. 14 mai, une junte militaire conduite par Fulgencio Yegros proclame l’indépendance du Paraguay (ratifiée par le Congrès deux ans plus tard ; le Jour de l’Indépendance est fêté le 15 mai). 17 juin, Napoléon fait convoquer un concile national (juillet-août) afin que tout évêque puisse être investi indépendamment du pape : les évêques refusent ; Napoléon dissout le concile et fait emprisonner 3 prélats ; Joseph Fesch, demi-frère de Madame Mère et primat des Gaules, qui, obligé de présider le concile national, déclare devoir réserver les droits du pape, est pratiquement disgracié par l’empereur ; Napoléon, qui menace le pape de déposition, envoie à Savone une députation d’évêques afin que Pie VII approuve les décisions du concile, mais le pontife refuse avec la plus grande fermeté. 5 juillet, à Caracas, le Congrès vénézuélien proclame l’indépendance du Venezuela (fête nationale). 30 août, le bey de Tunis, Hammouda Pacha, reçoit l’aide de Napoléon pour réprimer une révolte des Janissaires. 14 septembre, la Prusse abolit le système féodal. 18 septembre, par décret impérial, Napoléon remplace les garde-pompes de la ville de Paris (créés en 1716) par un corps militaire : le Bataillon de Sapeurs-Pompiers de Paris. 11 octobre, le Chili interdit la traite, abolition de l’esclavage graduelle. 7 novembre, Bataille de Tippecanoe entre les Américains commandés par William Henry Harrison, gouverneur du Territoire de l'Indiana et des guerriers amérindiens associés au chef shawnee Tecumseh qui attaquent l'armée d'Harrison ; bien que les attaquants aient pris l'armée d'Harrison par surprise, Harrison et ses hommes tiennent leurs positions pendant plus de deux heures ; les Amérindiens sont finalement repoussés lorsqu'ils viennent à manquer de munitions. 8 novembre, le gouverneur William Henry Harrison pille la ville indienne de Prophet's town, siège de la confédération amérindienne.

1812. 18 janvier, en France, suppression des congrégations religieuses. 23 février, alliance franco-prussienne. 14 mars, alliance franco-autrichienne. 9 avril, Traité russo-suédois : entrevue d'Abo entre le tsar Alexandre Ier de Russie et Bernadotte, qui débouche sur le traité d'Örebro ; la Russie promet d'attaquer le Danemark. 30 avril, le tsar Alexandre Ier de Russie adresse un ultimatum à Napoléon pour qu'il évacue la Prusse et la Poméranie suédoise et retire ses troupes derrière l'Elbe et Oder. 30 avril, la Louisiane devient le dix-huitième État de l'Union américaine. Révoltes d’esclaves à Porto Rico et à Cuba. 11 mai, assassinat du premier ministre britannique Spencer Perceval par un agent commercial ruiné par le blocus. 16-27 mai, Napoléon est à Dresde à la tête de 600 000 hommes (dont 300 000 Français). John Robinson, procureur général du Haut-Canada, déclare que l'esclavage est illégal dans cette province. 28 mai, Traité de Bucarest : fin de la guerre entre l'Empire ottoman et la Russie (Koutouzov), qui occupe la Bessarabie. 30 mai, Lord Selkirk, noble écossais philanthrope, obtient de la Compagnie de la Baie d'Hudson 116 000 acres de terre en pleine propriété autour de la Rivière Rouge pour créer la colonie d'Assiniboia. 2 juin, accord secret austro-russe. Napoléon ordonne le transfert secret de Pie VII à Fontainebleau ; départ de Savone le 10 juin ; au mont Cenis le pape Pie VII, malade, reçoit le saint viatique ; arrivée à Fontainebleau le 20 juin. 18 juin, James Madison, président des Etats-Unis, déclare la guerre au Royaume Uni car la marine britannique, qui combat l’Empire napoléonien, entrave le commerce américain ; la paix sera signée en décembre 1814. 24/25 juin, l’armée napoléonienne forte d'environ 450 000 hommes (Français, Belges, Hollandais, Biélorusses, Polonais, Lituaniens, Autrichiens, Italiens, Bavarois, Saxons, Prussiens, Westphaliens, Suisses, Portugais et Croates ; à l'exception des Autrichiens, des Polonais et des Prussiens, les divers contingents sont sous commandement de généraux et de maréchaux français) franchit le Niémen et pénètre en Russie. En été, en Russie, après le typhus (1806-1809), la dysenterie affaiblit la Grande Armée (un tiers seulement est valide). 12 juillet, le général américain William Hull commande une troupe qui envahit le Canada ; après une escarmouche avec les Amérindiens, il se retire à Détroit. 25-26 juillet, victoire française sur les Russes à la bataille d'Ostrovno. 28 juillet, Napoléon entre à Vitebsk. 30 juillet-1er août, victoire russe à la bataille de Kliastitsy ou de Jakoubowo ; l'offensive d'Oudinot sur Saint-Pétersbourg échoue. 5 août, Tecumseh, le chef des Shawnees, défait les Américains à Brownstown. 12 août, le général anglais Wellington occupe Madrid. 12 août, le premier chemin de fer à crémaillère du monde est mis en service en Grande-Bretagne sur la ligne Middleton Steam Railway. 16 août, reddition de Détroit : les soldats américains, sous le commandement du brigadier-général William Hull, se rendent au major-général britannique Isaac Brock à la tête d'une coalition de miliciens, de réguliers britanniques et de 600 guerriers amérindiens de Tecumseh. 16-17 août, victoire française à la Bataille de Smolensk. 22 août, l'explorateur suisse Johann Ludwig Burckhardt découvre l'ancienne cité de Pétra (Jordanie). 5 au 7 septembre, Bataille de la Moscova ; victoire française à Borodino : les Russes refluent vers Moscou. 14 septembre, Napoléon entre dans Moscou qu’il trouve désert. 15 septembre, Moscou est incendié par la police sur ordre du gouverneur, le général Rostopchine, et ce, à l’insu du tsar (qui croit que les Français sont responsables de l’incendie ; l’incendie sera éteint par la pluie le 18). 13 octobre, Campagne du Niagara : victoire britannique décisive sur les Américains à la Bataille de Queenston Heights. 18 au 20 octobre, victoires russes à la Bataille de Winkowo (ou Taroutino) et à la seconde bataille de Polotsk. 19 octobre, Napoléon quitte Moscou en ruines pour se retirer dans les environs de la ville. 20 octobre, Napoléon donne l'ordre de faire "sauter le Kremlin le 22 à trois heures du matin". 22 octobre, Napoléon, qui attend en vain les offres de paix du tsar, ordonne de faire mouvement vers le Niémen. 23 octobre, 4 heures du matin, à Paris, le général Claude-François de Malet, qui se présente comme le général Lamotte, remet au général Soulier commandant la Xe cohorte, une lettre que Malet à signée en tant que "Général de division commandant en chef la Force armée de Paris et les Troupes de la 1ère Division militaire" et dans laquelle il fait état de "l’acte du Sénat par lequel il annonce la mort de l’Empereur et l’abolition du Gouvernement impérial" et lui présente le faux sénatus-consulte (préparé par Lafon) annonçant la mort de l’empereur "tué le 7 octobre d’un coup de feu, à Moscou" et "l’abolition du Gouvernement impérial", établissant un gouvernement provisoire (composé, entre autres, de Carnot, Garat, Volney, du préfet Frochot, de l’amiral Truguet, des Chevaliers de la Foi Mathieu de Montmorency et Noailles, présidé par Moreau, et qui appellera le pays à se choisir un gouvernement, libérera le pape et les prisonniers d’État, proclamera la liberté de la presse, supprimera les gardes nationales et renverra les soldats dans leur foyers) et nommant Lamotte (Malet) commandant de la place de Paris, chargé de mettre en place ces mesures ; dans la matinée Malet annonce la fin de la guerre, il délivre de leur prison deux généraux républicains Guidal et Lahorie qui arrêtent le Préfet de Police Pasquier et le ministre de la Police Savary, mais Malet se heurte à l’incrédulité du gouverneur militaire de Paris, Hulin, qu’il blesse d’un coup de pistolet avant d’être maîtrisé et arrêté ; le général Claude-François de Malet est fusillé le 29 octobre avec 13 autres conspirateurs ; Malet, opposant au Consulat puis à l’Empire, accusé d’être un membre de la société des Philadelphes, avait été emprisonné en 1807 et 1809 pour propagande républicaine puis transféré dans la maison de santé du Dr Dubuisson où il avait retrouvé les deux Polignac condamnés à mort en 1804 pour implication dans l’affaire Cadoudal, le marquis de Puy Vert autre activiste royaliste arrêté en 1808, et enfin un certain abbé Lafon, qui avait comploté, à Savone, en faveur du pape Pie VII ; Malet s’était évadé dans la nuit du 22 au 23 octobre 1812. 24 octobre, Bataille de Maloyaroslavets : victoire française. 31 octobre, victoire russe à la Bataille de Czaśniki. 3 novembre, victoire russe à la Bataille de Viazma. 13-14 novembre, victoire russe à la Bataille de Smoliani en Biélorussie. 15 au 18 novembre, Bataille de Krasnoï : Ney et Davout sont battus par le maréchal Koutouzov. 26 au 28 novembre, harcelés par les Cosaques, les Français franchissent la Bérézina sur des ouvrages de fortune durant 3 jours (nombreux morts, blessés, prisonniers et déserteurs ; les soldats affamés font griller de la chair humaine prélevée sur leurs compagnons morts ; seuls 40 000 soldats français rentreront dans leurs foyers). 5 décembre, Murat quitte l’armée. 5 décembre, Napoléon décide de rentrer à Paris. 19 décembre, Napoléon arrive aux Tuileries.

