LE PELAGIANISME.
Pélage.

Dans la théologie chrétienne, le pélagianisme est la doctrine hérétique qui considère le libre arbitre de l'Homme comme l'élément déterminant de ses possibilités de perfectionnement et minimise ou nie la nécessité de la grâce et de la rédemption divines.
Pélage ou Pelagius (v. 360-422), moine originaire d’Irlande, doté d'un grand savoir mais d'un caractère austère, est l'initiateur de cette doctrine.



Chronologie historique

Vers 390, Pélage va à Rome où, scandalisé par les mœurs relâchées des Romains, il prêche l'ascétisme chrétien et fait de nombreux adeptes.
Son enseignement moral strict connaît un écho très favorable dans le sud de l'Italie et en Sicile où il est ouvertement prêché jusqu'à la mort (v. 455) de son principal disciple, Julien d'Eclanum.

Pélage nie l'existence du péché originel et la nécessité du baptême des enfants en bas âge.
Il soutient que la chute d'Adam n'a pas corrompu les facultés naturelles de l'humanité ; les êtres humains peuvent mener une vie vertueuse et mériter le paradis par leurs propres efforts :
« Ces choses se suivent et se tiennent : si l'homme a le devoir d'éviter le péché, c'est qu'il le peut ; il serait injuste et absurde de lui attribuer à crime ce qu'il ne dépend pas de lui d'éviter. S'il ne le peut pas, il n'a aucune obligation. »
« Si le péché d'Adam doit retomber sur ceux qui ne pèchent pas, la justice de Jésus-Christ doit suffire également à ceux qui ne croient pas ; c'est-à-dire si nous participons au mal sans notre faute, nous devons aussi pouvoir participer au bien sans notre mérite. »
Pélage affirme que la grâce réside dans les dons naturels de l'Homme, notamment le libre arbitre, la raison et la conscience.
Il reconnaît aussi ce qu'il appelle les "grâces extérieures", notamment la loi mosaïque, l'enseignement et l'exemple du Christ, qui stimulent la volonté mais n'ont pas de pouvoir divin inhérent.
Pour Pélage, la foi et le dogme ont peu d'importance car l'essence de la religion est l'action morale.
Sa croyance dans la possibilité de perfectionnement de l'humanité dérive manifestement du stoïcisme.

Pélage s'établit en Palestine vers 412 et bénéficie du soutien de Jean, évêque de Jérusalem.
Ses idées ont beaucoup de succès, notamment parmi les disciples d'Origène.
Ses disciples, l’Ecossais Célestius et Julien, sont accueillis à Constantinople par le patriarche Nestorius qui adhère à leur doctrine fondée sur l'intégrité et l'indépendance de la volonté.

À partir de 412, Augustin d'Hippone écrit une série d'ouvrages dans lesquels il attaque violemment les préceptes que formule Pélage sur l'autonomie morale de l'Homme et élabore sa propre formulation subtile du rapport entre la liberté humaine et la grâce divine.
Les critiques d'Augustin sont à l'origine des accusations d'hérésie prononcées à l'encontre de Pélage.
En 415, Pélage est dénoncé comme responsable de l’hérésie qu’entre-temps son disciple, Célestius, a divulguée en Afrique et qu’un concile, réuni à Carthage en 411, a solennellement condamnée.
Le concile ayant rejeté sa demande d’ordination, Céleste se rend à Ephèse où il exerce néanmoins publiquement le sacerdoce. Il enseigne "que le péché ne naît pas avec l'homme, qu'il est un acte de sa volonté auquel son imperfection individuelle peut le solliciter plus ou moins, mais non un effet nécessaire de l’imperfection essentielle de l'humanité. Par conséquent, il ne voulait pas que l'on conférât le baptême aux enfants pour la rémission de leurs fautes, de peur que l'administration de ce sacrement ne fit naître cette idée si fausse et tout à la fois si injurieuse au Créateur, savoir, que l'homme est méchant par sa nature, même avant d'avoir commis aucun mal".
Se désolidarisant d’avec son disciple, Pélage est absout par les synodes de Jérusalem (juillet 415) et de Diospolis (415)
Mais l’épiscopat africain, animé par Augustin, refuse d’admettre la décision des Orientaux et obtient du pape Innocent Ier une double condamnation de Pélage et de Célestius, le 27 janvier 417.
Pélage fait agir ses amis romains et, en septembre, le successeur d'Innocent, Zosime, le réhabilite.
Le 30 avril 418, l’empereur Honorius frappe de proscription Pélage et Célestius.

Le 1er mai, le concile de Carthage, réunissant 214 évêques de toute l’Afrique (Proconsulaire et Numidie), maintient la condamnation de Célestius, renouvelle l’excommunication de Pélage et fixe la doctrine catholique sur le péché originel, le baptême des enfants et la nécessité de la grâce.
Dans le courant de l’été, le pape Zosime, qui a d’abord réhabilité Pélage, approuve par une lettre (Tractoria) les huit canons du concile.
On ignore ce que devient Pélage (+ vers 422) après son expulsion de Constantinople, où il s’est réfugié auprès de Nestorius, par la police impériale...

