PETITE HISTOIRE DE LA NUMERATION

Les Grecs utilisaient un système décimal basé sur les lettres de leur alphabet.

Les 7 chiffres romains sont d'origine étrusque : I (1) , V (5) , X (10), L (50), C (100), D (500), M (1000). Une barre placée au-dessus d'un signe le multiplie par 1000.

Tous les numéraux de la langue française ont une étymologie latine, sauf un qui vient de l'arabe : le zéro (0). Et pour cause : Rome, comme la Grèce et toutes les civilisations antiques du Proche-Orient, ignorait ce concept numérique.



Chronologie historique

Vers la fin du 4e millénaire avant notre ère, les Sumériens adoptent un système de calcul basé uniquement sur le nombre 6 ou ses multiples 2.

Les Babyloniens, qui, au IIe millénaire avant notre ère, emploient le système sexagésimal représenté par des clous et des crochets, utilisent les premiers, deux cents ans avant notre ère, une forme de zéro à l'intérieur d'un nombre (ce qui permet, par exemple, de distinguer 12 et 102) mais jamais à droite (12 et 120).

Les Mayas de l'Ancien Empire (IIIe et IVe siècles de notre ère) utilisent le zéro qu’ils représentent par un petit ovale contenant un arc. Leurs prêtres, mathématiciens et astronomes, savent établir un calendrier lunaire d'une extraordinaire précision (deux dix millièmes d'écart avec l'année lunaire moderne).

Mais c'est l'Inde qui, reprenant l'héritage intellectuel des Grecs et de quelques cultures voisines, perfectionne la numération.
Elle n'utilise plus le zéro comme simple notation, à la manière babylonienne, mais comme un nombre et comme un opérateur, qui, ajouté à la fin d’un nombre, par exemple, le multiplie par dix.
Dans un catalogue astronomique indien du IIIe siècle de notre ère apparaît pour la première fois l'emploi du système décimal avec celui des neuf chiffres et du zéro (en sanscrit "sunya" = rien) représenté par un point ou un petit cercle.
En 657, le mathématicien indien Brahmagupta fixe les règles du calcul avec le zéro.

Les Chinois, bien qu'ils aient connu une numération décimale dès le XIIIe siècle avant J.-C., ne se servent du zéro (sans doute importé de l'Inde) qu'au VIIIe siècle de notre ère.

Le système de numération avec notation et représentation du zéro par un cercle est emprunté aux Indiens par le mathématicien arabe Muhammad ibn Musa al-Kharesmi (ou al-Khuwarizmi, al Khwarizmi) qui le propage en Occident à partir de 816.
Il semble que ce soit le Français Gerbert d'Aurillac, devenu pape en 999 sous le nom de Sylvestre II, qui adopte, le premier, le système de numération indo-arabe. Les mathématiciens d'Europe le suivent sans hâte.

La transcription des nombres par les chiffres dits "arabes" devient un usage courant en Occident au XIIIe siècle, grâce à l'action menée par Leonardo Fibonacci, dit Léonard de Pise, auprès des négociants italiens. Ayant vécu à Béjaïa (Bougie) où son père, Guilielmo Bonacci, était le représentant des marchands de la république de Pise, puis voyagé en Égypte, en Syrie, en Sicile et en Provence pour le compte de son père, Fibonacci rencontra divers mathématiciens. En 1198, il rapporte à Pise les chiffres arabes et la notation algébrique 1.


Au XIVe siècle, l'usage des chiffres arabes se généralise dans tout le commerce européen.

L'arabe "sifr" (vide) a donné naissance aux mots français "cifre" puis "chiffre", par l'intermédiaire du latin médiéval "zephirum" et de l'italien "zefiro", contracté en "zero" ; ce "zéro" que nous rencontrons pour la première fois dans le traité De Arithmetica opusculum (1491) de Philippe Calandri.


Citations

Les hommes sont comme les chiffres, ils n'acquièrent de la valeur que par leur position. (Napoléon Bonaparte 1769-1821)

La politesse est comme le zéro, qui, sans avoir de valeur en soi, en ajoute à toute chose. (Anonyme)

Si le premier chiffre est faux, le compte est faux. (Proverbe peul)


Notes
1 http://fr.wikipedia.org/wiki/Leonardo_Fibonacci
2 http://fr.wikipedia.org/wiki/Num%C3%A9ration_sum%C3%A9rienne


Sources


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 12/08/2017

ACCES AU SITE