1812-1816. Hegel publie Wissenschafdt der Logik (La Grande Logique) ; la philosophie de Hegel a donné lieu à 2 interprétations : la première considère le savoir absolu comme la fin dernière de toute l’histoire humaine, la seconde considère que le problème fondamental est celui de la réalisation de l’humanité en nous et de l’humanisme dans l’histoire.

1812-1819. Méhémet Ali, sultan d’Egypte, chasse les Wahhabites de La Mecque.

1813. Sir Humphrey Day invente la lampe à arc électrique (perfectionnée ensuite par Foucault et Jablochkoff). A Paris, mort du comte de Lagrange, mathématicien, qui travailla entre autres sous la Révolution au nouveau système décimal des poids et mesures. 19 janvier, l’empereur et l’impératrice rendent visite au pape. 22 janvier (guerre américano-britannique), défaite des Américains contre les Britanniques à la bataille de Frenchtown le long de la rivière Raisin. 25 janvier, Concordat de Fontainebleau : le pape renonce à sa souveraineté temporelle et promet de s’installer à Avignon ; les évêchés pourront être administrés par le plus ancien évêque de la province ; le pape exige d’avoir près de lui le collège des cardinaux (Napoléon cède après avoir obtenu un bref condamnant la conduite des 13 cardinaux). 26 janvier, les cardinaux noirs rentrent d’exil. 7 février, des Américains mènent un Raid sur Elizabethtown qui leur permet de libérer des soldats qui étaient prisonniers. 9 février, le tsar entre dans Varsovie ; le 14 mars, Varsovie devient le siège d’un Conseil suprême provisoire du tsar pour le duché de Varsovie, dans lequel seulement 2 Polonais siègent. 22 février, les troupes britanniques réagissent au raid sur Elizabethtown et remportent la Bataille d'Ogdensburg. 28 février, Frédéric Guillaume III de Prusse signe secrètement avec l’Empereur Alexandre la Convention de Kalisch portant alliance défensive et offensive entre la Russie et la Prusse contre Napoléon. 11 mars, entrée de l'armée russe à Berlin. 17 mars, le roi de Prusse, Frédéric Guillaume III, lance la Guerre de Libération contre la France (la déclaration de guerre de la Prusse n’arrive à Paris que le 27). 19 mars, Convention de Breslau entre la Russie et la Prusse. 24 mars, le pape, à l’instigation des cardinaux Consalvi et Pacca, désavoue les termes du concordat de Fontainebleau et se rétracte. En Argentine, abolition graduelle de l’esclavage. 12 avril, les indépendantistes mexicains assiègent Acapulco : la garnison espagnole capitule le 20 août. 27 avril, Bataille d'York : les Américains font sauter Fort York (Toronto). 1er et 2 mai, victoire française de Lützen contre les Prusso-Russes. 13 mai, le chef shawnee Tecumseh vainc l'armée américaine dans le bois de Fort Meigs, près de la Maumee River (près de Toledo). 20 et 21 mai, à Bautzen, victoire de Napoléon sur les troupes russo-prussiennes. 22 mai, victoire française à Reichenbach. 25 au 27 mai, début de la Campagne du Niagara en 1813. 27 mai, Bataille de Fort George qui est pris par les Américains. 27 mai, victoire française à la Bataille de Hoyerswerda. 30 mai, Davout reprend Hambourg. 5/6 juin, Bataille de Stoney Creek : victoire britannique sur deux brigades américaines. 21 juin, en Espagne, à Vitoria, Wellington bat les Français ; le roi Joseph doit quitter l’Espagne. 24 juin, les Britanniques, appuyés par des Amérindiens (Agniers ou Mohawks), remportent la Bataille de Beaver Dams et font de nombreux prisonniers américains. Création de la Société des missions des méthodistes wesleyiens. Nuit du 25 au 26 juillet, Bataille de Lundy's Lane mettant aux prises les troupes américaines et les soldats de l'armée régulière britannique, appuyés par la milice et les Territoriaux canadiens : elle permet d'arrêter l'avancée américaine vers le Haut-Canada ; les Américains se replient vers Fort Érié, le général Drummond les poursuit et assiège le fort, mettant ainsi fin à la dernière invasion de la province. 27 juillet, Bataille de Burnt Corn Creek opposant les Américains aux Creeks. 6 août, Simón Bolívar entre à Caracas où il reçoit le titre de "Libertador" après avoir déclaré la "guerre à mort" au régime colonial espagnol. 10 août, fin du Congrès de Prague ; Sixième Coalition : Royaume-Uni, Autriche, Prusse, Russie, Suède. 10 août, déclaration de guerre de l'Autriche à Napoléon. 12 août, le duc de Bassano reçoit du comte de Metternich la déclaration de guerre de l’empereur d’Autriche à la France. 26 au 27 août, Bataille de Dresde : victoire de Napoléon (en septembre, à Dresde, le typhus fera 200 à 300 morts par semaines parmi la garnison française). 30 août, victoire de la coalition à la Bataille de Kulm. 30 août, Bataille de Fort Mims : les Creeks Bâtons-Rouges massacrent 250 personnes ; en représailles, les troupes d'Andrew Jackson incendient un village creek, tuant hommes, femmes et enfants ; Jackson promet aux Creeks amis et aux Cherokees les terres et le butin qu'ils prendront aux Bâtons-Rouges. 10 septembre, victoire navale américaine à la Bataille du lac Érié. 29 septembre, les Américains reprennent Détroit aux Britanniques. 3 octobre, les troupes prussiennes passent l’Elbe. 5 octobre, Bataille de la rivière Thames (Ontario) : victoire américaine ; le chef shawnee Tecumseh est tué et son rêve d'unité s'éteint avec lui ; les tribus Delaware, Miami, Ojibwa (ou Chippewa) et Wyandot font la paix avec les Américains. 8 octobre, après avoir franchi les Pyrénées, le général anglais Wellington prend Bayonne et envahit le sud-ouest de la France où il est accueilli en libérateur. 19 octobre, à Leipzig, échec de Napoléon à la Bataille des Nations commencée le 16 ; il est obligé de battre en retraite sur le Rhin. 23 octobre, siège de Torgau par les Prussiens : la garnison française capitule le 26 décembre. 26 octobre, Bataille de Châteauguay : victoire décisive pour les Britanniques, lesquels, aidés par les Voltigeurs canadiens (volontaires français du Bas-Canada), repoussent l'envahisseur américain. 30 et 31 octobre, en Hesse, victoire française à la Bataille de Hanau. 6 novembre, un congrès d’insurgés proclame l’indépendance du Mexique. 9 novembre, Napoléon arrive à Saint-Cloud ; Proposition de Francfort : les Alliés proposent à Napoléon via Saint-Aignan une paix générale avec pour conditions de revenir aux frontières naturelles (Rhin, Alpes, Pyrénées) ; Napoléon propose l'ouverture d'un congrès pour la paix à Mannheim. 11 novembre, Bataille de la Ferme Crysler : les forces britanniques et canadiennes repoussent les Américains : la tentative américaine de prendre Montréal a échoué. 19 novembre, la garnison française évacue Rotterdam. 1er décembre, les Hollandais portent Guillaume Ier (Guillaume Frédéric d'Orange-Nassau) sur le trône des Pays-Bas qu'il n'acceptera qu'en mars 1815. 4 décembre, Déclaration de Francfort, datée du 2 décembre : les Alliés déclarent qu'ils ne font pas la guerre à la France, mais à Napoléon. 11 décembre, en Ontario, Niagara-on-the-Lake (Newark) est incendiée par les américains. 12 décembre, Traité de Valençay : les Bourbons sont rétablis sur le trône d’Espagne ; Napoléon reconnaît Ferdinand VII roi d’Espagne et le relâche. 18 décembre, Davout évacue la population de Hambourg qui ne peut pas s'assurer six mois de subsistance ; la garnison française, retranchée dans la ville, résiste jusqu'en avril 1814. 19 décembre, au Canada, prise du Fort Niagara, tenu par les Américains, par les Britanniques ; le 21, les Britanniques prennent le Fort Schlosser et brûlent le village de Lewiston. 21 décembre, les troupes Autrichiennes et Bavaroises entrent en Alsace et mettent le siège devant Huningue qui sera défendue par les troupes du colonel Jean-Hugues Chancel jusqu'au 15 avril 1814. 23 décembre, Bataille de Holy Ground ou Bataille d'Econochaca entre les milices des États-Unis et les Creeks Red Sticks : la plupart des Creeks s'échappent et les forces américaines détruisent leur campement. 27 décembre, fusion des « Ancients » et des « Moderns » et création de la Grande Loge Unie des Anciens Francs-Maçons d'Angleterre. 30 décembre, à Buffalo, pendant la campagne du Niagara, la déroute de l'armée américaine, battue par les Britanniques, lui ferme la route du Canada.

