THEONYMES GAULOIS ET CELTES

A B C D E F G H I J K L M N O P R S T U V W

Le panthéon gaulois

Il est impossible de discerner chez les Celtes un ensemble mythologique cohérent qui leur soit commun. Entre les divinités de la Gaule et celles de l’Ile de Bretagne et d’Irlande, il n’existe que des similitudes, souvent ambiguës.
Le panthéon gaulois compte près de 500 dieux, dont certains ne sont attestés qu'en un lieu unique.
Les gallo-romains durent intégrer leurs dieux ancestraux au panthéon romain dans lequel ces derniers n’occupèrent plus qu’une place secondaire.
Puis, le culte de ces divinités fut remplacé progressivement, au fur et à mesure de la christianisation, par le culte de saints, plus ou moins homonymes, ayant des aspects et des caractères similaires ou voisins.


Liste des divinités

A

ABELIO, Abellio, Abello
Dieu des pommiers. Vallée de la Garonne.

ABIANUS
Assimilé à Mercure. Vaucluse, Hérault, Bouches du Rhône.

ABNOBA
Assimilée à Diane. Déesse de la chasse, des forêts et des rivières, protectrice de la Forêt Noire.

ACEIO
Hautes Pyrénées, Haute Garonne.

ADIDO
Nom de divinité apparaissant sur un fronton utilisé en réemploi au dessus de la porte méridionale de l'église Notre-Dame du Puy-en-Velay. Christianisé au VIIème siècle sur son autre face avec l'inscription : "SCUTARI PAPA VIVE DEO" (Scutaire, pasteur vivez en Dieu). C'est le décrochage accidentel de cette pierre qui révéla la face originelle, qui portait une dédicace à une divinité païenne et à Auguste. L'étymologie et la fonction de cette divinité, nous sont malheureusement inconnues.

ADSMERIUS
Dans la Vienne. Assimilé à Mercure.

ADSULLATA
Déesse des rivières

AED
Dieu des enfers (Irlande)

AGRONA
Déesse des massacres.

AIMEND
Déesse du soleil. Irlande.

AINE
Déesse de l'amour et de la fertilité. Irlande.

ALAUDA, ALAUNA
Dieu à l'alouette, compagnon de Lug. Les Alauduni portent son nom. Les Gaulois considéraient l’alouette, oiseau sacré, comme la messagère des dieux. Voir Légion des Alouettes.

ALAUNUS, ALANNUS, ALOUNIS
Assimilé à Mercure. Région de Mannheim et de Salzburg.

ALBARINUS
Le Barroux (Vaucluse). Assimilé à Mars.

ALBIORIX
Surnom de Teutatès. Mars gallo-romain. Parfois assimilé à Apollon.

ALISANOS, ALISANUS
Dieu honoré à Alise-Sainte-Reine et à Bourges.

AMAETHON
Dieu agraire des Gallois et fils de Dôn (voir Ana).

AMALIA
Assimilée à Minerve. Côte d’Or.

AMARCOLITANUS
Assimilé à Apollon. Monthelon (Haute Marne)

AMBISAGRUS
Dieu gaulois assimilé à Jupiter

ANA, Anna, Anu, Dana, Danann, Danu, Dôn
Di Ana, la grande déesse, mère des dieux, est la protectrice des vivants, des morts et des lieux humides. Son culte, très vivace dans l'ouest, s'est retrouvé dans le culte chrétien de Sainte-Anne. Voir Grande Déesse.

ANCAMNA
Déesse de l'eau

ANDARTA, Andrasta, Andrastê, Andatê.
Déesse de la guerre et de la fertilité. On lui offrait des sacrifices humains sur des autels de la Victoire. Vénérée chez les Bretons (Les Iceni de Boudicca immolèrent cruellement des femmes captives en l’honneur de la déesse) et, en Gaule, chez les Voconces, dans le Dauphiné (Drôme) et en Lozère.

ANEXTIOMARUS
Apollon gallo-romain. Sarthe.

ANKOU
L'ouvrier de la Mort chez les Bretons armoricains.

APOLLON
Qualifié d'"atepo-marus" (à la grande protection). Souvent représenté accompagné de sa parèdre gauloise Sirona ou d'autres parèdres, comme Bricia ou Brixia à Luxeuil. Le culte d'Apollon apparaît chez les Leuques au début du IIe s. av. notre ère. Il est présent sur les monnaies leuques avec une lyre et portant un torque autour du cou. Les lieux de culte à Apollon auraient été souvent christianisés, en les plaçant sous le patronage de saint Paul (Pol).

ARAMO
Assimilé à Jupiter. Gard.

ARAWN
Roi de l'Anwynn (le monde souterrain). Assimilé à Pluton.

ARCECIUS
Mercure gallo-romain.

ARDUINNA
Déesse-Lune, chevauchant un sanglier, protectrice de la forêt des Ardennes et déesse de la chasse, elle a été assimilée par la suite à la Diane chasseresse romaine.

ARIANRHOD
Déesse galloise de la terre

ARIXO
Assimilé à Mars. Hautes Pyrénées, Haute Garonne.

ARNALIA
Minerve gallo-romaine.

ARNEMETIA
Déesse de l'eau. Bretagne.

ARTAIOS
Dieu des Ours (ours : arth).

ARTAIUS
Mercure gallo-romain. Isère.

ARTIO, ARTO
Déesse de la région de Berne qui a l’ours comme emblème (ours : arth).

ARVERNORIX
Assimilé à Mercure. Allemagne.

ARVERNOS, ARVERNUS
Mercure gallo-romain vénéré par les Arvernes. Puy-de-Dôme.

ATEPOMARUS, Atépomoros.
Assimilé à Apollon ou à Mercure. Vénéré chez les Bituriges, dans l’Ille et Vilaine et dans le Lyonnais [Atépomoros, le Grand Cavalier, fonda la ville de Lyon appelée Lugdunum, car, sur la colline (dunum), des corbeaux (lugos) recouvrirent les arbres quand les fondations commencèrent].

ATESMERIUS
Mercure gallo-romain. Seine et Marne.

ATESMERTIUS
Assimilé à Apollon. Sarthe.

ATHENA
Les Insubres abritent leurs enseignes de guerre dans un temple dédié à Athéna.

AVETA
Déesse de la naissance. Gallois. Trévires.


B

BACCHUS
Dieu du vin, il fait l'objet d'un culte après la conquête romaine.

BADB (la)
Déesse irlandaise de la guerre

BAGINATIS
Jupiter gallo-romain. Isère (Morestel)

BASSOLEDULITANUS
Assimilé à Apollon. Cher.

