Honorius Ier, pape

Honorius, né en Campanie, fils du consul Petronius, est pape du 27 octobre 625 au 12 octobre 638 (+).
Honorius poursuit l’évangélisation de l’Angleterre ; il y envoie le missionnaire Birin (+ 650) qui baptise le roi de Wessex, évangélise ses sujets d'origine saxonne et crée le siège épiscopal de Dorchester.
Il persuade les chrétiens celtes d’adopter la liturgie et la date des Pâques romaines.
Il réorganise l’Eglise d’Espagne.
Il apaise la controverse sur le monothélisme, doctrine hérétique selon laquelle le Christ aurait une seule volonté mais deux natures énergie, par une lettre où il semble adopter le point de vue des hérétiques ; il sera déclaré hérétique à titre posthume par le troisième concile de Constantinople en 680 (soit 42 ans après sa mort) pour cette attitude à l’égard du monothélisme ; les théologiens catholiques modernes conviennent que Honorius n’a pas été indulgent à l’égard du monothélisme, mais seulement négligent dans sa formulation.


626. 20 avril, à Pâques, le roi Edwin de Northumbrie échappe à un attentat et fait le vœu de se convertir au christianisme ; peu après une assemblée des nobles du royaume (witan) réunie à Goodmanham décide la conversion des Angles. 2 juillet, Coup de la porte Xuanwu : coup d'État  dans le palais impérial de Chang'an (Chine), la capitale de la dynastie Tang organisé par le Prince Li Shimin (Prince de Qin) et ses proches, qui assassinent le prince héritier Li Jiancheng et le prince Li Yuanji (Prince de Qi), afin de faire de Shimin le nouvel hériter du trône des Tang. 29 juilllet, les Avars, alliés des Perses, assiègent Constantinople. 2 au 7 août, victoire des Blachernes : les Avars lèvent le siège de Constantinople ; leur flotte est anéantie et ils sont écrasés par les armées du patriarche Serge et du fils de l’empereur (Constantin) qui invoquent la Vierge (Théotokos) ; cette défaite définitive est le signal de la révolte pour les tribus slaves soumises par les Avars ; le Franc Samo prend la tête de la révolte et s’affirme comme chef des territoires libérés, la Moravie, la Bohême, la Basse-Autriche et la Serbie blanche . Le concile de Clichy (auquel souscrivent, entre autres, Maimboeuf l'évêque d'Angers et Régnobert l'évêque de Bayeux) décrète que les évêques devront être choisis dans la communauté dont ils ont la charge ; le concile défend aux clercs et aux laïcs de pratiquer l’usure, ce qui provoque l’augmentation des taux d’intérêts 3.

627. 12 avril, à Pâques, Paulin, archevêque d’York, baptise Edwin, roi de Northumbrie. 20/22 avril, massacre des Banu Qurayza, la troisième tribu juive de Médine, par les troupes de Mahomet : les hommes et les adolescents sont tués, les femmes et les enfants réduits en esclavage 4. 12 décembre, près de Ninive, l’empereur byzantin Héraclius Ier, allié au peuple des Khazars, vainc les Perses sassanides de l'empereur Khosro II qu'il contraint à lui rendre l'Egypte et récupère la Vraie Croix qu’ils avaient volée à Jérusalem en 614.

628. En Perse, Shirôyé, fils aîné de l'empereur sassanide Khosro II, est mis sur le trône.

Vers 628. Sur le mont Habend dans les Vosges, Romaric et Aimé fondent l’abbaye de Remiremont (Romarici Mons), double monastère d’hommes et de femmes qui deviendront les Chanoinesses Régulières de Remiremont.

629. 27 avril, le général Schahr-Barâz devient roi de l'Empire perse : après la mort de Kavadh II (06/09/628), avec l'assentiment de l'empereur Héraclius avec qui il a eu une entrevue à Arabissos en juin 629, il s'est proclamé roi après avoir déposé et tué son prédécesseur et son régent ; il sera lui-même tué après un mois et demi de règne par une conspiration des grands le 9 juin 630. L’évêque Amand est missionnaire dans le Nord de la Gaule (début d’une période de christianisation des campagnes). Les Byzantins sont chassés d’Espagne. 18 octobre, mort de Clotaire II le Jeune roi des Francs : Dagobert Ier lui succède.

