Adrien IV

Nicholas Breakspear naît vers 1100 à Abbots Langley (GB) ; c'est le seul pape anglais.
Elevé à l'abbaye bénédictine de Saint-Albans, il prend l'habit chez les chanoines réguliers de Saint-Ruf, près d'Avignon ; il en devient prieur et est élu abbé en 1140.
Eugène III le fait cardinal d'Albano puis l'envoie comme légat en Scandinavie.
Elu pape le 4 décembre 1154, il choisit le nom d'Adrien et est consacré le 5.
Jusqu’au XIIe siècle, les mariages conclus par des serfs sans l’autorisation du maître sont considérés comme nuls : Adrien IV, d’origine servile, les déclare valables au nom de l’Eglise et ne laisse aux maîtres que la faculté de réclamer une indemnité pécuniaire.
Il meurt le 1er septembre 1159.

Prophétie de Malachie : De rure albo (Au sujet du champ d’Albe).


1154. 4 décembre, élection du pape. 19 décembre, sacre à Westminster du roi d'Angleterre Henri II d'Anjou (Henri Plantagenêt) et de la reine Aliénor d’Aquitaine par l'archevêque Thibaut du Bec ; Aliénor, en devenant reine d’Angleterre, apporte au royaume ses terres du Poitou, de Gascogne et de Guyenne.

1155. Juste avant Pâques (27 mars), Adrien IV jette l’interdit sur Rome où a été instaurée une république : le Sénat romain désavoue alors les institutions républicaines et lâche Arnaud de Brescia. Frédéric Ier Barberousse (qui se rend en Italie pour se faire couronner empereur et aider le pape à réprimer la Commune romaine d’Arnaud de Brescia) est couronné le lendemain de son entrée dans la ville (18 juin) : ses troupes écrasent les Romains révoltés, capturent et livrent au Saint-Siège Arnaud de Brescia, lequel, condamné comme hérétique, est pendu au château Saint-Ange avant d’être brûlé ; ses cendres sont jetées dans le Tibre. Adrien IV fait don de l’Irlande au roi d’Angleterre Henri II par la bulle Laudabiliter (que certains historiens considèrent comme apocryphe). Premier Traité entre Byzance et Gênes (réduction des droits de douane à 4 % comme pour Pise). 22 août, mort de Konoe 76e empereur du Japon : son fils Go-Shirakawa lui succède.

1156. 25 février, Révolte musulmane à Sfax (en Tunisie actuelle) contre la domination normande du royaume de Sicile ; massacre des chrétiens de la ville orchestrée par le gouverneur Omar. Au printemps, Sac de Chypre par Renaud de Châtillon. 18 juin, Traité de Bénévent ; Guillaume le Mauvais (fils de Roger II de Sicile mort en 1154) a assiégé Bénévent où se trouvaient le pape et quelques-uns de ses cardinaux ; Adrien IV doit reconnaître à Guillaume la couronne de Sicile et accepter la création d'un État unifié comprenant la Sicile, l'Apulie ou encore la Campanie ; en compensation, Adrien IV obtient le droit de libre nomination des évêques dans ces régions. Nuit du 28 au 29 juillet, au Japon, Taira no Kiyomori et Yoshitomo, partisans de l'empereur Go-Shirakawa, conduisent 600 cavaliers à l'attaque du palais de Shirakawa, à Kyōto : le palais ennemi est incendié ; ne pouvant lutter à la fois contre les flammes et les assaillants, les samouraïs, partisans de l'empereur Sutoku, s'enfuient. 17 septembre, Frédéric Barberousse promulgue le Privilegium Minus à la diète de Ratisbonne ; Henri le Lion se fait reconnaître par l’empereur la possession de la Bavière, à l’exception de la marche de l’Est, qui devient un duché indépendant au profit des Babenberg ; en compensation de sa renonciation à ses droits sur la Bavière, Henri II Jasomirgott Babenberg obtient la transformation de la marche d’Autriche en un duché indépendant, héréditaire par les hommes ou les femmes, et d’importants privilèges de juridiction ; il transfère sa capitale à Vienne. 9 décembre, Constance d'Antioche, son époux Renaud de Châtillon et Thoros d'Arménie assistent à Antioche à la consécration d'une église monophysite en l'honneur de Barsauma qui fut évêque métropolitain de Nisibe (l'une des cinq métropoles chrétiennes de Perse) de 460 environ jusqu'à sa mort en 491. 25 décembre, assassinat du roi de Suède Sverker par les descendants du roi Stenkil. Son successeur, Érik Jedvarsson, le futur saint Érik, christianise le nord de la Suède mais échoue dans sa tentative de croisade en Finlande (il sera assassiné à son tour par un parti hostile en 1160).