BELADO
Assimilé à Mars. Bouches du Rhône, Drôme, Alpes de Haute Provence.

BELATOS
Dieu tutélaire de Belan (21).

BELATUCADROS
(Cadros : beau). Mars gallo-romain. Bretagne.

BELENOS, Belenus, Belen, Bel.
"Le brillant". Dieu-solaire, puissant, représentant la force et la beauté de l'homme jeune, il est le dieu de la médecine. Assimilé à Apollon. Il envoie un corbeau, son emblème, pour protéger la Déesse-mère en difficulté... Beltaine ou Beltène (Feu de Bel) est célébrée le 1er mai, en allumant de grands feux de joie. Les lieux de culte à Belenos auraient été souvent christianisés, en les plaçant sous le patronage de saint Michel. Beaune (21) tire son nom de Belenos. Voir Grannos.

BELISAMA, Bélésamis
"La toute brillante". Déesse, sœur ou compagne de Belenos, elle est par endroits la grande déesse reine, assimilée par la suite à Minerve. Elle préside au tissage et aux sources thermales. Elle est aussi une guerrière ou une chasseresse car elle porte des armes. Honorée à Vaison-la-Romaine (84). Voir Brigantia

BELODUNNUS
Mars gallo-romain.

BERECYNTHIA
Voir Brigantia

BIANNA
Voir Vienna

BILE
Dieu irlandais de la mort.

BOLVINNUS
Mars gallo-romain. Nièvre.

BORMO, BORMIO, BORVO
Dieu des sources bouillonnantes et des eaux chaudes. Dieu des sources à Bourbon-Lancy, Bourbonne-les-Bains, La Bourboule, Entrains-sur-Nohain, Bormes-les-Mimosas, il est assimilé à Apollon, sauf à Aquae Calidis (Vichy) où il est assimilé à Mars.

BOUDIGA
Assimilée à Tutela. Bordeaux.

BRES
Dieu de la fertilité et de l'agriculture. Irlande.

BRICIA, Brixia, Bricta, Brixta
Déesse des Sources, parèdre de Luxovius à Luxeuil-les-Bains.

BRIGANTIA, Brigantis, Brigindo, Brigid, Brigit, Berecynthia
"Eminence, Supériorité, Protection". Adorée par les Brigantes de Grande-Bretagne. C’est la Grande Déesse, nommée aussi Belisama. Fonctions : mère, épouse, sœur et fille des dieux. Elle correspond à la Brigit ou Brigid ("la très haute") des Irlandais (appelée aussi Boand), déesse des poètes, des forgerons et des médecins, célébrée à Imbolc. Elle a été assimilée à Minerve ; toutes deux étaient honorées par une flamme éternelle 3.

BRISO
Déesse gauloise des songes

BRITOVIUS
Mars gallo-romain. Gard.

BRUATUS
Assimilé à Mars. Alpes de Haute Provence.

BUCIO
Assimilé à Mercure. Représenté avec un bouc.

BUDENICUS
Assimilé à Mars. Gard.

BUSSUMARUS
Dieu gaulois assimilé à Jupiter

BUXENUS
Mars gallo-romain. Vaucluse.


C

CABETIUS
Mars gallo-romain.

CACUS
Assimilé à Jupiter. Hautes Alpes.

CAMULUS, Camulos, Camaill
"Le Puissant". Mars gallo-romain. Dieu celto-breton de la guerre, vénéré notamment par les Remi et les Trinovantes.

CANETONESSIS
Mercure gallo-romain.

CARANTONA
"Très aimante". Divinité de la rivière Charente (Carantona)

CARRUS
Mars gallo-romain. Alpes de Haute-Provence.

CASWALLAWN
Dieu de la guerre chez les Bretons.

CATURIX
"Roi du combat". Surnom de Teutatès. Mars gallo-romain.

CAUTH BODVA, CATHUBODUA
Déesse de la guerre chez les Gaulois et les Irlandais.

CAVALIER À L’ANGUIPÈDE
Les cavaliers à l'anguipède sont des groupes sculptés caractéristiques de l'art et de la religion de la Gaule romaine, principalement pendant la période 150-250 de notre ère. Ils sont nombreux surtout en Rhénanie et dans l'est de la France.
Ce cavalier, barbu, triomphant et brandissant un foudre de bronze, se trouve surtout au sommet de colonnes dans les pays rhénans et mosans.
Ces colonnes reposent sur une stèle à quatre dieux (généralement Mercure, Junon, Minerve et Hercule) parfois remplacée par une inscription. Au sommet figure toujours un groupe sculpté : un cavalier barbu terrasse un monstre dont les membres inférieurs se terminent en corps de serpent, ce qui explique le mot "anguipède" (aux pieds en forme de serpents).
Le cavalier représente Jupiter. L’inscription "IOM" est l’abréviation de : "Ivpiter optimvs maximvs". Le Taranis celte est associé au Jupiter romain. Le groupe symboliserait la victoire de la lumière céleste et de l’ordre sur les forces chtoniennes, les forces du mal issues de la Terre, le chaos... Le monstre anguipède est la plupart du temps un géant, quelquefois un nain. Dans la mythologie gréco-romaine, les Géants, fils de la Terre (Terrigenae Fratres), luttant contre Zeus pour la souveraineté du monde, sont appelés "Anguipedes" parce qu’ils ont des pieds en forme de serpent (ils seront exterminés par Zeus, Héraclès et Prométhée, sauf des survivants, dont Encelade, qui furent enfermés dans les profondeurs de la Terre).
Le géant anguipède, équivalent du démon Abrasax, symbolise les forces du mal issues de la Terre 2.
Le cavalier tient parfois le foudre de Taranis-Jupiter ou la roue cosmique (solaire, pour certains) à six raies dont le druide Mog Ruith (Serviteur de la Roue), avatar du Dagda, dit "que sera aveugle quiconque la verra, sourd quiconque l'entendra et mort quiconque sur qui elle tombera".
D’autres voient le cavalier à l'anguipède comme une divinité céleste libérant l'eau du ciel et de la terre représentée par le monstre dont les pieds sont des nageoires ou des couleuvres (familières des lacs et des rivières).
Il existe des cavaliers à l'anguipède à Plouaret (22), Corseul (22), Saint-Méloir des Bois (22), Briec-de-l'Odet (29), Landudal (29), Plomelin (29) et Plobannalec (29), Melle (79), Vienne-en-Val (45), Meaux (77), Brienne-la-Vieille (10), Hermes (60), Neschers (63), Egliseneuve-près-Billom (63), Brioude (43), Haguenau (67), Grandfontaine-Donon (67), Saverne (67), Wasserwald (67), Phalsbourg (57), Saint-Quirin (57), Portieux (88), Tongres et Arlon (Belgique), et en Allemagne, dans la vallée du Rhin.
Parfois le dieu n’est pas à cheval, mais se tient debout, dominant l’anguipède accroupi, comme à : Avaricum (Bourges) et Saint-Christophe-le-Chaudry (18), Saint-Marcel-Argentomagus (36).
Un relief du temple de Bêl à Palmyre (Syrie) montre le dieu (assimilé à Zeus) en lutte avec l'anguipède.