629-639. Règne de Dagobert Ier. Il est aidé par ses conseillers Eloi et Ouen. Roi des Francs à la mort de son père Clotaire II (629) et de son frère Caribert (632), il réunit la Neustrie et l’Aquitaine à l’Austrasie qu’il gouvernait depuis 623, rétablissant ainsi l’unité du royaume. Il donne pour roi aux Austrasiens son fils Sigebert, alors en bas âge (634) et il attribue de son vivant à son second fils, Clovis II, la Bourgogne et la Neustrie. Il soumet les Saxons, les Bretons (il impose sa suzeraineté au chef breton Judicaël) et les Gascons. Il entretient de bonnes relations avec Byzance et tente de s’opposer, avec les Saxons, les Thuringiens, les Alamans et les Lombards, à la poussée de la nouvelle puissance slave. Il favorise l’Eglise à laquelle il fait de nombreuses donations. Les chroniqueurs lui reprochent sa cruauté, sa passion pour les femmes. Il aurait expulsé les Juifs. Il est le premier souverain à être enterré à Saint-Denis. Les rois de la dynastie mérovingienne qui lui succèdent [le dernier roi mérovingien étant Childéric III (743-751)] sont désignés comme rois fainéants car ils laissent le pouvoir au maire du palais (Major Domus).

630. Avec 10 000 soldats, Muhammad assiège La Mecque où il entre sans coup férir le 11 janvier. 21 mars, à Jérusalem, l’empereur Héraclius érige la Vraie Croix qu’il a reprise aux Perses de Chosroès II en 627. En septembre, Bataille de Mu'tah (Môteh) : c’est la première Bataille entre musulmans et chrétiens ; les Byzantins croyant qu'ils allaient être pris dans un piège en se faisant attirer au cœur du désert, cessent la poursuite, permettant aux musulmans de se retirer vers Médine avec de moindres pertes. Le Concile de Mag Léna en Offaly, près de Durrow (Irlande) se rallie au calcul romain de la date de Pâques. Les tribus croates arrivent en Illyrie.

632. 8 avril, Caribert II roi d'Aquitaine et son fils Chilpéric sont assassinés ; son demi-frère Dagobert roi des Francs réunit l'Aquitaine à son royaume. 8 juin, Médine, mort de Mahomet ; le beau-père du prophète, Abou Bakr, est proclamé calife. 28 août, mort de Fatima Zahra, fille de Mahomet, épouse d'Ali (cousin de Mahomet) qui lui a donné deux garçons, Hassan et Husayn (ou Hussein) et deux filles Zaynab (Zaynab la Grande) et Oum Kaltoum (Zaynab la Petite).

633. 3 juin, Alexandrie, Traité de réconciliation en 9 articles entre les catholiques et les monothélites rédigée par le patriarche d’Alexandrie Cyr ; après les réserves de Sophrone de Jérusalem le patriarche de Constantinople Sergius publie le Pséphos (Décret) qui interdit le débat sur la nature du Christ. 12 octobre, victoire décisive gallo-mercienne sur les Northumbriens à la Bataille de Hatfield Chase. 5 décembre, le quatrième concile de Tolède, présidé par Isidore de Séville 1, décrète l’union de l’Eglise et de l’Etat, la création d’écoles épiscopales dans chaque diocèse et l’unification des pratiques liturgiques.

634. 23 août, mort d’Abou Bakr As-Siddiq le premier calife ; son successeur est Omar Ier ou Umar ibn al-Khattab (assassiné le 3-11-644 par un esclave chrétien). 25 décembre, le patriarche Sophronius prononce le sermon de Noël à Jérusalem au lieu de Bethléem occupée par les Sarrasins.

635. En juin, la foire du Lendit se déroule entre Paris et Saint-Denis durant 15 jours. Omar s’empare de Damas. Des Persans, adorateurs du feu, expulsés par les musulmans, s’établissent au Nord-ouest de l’Inde au Goudjerate. L'Église chrétienne nestorienne est reconnue par l'empereur Tang Taizong (qui régne de 626 à 649) ; son missionnaire le plus significatif est le Chinois Alopen qui parle le syriaque (venant probablement de Perse), et qui est accepté par l'empereur dans sa capitale de Chang'an.

636. 30 juin, début du Ve concile de Tolède. 20 août, en Syrie, Bataille sur les rives du Yarmouk, un affluent du Jourdain : l’armée byzantine de Héraclius, commandée par le général Théodore et composée surtout d’Arméniens et d’Arabes peu motivés (notamment les Ghassanides, chrétiens monophysites, qui font défection), est vaincue par les Arabes du général Khalid.