1814. 1er janvier, en Chine, l'armée de Pékin reprend Huaxian, au nord du Henan, dernier bastion de la secte de la Raison céleste ; l'ordre est ramené au prix d'un véritable massacre. 11 janvier, Joachim Murat, roi de Naples, passe une alliance avec les Autrichiens contre le prince Eugène et décide d’occuper l’Italie centrale. 13 janvier, le pape est renvoyé à Savone puis laissé libre. 14 janvier, Traité de Kiel : Jean-Baptiste Charles Bernadotte, prince-régent de Suède contraint le Danemark à lui céder la Norvège ; le Danemark reçoit en échange la Poméranie suédoise et conserve l’Islande, les Féroé et le Groenland ; le Royaume-Uni obtient Heligoland. 19 janvier, Napoléon, forcé par sa situation politique de plus en plus difficile en Europe, restitue ses États au pape. 23 janvier, Pie VII, libéré par Napoléon, quitte le château de Fontainebleau ; après un bref séjour à Savone, une étape à Nice, puis à Bologne, il sera de retour à Rome le 24 mai. 11 février, à Montmirail, Napoléon remporte une éclatante victoire sur les armées russes et prussiennes de Sacken et de York. 11 mars, Louis XVIII est proclamé roi à Bazas. 17 mars, dans le secteur de Troyes, le prince de Schwarzenberg, feld-maréchal autrichien, vainc les maréchaux Oudinot et Macdonald. 20 au 21 mars, à Arcis sur Aube, Napoléon, rejoint par Oudinot et Macdonald, soit 28 000 baïonnettes et 5 500 sabres, doit battre en retraite face aux troupes du Feldmarschall Karl Philipp de Schwarzenberg, généralissime de l'armée de coalisés (Wurtembergeois, Russes, Bavarois et Autrichiens soit 103 700 hommes et 27 000 cavaliers). 27 mars, victoire sanglante d'Andrew Jackson sur les Creeks à la Bataille de Horseshoe Bend, près de La Nouvelle-Orléans : les Creeks sont pris à revers par des auxiliaires Cherokees ; près de 800 Indiens sont tués. 30 mars, Paris, encerclé, capitule. 30 mars, pour la dernière fois, les Américains tentent d'envahir le Canada : James Wilkinson à la tête de 4 000 soldats américains est repoussé à Lacolle. 31 mars, entrée à Paris de l'Armée coalisée commandée par le Feldmarschall Karl Philipp de Schwarzenberg, Généralissime des armées alliées. 1er avril, les 64 sénateurs présents désignent un gouvernement provisoire de 5 membres dirigé par Talleyrand. 3 avril, le Sénat vote à l’unanimité la déchéance de Napoléon. 5 avril, à Fontainebleau, Napoléon abdique en faveur de son fils ; sous la pression des maréchaux, il renoncera au trône pour tous les siens le 6 avril. 6 avril, le Sénat conservateur, à l’initiative de Talleyrand, adopte un projet de constitution rédigée par une commission (Lebrun, Barbé-Marbois, Destutt de Tracy, Emmery et Lambrecht) dans laquelle (article 2) "le Peuple français appelle librement au trône de France Louis Stanislas Xavier de France, frère du dernier Roi..." (Louis XVIII). 11 avril, Traité de Fontainebleau : abdication sans condition de Napoléon Ier qui conserve le titre impérial ; les coalisés (Angleterre, Prusse, Autriche et Russie) lui accordent la souveraineté de l’île d’Elbe ainsi qu’une rente annuelle de 2 millions. 12 avril, à Fontainebleau, Napoléon tente de s’empoisonner mais le poison est trop vieux et son médecin parvient à le soigner. 20 avril, Napoléon, après avoir fait ses adieux à la garde à Fontainebleau, part le jour même pour l’île d’Elbe où il débarquera le 4 mai. 29 avril, la lettre apostolique Post tam diuturnas condamne la liberté des cultes qu'elle qualifie de "désastreuse et à jamais déplorable hérésie". En mai, à Philadelphie, fondation de la General Missionnary Convention of The Baptist Denomination in The Unites States for Foreign Missions ; la mission baptiste unifiée porte vite le nom d'American Baptist Foreign Mission Society, basée à Boston. 2 mai, Louis XVIII octroie la Charte qui établit la monarchie constitutionnelle, ce qui mécontente les ultras, partisans intransigeants de l’Ancien Régime, à la tête desquels se trouvent le comte d’Artois (futur Charles X) et le duc de Berry ; le roi entre à Paris le 3 et s'installe au Palais des Tuileries. 5 mai, les Britanniques s'emparent du fort Ontario et détruisent les bases navales américaines. 17 mai, l’Assemblée constituante, réunie à Eidsvoll, adopte la Constitution de la Norvège, état indépendant, et proclame le prince Christian Frédéric roi de Norvège (fête nationale). 24 mai, Pie VII, libéré par Napoléon le 23 janvier, est de retour à Rome ; il institue en l'honneur de la Vierge Mère la fête solennelle de Notre-Dame Auxiliatrice (le Secours des Chrétiens : Auxilium Christianorum) qui doit être célébrée à perpétuité le vingt-quatre de mai, anniversaire de son heureux retour à Rome et il approuve un Office propre pour cette fête ; mais il lui faudra encore une fois quitter la ville, pour se réfugier à Viterbe puis à Gênes, lorsque Murat, roi de Naples, envahira les États pontificaux pendant la campagne des Cent-Jours et il retournera définitivement dans son palais du Quirinal le 22 juin 1815. 30 mai, 1er Traité de Paris : la France revient à ses frontières de 1792 ; le gouvernement "s’engage à unir, au futur congrès (congrès de Vienne), tous ses efforts à ceux de Sa Majesté britannique pour faire prononcer, par toutes les puissances de la chrétienté, l’abolition de la traite des Noirs" (dans un délai de 5 ans). 4 juin, la Charte constitutionnelle est promulguée : liberté de la presse, égalité devant la loi, abolition de la conscription, appel des engagés volontaires (art. 12). 7 juin, ordonnance rétablissant le dimanche comme fête chômée (les cabarets doivent être fermés pendant la messe). En juin, rétablissement de la procession publique de la Fête-Dieu. 28 juin, à Odelltown dans le sud du Québec, victoire britannique sur les Américains. 3 juillet, Capture de Fort Érié : la troupe britannique du fort se rend rapidement à l'armée américaine. 5 juillet, Bataille de Chippawa : les troupes américaines ont le dessus sur les troupes britanniques. 25 juillet, en Angleterre, George Stephenson expérimente sa première locomotive à vapeur. 7 août, le pape rétablit la Compagnie de Jésus par la bulle Sollicitudo omnium Ecclesiarum. 9 août, traité de Fort Jackson : les Creeks perdent d'immenses territoires. 13 août, les Hollandais cèdent la province du cap de Bonne-Espérance à la Grande-Bretagne pour six millions de livres. 18 août, le pape accueille Lucien Bonaparte qu'il fait Prince de Canino et de Musignano. 24 août, prise de Washington par les Britanniques ; le Capitole et la Maison-Blanche sont brûlés. 6 au 11 septembre, victoire des Américains sur les Britanniques sur le lac Champlain (Bataille de Plattsburgh). 12 au 15 septembre, Bataille de Baltimore : les 1 000 hommes de Fort McHenry sont bombardés par le navire à roquettes HMS Erebus et assaillis par 3 270 hommes ; victoire américaine décisive qui repousse l'attaque combinée (mer et terre) britannique sur Baltimore ; Francis Scott Key écrit les paroles de Star-Spangled Banner, qui deviendra officiellement l'hymne national des États-Unis le 3 mars 1931. 15 septembre, à Tunis, mort d'Hammouda Pacha : son frère Osman Bey ne règnera que trois mois ; son cousin germain Mahmoud Bey prendra alors le pouvoir et le titre de bey de Tunis le 20 décembre. 15 octobre, suite à la signature du Traité de Paris (30 mai), les Anglais prennent possession de l’Ile Maurice (elle appartenait à la France depuis 1715 sous le nom d'Ile de France). 23 octobre, à Chelsea (Angleterre), le chirurgien Joseph Constantin Carpue effectue la première chirurgie plastique moderne sur un officier de l’armée britannique qui a perdu la pointe de son nez. 1er novembre 1814 au 9 juin 1815 : Congrès de Vienne tenu par l’Autriche, la Prusse, la Russie, l’Angleterre, l’Espagne, le Portugal, la Suède et la France (Talleyrand a obtenu qu’elle participe). 18 novembre, loi imposant le repos dominical. 18 novembre, le Grand Orient reprend l'entier exercice de ses droits sur le Rite Ecossais Ancien Accepté, aussi bien sur la dogmatique que sur l'administration, droits qu'il n'avait jamais abandonnés : le Suprême Conseil est alors reconstitué au sein du Suprême Conseil des Rites, ancêtre direct du Grand Collège des Rites 11. 24 décembre, à Gand, Traité de paix entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis mettant fin à la guerre entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Jean-François Champollion publie L'Egypte sous les pharaons qu'il dédicace à Louis XVIII.