CEMENELUS
Assimilé à Mars. Alpes-Maritimes.

CERNUNNOS, KERNUNNOS, HU GADARN
C’est "le Cornu, le Bel encorné". Dieu à bois de cerfs ou cornes de bélier. Apparaît sur des autels gallo-romains célèbres comme un vieillard barbu. Il est souvent accompagné d’un serpent à tête de bélier. Sur le chaudron de Gundestrup (Danemark) il est figuré assis en tailleur, entouré d’un grand cerf, de deux taureaux, de deux lions et de deux loups ; un enfant chevauche un dauphin. C'est le dieu de tous les animaux ; il peut prendre n'importe quelle forme animale. Son nom se trouve sur une inscription gravée au-dessus de son image sur le pilier des Nautes à Lutèce (20 après J.-C.). On lit « ERNUNNOS » la première lettre étant effacée. Le mot "Cernunnos" a été choisi, en raison du sens, comme le plus logique ("cornu"). Il est le dieu de la fécondité, de l’abondance. Il est également le maître du royaume des morts. C’est le dieu principal des Carnutes. En Roumanie, il a été assimilé à Jupiter. On pense qu’il existait avant que les Celtes ne le représentent. Les lieux de culte à Cernunnos auraient été souvent christianisés, en les plaçant sous le patronage de saint Cornély ou Corneille (protecteur du bétail).


Cernunnos, Chaudron de Gundestrup, Ier s. av. J.C.,
Musée National de Copenhague

CESSIONUS, Cissionnus, Cisionnus
Mercure gallo-romain. Allemagne, Bas-Rhin, Charente-Maritime, Doubs.

CICINUS
Assimilé à Mars. Alpes-de-Haute-Provence.

CICOLLUIS
Mars gallo-romain. Mâlain (Côte d’Or), Franche-Comté.

CIMBRIANUS
Mercure gallo-romain.

CIRCIUS
Vent violent de la Narbonnaise divinisé.

CLAVARIATIS, Clavariates
Mercure gallo-romain. Aube, Meurthe et Moselle.

CLIODHNA
Déesse irlandaise de la beauté.

COBLEDULITAVIS, Cobledulitavus
Apollon gallo-romain. Dordogne.

COCIDIUS
Dieu de la chasse. Mars gallo-romain. Bretagne.

COCOSUS
Mars gallo-romain. Cher.

COMUTUS
Assimilé à Jupiter. Alpes de Haute-Provence.

CONDATIS
Dieu de la rivière. Bretagne. Mars gallo-romain.

CORONACUS
Mars gallo-romain.

COSUMIS
Assimilé à Mercure. Moselle.

COTIS
Assimilé à Apollon ou à Mercure.

COVENTINA
Déesse de l'eau et des sources en Bretagne

CREDNE, Credne Cerd
De cred (bronze) et cerd (artisan). Dieu-bronzier (Irlande).

CYHIRAETH
Déesse des cours d’eau.


D

DAGDA
Le "dieu bon" (Daga Devos). Dieu-druide (Irlande). Il est "Eochaid" (celui qui combat par l'if), "Ollathair" (le père puissant) et "Ruadh Rofessa" (le Rouge de la science idéale).

DAMONA
déesse-génisse et déesse guérisseuse des sources, elle accompagne parfois Bormo/Borvo dont elle est l'épouse : Bourbon-Lancy.

DAMORA
Déesse des sources

DEESSES-MERES
Formées en triades et appelées après la conquête romaine Matrae, Matres ou Matronae, elles sont, plus encore qu'Epona, les déesses de l'abondance, de la richesse, de la famille. Déesses des eaux, et principalement des sources et des fontaines, guérisseuses, elles ne ressemblent toutefois pas aux déesses-mères romaines. Beaucoup de fontaines consacrées aux Matrae auraient été christianisées sous le nom de Sainte Marthe ou de Sainte Marguerite, parfois, mais plus rarement, sous le nom de Sainte Madeleine ou de Sainte Brigitte. Elles ont parfois été assimilées à Minerve, plus rarement à Vénus, Junon, Diane, Cérès ou Cybèle. On les représente sous la forme de groupes de femmes portant des cornes d’abondance ou des bébés. Elles sont symbolisées par 3 cercles ou un triangle de sphères, et par l'association de cœur, de palmettes et de fleurons que l'on trouve aujourd'hui dans des sociétés ésotériques modernes. Voir Macha.

DIAMLECHT, DIANCECHT
Dieu-médecin vindicatif et belliqueux (Irlande). On le retrouve au Pays de Galles sous le nom de Mabon et en Gaule sous celui de Maponos.

DIANE
Compagne de Sylvain ou seule le plus souvent en Gaule, elle est la déesse de la chasse. En Gaule, c'est par consonance qu'elle a été approchée de Di Anna, la grande déesse-mère. La Diane du Donon (67), appelée Secate, est assimilée à la grande déesse celte Rigantona ou Rigani que l'on ne trouve nulle part ailleurs en Gaule, mais qui est présente chez les Helvètes et dans les îles.

DIEU À TROIS VISAGES
Il se rencontre surtout dans la Gaule du Nord-Est et particulièrement chez les Rèmes (il serait une divinité d’origine rémoise). Voir Lug

DINOMOGETIMAROS, DIVANOS (ou Divanno)
Ce sont des dieux jumeaux accompagnés d'un cheval. Ils correspondent aux Dioscures, Castor et Pollux, fils de Jupiter et de Léda. Ils guident le passage de la mort à la vie du Dis Pater. Les Celtes riverains de l’Atlantique ont une vénération particulière pour les Dioscures qui, selon la tradition, arrivèrent par l’Océan.

DIOSCURES
Voir Dinomogetimaros

DISPATER, Dis Pater, Ditis Pater
"Dieu-Père" de tous les hommes. Chez les Irlandais : Donn ("le Sombre"). Dieu des morts et de la nuit, le père, assimilé à Jupiter et à Pluton, il est aussi le dieu de l'eau et des fontaines. Il fera périr le monde par l’eau et le feu. Les Celtes se prétendaient tous issus de Dispater ; l’usage de compter le temps par nuits et non par jours se rattachait à cette croyance. Les lieux de culte à Dispater auraient été souvent christianisés, en les plaçant sous le patronage de saint Pierre, saint Patrice, saint Patrocle, saint Pardoux ou saint Pourçain.

