Théodore Ier, pape

Théodore, Grec né à Jérusalem, est le fils d’un évêque.
Pontificat du 24 novembre 642 au 13 mai 649.
Doux, charitable et zélé, Théodore est le premier pape à porter le titre de "Pontife" et de "Patriarche d’Occident".
Venant de Constantinople, il apporte à Rome la fête de la Dormition de Marie qui prendra, vers 770, le nom d’Assomption.
Il combat le monothélisme des patriarches Pyrrhus et Paul de Constantinople qui concilie nestorianisme et monophysisme, en indiquant qu’il n’y a qu’une énergie dans les 2 personnes divines. Maxime le Confesseur, théologien grec, venu en Occident à la suite des invasions musulmanes, apaise les inquiétudes soulevées à Constantinople par la lettre synodique du pape, en expliquant que les Latins "n’ont pas fait du Fils la cause de l’Esprit ; ils savent, en effet, que le Père est la cause unique du Fils et de l’Esprit, de l’un par génération et de l’autre par l’ekporèse, mais ils ont montré sa manifestation et souligné ainsi l’unité et l’identité de l’essence".


642. 24 novembre, début du pontificat de Théodore. 22 décembre, les Arabes prennent Alexandrie après un siège de 14 mois [incendie (?) de la bibliothèque]. Amr ibn el-As rétablit le patriarche copte benjamin réfugié en Haute Egypte.

643. Les Arabes dirigés par Omar atteignent la Tripolitaine (esclavage des femmes et des enfants au profit de l’armée musulmane).

644. Le troisième calife Othman ibn Affan (ou Uthmân ou Osman) succède à Omar (poignardé le 4 novembre par Abou Louloua Firouz, esclave chrétien converti à l’islam).

646. Grat, évêque de Chalon sur Saône, organise un concile (surtout consacrés à la discipline ecclésiastique) dans sa ville épiscopale. L’exarque de Carthage, Grégoire, adversaire de la doctrine monothélite, se révolte contre l’empereur Constant II. Perse, les musulmans persécutant ceux qui ne se convertissent pas à leur foi ; les manichéens s'enfuient vers l’Inde.

647. Osman conquiert la Berbérie ; les Arabes se lancent à la conquête de l’Afrique du Nord, et trouvent un accueil favorable dans les populations urbaines et côtières, dont beaucoup se convertirent ; à l’est, dans les Aurès, ils doivent s’opposer à la résistance de deux chefs berbères, Kusayla et la Kahina, surnom de la Reine des Aurès signifiant la Prophétesse ; Al-Kahina règne sur plusieurs tribus de Berbères de l’Aurès, dont la sienne propre, celle des Djarawa, de 685 environ à 704 ou 705 ; les Berbères, habitants des lieux, groupe homogène du point de vue ethnique sont profondément divisés selon qu’ils sont nomades ou sédentaires, agriculteurs ou citadins commerçants, chrétiens ou juifs ; la Kahina parvient à refaire l’unité berbère autour de sa personne et de sa tribu et constitue un royaume au Maghreb ; les Arabes reçoivent des renforts (702) et reprennent l’offensive ; selon la tradition, à la veille de la bataille de Tabarqa qu’elle sait décisive, la Kahina, plaçant l’intérêt de la famille avant celui de la tribu, intime l’ordre à ses deux fils de rejoindre les rangs des Arabes ; y reçoivent-ils un commandement et poursuivent-ils la guerre contre les Berbères ? : certaines sources le prétendent ; la Kahina, vaincue, est décapitée au lieu dit depuis Bir al-Kahina « le puits de la Kahina » ; les Berbères se soumettent et se convertissent massivement à l’islam.

648. Un concile tenu à Rome dépose Paul, patriarche de Constantinople, qui n’a tenu aucun compte des avertissements de Théodore qui lui a écrit pour lui reprocher de favoriser le monothélisme ; en réponse à cette condamnation, Paul interdit les légats du pape de leurs fonctions et persécute les évêques partisans de Théodore.


Sources

Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 03/03/2017

ACCES AU SITE