1815. 8 janvier, Bataille de la Nouvelle-Orléans (après que le traité de Gand du 24 décembre 1814 a mis fin à la guerre, mais la nouvelle n'est pas encore parvenue aux belligérants) : les Britanniques perdent environ 700 hommes et 2 000 sont fait prisonniers alors que les Américains n'ont perdu que 13 hommes. 17 janvier, le curé de l’église Saint-Roch refuse de recevoir le corps de la comédienne Melle Raucourt. 8 février, le congrès international de Vienne abolit la traite des noirs assimilée à la piraterie : les navires de guerre français et anglais ont le droit de visite ; le navire confisqué peut être brûlé. 20 février, le navire de guerre américain USS Constitution capture les navires britanniques HMS Cyane et HMS Levant. 1er mars, Napoléon, parti de l’île d’Elbe le 26 février à bord de l’Inconstant, débarque à Golfe-Juan avec 1 100 hommes recrutés (à l'insu de ses geôliers ?) en Italie et en Corse. 5 mars, devant Grenoble, Napoléon seul face aux fusils convainc le 5e régiment d'infanterie de ligne de se rallier à lui ; le lendemain c'est le 7e régiment d'infanterie de ligne qui se joint à sa troupe. 15 mars, soulèvement général en Vendée. 20 mars, 0 h 45, Louis XVIII part pour Gand (via Abbeville et Lille) en emmenant les diamants de la couronne ; Napoléon entre aux Tuileries. 29 mars, Napoléon, influencé par Carnot, décide la suppression immédiate de la traite des Noirs. En avril, à Montauban, constitution du Rite de Memphis par des frères ayant suivi Napoléon en Égypte. 10 au 15 avril, gigantesque éruption du volcan Tambora situé sur l'île de Sumbawa, en Indonésie : la cendre envoyée dans la stratosphère fait plusieurs fois le tour de la Terre causant "l'été sans soleil" en Nouvelle-Angleterre, puis, en 1816, l'été, le plus froid jamais enregistré en Europe, à l'origine d'une famine qui fera plus de 200 000 victimes. 22 avril, Napoléon promulgue l’Acte additionnel aux Constitutions de l’Empire. 2 et 3 mai, Murat est écrasé à Tolentino. De mai à juin, la Vendée subit la répression menée par le général Lamarque. 4 juin, Louis XVIII octroie la Charte qui garantit les droits individuels, le droit de propriété, la liberté de presse et d'expression, la liberté religieuse (le catholicisme est proclamé religion de l'État). 9 juin, signature de l’acte final du Congrès de Vienne qui se tient depuis le 1er novembre 1814 : le Congrès réorganise l’Europe territoriale et politique (Talleyrand obtient que Louis XVIII rentre en possession des territoires acquis par Louis XVI avant sa chute), crée une Confédération germanique composée de 34 États souverains et de 4 villes libres, divise l’Italie en 7 états sous l’hégémonie autrichienne, décide l’annexion de Gênes au royaume de Piémont-Sardaigne, rétablit les Etats du pape à l'exception du Comtat Venaissin et d'Avignon, rattache les Pays-Bas autrichiens aux Provinces-Unies constituant ainsi le royaume des Pays-Bas, fait du grand-duché de Pologne un royaume du Congrès (de fait un protectorat russe) et internationalise la navigation sur le Rhin et le Danube, etc. 16 juin, à Ligny, victoire de Napoléon Ier sur les Prussiens. 18 juin, à Waterloo, au sud de Bruxelles, les troupes anglo-hollandaises de Wellington et les troupes prussiennes de Blücher remportent la victoire décisive sur l’armée de Napoléon (12 000 morts, 35 000 blessés) alors que Napoléon avait une très légère supériorité en hommes mais une artillerie beaucoup plus nombreuse ; à l’annonce de la défaite française, des monarchistes marseillais massacrent les Egyptiens venus avec Bonaparte. 20 juin, Nathan Rothschild 8, informé de la défaite napoléonienne bien avant les autorités, se rend à la Bourse de Londres et met en vente tous ses titres ; tous pensent alors que Napoléon est sorti victorieux du combat et chacun, gagné par la panique, suit l’exemple de Rothschild ; les actions chutent à une vitesse folle ; Rothschild attend la dernière minute, les rachète et fait fortune. 21 juin, Napoléon tente de s’empoisonner : il est sauvé par le pharmacien Charles-Louis de Gassicourt. 22 juin, Napoléon abdique en faveur de son fils et se rend à la Malmaison ; un gouvernement provisoire dirigé par Fouché rappelle Louis XVIII. 22 juin, Pie VII retourne dans son palais du Quirinal. 26 juin, Convention de Cholet : les Vendéens signent la paix. 1er juillet, victoire des troupes impériales napoléoniennes à la bataille de Rocquencourt sur les Prussiens. 3 juillet, victoire prussienne à la bataille d'Issy, dernière tentative de l'armée française pour défendre Paris. 3 juillet, Davout, ministre de la Guerre, signe la convention d'armistice établie à Saint-Cloud, par laquelle l’armée française doit se retirer derrière la Loire. 3 juillet, Napoléon, qui a rejoint Rochefort sur Mer, compte embarquer pour l’Amérique, mais, refusant les offres qui lui sont faites, se croyant trahi par Fouché et par crainte des royalistes, il se mettra sous la protection des lois du peuple britannique le 13 juillet. 8 juillet, après avoir reçu l’allégeance de Fouché qui s'était porté au-devant de lui à Saint-Denis, Louis XVIII rentre à Paris pour la seconde fois. 9 juillet, Napoléon se réfugie à l'île d'Aix. 14 juillet au 22 août, élection de la "Chambre introuvable" (dixit Louis XVIII), les ultra-royalistes qui obtiennent une très large majorité (350 sur 400 députés) réclament le bannissement des régicides et l’exécution des "traîtres des Cent jours" ; la Chambre introuvable votera 4 lois exprimant la Terreur blanche légale : loi de sûreté générale (29 octobre) ; loi sur les discours et les écrits séditieux (9 novembre) ; rétablissement des cours prévôtales (27 décembre) ; loi d’amnistie (12 janvier 1816) ; elle sera dissoute le 5 septembre 1816. 15 juillet, à l'île d’Aix, Napoléon se met "sous la protection" du capitaine du Bellérophon, navire de guerre de la marine britannique qui doit le conduire en Angleterre où il espère obtenir l’asile politique. 17 juillet, début de la Seconde terreur blanche dans l’Ouest et le Sud-est de la France : des bandes de Verdets, émeutiers aux couleurs du comte d’Artois (futur Charles X), commandant de la garde nationale, massacrent les protestants et les anciens jacobins. 26 juillet, le Bellérophon mouille en rade de Plymouth ; Napoléon est retenu à son bord. 30 Juillet, Louis XVIII confirme l’abolition de la traite (elle ne sera pas appliquée malgré l’ordonnance du 8-11-1817 et la loi du 15-4-1818). 31 juillet, le Cabinet britannique, qui considère Napoléon comme un criminel de guerre, décide qu’il sera déporté à vie à Sainte-Hélène (le 7 août, Napoléon est transféré du Bellérophon au Northumberland qui appareille aussitôt pour Sainte-Hélène ; le 16 octobre, il débarquera à Sainte-Hélène où il mourra le 5 mai 1821). 2 août, assassinat du maréchal Brune (tenu pour un septembriseur) par les royalistes d’Avignon bien qu’il ait fait prendre la cocarde blanche à ses troupes. En août, fondation de la Société des amis de la Paix de New York. 7 août, Pacte fédéral entre les 22 cantons suisses. 17 août, à Toulouse, assassinat du général Ramel par des Verdets. 26 août, le Suprême Conseil du 33e degré pour la France consacre l’indépendance du Rite Ecossais Ancien et Accepté. 19 septembre, renvoi des ministres Fouché et Talleyrand. 25 septembre, création de la Société des missions de Bâle. 26 septembre, le duc de Richelieu est nommé premier ministre et ministre des affaires étrangères par le roi, mais sa volonté de réconciliation et d’amnistie sera mise en échec par les ultras. 26 septembre, à Paris, le tsar Alexandre Ier, l’empereur d’Autriche François Ier et Frédéric-Guillaume III de Prusse signent le Pacte de la Sainte-Alliance qui fait du christianisme le principe fondateur de tout gouvernement ; la Grande-Bretagne n’a pas voulu s’y associer. 8 octobre, une expédition, montée par Murat qui rêve d'une reconquête de Naples et partie d'Ajaccio le 28 septembre, arrive devant le petit port calabrais du Pizzo ; Murat débarque face à une foule hostile, car la Calabre a durement été touchée par la répression du brigandage sous son règne ; Murat est capturé et enfermé dans le petit château du port. 13 octobre, à Pizzo (Calabre), après que le roi Ferdinand, suivant les conseils de l'ambassadeur britannique, a pris un décret par lequel « il ne sera accordé au condamné qu'une demi-heure pour recevoir les secours de la religion », Joachim Murat est fusillé. Pie VII, reconnaissant du Concordat de 1801 qu’il appelle "un acte chrétiennement et humainement sauveur", intervient en faveur de Napoléon auprès des Alliés "pour diminuer les tortures du pauvre exilé, qui dépérissait sur le rocher de Sainte Hélène" ; il a accueilli la mère de Napoléon et le cardinal Josph Fesch, oncle de Napoléon, qu’il refuse de remplacer sur son siège de Primat des Gaules à Lyon (Fesch sera archevêque de Lyon jusqu'en 1839). 23 octobre, à Chelsea en Angleterre, le chirurgien Joseph Constantin Carpue effectue la première chirurgie plastique moderne sur un officier qui a perdu le bout de son nez. 31 octobre, le chimiste britannique Humphry Davy construit les premières lampes de sécurité pour mineurs. 20 novembre, Second Traité de Paris entre la France et les coalisés de la quadruple alliance (Russie, Autriche, Prusse et Angleterre) : la France perd la Savoie, Nice, Landau, Sarrelouis, Sarrebruck, Philippeville, Marienbourg, Porentruy et Bouillon, et doit payer une indemnité de guerre de 700 millions de francs. 7 décembre, exécution du maréchal Ney. 16 décembre, la reine Marie Ire (fille de Joseph, roi de Portugal et de Marie-Anne de Bourbon, et veuve de Pierre III en 1786), installée au Brésil depuis 1807, élève le Brésil au rang de royaume, uni à celui de Portugal : un décret proclame le Royaume-Uni de Portugal, du Brésil et des Algarves.