DIVANOS
Voir Dinomogetimaros.

DIVONA
Déesse de sources sacrées. Principal sanctuaire des Senons à la source de la Fosse Dionne à Tornodurum (Tonnerre) dans l'Yonne.

DON
Voir Ana

DONN
"Le sombre". Dieu de la terre. Irlande. Voir Dispater.

DUMIAS
Mercure gallo-romain. Puy-de-Dôme.

DUMIATIS
Mars gallo-romain. Sur le Puy de Dôme.

DUNATIS
Assimilé à Mars. Nièvre, Ain.


E

EDAIN
Déesse des cavaliers et des chevaux.

EPADATEXTORIX
Allier (Néris-les-Bains). Peut-être assimilé à Apollon.

EPONA
Son nom vient d'"epos" (cheval, en gaulois). Déesse gauloise cavalière, protectrice des cavaliers, des chevaux et des voyageurs, elle a été confondue avec Rhiannon (Rigantona). D’abord représentée par une jument accompagnée de son poulain, elle apparaît ensuite, chevauchant une jument et portant parfois une corne d'abondance ou une corbeille de fruits ; elle est quelquefois accompagnée d’une petite fille. Vierge, comme Cérès, elle assure également la prospérité agricole. Elle n'a jamais eu d'équivalent dans le panthéon gallo-romain, ce qui explique que son culte a prospéré plus de trois siècles après la conquête romaine. C’est la seule divinité gauloise à laquelle les Romains consacrèrent une fête. Epona était particulièrement vénérée par les cavaliers gaulois de l’armée romaine.
La Grande Jument blanche serait la monture de la déesse gauloise psychopompe Epona. Henri Dontenville a relevé que plusieurs dieux celtes sont accompagnés "d'un cheval blanc ou d'une blanche jument" qui parcourent toujours la direction est-ouest, font jaillir des sources sur leur passage, et amènent le soleil. Ce motif symbolique est mis en exergue par Jacques Duchaussoy : la direction que prend cette jument en courant en fait un animal solaire 1. Dans ses plus anciennes versions, la Grande Jument est chevauchée par un géant anguipède, équivalent du démon Abrasax, qui symbolise les forces du mal issues de la Terre 2.
Voir Gargan

ERIU
Déesse-mère de l'Irlande

ESCULAPE
Dieu guérisseur, associé aux fontaines et aux sources, il est romain et a été amené en Gaule dès le Ier siècle de notre ère par les légions. Il est représenté sous les traits d'un homme mûr, voire vieux, à demi-drapé d'un manteau à la grecque qui lui laisse un bras et le torse nus. Présent à Evaux-les-Bains (23), Martres-Tolosanes (31), Seurre (avec sa fille Hygie) et Santenay (au mont de Sène où il est associé à Mercure) en Côte d'Or, Aix, Avignon, Reims, Vichy, Arles, Vienne, Aoste, Hambach en Allemagne... A Riez (04), le culte d'Esculape a remplacé celui d'Apollon.

ESUS, Hésus
"Le maître ou le Meilleur". Dieu barbu ou non, représenté en élagueur, serpe ou hache à la main, au pied d’un arbre (saule?), parfois accompagné d’un taureau. Dès la fin du néolithique, la hache est l’emblème des divinités fécondatrices ; la présence du taureau renforce cette idée. Dieu de la guerre et de la mort violente, mais aussi de la fécondité et des récoltes, destructeur et coléreux, Esus est souvent assimilé au Mars romain ou à Janus. Son attribut est le gui du chêne. Lucain témoigne qu’on l’apaisait en déchirant des victimes suspendues à des arbres ; il écrit : « Hésus, qui inspire la terreur par ses autels sauvages, c'est lui dont l'invincible présence remplit d'une horreur secrète les profondeurs des bois sacrés ; c'est ce tout-puissant inconnu, ce seigneur de la forêt que le prêtre tremble de rencontrer sous la voûte des chênes ; il est celui que craignent ces Gaulois qui ne craignent aucun être créé. »


G

GARGAN
Géant (fils de la déesse Belisama, vierge fécondée par l'esprit divin du dieu Belenos) qui, au solstice d’hiver, se promenait dans les campagnes pour distribuer des cadeaux.
Le géant Gargantua est la réminiscence du démiurge Gargan lequel, chevauchant la Grande Jument blanche, aurait tracé les chemins de pèlerinage préchrétiens et créé des gouffres, des montagnes et des gués en buvant à certains cours d'eau et des rivières en urinant. Henri Dontenville a relevé que plusieurs dieux celtes sont accompagnés "d'un cheval blanc ou d'une blanche jument" qui parcourent toujours la direction est-ouest, font jaillir des sources sur leur passage, et amènent le soleil. Ce motif symbolique est mis en exergue par Jacques Duchaussoy : la direction que prend cette jument en courant en fait un animal solaire 1.
C'est du Mont Saint-Michel (Rocher de Mont Tombe consacré à Belenos) que, selon la légende, Gargantua s’embarqua vers la Grande-Bretagne pour y combattre aux côtés du roi Arthur).

GIARINUS
Mars gallo-romain. Vaucluse, Var

GOIBNIU, GOVANNON, GOBANNOS, UCUETIS
Goibniu était le Dieu-forgeron des Irlandais ; son nom gallois est Govannon ; son nom gaulois : Gobannos. Grâce à son marteau magique, il peut fabriquer une épée ou un javelot parfait en trois coups ; il élabore des lames d'épées qu'il sait rendre infaillibles. Il détient le feu et possède des vertus de guérisseur. Dans le Sidh, l’Autre Monde celtique, il brasse la bière et sert les autres dieux au Festin d’Immortalité. Sous le nom d'Ucuetis, il était honoré par la corporation des forgerons d'Alise Sainte Reine en Côte d'Or.

GRAIUS
Assimilé à Hercule. Savoie.

GRANDE DÉESSE
La "Grande Déesse" est la mère de tous les Dieux. A la fête d’Imbolc, elle présente au monde son enfant nouveau-né, le jeune soleil, Maponos. Reine de la nature, elle a le pouvoir de faire reverdir le bois mort. Sous les noms de Ana, Dana, Belisama, Brigantia, Brigit, Cerridwen, Macha (triade) ou Epona, elle veille le feu sacré, le feu domestique, le feu de la forge. Elle protège les foyers, les poètes et les guerriers. Le sacrifice du taureau par Mithra paraît avoir évoqué aux yeux des Gallo-romains le sacrifice annuel des taureaux en l’honneur de la déesse-mère : sur des bas-reliefs, la représentation du sacrifice de Mithra est associée à la déesse-mère.

