Sixte III

Sixte (ou Xyste) naît à Rome.
Alors qu'il est prêtre, Augustin lui écrit une lettre en 418.
Sixte est élu le 31 juillet 432.
Sixte III lutte contre les nestoriens.
Il travaille avec Cyrille d'Alexandrie à la réunion des Eglises de l’Orient détachées de Rome.
Il préserve les droits du Saint-Siège sur l’Illyrie.
Il meurt le 19 août 440.

"Il fut un ardent défenseur du concile d'Ephèse qui avait reconnu à la Vierge Marie le titre de "Mère de Dieu", à l'opposé de l'hérésie de Pélage qui ne voyait en elle que la mère du Christ, et affirmait que, dans le Christ, les deux natures humaine et divine devaient être complètement séparées. Il fit rebâtir la basilique de Sainte-Marie Majeure à Rome, l'embellissant de mosaïques remarquable. Il accomplit également une oeuvre d'apaisement entre l'Eglise de Rome et les Eglises d'Orient, en particulier également apaisa les dissensions entre le patriarcat d’Antioche et celui d’Alexandrie." 2

"Nous connaissons sa correspondance avec saint Augustin qui l’invite à une grande vigilance contre les pélagiens. Il est solidaire des Eglises d’Orient dont certains évêques remettent en cause le concile d’Ephèse. Toujours soucieux de paix, d’union et réconciliation, il évite les positions tranchées lorsque l’archevêque de Constantinople veut établir sa juridiction sur des diocèses jusqu’alors sous la juridiction de Rome, en particulier en Illyrie (actuelle Slovénie). Dans la ville de Rome elle-même, il restaurera ce que les invasions barbares avaient détruit ou endommagé : Sainte Marie-Majeure, Saint Laurent hors les Murs, Saint Paul hors les Murs, etc." 1

Saint Sixte III est fêté le 19 août.
Le Sixte mentionné dans le canon de la messe est Sixte II martyrisé en 258.
Quatre autres papes portent le nom de Sixte : Sixte Ier (116-125), Sixte II (257-258), Sixte IV (1471-1484) et Sixte V (1585-1590).

Autre Sixte : selon la légende, Sixte de Reims, né à Rome, a été nommé archevêque de Reims (57 à 67) par Pierre en personne ; en réalité, il fut le 1er évêque de Reims et de Soissons de 250 à 290 ; il est fêté le 1er septembre.

Des localités de France se nomment "Saint-Sixte" sans qu'on sache à quel saint elles se sont vouées ; on peut légitimement avancer qu'elles sont dédiées à Sixte II qui est, de tous, le plus vénéré : Saint-Sixte (Loire), Saint-Sixte (Lot-et-Garonne), Saint-Sixte-le-Lac (Isère) et Saint-Sixt (Haute-Savoie).


432. 31 juillet, élection du pape. Sixte III approuve les décisions du Concile d'Ephèse (431). Rugas, le puissant roi des Huns, obtient un tribut annuel considérable de la part de Rome.

433. Pierre Chrysologue ("Parole d’or" car grand prédicateur) est nommé évêque de Ravenne par le pape.

Vers 434. Attila et Bléda, neveux de Rugas, lui succèdent.

434. Dans l’Eglise Sainte-Marie-Majeure qu'il dédicace à la Vierge Marie saluée comme Mère de Dieu par le Concile d’Éphèse, le pape fait reproduire la grotte de Bethléem (on y vénère la mangeoire qui aurait servi de berceau à Jésus). Sous le pseudonyme de "Peregrinus", le moine Vincent de Lérins rédige un Commonitorium où il énonce les critères qui permettent de savoir si une doctrine est orthodoxe ou hérétique ; Vincent met en exergue trois critères : l’universalité, l’antiquité et l’unanimité; pour contrebalancer ce qu’ont de rigide ces trois repères, Vincent ajoute qu’il existe un progrès dans les sciences théologiques, mais toujours « selon leur nature particulière, c’est-à-dire dans le même dogme, dans le même sens, et dans la même pensée » 3.