1815-1822. Le chevalier de Lamarck (1744-1829) écrit Histoire des animaux sans vertèbres où il développe les thèmes ébauchés dans sa Philosophie zoologique (1809) et qui présentent l’idée de la transformation progressive d’organismes de plus en plus complexes (Cuvier s’oppose à cette théorie du transformisme ; elle sera reprise par Darwin et Herbert Spencer, le fondateur de la philosophie évolutionniste).

1816. 10 janvier, la lampe de sécurité, inventée par le physicien et chimiste britannique, sir Humphrey Davy, est utilisée pour la première fois dans une mine de charbon. 12 janvier, en France, loi d'amnistie pour les révolutionnaires sauf ceux qui ont voté la mort de Louis XVI et de sa famille. 25 janvier, à Aix-en-Provence, Eugène de Mazenod fonde les Oblats de Marie Immaculée. 12 février, l'ordre de la Couronne de Fer, créé par Napoléon Ier le 5 juin 1805, est restauré à Milan par l'empereur d'Autriche, François Ier. 17 février, invention du stéthoscope par le médecin français René Laennec. 29 février, Ordonnance créant les comités cantonaux pour surveiller et encourager l'instruction primaire. 20 mars, le prince-régent, réfugié au Brésil, devient le nouveau roi de Portugal, sous le nom de Jean VI de Portugal (João VI). 27 mars, Auguste Brunet et Jean-Baptiste Cochot déposent le brevet de la scie circulaire. 10 avril, une flotte anglo-hollandaise commandé par lord Exmouth arrive devant la Goulette et obtient du bey de Tunis Mahmoud la libération des esclaves chrétiens, la paix avec le Piémont et les Deux-Siciles et l'abolition de la course. 18 avril, ordonnance décrétant le drapeau blanc "drapeau national de la France". 3 mai, Emilie de Rodat fonde les Sœurs de la Sainte-Famille de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron). 8 mai, abolition du divorce. 2 juin, 6 juillet et 31 décembre, décrets de Bolívar contre l'esclavage. 19 juin, Bataille de Seven Oak ou de la Grenouillère entre la Compagnie de la Baie d'Hudson et la Compagnie du Nord-Ouest près de Winnipeg. 2 juillet, naufrage de La Méduse au large du Sénégal ; 15 survivants seront découverts sur un fameux radeau. 9 juillet, les Argentins déposent le vice-roi espagnol et déclarent indépendantes les 11 provinces unies du Rio de la Plata (future Argentine). 23 juillet, dans la chapelle de Notre-Dame de Fourvière à Lyon, les pères Champagnat, Colin et Courveille font le serment solennel de travailler à la fondation de la Société de Marie ; la branche de la Famille mariste, connue sous le nom de Pères et frères maristes, recevra son approbation officielle de Rome en 1836. 5 septembre, Louis XVIII (le Désiré) qui craint une nouvelle révolution met fin à la terreur blanche en dissolvant la "Chambre introuvable" et en retirant le commandement de la garde nationale au comte d’Artois ; le 4 octobre, la nouvelle chambre des députés voit triompher les libéraux. 8 novembre, Alexandre de Talleyrand-Périgord (grand aumônier, archevêque de Reims nommé cardinal) quitte la Petite Eglise. 11 décembre, l'Indiana devient le dix-neuvième État de l'Union américaine. 28 décembre, le Révérend Finley et les philanthropes américains fondent l’American Colonization Society pour créer en Afrique occidentale une "colonie de noirs libérés" (elle deviendra le Liberia). Benjamin Constant : Cours de politique constitutionnelle.

1816-1819. Le tsar Alexandre Ier abolit le servage en Estonie.

1817. 2 janvier, à La Valla en Gier (Loire), Marcellin Champagnat fonde les Frères maristes des Ecoles. 8 janvier, ordonnance de Louis XVIII abolissant la traite des esclaves. 8 mars, prenant note de l'examen de Marie-Mélanie Basset, Laennec donne la première description manuscrite de son stéthoscope. 10 mars, décret sur les séminaires. Le pape refuse d’approuver le nouveau concordat (du 11 juin 1817), négocié avec les Bourbons restaurés, parce qu’il le juge trop gallican : les évêques et les abbés sont nommés par le roi ; le concordat de 1801, un moment abrogé par Napoléon (1812), restera en vigueur jusqu’en 1905. France, fondation de la banque Rothschild par James (Jacob) Rothschild. Un tribunal britannique autorise encore le duel judiciaire entre l’accusateur et l’accusé dans une affaire de meurtre. A Boston, Hosea Ballou, pasteur et franc-maçon, et John Murray implantent le courant chrétien de l’universalisme selon lequel Dieu accorde universellement sa grâce rédemptrice aux hommes. 2 octobre, à Bordeaux, Guillaume Chaminade fonde la Société de Marie (Marianistes). 22 novembre, traité anglo-espagnol pour l'abolition de la traite négrière à Cuba en 1820 (non appliqué). 10 décembre, le Territoire du Mississippi devient le 20e État des USA. 26 décembre, le général Andrew Jackson prend les commandes de la guerre contre les Séminoles, avec l'autorisation de les poursuivre en Floride ; il en profite pour prendre ce territoire à l'Espagne.