GRANNOS, Grannus
Autre nom de Belenos. "Le Rayonnant". Dieu solaire, brillant et lumineux, il est assimilé à Apollon. Dieu des jeunes gens, en particulier des jeunes soldats ("Iovantu-carus" : Qui aime la jeunesse). Dieu guérisseur comme Bormo/Borvo. Son culte, surtout important dans l'est et le nord-est de la gaule, a été répandu par les légions le long de l'axe Rhône/Saône/Moselle autour d'un sanctuaire des Leuques situé à Grand (Vosges).

GWENN TEIR BRONN
Déesse de la maternité


H

HAFGAN
Dieu de l'enfer, anéanti par Pwyll. Les Celtes avaient 2 divinités régnant sur le monde souterrain : Arawn et son double Hafgan. Arawn apparut au héros Pwyll comme un grand veneur. Il se plaignit de son rival qui usurpait son pouvoir et son titre et demanda à Pwyll de l'éliminer. En effet, à chaque fois qu'Arawn et Hafgan se battaient, les coups portés donnaient une nouvelle vigueur à Hafgan, et son alter ego en ressortait ni vainqueur ni vaincu. Arawn et Pwyll se jurèrent mutuellement amitié et échangèrent leurs domaines pour une durée d’un an et un jour. Au terme de cette période, sur le gué, Pwyll rencontra Hafgan auquel il porta un seul coup : Hafgan abdiqua aussitôt. Pwyll put rendre son royaume à Arawn et reçut, en remerciement, le titre de "chef du royaume des morts".

HALAMARDUS
Mars gallo-romain.

HARMOGIUS
Mars gallo-romain.

HERCULE
Après la conquête romaine, le culte au demi-dieu guérisseur a remplacé ceux à Ogmios et à Smertrios, mais aussi à des dieux très locaux. Pour implorer une guérison, le malade dépose un ex-voto représentant l'organe malade dans la fontaine du sanctuaire au dieu.

HERNE
Chasseur géant, armé d’une massue, il est un avatar de Cernunnos.


I

ICAUNIS
Divinité de la rivière Yonne

ILUNNUS
Assimilé à Hercule. Aude, Haute-Garonne, Ariège, Hautes-Pyrénées.

IVAROS
Dieu tutélaire d'Evaux (88).

IVIACUS
Assimilé à Mercure. Creuse.


J

JUNON
Epouse de Jupiter, son culte a parfois remplacé cela de la grande déesse mère gauloise Di Ana.

JUPITER
Principal dieu de la triade capitoline (Jupiter Jovien, Junon, Minerve), son culte fut florissant après la conquête romaine et a sans doute préparé l'arrivée du christianisme en Gaule. Les lieux de culte à Jupiter auraient été souvent christianisés, en les plaçant sous le patronage de saint Julien ou saint Jean.


K

KERNUNNOS
Voir Cernunnos

KORRIGAN, Kerion
Entièrement velu, cet enfant de la Terre a des ailes de chauve-souris et pousse des cris effroyables. Les korrigans gardent les trésors cachés dans les dolmens. Comme les dragons, ils se montrent les défenseurs de la Grande Déesse.


L

LACAVUS
Mars gallo-romain. Gard.

LATOBIUS
Mars gallo-romain.

LAUCOS
Dieu tutélaire de Lauzun (47).

LAVICTUS
Assimilé à Mars. Hautes-Pyrénées.

LEHERENNUS
Mars gallo-romain. Haute-Garonne.

LELHUNNUS
Mars gallo-romain. Landes.

LENUS
Dieu guérisseur des Trévires. Assimilé à Mars.

LEUCETIOS, Loucetios, Lucetios, Lucellos
"Le Brillant". Autre nom de Lug. Assimilé à Apollon chez les Aresaces et les Trévires. Parfois assimilé à Mars. Associé à Nemetona.

LEUCIMALACUS
Mars gallo-romain.

LEUSDRINUS
Assimilé à Mars. Alpes Maritimes.

LIR, LLYR
Dieu irlandais et gallois de la mer.

LITAVIS
Bellone gallo-romaine, déesse guerrière, notamment chez les Lingons, et à Mâlain (Côte d’Or).

LIVIUS
Apollon gallo-romain.

LUCELLOS
Voir Lug.

LUCETIOS
Voir Lug.

LUCHTA
Dieu-charpentier (Irlande).

LUG, Lugh, Lugos, Lugus, Llew (chez les Gallois)
"Le Lumineux". Nul ne peut supporter sa vue. Dieu suprême du panthéon celtique, Lamfada (au long bras) et Samildanach ("le polytechnicien", inventeur de toutes les techniques et de tous les arts, il apparaît en barde, en magicien, en chef d’armée, en forgeron et en charpentier. Il préside aux moissons et sa fête se situe le 1er août ( Lughnasad). César le compare à Mercure. Attributs : la lance (elle va toujours droit au but) et le corbeau. Souvent accompagné d'un animal (coq ou bouc). En Gaule, il a été présenté comme une divinité tricéphale ou 3 frères. On a identifié une quinzaine de Lugdunum (forteresse de Lug), dont : Lyon (Rhône), Laon (Aisne) où il est associé à Alauda (le dieu à l’alouette), Laudun (Gard), Loudun (Vienne), Loudon (Sarthe), Leiden (Pays-Bas), et une Luguselva (propriété de Lug) dans une inscription à Périgueux.

LUXOVIUS
(Apollon). Dieu de la guérison, génie des eaux à Luxeuil-les-Bains (70).

LUXSA
Déesse thermale de Luxiol (25) et de Luxeuil (70).


M

MABON
Voir Maponos

MACHA (les 3 Macha)
Triade de déesses associée à la Déesse Mère (Voir Grande Déesse).

MAC OC
Voir Oengus.

MAGIORIX
Assimilé à Apollon. Bas-Rhin.

MAGISUS
Assimilé à Hercule. Meurthe-et-Moselle.

MAGNACUS
Mercure gallo-romain. Isère.

MAGUSANUS
Hercule gallo-romain.

MALLO
Mars gallo-romain.

MAPONOS
"Grand Fils". Mabon chez les Gallois, Diancecht chez les Irlandais. Dieu-solaire.
Le 1er février, l'Imbolc fête la Grande Déesse, mère de tous les Dieux, qui présente au monde son enfant nouveau-né, le jeune soleil : Mabon. Jeune homme divin assimilé à Apollon. Fonctions : santé et jeunesse. Présent à la source des Roches de Chamalières (63), il est le grand fils, un homme jeune au visage poupin. Il peut représenter Belenos jeune.

