Ursin ou Ursicin, antipape

Le 24 septembre 366, à la mort de Libère éclatent de violents désordres : les fidèles du défunt pape, réunis dans la basilique Julienne, qui reprochent à Damase de s'être rallié un certain temps, sous le pontificat précédent, à l'antipape Félix II, élisent le diacre Ursin (Ursinus) ou Ursicin (Ursicinus) et le font sacrer par Paul, l'évêque de Tivoli (Tibur).
Les autres, partisans du défunt antipape Félix II, choisissent Damase et soudoient une bande de voyous qui prend d’assaut la basilique Julienne où, pendant trois jours, on massacre des ursiniens.
Le 1er octobre, après que ses partisans se sont emparés de la basilique du Latran, Damase est sacré ; avec l’appui du préfet de la ville, Prétextat, il fait chasser Ursin et ses fidèles de Rome d’où les derniers disparaîtront lors de la prise de la basilique libérienne, le 26 octobre. Ursin doit prendre le chemin de l'exil le 15 novembre, et se réfugie à Cologne ; puis, l'empereur Valentinien ayant permis aux bannis de revenir, il rentre à Rome le 15 septembre 367, acclamé par ses partisans. Le 16 novembre, il est à nouveau banni par le Préfet Prétextat et relégué en Gaule, avec sept des siens, par ordre de l'empereur.

En 371, les empereurs Valentinien, Valens et Gratien permettent à Ursin et ses amis de rentrer d'exil de Gaule.

Le concile de Rome de 378 condamne Ursin et déclare Damase "pape légitime."

Le 5 septembre 381, lors du concile régional d'Aquilée, Ursin est déclaré "usurpateur". Ursin part à Milan où il rejoint le courant arianiste, qui lui promet son soutien ; mais Ambroise, évêque de Milan, après en avoir informé l'empereur Gratien, bannit Ursin d'Italie et le fait enfermer à Cologne.

A la mort de Damase (11 décembre 384), Ursin s'oppose à l'élection du pape Sirice.


Sources

Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 26/04/2018

ACCES AU SITE