1817-1823. Lamennais écrit Essai sur l’indifférence en matière de religion. Félicité Robert de Lamennais (1782-1854) tenta d’opérer une synthèse entre le christianisme et la mystique révolutionnaire. Né à Saint-Malo, autodidacte, il fut ordonné prêtre en 1816. Il se mit alors au service de l’Église en écrivant son Essai sur l’indifférence. Il renouvelait l’apologétique, en donnant comme seule base à la foi catholique le consentement universel du genre humain, fondé sur une révélation primitive, inspirée par de Bonald. En 1825, il demanda pour le catholicisme une entière liberté d’action et réclama, pour la première fois, la séparation de l’Eglise et de l’Etat (De la religion considérée dans ses rapports avec l’ordre politique et social). Il créa en 1828 la congrégation de Saint Pierre, destinée à former un clergé capable de répondre aux attaques des philosophes, de mieux comprendre son temps et de rétablir l’autorité du pape en France. Mais, progressivement, son engagement politique le sépara de la monarchie et de la papauté. En 1830, il fonda le journal l’Avenir en collaboration avec Henri Lacordaire et le journaliste et homme politique Charles de Montalembert. Dans ce journal, il réclamait la liberté de conscience, de presse et de religion, ainsi que la séparation de l’Église et de l’État. Représentant alors le catholicisme libéral français, il s’opposa au pape Grégoire XVI qui le condamna en 1832 (encyclique Mirari vos) et en 1834. Le livre Paroles d’un croyant (1834) dans lequel il lance un appel pressant à la liberté et à la fraternité et développe les tendances socialistes et démocratiques du message évangélique, scella sa rupture avec l’Église : Paroles d’un croyant fut condamné par le pape "pour sa perversité". Ses amis le quittèrent peu à peu et il perdit peu à peu la foi au profit d’un spiritualisme assez vague qu’il présenta dans son ouvrage De la religion (1841). Il continua de prendre le parti du peuple, attaqua le gouvernement royal qui l’envoya une année en prison. En 1848, il fut élu député et siégea à l’extrême gauche ; mais il se retira de la vie publique peu après dans sa propriété de la Chesnaie, en Bretagne. Il mourut en 1854, sans s’être réconcilié avec l’Église catholique et sans l’assistance d’un prêtre, tenant par-dessus tout à la liberté de la conscience.

1818. 29 janvier, fondation de la première Caisse d'épargne en France. En février, en Russie, plan de libération des serfs d'Araktcheïev. 12 février, le général O’Higgins proclame l’indépendance du Chili (assurée après la bataille de Maipú le 5 avril) ; il prend le titre de Commandeur Suprême. 17 février, Karl Drais brevette en France, sous le nom de vélocipède, sa draisienne présentée l'année précédente à Mannheim. 12 mars, la loi Gouvion-St-Cyr rétablit la conscription par tirage au sort ; le remplacement est possible ; le service dure 6 ans. 4 avril, le Congrès adopte le drapeau des États-Unis (13 rayures et 20 étoiles, une pour chaque État). 15 avril, abolition de la traite des Noirs par la France. 29 juillet, à Paris, Jacques Laffitte et Benjamin Delessert créent la Caisse d'Epargne et de Prévoyance. 10 août, John Ross commande une expédition pour trouver le Passage du nord-ouest ; il découvre la communauté inuite de Pond Inlet (Nunavut). 22 août, le Bade se dote d'une constitution ; le servage est aboli. 29 septembre au 21 novembre : Congrès d’Aix-la-Chapelle ; il conseille l’abolition progressive de l’esclavage, condamne notamment la piraterie esclavagiste d’Alger et demande aux puissances européennes d’y mettre fin ; le 21 novembre, il met fin à l'occupation militaire de la France. 11 octobre, Elie Decazes (qui reconstituera le Suprême Conseil de France en 1821) envoie aux préfets une circulaire autorisant les réunions maçonniques (Louis XVIII est franc-maçon comme son frère, le futur Charles X). 20 octobre, traité entre les États-Unis et la Grande-Bretagne fixant la frontière au nord-ouest sur le 49e parallèle depuis le lac des Bois jusqu'aux Rocheuses ; l'Oregon est ouvert à la fois à la colonisation anglaise et américaine. 16 novembre, dans le village de Nder au bord du fleuve Sénégal, les femmes préfèrent être brûlées vives que d'être capturées par les Maures et vendues comme esclaves. 3 décembre, l'Illinois devient le 21e État des États-Unis. Arthur Schopenhauer : Le Monde comme volonté et comme représentation.

1819. 29 janvier, Sir Thomas Stamford Raffles, un agent de la Compagnie anglaise des Indes orientales, occupe Singapour sur une île qu'il achète au sultan de Johore le 6 février ; la « cité des lions » prend vite un essor considérable jusqu'à devenir le plus grand port d'Extrême-Orient. 15 février, Simon Bolívar, le Libertador, réunit le congrès d'Angostura, au cours duquel naît officiellement la République de Colombie, connue sous le nom de Grande Colombie, par la promulgation de la Loi Fondamentale de Colombie, dont les territoires embrassent à cette époque ceux de Nouvelle-Grenade et du Venezuela, et qui se divise en trois départements : Cundinamarca (Bogotá), Venezuela (Caracas) et Quito ; le Congrès nommera, en décembre 1821, Simón Bolívar président de la République et Francisco de Paula Santander vice-président de façon que "Les Républiques du Venezuela et de Nouvelle-Grenade soient réunies à partir de ce jour, sous le titre glorieux de République de Colombie". 22 février, Traité Adams-Onis entre les Etats-Unis et l’Espagne qui cède la Floride orientale aux Etats-Unis ; l’achat officiel sera fait en 1821 : 5 millions de dollars. En avril et en mai, en France, lois sur la presse qui suppriment la censure et l'autorisation préalable de publier. 23 mai, départ de Gravesend de l'expédition Coppermine, commandée par le britannique John Franklin, pour explorer la côte Nord du Canada par l'embouchure de la rivière Coppermine. 6 juin, fondation des Frères de l’instruction chrétienne de Ploërmel par les abbés de Lamennais (ou La Mennais) et Deshayes. 19 juin, arrivée à Liverpool du navire américain Savannah parti le 22 mai de Savannah, au terme de la première traversée de l'océan Atlantique par un bateau à vapeur en un peu plus de 27 jours (87 % du voyage a été cependant effectué au moyen des voiles). 7 août, à Boyacá, victoire décisive sur les Espagnols par Bolivar et Santander qui libèrent la Nouvelle-Grenade. 10 août, à Bogota (Colombie), entrée triomphale de Simon Bolivar, le "libertador" [cet ami de La Fayette aurait été initié à la franc-maçonnerie à Cadix (Espagne) et aurait reçu à Paris le grade de Compagnon dans la loge Saint-Alexandre d’Ecosse, le 11 novembre 1805]. 14 décembre, le Territoire de l'Alabama devient le 22e État des États-Unis, l'Alabama. 17 décembre, devant l’insistance de Bolivar, le Congrès de Angostura crée la République de Gran Colombia (qui comprend le Venezuela, la Colombie actuelle, Panama et l’Equateur), vote la Constitution et élit Bolivar président. Publication de l’œuvre poétique d’André Chénier (guillotiné en 1794). Le docteur René Laennec publie Traité d'auscultation médiate. Walter Scott publie Ivanhoé.

1820. 1er janvier, en Espagne, le colonel Rafael del Riego et plusieurs officiers libéraux proclament la « Constitution de Cadix » ; le mouvement s'affaiblit progressivement et se trouve au bord du gouffre, fin février, mais la Galice voit se produire diverses insurrections en faveur de la Constitution ; Ensuite, la révolte se répand rapidement dans le pays, et, le 7 mars, les insurgés du général Ballesteros occupent les alentours du Palais royal ; le roi Ferdinand VII se voit alors obligé à adopter un régime constitutionnel : le roi remet en vigueur la constitution de 1812, rétablit la municipalité de 1814, abolit l’inquisition (9 mars), forme un gouvernement et prête serment devant les Cortès. 22 janvier, Bataille de Tacuarembo : l'armée portugaise écrase les soldats uruguayens ; fin de l'indépendance de l'Uruguay qui est annexée par le Portugal. 29 janvier, mort de George III, roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande et roi de Hanovre : son fils, George IV, lui succède. 1er février, capitulation d’Alep que les Ottomans reprennent. 3 février, au Vietnam, décès de l'empereur Gia Long : son fils, Minh Mang, lui succède le 14 février. 6 février, les premiers esclaves noirs américains libérés s'installent au Libéria. Nuit du 13 au 14 février, à sa sortie de l’Opéra, le duc de Berry (fils de Charles X et neveu de Louis XVIII, héritier présomptif du trône, membre de la Loge La Trinité) est poignardé par Louis Louvel, ouvrier républicain : le duc meurt le 14 à 6 heures. 15 février, Decazes démissionne sous la pression des ultras (la duchesse d’Angoulême lui reproche d’avoir laissé commettre le crime) ; il est remplacé par le duc de Richelieu. 3 mars, le Congrès des États-Unis adopte le Compromis du Missouri qui maintient le rapport entre États esclavagistes et non esclavagistes. 6 mars, le président des Etats-Unis entérine le Compromis du Missouri sur l’esclavage : le Missouri, état esclavagiste, et le Maine, état libre, sont intégrés ; dans le territoire de la Louisiane, nouvellement acquis, l’esclavage est autorisé au sud d’une ligne correspondant à 36° 30’ de latitude nord et interdit au nord de cette ligne. 9 mars, en Espagne, Ferdinand VII abolit l'Inquisition en Nouvelle-Espagne (elle sera abolie définitivement par la reine Marie-Christine en 1834). 15 mars, le Maine devient le 23e Etat de l'Union américaine. 18 mars, en France, lois restreignant les libertés individuelles et la liberté de la presse (censure et autorisation préalable rétablies). 28 mars, signature à Courtrai du traité des Limites qui fixe la frontière entre la France et les Pays-Bas, qui deviendra la frontière Franco-Belge. 19 avril, sur l'île de Milos, le navigateur français Jules Dumont d'Urville découvre la Vénus de Milo, une sculpture grecque de la fin de l'époque hellénistique (vers 130-100 av. J.-C.) qui pourrait représenter la déesse Aphrodite. 27 mai, l’abbé de Noailles fonde la Sainte Famille de Bordeaux. 12 juin, en France, loi du double vote. En France, première église baptiste à Nomain (Nord). 9 juillet, insurrection militaire des carbonari dans le royaume de Naples (Nola, Avellino et Naples) ; la révolte de Nola oblige Ferdinand Ier à accorder une constitution libérale au royaume de Naples et à prendre pour Premier ministre le chef de l’insurrection, le général Guglielmo Pepe ; les troupes du général Guglielmo Pepe seront vaincues par les Autrichiens à Rieti le 7 mars 1821 et le souverain légitime restauré à Naples. 27 septembre, bref du pape qualifiant de "schisme manifeste" l’attitude de la Petite Eglise ; le 23 décembre, Louis XVIII refuse la publication du bref. En octobre, le khédive Mehmet Ali, vice-roi d’Egypte, attaque la Nubie, l’annexe et fait 30 000 esclaves. 3 octobre, début du règne de Daoguang, empereur Qing de Chine. 18 octobre, Traité de Doak's Stand avec les Choctaws. 8 novembre, fondation de la Congrégation des Soeurs de l'Instruction Chrétienne (dite couramment Soeurs de Saint-Gildas) à Beignon (Morbihan). 18 novembre, découverte de l’Antarctique par le navigateur américain Nathaniel Palmer. 4 décembre, James Monroe est réélu président des États-Unis. En décembre, premier complot de la Charbonnerie en France (La Fayette y participe). Espérance de vie : Français 38 ans, Française 39,2 ans.