MASUCIACUS
Assimilé à Mars. Drôme.

MATH MATHONWY
Dieu gallois de la sorcellerie

MATRAE, Matres, Matronae
"Mères". Surnommées "Dominae" (les Maîtresses) ou "Proxumae" (les Très Proches). Voir Déesses Mères

MATRONA
La "Grande Mère". Déesse de la rivière Marne (Matrona)

MATUICOS, Matuix.
Poitiers (86). Assimilé à Apollon.

MEDB
Déesse de la guerre

MELOVIUS
Assimilé à Mars. Gard.

MERCURE
Qualifié d'"atepo-marus" (à la grande protection) et de "solitu-marus" (aux grands bénéfices). Voir Lug

MIDER, MIDIR
Dieu irlandais des enfers.

MITHRA
Son culte apparaît en Gaule au cours du IIe siècle, à Lyon, en même temps que des rites d'inhumation issus d'Anatolie. Voir Grande Déesse. Voir Mythologie romaine.

MOCCUS
Dieu sanglier qu'on ne retrouve que chez les Lingons. Assimilé à Mercure. Le sanglier est l’insigne guerrier des Celtes.

MOGETIUS
Assimilé à Mars. Cher.

MOGOUNOS
Assimilé à Apollon. Montiers-sur-Saulx (55)

MORISTAGUS
Assimilé à Apollon. Alise-Sainte-Reine (Alésia) en Côte d'Or.

MORRIGAN, MORRIGU
Déesse des batailles, épouse de Dagda.

MULLO
Dieu de la guerre assimilé à Mars. Allonnes (Sarthe), Mayenne, Ille et Vilaine, Loire Atlantique.


N

NABELCUS
Assimilé à Mars. Vaucluse, Alpes de Haute-Provence.

NANTOSUELTA
Ce nom signifierait : "la rivière qui serpente". Parèdre de Sucellus à Sarrebourg, c’est une déesse-mère, déesse de l’eau, de la fertilité et du foyer. Elle a en main une corne d’abondance. Les Mediomatriques la représente portant une sorte de petite maison ronde (probablement symbole du foyer), et accompagnée d’un corbeau.

NARBO
Dieu tutélaire de Narbonne.

NECHTAN
Dieu de l'eau (Irlande).

NEMAEUS
Assimilé à Hercule. Nord de la Gaule.

NEMAUSIOS, Nemausus
Assimilé à Hercule. Dieu des bois, des fontaines et des sources sylvestres.

NEMED
"Le Sacré" : surnom de Cernunnos.

NEMETONA
Déesse-mère et déesse des plantations, associée à Leucetios.

NERIOS, Neris
Dieu des sources jaillissantes, de "ner" (jaillir).

NETO, Neton
Mars à la tête ornée de rayons vénéré par les Accitaniens, une peuplade d’Ibérie.

NOBELIUS
Mars gallo-romain.

NODONS, NUDD, NUADA
Mars gallo-romain. Au Pays de Galles, il s’appelle Nudd (ou Llud) et en Irlande Nuada. Dieu-roi et redistributeur de richesses, surnommé "Airgetlam" (Bras d’Argent).


O

OENGUS, Aengus, Mac Oc
Oengus signifie "choix unique" et Mac Oc "fils jeune". Dieu de la jeunesse (Irlande), d’une grande beauté, accompagné de 4 oiseaux.

OGMIOS, Ogma, Ogme
"Chemin". Dieu magicien, gardien du feu, frère du Dis Pater, il est le pouvoir de l’éloquence. Fonctions : guerre, magie, royauté. En Irlande, au pays de Galles et en Cornouaille, il est appelé Ogham, maître des écritures sacrées (les oghams) dont la force est si grande qu’elle peut paralyser l’adversaire. Il tire des foules d’hommes attachés aux oreilles par une chaînette d’or dont l’extrémité passe par sa langue percée. Il accompagne les morts dans l’Autre Monde. Il est représenté sous la forme d'un vieillard chauve, vêtu d’une peau de lion, portant massue à la main droite et arc à la main gauche. Il a souvent été assimilé à l'Hercule romain ou à Mars. En Bretagne, les lieux de culte à Ogmios auraient été souvent christianisés, en les plaçant sous le patronage de saint Yves.

OIW
Prononciation : "Oyoune ?" Probablement le dieu unique (dont les autres dieux ne sont que des aspects), "celui dont on ne prononce pas le nom", le Verbe dont le son est "OIW" (l’AUM ou l’AMEN des Orientaux), selon les ésotéristes. Etre absolu, tout émane de lui. Oiw se situe dans le cercle de Keugant (monde divin) inaccessible à l'homme. Il a trois aspects : l'amour, la connaissance et la puissance. La création découle de 2 forces qui s’équilibrent : le bien et le mal.

OLLOUDIUS
Assimilé à Mars. Alpes Maritimes.

ORCUS
Assimilé à Pluton. Pour certains Orcus aurait donné ogre.


P

PANTHEE
Dieu dont on ignore le nom gaulois, représenté sous les traits d'un jeune homme portant dans une hotte les grands dieux de la mythologie, et dont le culte s'est répandu au 1er siècle de notre ère de la basse vallée du Rhône, dont il est originaire, vers les régions rhénane et mosane. Assimilé à Apollon, parfois à Mercure.

POENINUS
Jupiter gallo-romain. Sanctuaire au Grand-Saint-Bernard (Suisse) chez les Seduno-Veragri.


R

RANDOSAS
Assimilé à Mars. Courpière (Puy-de-Dôme).