637. Les Arabes anéantissent l’armée perse en Mésopotamie. 30 octobre, Antioche se rend au calife Omar ibn al-Khattâb après la bataille du Pont de Fer.

638. En février, après la capitulation de Jérusalem fin 637, le calife Omar y fait son entrée ; le patriarche Sophronius négocie un traité avec le calife (conservation des églises, liberté de culte, l’article 12 stipule que les cloches ne devront pas sonner mais seulement tinter, le calife se réserve l’esplanade du temple pour la prière) : « Au nom de Dieu, Clément, Miséricordieux. Voici la garantie que le serviteur de Dieu, Omar, émir des croyants, accorde aux habitants de Jérusalem. A tous sans distinction, qu’ils soient bien ou mal disposés, il garantit la sécurité pour eux-mêmes, leurs possessions, leurs églises, leurs croix et tout ce qui concerne leur culte. Leurs églises ne seront pas transformées en habitations, ni ne seront détruites, et l’on n’enlèvera rien aux églises elles-mêmes, ni à leurs territoires, ni aux croix ou possessions des habitants. Ils ne seront point contraints en matière de religion et personne d’entre eux n’aura la moindre vexation à craindre. Les juifs n’habiteront pas Jérusalem conjointement avec les chrétiens (...) On n’aura rien à payer jusqu’à ce que la première moisson soit mûre. Pour leur garantir tout ce que renferme ce traité, il prend Dieu pour témoin et leur promet la protection de l’envoyé de Dieu et celle de ses successeurs et des fidèles. Il ne leur sera fait aucun mal, à condition qu’ils paient la capitation. » 2. Les juifs sont expulsés de Jérusalem. Omar conquiert la Palestine. A Nankin (Chine), les nestoriens fondent une nouvelle Eglise. Le concile de Constantinople lit et confirme l’Ecthèse (édit) de l’empereur Héraclius, composée par Sergius de Constantinople. 12 octobre, mort du pape.


Notes
1 ISIDORE (556-636), né à Séville, fit ses études dans un monastère, sous la férule de son frère Léandre. En 601, Isidore de Séville succéda à Léandre à l’évêché de Séville et au Conseil des princes. Isidore travailla à l’unification de l’Eglise d’Espagne en convertissant au christianisme orthodoxe les Wisigoths qui se réclamaient de l’arianisme. En 619, le concile de Séville, présidé par Isidore de Séville, contribua à former la base des lois constitutionnelles d’Espagne. Le 5 décembre 633, l'abandon de la politique de conversion forcée des Juifs fut entériné par le IVe concile de Tolède présidé par Isidore de Séville ; mais ce concile dut aussi statuer sur le cas des juifs qui avaient reçu le baptême lors de cette persécution et qui continuaient à pratiquer les rites juifs ; il fut décrété qu'il convient de les contraindre à observer la foi qu'ils ont reçue par la force ou la nécessité afin de ne pas rabaisser la foi chrétienne ; les enfants des juifs convertis furent retirés à leur famille pour leur éviter l'influence de leurs parents ; le concile décréta l'union de l'Eglise et de l'Etat, la création d'écoles épiscopales dans chaque diocèse et l'unification des pratiques liturgiques. Dans ses Etymologies ou Origines, une encyclopédie en 20 livres (622), Isidore rassembla les connaissances profanes et religieuses de son temps ; cette encyclopédie constitua au Moyen Age le manuel scolaire des étudiants et resta pendant des siècles l’ouvrage classique de référence. Isidore laissa également des traités sur la théologie, les textes sacrés, la linguistique, la science et l’histoire. Il mourut à Séville le 4 avril 636. Canonisé en 1598, il fut proclamé docteur de l’Eglise en 1722. Le 4 avril 2002, Jean-Paul II le fit patron des informaticiens et d'internet. "Sans le secours de la grâce, l'enseignement a beau entrer dans les oreilles, il ne descend jamais jusqu'au cœur. La parole de Dieu, entrée par les oreilles, parvient au fond du cœur lorsque la grâce de Dieu touche intérieurement l'esprit pour qu'il comprenne" (Isidore – Livre des sentences).
2 Tabari, traduit par Goeje, Mémoire sur la Syrie
3 http://fr.wikipedia.org/wiki/626
4 http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_massacres ; http://wikipedia.orange.fr/wiki/627

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 08/12/2019

ACCES AU SITE