1821. 23 janvier, trente-trois émigrants noirs américains s’installent au cap Mesurado (Liberia). 3 février, début du règne de Tao-kouang ou Daoguang, empereur Qing de Chine. 4 février, Tudor Vladimirescu, membre de la société secrète de l'Hétairie, se rebelle contre les "boyards tyrans" et lance l'insurrection de nombreux paysans roumains ; finalement capturé par l'un des commanditaires de la rébellion qui l'accuse d'avoir trahi l'Hétairie, il sera exécuté le 7 juin. 26 février, à Turin, mort du comte Joseph de Maistre, homme politique, écrivain et philosophe français 4. 27 février, les évêques ont la charge de l’inspection des collèges. 11 et 12 mars, soulèvement de l'armée au Piémont ; l'insurrection gagne Turin et contraint Victor-Emmanuel Ier à abdiquer ; une Constitution est proclamée le 16 mars. 23 mars, découverte de la bauxite dans le village provençal des Baux-de-Provence d’où elle tire son nom : cette roche sédimentaire, source principale de l’aluminium, est employée dans la fabrication des bougies d’allumage et dans les garnissages de four. 25 mars, en Grèce, l’archevêque de Patras, Germanos, annonce le début de la guerre de libération ; soulèvement des Grecs contre les Turcs (fête de l’indépendance, fête nationale). 31 mars, abolition de l'Inquisition au Portugal. 8 avril, intervention des troupes autrichiennes contre l’insurrection libérale piémontaise, qui est vaincue à la bataille de Novare ; l’Ancien régime est restauré par Charles-Félix, duc de Modène ; la répression s’ensuit : Silvio Pellico, Federico Confalonieri et des milliers de libéraux et de carbonari sont arrêtés ou fuient le pays. 5 mai, 17 h 49, mort de Napoléon Ier à Sainte-Hélène 7. 16 juin, l'ambassadeur Strogonov est envoyé par le gouvernement russe chez les Ottomans pour leur demander d'abandonner les principautés du Danube et de cesser les massacres sur le territoire grec. 24 juin, Bataille de Carabobo : les révolutionnaires, menés par Simon Bolivar, vainquent définitivement les royalistes du Venezuela que le corps expéditionnaire espagnol, en révolte, n'a pas soutenus. 28 juillet, le général José de San Martin proclame l’indépendance du Pérou (fête nationale) qui abolit la traite graduellement. 10 août, le Missouri devient le 24e État de l'Union américaine. 24 août, Traité de Cordoba : le royaume d'Espagne reconnaît l'indépendance du Mexique. 13 septembre, encyclique Ecclesiam a Jesu Christo de Pie VII contre les sectes et les sociétés secrètes. 15 septembre, les colonies du Costa Rica, Guatemala, Honduras, Nicaragua et Salvador proclament leur indépendance ; suivant le projet du général Agustín de Iturbide, ces nouveaux Etats sont d’abord intégrés dans l’Empire mexicain. 27 septembre, Agustín de Iturbide entre dans Mexico puis est proclamé empereur du Mexique sous le nom d'Augustin Ier (fin en 1823). 28 septembre, Juan O'Donojú, dernier vice-roi de Nouvelle-Espagne, signe l'Acte d'Indépendance du Mexique (Acta de Independencia del Imperio Mexicano) ; l'Espagne ne reconnaîtra l'indépendance du Mexique que le 28 décembre 1836. 30 septembre, à Lyon, l’André Coindre fonde les Frères du Sacré Cœur. 13 octobre, au Mexique, traite abolie pour les esclaves nés au Mexique. 28 novembre, les provinces de Panamá se déclarent indépendantes du gouvernement espagnol et se rattachent à la République de Colombie. 1er décembre, indépendance de Saint-Domingue (République dominicaine) qui se rallie à la Grande Colombie. 14 décembre, le comte Jean-Baptiste Guillaume Marie Anne Séraphin Joseph de Villèle, représentant des Ultras, est nommé à la tête du gouvernement. Décembre à juillet 1822 : échec de plusieurs insurrections tentées par la Charbonnerie à Saumur, Belfort, Toulon, Nantes, Thouars, La Rochelle, Strasbourg et Colmar. Hegel, Principes : « En regard des sphères du droit privé et du bien privé, de la famille et de la société économique, l’Etat est la plus haute forme de l’organisation sociale ». Friedrich Schleiermacher : Exposition de la foi chrétienne. Thomas Johann Seebeck, physicien allemand, découvre ce qu'on appellera plus tard, l'effet Seebeck, découverte à l'origine de la production d'électricité par effet thermoélectrique.

1822. 13 janvier, à la fin du Congrès d’Epidaure, les insurgés grecs proclament l’indépendance (l'indépendance définitive du pays ne sera proclamée que le 3 février 1830), votent une constitution démocratique et forment un gouvernement. En janvier à Belfort et en février à Saumur : échecs des complots d’officiers affiliés à la charbonnerie, imitation du carbonarisme italien importé de Naples en 1820, société secrète rassemblant républicains et bonapartistes hostiles aux Bourbons ; les objectifs de la Charbonnerie sont l’indépendance nationale et la monarchie constitutionnelle ; des francs-maçons français, dont La Fayette, sont initiés. Le 24 février, Berton, général à la retraite, qui dirige les ventes (sections de 20 membres) de l'Ouest, à la tête de 150 hommes, s'empare de Thouars où il établit un gouvernement provisoire ; il échoue devant Saumur et se dirige alors vers La Rochelle (Laleu) où l’arrestation des 4 jeunes sergents charbonniers l'oblige à se cacher ; les 4 sergents de la Rochelle, condamnés pour conspiration contre la monarchie, seront exécutés en place de Grève le 21 septembre ; arrêté par un traître, Berton sera condamné à mort par la Cour royale de Poitiers et exécuté le 5 octobre. 17 mars, loi relative à la police des journaux et écrits périodiques : il est possible de punir un journal pour son "esprit" ; il faut une autorisation préalable pour diffuser un journal. En avril, Ile de Chio : les Turcs massacrent les Grecs insurgés, 30 000 tués, >40 000 réduits en esclavage. 3 mai, à Lyon, Pauline Jaricot fonde l’Oeuvre de la Propagation de la Foi. 18 mai, des soldats et une foule nombreuse demandent au régent Agustín de Iturbide de se proclamer empereur du Mexique sous le nom d'Augustin Ier ; il y consent et, le lendemain, par 67 voix contre 15 le Congrès mexicain entérine ce choix. 24 mai, Bataille de Pichincha opposant l'Espagne à la Grande Colombie et à la province Libre de Guayaquil : le 25 mai, les forces espagnoles capitulent. 31 juin, échec de la conspiration de Denmark Vesey, un noir libre, qui a prévu d'incendier Charleston (Caroline du Sud) puis les six plus grandes villes de l'État afin de provoquer un soulèvement général des esclaves de la région ; trahi, Vesey et les cinq principaux conspirateurs sont pendus le 2 juillet. 21 juillet, couronnement de l'empereur Augustin (Agustin) Ier du Mexique. 7 septembre, à Sao Paulo, Dom Pedro, fils du roi du Portugal Jean (Joao) VI, proclame l’indépendance du Brésil (fête nationale). 14 septembre, un peu avant midi, dans la bibliothèque de l’Institut de France, Jean-François Champollion déclare, triomphant, à son frère : « Je tiens l’affaire ! » : l’affaire c’est le déchiffrement des hiéroglyphes de la pierre de Rosette (on raconte que le savant s’est évanoui d’épuisement) ; le 27, Champollion expose devant l'Académie des inscriptions et belles-lettres son travail de déchiffrement de l'écriture hiéroglyphique. 21 septembre, à Paris, les 4 sergents de la Rochelle (Bories, Goubin, Pommier et Raoulx), condamnés à mort le 5, sont guillotinés en place de Grève pour conspiration : le complot a été dévoilé le 17 février dans un train conduisant un régiment de Paris à La Rochelle. 12 octobre, à Rio de Janeiro, Dom Pedro, fils du roi du Portugal Jean VI, est proclamé empereur du Brésil sous le nom de Pedro Ier et jure fidélité à la Constitution ; il sera sacré le 1er décembre. 20 octobre au 14 décembre, Congrès de Vérone décidant que la France (représentée par l'écrivain Chateaubriand) interviendra dans la lutte des libéraux espagnols ; la question de la guerre d'indépendance grecque y est aussi soulevée. 2 décembre, fondation de la Société des missions évangéliques de Paris (protestante). Charles Fourier : Traité de l’association domestique agricole (réimprimé en 1841 sous le titre de Théorie de l’unité universelle).