RHIANNON
Rhiannon est surnommée "Rigantona" (la Grande Reine) par les Bretons. Elle apparaît en grande reine, en déesse-mère ou en déesse-jument. Elle est la maîtresse des cavaliers et des chevaux, souvent confondue avec Epona. Alesia (aujourd’hui : Alise-Sainte-Reine) était le lieu saint des Mandubiens où était pratiqué le culte de la Grande Reine (source miraculeuse). L’époque chrétienne a laissé une église, une nécropole et le culte de sainte Reine.
Pwyll, prince de Dyved, avait, en chassant, rencontré un cerf pourchassé par une meute. Ecartant ces chiens inconnus, il avait lancé les siens sur la bête. Etait alors apparut un cavalier qui lui avait fait honte de ce manquement à l'une des règles premières de la chasse archaïque. Or, ce n'était autre qu’Arawn, le roi de l'Anwynn (le monde souterrain). Cet égal de Pluton, consentit à pardonner à Pwyll à la condition qu'il le remplaça, un an durant, dans sa souveraineté souterraine, et qu'il y vainquit son ennemi Hafgan, ce qu'il réussira à faire, revenant ensuite dans ses états sublunaires, chargé d'honneurs. Tandis qu'il trônait, un jour, sur son tertre royal, entouré de sa cour de guerriers, il vit venir de la forêt une jolie fille montée sur un cheval blanc. Par trois fois, il envoya des pages à sa rencontre ; mais chaque fois, bien que ce cheval restât au pas, les cavaliers ne parvinrent pas à le rejoindre. Pwyll tenta l'épreuve. Il fut, lui aussi, distancé et cria à l'inconnue de s'arrêter, au nom de celui qu'elle aimait. Rhiannon se retourna aussitôt et lui révéla que c'était lui-même qu'elle était venue chercher car elle voulait être sa femme et non celle d'un autre prétendant...

RIGANTONA, Rigani
Voir Rhiannon

RIGISAMUS
Surnom de Teutatès. Mars gallo-romain.

RITONA
Déesse des passages, des gués et des ponts.

ROSMERTA
Epouse de Lucetios (Lug). Prévoyance et providence, elle est "la grande pourvoyeuse", parfois qualifiée de reine [inscription à Lezoux (63)]. Elle est invoquée pour la fertilité, la fécondité, le bien-être et la prospérité. Parèdre de Mercure dans la mythologie gallo-romaine, debout et drapée dans une longue robe, elle porte la corne d'abondance ou la bourse, parfois le caducée. Statue à Escolives (Yonne).

RUDIANOS, RUDIANUS
Mars gallo-romain. Var.

RUDIOBOS
Cheval divin. Neuvy-en-Sullias (Loiret).

RUTH
Sorte de Vénus vénérée par les Ruthènes (son culte subsistera jusqu’au Ve siècle).


S

SARANICUS
Jupiter gallo-romain.

SAUCONA, Souconna
Déesse de rivières sacrées (de "sawk" : sacré), comme la Saône ou la Sagonne (18).

SAXANUS
Hercule gallo-romain.

SEDIAMMUS
Mars gallo-romain.

SEGETA
Déesse des eaux et de la guérison. Déesse tutélaire de la source thermale de Moingt près de Montbrison (42) chez les Ségusiaves et d'Aquae Segetae, près de Sceaux-du-Gâtinais (45), chez les Senons. Les malades, mais surtout les femmes stériles, venaient s'en remettre à Segeta, en s'immergeant dans les eaux.

SEGOMO
Mars gallo-romain. Jura, Ain, Rhône, Côte d’Or, Alpes Maritimes.

SEQUANA
Déesse des sources et des rivières. Source guérisseuse à Saint-Germain-Source-Seine (Côte d’Or). Franche-Comté ; Plateau de Langres (la Seine, "Sequana", porte son nom). Le peuple des Séquanes lui porte une vénération particulière.

SHEILA-NA-GIG
Démon féminin

SIANNA
Déesse mère du Mont-Dore, assimilée lors de la romanisation à Minerve, puis lors de la christianisation à sainte Catherine.

SIANNUS
Assimilé à Apollon. Au Mont-Dore (63) et à Lyon (69)

SINATIS
Mars gallo-romain.

SINQUATIS, Sinquatus
Dieu tutélaire de Saincaize (58). Sylvain gallo-romain.

SIRONA, DIRONA
Déesse des astres : son nom signifie "La Stellaire". Déesse guérisseuse des sources. Parèdre des Apollons indigènes, et en particulier Grannos. Assimilé à Diane (à Augsbourg), à Hygie, parèdre d'Apollon, et, plus tard, à Cybèle. Elle est représentée seule à Bordeaux, à Corseul, et chez les Médiomatriques. Honorée à Mâlain (Côte d’Or). On la représente généralement coiffée d'un bandeau portant un serpent.

SMARTELLOS
Compagnon de Belenos, il étrangle le chien qui retient prisonnière la déesse-mère. Il sacrifie un cerf ou un taureau.

SMERTRIOS, Smertrius
"Le pourvoyeur" (de richesses). Dieu protecteur, tueur de serpents et de monstres, souvent assimilé à Hercule ou à Mars, il est porteur d'une massue et parfois ailé.

SOLITUMARUS
Assimilé à Mercure. Châteaubleau (Seine et Marne), Bas-Rhin.

SUCELLOS, Sucellus
"Le bon frappeur". Dieu au maillet (peut-être dieu de la bière), fréquemment représenté avec la déesse Nantosuelta. Sous la forme d'un vieillard ou d'un homme d'âge mûr, barbu, vêtu à la gauloise d'une tunique à capuche, de braies et de bottes, il porte à la main gauche un maillet et dans la main droite un vase pansu. Un ou deux tonnelets peuvent être à son côté. C’est un bienfaiteur, dispensateur de nourriture. Il semble y avoir analogie entre Sucellus et Dagda, le dieu irlandais dont les attributs sont la massue et le chaudron d’abondance. Sucellus est souvent accompagné d’un chien. Assimilé à Sylvain, il fait jaillir les sources sylvestres en frappant le sol de sa masse. Il a été parfois associé à Dis Pater et à Vulcain. Selon César, "c’est un dieu national, le père de la race gauloise".

SUL
Déesse britonnique des sources chaudes : Bath (Aquae Sulis).

SULEVIA
Minerve gallo-romaine.

SULIS
Minerve gallo-romaine.

SUTUGIUS
Assimilé à Mars. Haute-Garonne.

SYLPHE
(Latin "sylphus" : génie). Elfe. Génie de l'air des mythologies celte et germanique.


T

TAILTIU
Déesse de la Terre

TAMESIS
Déesse de l'eau (Tamise)

TANARUS, Taranucus
Jupiter gallo-romain.