1157. 11 juin, prise de la ville de Brandebourg par Albert l’Ours, qui prend le titre de margrave de Brandebourg après sa victoire sur le prince obodrite Jaxa de Copnic. 19 juin, Bataille du lac Mèron ou du gué de Jacob : défaite des Templiers. Des ermites du mont Carmel (st Berthold) fondent l’ordre des Carmes. 21 août, mort d'Alphonse VII, roi de León, Castille et Galice : son fils Sanche III de Castille lui succède mais renonce au León, qu'il laisse à son frère cadet Ferdinand II. Adrien dresse Frédéric contre la papauté en lui laissant entendre, dans un de ses courriers, que l’empereur ne détient ses terres qu’en tant que fiefs dépendant du pape. En octobre, rupture entre le pape et l'empereur (lutte du sacerdoce et de l'Empire) à la diète de Besançon : après s’être fait sacrer empereur par la force, Frédéric Barberousse prétend rendre permanente sa domination et imposer, au prix d’un schisme, son candidat sur le trône pontifical. 23 octobre, Sven III de Danemark est vaincu à la bataille de Grathe Hede par Valdemar, fils de Knud Lavard et descendant de Sven Estridsson : Valdemar Ier le Grand devient roi de Danemark. 26 octobre, le concile de Reims définit une procédure répressive à l'encontre des hérétiques.

1158. 1er janvier, Sanche III de Castille crée l’Ordre religieux et militaire de Calatrava en Castille (il deviendra ordre royal en 1482), soumis à la règle de Cîteaux, pour défendre la forteresse de Calatrava contre les Almohades. 11 janvier, à Ratisbonne, Frédéric Barberousse couronne le prince Vladislav II roi de Bohême. En mars, bulle d’or de Manuel Ier Comnène relative aux possessions des monastères dans l’Empire byzantin : elle interdit aux monastères d’augmenter les propriétés qu’ils détiennent aujourd’hui, en terre et en paysans attachés sous peine de confiscation. En juin, début d’une campagne de Frédéric Barberousse en Italie. 14 juin, fondation de la ville de Munich par le duc de Bavière Henri le Lion. En juillet, Frédéric Barberousse force Brescia à la soumission ; il y tient une diète qui promulgue un règlement sur la discipline militaire (la paix du Prince, qui justifie les exactions des troupes en campagne) et déclare les Milanais ennemis de l’Empire ; les impériaux passent l’Adda au pont de Cassano et prennent les châteaux de Trezzo et de Melegnano. 8 août, début du siège de Milan par Frédéric Barberousse. 8 septembre, capitulation de Milan, assiégée par Frédéric Barberousse : les consuls et les citoyens doivent lui demander pardon, pieds nus ; la ville doit verser 9000 marcs d’argent et livrer 300 otages, et reconnaitre les droits régaliens à l’empereur. 11 novembre, Italie, Diète de Roncaglia : l’empereur exige des villes lombardes qu’elles abandonnent le droit de frapper monnaie et de nommer des consuls municipaux et qu’elles reconnaissent ses droits royaux.

1159. 1er septembre, Anagni, mort du pape.


Sources

Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 12/07/2020

ACCES AU SITE