1823. 19 mars, Augustin Ier Iturbide abdique et accepte de quitter le Mexique sans combat en échange d'une pension. 5 avril, Bataille d'Ochomogo au Costa Rica : les partisans de l'adhésion du pays à la fédération d'Amérique centrale vainquent les impérialistes qui souhaitaient son intégration à l'Empire mexicain. 7 avril, Expédition d'Espagne menée par la France : elle rétablit l'ancien roi, Ferdinand VII d'Espagne sur le trône espagnol (lors du congrès de Vérone, le 22 janvier, un traité secret, donnant à la France le pouvoir d'envahir l'Espagne afin de rétablir l'ancien monarque absolu, a été signé). 22 avril, l'Anglais Robert John Tyers met au point des patins à 5 roues en ligne qui ont la particularité de ne pas être toutes en contact simultanément avec le sol ; il nomme ses patins "Volito" du latin "je voltige". En mai, l’Irlandais O’Connell fonde Catholic Association. En juillet, Traité d’Erzurum mettant fin à la guerre entre la Perse et l’Empire ottoman. Champollion : Précis du système hiéroglyphique des anciens Egyptiens. 20 août, mort de Pie VII. 31 août, Bataille du Trocadero en Espagne : les troupes françaises s'emparent du Fort. En septembre, le choléra atteint la ville russe d'Astrakan. 8 septembre, Traité de Moultrie Creek entre les Etats-Unis et les chefs Séminoles. 10 septembre, ouverture à la navigation du Canal Champlain reliant la rivière Hudson au lac Champlain (100 kilomètres). 21 septembre, le prophète Moroni apparaît à Joseph Smith.


Notes
1 L’émeraude, pierre mystérieuse, régénératrice, considérée comme le plus puissant talisman car elle serait issue des enfers dont elle connaît les secrets (ou tombée du front de Lucifer durant sa chute), et dans laquelle les anges auraient taillé le Graal qui recueillit le sang du Christ, est appelée "la pierre du Pape". Chez les Egyptiens et Etrusques, elle était la pierre de la clairvoyance, de la fertilité et de l’immortalité ; à Rome, elle était l’attribut de Vénus.
2 Depuis le XIVe siècle, des pèlerins sont adoubés dans l’Eglise du Saint-Sépulcre par d’anciens chevaliers vivant auprès des Franciscains (les premières chroniques mentionnant des adoubements au Saint Sépulcre datent de 1336). L’Ordre du Saint-Sépulcre est issu du "Chapitre du Saint-Sépulcre pour protéger le tombeau du Christ et organiser la vie spirituelle en assistant le patriarche" mis en place par Godefroy de Bouillon après la prise de Jérusalem. Le chapitre est composé de vingt chanoines séculiers qui vivent en communauté. En adoptant la règle de saint Augustin en 1114, le chapitre devient ordre régulier sous le nom d'ordre du Saint-Sépulcre avec la reconnaissance du pape Pascal II. Sous la Restauration, un ordre français concurrent, la pieuse confrérie royale du Saint sépulcre (fondée en 1325), est supprimé par Louis XVIII poussé par Chateaubriand qui déclare avoir été adoubé par le véritable ordre en 1806. En 1928, cependant, les chevaliers français obtiennent la garde des reliques de la Passion à Notre-Dame de Paris durant le carême ; en 1932, ils se constituent en lieutenance.
3 Conseiller de l’Université, Emery, désigné pour faire partie des commissions ecclésiastiques de 1809 et 1811, eut le courage de s’opposer aux prétentions de l’Empereur en matière canonique. On lui doit L’Esprit de Leibniz (1772), L’Esprit de sainte Thérèse (1775), Le Christianisme de F. Bacon (1799) et les Pensées de Descartes sur la religion morale (1811).
4 Joseph de Maistre, né à Chambéry en 1753, fit des études de droit à Turin et fut membre du Sénat de Savoie (1774). On le retrouva ministre de Sardaigne à Saint-Pétersbourg où il se lia avec Alexandre Ier. II y composa ses grands ouvrages, dont Essai sur le principe générateur des constitutions politiques (1810), Examen de la philosophie de Bacon (1836). Il fut, avec Bonald, l’adversaire le plus passionné de la Révolution française et du XVIIIe siècle. À la raison chère aux philosophes et aux idéologues, il oppose le sens commun, la foi, l’intuition de la conscience intellectuelle. Sa philosophie de l’histoire, fondée sur la volonté divine, la Providence, se rapproche de celle de Bossuet.
5 L'Histoire des Papes et des Saints, n°4, juillet 2009
6 Selon Damas-Hinard, "le pape Pie VII proposait à l’empereur de canoniser un Bonaventure Bonaparte, mort obscurément dans un cloître". En fait, on transforma pour la cause saint Néopolis ou Néopole, compagnon de st Saturnin et martyr à Alexandrie, en "Napoléon". L'empereur décida d'en faire son saint patron, saint Napoléon : après Waterloo, la fête fixée au 15 août revint à sa date primitive, le 2 mai. Il apparaît plutôt que "Napoléon" provient du surnom donné à St Nicolas : en effet, ce dernier étant représenté portant le scapulaire des archevêques, l’anabolium, est surnommé "il Anabolione" ou "Nabulione", déformé en "Napoleone" ; la mère de Napoléon Bonaparte l'appelait d'ailleurs "Nabulione" (http://www.histoire-de-france-et-d-ailleurs.com/articles/personnalites/Napoleon1.htm).
7 Des experts pensent que Napoléon Ier est mort empoisonné à petit feu par de l’arsenic dont la présence a été détecté dans ses cheveux. La plupart des spécialistes pensent qu'il est probablement mort d’un cancer de l’estomac (comme son père). Pour les partisans de l’empoisonnement, il a été la victime des Anglais ou du général de Montholon. Les mobiles de Montholon auraient été : la vengeance (sa femme était la maîtresse de l’empereur et aurait même eu un enfant de lui), l’intérêt (l’empereur léguait à Montholon le tiers de sa fortune) et/ou le complot royaliste pour l’élimination définitive de Napoléon. Début janvier 2007, la revue scientifique canadienne Nature Clinical Practice Gastroenterology and Hepatology publie une étude clinico-pathologique faite par un groupe de scientifiques provenant de Suisse, des Etats-Unis et du Canada, qui, à partir de cheveux de Napoléon, diagnostique un "cancer gastrique avancé ayant un stade tumoral T3N1M0, avec envahissement des ganglions lymphatiques déclenché par une infection chronique avec la bactérie Helicobacter pylori, et affirme que du point de vue clinique et morphologique, l’hypothèse d’une empoisonnement à l’arsenic doit être écartée". Après la mort de l’empereur déchu, son médecin personnel Francesco Antommarchi avait déjà constaté une tumeur maligne lors de l’autopsie.
8 http://www.linternaute.com/histoire/jour/evenement/20/6/1/a/53435/le_coup_de_bourse_de_nathan_rothschild.shtml
9 http://www.champagnat.org/e_maristas/Cuadernos/24_FR.pdf
10 http://www.scplf-reaa.org/Historique/18021821RetourenFranceduREAA.aspx
11 http://luquet-archives.univ-paris1.fr/fichiers_luquet/luquet/histoire/1/839/839.pdf

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
23/08/2017
ACCES AU SITE