TARANIS, TARAN, TURNOS
"Le Tonnant" est le plus grand dieu du panthéon gaulois. Dieu du ciel et de la foudre, également de la pluie, assimilé à Jupiter, il est représenté sous la forme d'un homme d'âge mûr, barbu, souvent à cheval (un cheval parfois à tête humaine), les bras levés, tenant le soleil dans une main et la lune de l'autre. Il est en général accompagné d'un aigle et d'un serpent. Ses attributs : la roue des Esses (les éclairs), la foudre (taran : tonnerre) et plus tard le lion. La présence d’une "Roue Cosmique" sur de nombreuses stèles laisse penser que Taranis est également le protecteur des morts. Dieu aux trois cornes, Taranis semble être l'une des divinités solaires les plus anciennes du monde celte. Les druides utilisent l’écorce carbonisée par la foudre des chênes pour en faire des amulettes protectrices à son effigie. Taranis est particulièrement loué par les guerriers. Les Gaulois craignant son courroux, il fait l’objet de nombreux sacrifices humains : on lui offre notamment de grands mannequins d’osier où l’on entasse de nombreux hommes qui sont brûlés vifs. Selon Lucain, on l’apaisait en brûlant des victimes humaines dans un tronc d’arbre. Il est identifié partout (Grande-Bretagne, Rhénanie, Dalmatie, Provence, Auvergne, Bretagne, Hongrie) sauf en Irlande. Il est présent à Tonnerre (89), Bourg-Saint-Andéol et Tournon (07) sous le nom de Turnos. A Luchon (31), pour la fête du Brandon, on brûlait des animaux dans un mannequin d’osier en son honneur.

TARVOS
Le taureau sacré surmonté de 3 grues, Tarvos Trigaranos ("tarvos" = taureau et "garan" = grue) figure sur le Pilier des Nautes de Lutèce. Il existe aussi un taureau à 3 cornes, présent surtout dans les territoires séquanes, lingons, helvètes et les peuples rhénans, où il accompagne fréquemment Teutatès. Le culte de Cybèle remplace celui du taureau à 3 cornes dans la vallée du Rhône.

TEUTATES, Toutatis
Son nom signifie simplement "Père de la tribu", du nom celte de la tribu : "teuta". Ce mot a donné leur nom aux Teutons. Ce dieu tribal portait des noms différents selon les divers peuples : Albiorix (roi du monde), Rigisamus (le très royal), Caturix (roi du combat), Toutiorix (roi de la tribu), etc. Dieu de la Guerre assimilé à Mars et Dieu de la paix assimilé à Mercure, il représente la tribu au sens actuel de nation, l'union des hommes dans la paix (Mercure) comme dans la guerre (Mars). Il a aussi été confondu avec Ogmios. Teutatès est symbolisé par une tête de bélier et un corbeau. Son emblème guerrier est le sanglier. Teutatès protège les serments : on jure en disant : « Au Dieu auquel jure ma tribu ! » La Pharsale du poète Lucain (Ier s. apr. J.-C.) décrit trois dieux gaulois cruels, Teutatès, Esus et Taranis : Teutatès apaisé par le sang funeste, Esus, aux sauvages autels et Taranis "dont l’autel n’est pas plus doux que celui de la Diane scythique" (I, 444). Pour d’autres, Teutatès exigeait des victimes noyées...

TOLIANDOSSUS
Assimilé à Hercule. Gers.

TOUREVUS
Mercure gallo-romain.

TOUTIORIX
Surnom de Teutatès. Apollon gallo-romain.

TRITULLUS
Mars gallo-romain. Lozère.

TRIVIA
Démon femelle parcourant les forêts et tendant des embûches à la croisée des chemins (parfois assimilé à Diane).

TURNOS
Voir Taranis.

TUTELA
Nom générique des déesses tutélaires de villes religieuses, souvent liées à des sources sacrées jaillissantes ou des fontaines. Ainsi, Tutela Vesunna est la protectrice de Vesona (Périgueux), Andarta est la protectrice des Voconces.


U

UCUETIS
Dieu honoré par la corporation des forgerons d'Alise-Sainte-Reine en Côte d'Or. Voir Goibniu.


V

VAROCIUS
Mars gallo-romain.

VASIO
Vaucluse. Divinité tutélaire de Vaison la Romaine (84).

VASSOCALETUS, Vassogalatus, Vasso Caleti
Mercure gallo-romain. Temple à Clermont-Ferrand (63) signalé par Grégoire de Tours. Honoré en Rhénanie (Bitburg).

VELLAUNUS
Mercure gallo-romain. Isère.

VENUS
Avec ou sans Eros, son culte n'existe pas en Gaule avant la conquête romaine. Déesse des sources, guérisseuse chez les Lingons, elle protège l'amour, mais aussi les enfants.

VERACINIUS
Assimilé à Mars. Alpes Maritimes.

VEROTUTUS
Apollon gallo-romain.

VESUNNA
Protectrice de Vesona (Périgueux).

VICINNUS
Assimilé à Mars. Ille et Vilaine.

VIDUCUS
Assimilé à Mercure. Gironde.

VIENNA, BIANNA
Déesse tutélaire de Vienne sur le Rhône.

VINCIUS
Mars gallo-romain.

VINDONNOS
Apollon gallo-romain. Essarois (21).

VINTIOS
Haute-Savoie (assimilé à Pollux) ; Alpes Maritimes (assimilé à Mars).

VIROTUTIS
Assimilé à Apollon. Vertus (51), Les Fins d’Annecy (74) et dans la Mayenne.

VISONTIUS
Assimilé à Mars. Besançon.

VISUCIUS
Mercure gallo-romain. Gironde, Bas-Rhin.

VOROCIUS
Apollon gaulois. Vichy.

VOSEGUS, Vosagos
Dieu de la forêt des Vosges. Peut-être assimilé à Sylvain. Bas-Rhin.

VULCAIN
Dieu des forges et des forgerons.


W

WOUIVRE
Génie féminin des eaux au corps de serpent.


Notes
1 http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Jument
2 http://fr.wikipedia.org/wiki/Anguip%C3%A8de
3 Mythologies du monde entier. Duncan Baird. 1993

Voir dossiers : Celtes et Gaulois. Liste des peuples celtes. Anciens noms de localités ou de lieux. Vocabulaire celte. Guerre des Gaules.


Sources
La Gaule. Ferdinand Lot. Librairie Arthème Fayard, Paris, 1947
Histoire des Gaulois. Amédée Thierry. 1828
Histoire des Gaulois. E. Thévenot. PUF 1971
Les Celtes. G. Dottin. Minerva. 1977
Les Celtes. A. Varagnac et R. Derolez. BLOUD AND GAY 1965
http://oda.chez-alice.fr/dicogaulois.htm
http://www.melegnano.net/celti/francel01a089.htm
http://www.melegnano.net/celti/vocfrancel00.htm
http://bretagne-passion.forumactif.com/Histoire-Celte-f19/les-tribus-celtiques-t746.htm
http://bcs.fltr.ucl.ac.be/CAES/BGI.html (César Guerre des Gaules)
http://www.arbre-celtique.com/etude/02-societe/peuples/peuples.php
http://www.lexilogos.com/gaulois_peuples_lieux.htm
http://crehangec.free.fr/peuples.htm
http://michel-desfayes.org/villegaule.html
etc.


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 05/05/2017

ACCES AU SITE