Sous la conduite de Julien, évêque d’Eclane, en Campanie, des évêques italiens, partisans de Pélage, protestent contre sa condamnation de 418.
Julien, qui accuse l’épiscopat africain d’avoir acheté par de somptueux cadeaux la décision de l’empereur, est banni à son tour et se réfugie en Orient où il rédige de violents réquisitoires contre la doctrine augustinienne de la grâce. Comme Célestius, il tente d’intéresser Nestorius au sort des pélagiens.
En 431, le concile d’Ephèse condamne les erreurs des nestoriens et des pélagiens (peut-être que Célestius est déjà mort).
Malgré une tentative en 439, Julien (+ vers 445) ne pourra jamais réintégrer son diocèse.

Pour lutter contre le pélagianisme, le pape Célestin Ier (422-432) envoie des missionnaires en Grande-Bretagne (notamment saint Germain d'Auxerre et saint Leu ou Loup, l’évêque de Troyes) et en Gaule.
Les papes Léon Ier et Gélase Ier luttent également contre l’hérésie pélagienne.

Le milieu monastique provençal est composé d’ascètes pour qui les outrances de l’augustinisme semblent encourager le relâchement des efforts humains pour parvenir à la sainteté.
Jean Cassien de Marseille (+ vers 435) est leur porte-parole. Formé à l’école du monachisme oriental, il affirme que Dieu et l’homme, la grâce et le libre arbitre coopèrent pour sauver l’homme pécheur. À ses yeux, le problème important est de savoir quand, et sous quelle impulsion, commence la bonne volonté (initium bonae voluntatis) : ce premier pas, est-il imputé à l’action de Dieu ou à la volonté de l’homme ? Dans ce dernier cas, tout le mérite revient à la créature, et la grâce de Dieu devient, sinon inutile, du moins simple récompense : l’homme est l’unique auteur de son salut.
Les disciples d’Augustin voient là un retour des pires thèses pélagiennes : Prosper d’Aquitaine part en guerre contre ce semi-pélagianisme, lutte contre ces "ingrati", ces négateurs de la grâce et les dénonce à Rome.
Le pape Célestin proclame Augustin l’un des plus grands docteurs et blâme "ceux qui innovent en matière de foi".
Les moines de Lérins comme Vincent de Lérins et les évêques issus de ce milieu monastique luttent sans répit contre un prédestinatianisme qui prétend que ceux qui n’ont pas été, de toute éternité, mis au nombre des élus ne peuvent qu’en vain s’efforcer de multiplier les efforts et les bonnes œuvres.
Les sentences rendues, en 529, au deuxième concile d’Orange et au concile de Valence, en 530, tout en condamnant le semi-pélagianisme, anathématisent en même temps la doctrine de la prédestination au mal, et se taisent sur les questions de l'universalité de la grâce et de son irrésistibilité comme sur le sort des enfants morts sans baptême.
Ces décisions sont confirmées par les papes Félix IV et Boniface II (530-532). Ce dernier met fin au semi-pélagianisme et définit comme la doctrine orthodoxe de l’Église les thèses d’un augustinisme modéré, à savoir la faculté pleine et entière pour tous les baptisés de se sauver s’ils le veulent.
Jean IV (640-642) écrit au clergé du Nord de l'Irlande pour l'exhorter à se méfier de l'hérésie pélagienne.

Les réformateurs Luther, Calvin, Zwingli interprètent l’enseignement de l’apôtre Paul à la lumière des théories augustiniennes.
Ils insistent sur le péché originel, et, par suite, sur l’impuissance de l’homme à assumer seul son propre salut : ils dénoncent, en l’homme, une concupiscence blâmable et professent que le salut vient de Dieu seul, par le canal d’une foi justifiante.
Tous se réclament d’Augustin dont ils admirent la sensibilité au péril pélagien.
Le concile de Trente (1545-1563) affirme, contre Luther, que, dans Adam, le libre arbitre n’a pas été "éteint, mais seulement diminué et incliné au mal" et que la concupiscence n’est pas elle-même un péché, mais "un effet du péché".
Il décrète que la justification n'est pas exclusivement l’œuvre de la grâce ; l’homme n’est pas agi par Dieu, qui serait alors responsable du mal comme du bien :
« Si quelqu’un dit que le libre arbitre de l’homme, mû et excité par Dieu, ne coopère aucunement en donnant son assentiment à Dieu qui l’excite et l’appelle [...] qu’il soit anathème ! »
« Si quelqu’un dit qu’il n’est pas au pouvoir de l’homme de rendre ses voies mauvaises, mais que c’est Dieu qui opère (par lui) le mal comme le bien [...] qu’il soit anathème ! ».
Le concile refuse la théologie d’une double prédestination développée par Seripando, le grand théologien des Augustins.

Au XVIIe siècle, la querelle janséniste renouvellera le vieux débat sur le prédestinatianisme, parce qu’en définitive le concile de Trente n’a pu résoudre le problème épineux de la grâce et du salut.
Les jansénistes ne cesseront de proclamer "que la cause efficiente du libre arbitre n’est pas une faculté naturelle de la libre volonté, mais la grâce... et que celle-ci doit libérer la volonté pour que l’homme puisse accomplir des actions non pas seulement surnaturelles mais tout simplement moralement bonnes".
La volonté a perdu toute liberté à la suite du péché originel ; elle subit donc l’attrait du bien qui produit le mérite, ou du mal qui produit le péché.
La grâce, qui seule peut permettre de faire le bien, n’est pas donnée à tous.


Citation

Le pélagianisme marche toujours sur les talons du rationalisme. (Edmond Scherer 1815-1889)


Sources


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 23/06/2017

ACCES AU SITE