435. Le concile d’Antioche lit et approuve un ouvrage de Proclus contre Théodore de Mopsueste.

435-437. Aetius combat les Bagaudes.

436. Siège de Narbonne par les Wisigoths.

437. Le général romain Litorius, avec l'aide des Huns, libère Narbonne au début de l'année, puis est envoyé par Aetius contre les Bagaudes qui sont vaincus et leurs chefs (dont Tibatto) capturés et exécutés. En automne, les Burgondes sont battus à Worms par les Huns mercenaires de l'Empire romain ; le royaume burgonde du Rhin est anéanti. 29 octobre, à Constantinople, Valentinien III épouse Licinia Eudoxia dite Eudoxie la Jeune, la fille de Théodose II, l'empereur d'Orient.

438. 15 février, publication du code théodosien en Orient, qui rassemble toutes les lois impériales décrétées depuis Constantin Ier le Grand. Valentinien III interdit les combats de gladiateurs. Au printemps, début du premier pèlerinage de l'impératrice Eudocie (ou Eudoxie) à Jérusalem. En octobre, massacre de Juifs assemblés à Jérusalem pour la fête des Cabanes : 18 moines, dirigés par le syrien Barsauma, sont arrêtés sur ordre de l'impératrice Eudocie, qui fait appel aux troupes du gouverneur de Césarée pour rétablir l'ordre : mais devant l'hostilité de la foule chrétienne, elle n'ose sévir et fait relâcher les moines emprisonnés. A la fin de l'année, Litorius, avec l'aide des Huns, assiège Toulouse, capitale des Wisigoths de Théodoric Ier ; mais Litorius tombera entre les mains de l'ennemi, et l'armée romaine restée sans chef perdra la bataille devant la ville ; l'empereur reconnaîtra l'indépendance des Wisigoths.

439. 31 janvier, loi de Théodose II contre les Juifs et les Samaritains leur défendant d'exercer aucune charge publique, même celle de geôlier, de bâtir aucune nouvelle synagogue ; la même loi interdit les sacrifices païens sous peine de mort et renouvelle la condamnation des hérésies. 15 mai, consécration de la basilique Saint-Étienne de Jérusalem par Cyrille d'Alexandrie. 6 août, Licinia Eudoxia (Eudocie) devient Augusta. A Jérusalem, pèlerinage de l’impératrice Eudocie (plus tard, victime d’une fausse accusation d’adultère, elle reviendra s’y installer pour vivre dans l’ascèse et la méditation) ; Cyrille préside les cérémonies.19 octobre, Genséric, roi des Vandales, passé d’Espagne en Mauritanie en mai 429, prend Carthage aux Romains ; Genséric installe aussitôt une église arienne dans Carthage (les Vandales persécutent les catholiques) et impose la langue vandale comme langue officielle ; peu après, il investit la Corse, la Sardaigne (456), les Baléares et la Sicile (440) ; le ravitaillement de Rome est en péril ; Valentinien III fait restaurer les murailles de Naples et de Rome et promet sa fille en mariage au fils de Genséric ; les Vandales exproprient les grands domaines autour de Carthage et exilent leurs propriétaires en Maurétanie. 29 novembre, Concile de Riez présidé par Hilaire évêque d’Arles (+ 449) et auquel souscrit Valérien l'évêque de Cimiez : il réunit 13 évêques dont Arcadius de Vence ; il annule l'ordination d'Armentaire, évêque d'Embrun.

440. 17 février, mort de Mesrop, moine puis évêque de l'Eglise apostolique arménienne et fondateur de nombreuses écoles monastique, qui constitua l'alphabet arménien afin de fixer les textes religieux et de propager la lecture de la Bible. 19 août, mort de Sixte III.


Notes
1 http://infocatho.cef.fr/fichiers_html/martyrologe/martyrsmensuel/stbx03mar.html/stbx03mar28.html
2 http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1699/Saint-Sixte-III.html
3 http://www.patristique.org/Vincent-de-Lerins-Commonitorium

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 17/06/2018

ACCES AU SITE