Silvère ou Sylvère

Silvère (Sylvère, Silverius), né à Frosinone en Campanie, fils du pape Hormisdas, est marié et sous-diacre.
Pontificat du 1er juin 536 (intronisé le 8) au 11 novembre 537.
Il ordonne dix-neuf évêques, treize prêtres et cinq diacres pour divers lieux.
Silvère, qui s'oppose à la réhabilitation d'Anthimus (patriarche de Constantinople convaincu d'hérésie monophysite et déposé par Agapet Ier), s'attire la haine de l'impératrice Théodora (femme de Justinien) dont les convictions monophysites sont notoires. Elle fait déposer et exiler Silvère ; elle fait nommer un nouveau pape, Vigile.
D'après le Liber Pontificalis 1, le pape Silvère fut exilé à Palmarola 4 où il mourut quelques mois plus tard.

"On rapporte qu'il écrivait de là en ces termes à l'évêque Amator : Je vis d'un pain de tribulation et d'une eau d'angoisse ; et cependant, je n'ai point abandonné, je n'abandonne point ma charge. Bientôt, en effet, usé de chagrins et de souffrances, il s'endormit dans le Seigneur le douze des calendes de juillet (20 juin 538, ndlr). Son corps, porté à Rome et déposé dans la basilique Vaticane, a été illustré par de nombreux miracles". 2

"Elu peu avant la prise de Rome par l'armée byzantine de Bélisaire, il réussit à empêcher l'effusion de sang. Mais, comme il défend la vraie foi face aux Byzantins qui sont alors monophysites pour la plupart, il est accusé de haute trahison pour avoir refusé de rétablir le patriarche hérétique de Constantinople. L'impératrice Théodora le condamne à l'exil dans un îlot devant Naples, en Italie méridionale. Pour rétablir la paix, il préfère abdiquer (537), et meurt quelques mois plus tard". 3

Saint Silvère, considéré comme martyr, est fêté le 20 juin et le 2 décembre. La première mention de son nom dans la liste des saints remonte au XIe siècle.

Une légende des îles Ponza raconte que des pêcheurs, pris dans une tempête au large de Palmarola 4, implorèrent l'aide de Silvère et que celui-ci leur apparut et les guida vers Palmarola où ils accostèrent sains et saufs.


536. 8 juin, début du pontificat de Silvère, installé par Théodat, le roi des Goths, sans la participation du clergé et du peuple. Childebert Ier et Clotaire Ier prennent la Provence aux Ostrogoths. Thibert Ier, roi d'Austrasie, ravage l'Italie. En novembre, prise de Naples par le général byzantin Bélisaire après 20 jours de siège ; les Ostrogoths déposent leur roi Théodat et élisent le général Vitigès pour le remplacer. 9 décembre, au nom de l’empereur Justinien, Bélisaire prend Rome aux Ostrogoths : le roi ostrogoth Vitigès (Witiges) tentera de reprendre la ville en l’assiégeant (finalement, affamé, il lèvera le siège en mars 538 ; Il se maintiendra à Ravenne et fera alliance avec les Perses ; mais sera vaincu par Bélisaire en 540) ; on accuse le pape Silvère d'avoir écrit à Witiges pour trahir Rome ; on affirme même qu'il lui a proposé de laisser ouverte une des portes de la ville pour que les Goths puissent entrer.

537. 29 mars, accusé de correspondance félonne avec le goth Vitigès, Silvère est déposé par Bélisaire et dégradé au rang de simple moine ; Bélisaire, sur ordre de l’impératrice Théodora, ordonne l'élection d'un nouveau pape : Vigile ; Silvère est exilé à Patare, mais, soutenu par l'évêque de Patare, il se rend à Constantinople pour voir l'empereur : Justinien Ier lui rend raison et le renvoie à Rome. 11 novembre, Silvère est expédié dans l’île déserte de Palmarola 4 (archipel des îles Pontines dans le golfe de Gaète) où il meurt de faim le 20 juin 538 (selon le Liber pontificalis, il a été enterré sur l'île ; des croyants ont prié sur son tombeau et ses restes n'ont jamais été exhumés).


Notes
1 Le Livre des papes, écrit par divers clercs du haut Moyen Âge, est une suite de notices biographiques des différents évêques de Rome, dans l’ordre chronologique, des origines jusqu’à la fin du IXe siècle.
2 L'Année Liturgique, Dom Guéranger, 1841 à 1866, Abbaye Saint Benoît de Port-Valais
3 http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1357/Saint-Silvere.html
4 Selon le Liber Pontificalis, Silvère n'a été exilé à Palmaria, mais plutôt à l'île de Palmarola, une île beaucoup plus petite et plus désolé près de Ponza, dans la baie de Naples.

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour :
02/03/2017
ACCES AU SITE