Pascal Ier

Pascal (ou Paschal), Romain, abbé du monastère de Saint-Etienne à Rome, distingué par sa piété et sa charité à l'égard des pèlerins, est élu pape le 24 janvier 817 et consacré le 25.
Il reçoit en don de la part de Louis le Débonnaire, la Corse et la Sardaigne.
Pascal établit à Rome une maison de refuge pour les Grecs qui fuient la persécution des iconoclastes.
Il donne mission à l’archevêque Ebbon, de Reims, de prêcher en Danemark.
Il organise le culte des martyrs.
Il meurt le 11/2/824 ; il est enseveli à Sainte-Praxède, bâtie par ses soins (on a prétendu que le peuple de Rome s'était opposé à son inhumation à Saint-Pierre).
Saint Pascal Ier est fêté le 11 février.

Il a été accusé d'avoir mené une vie de débauche : "Certains chroniqueurs de l'époque affirmèrent que le pontife avait installé dans sa propre maison un couvent de religieuses afin de s'adonner avec celles-ci à des plaisirs sexuels très torrides ". 2

"Abbé du monastère de Saint Etienne près de la basilique vaticane, il fut tout de suite distingué par sa piété et sa charité à l'égard des pèlerins. Devenu Pape, il eut le souci d'assurer les garanties territoriales assurées par l'empereur Charlemagne, tout en maintenant une autonomie réelle dans les affaires intérieures de l'Eglise. Mais l'aristocratie romaine réagit devant cette alliance du Pape et de l'empereur Lothaire. Pascal fit même arrêter deux hauts dignitaires du Latran, qui furent aveuglés puis exécutés. Le Pape assura qu'il était étranger à ces assassinats, mais il dut se rétracter publiquement devant une assemblée d'évêques. On ne connut jamais la vérité. L'histoire garde de ce pape autocratique l'image sainte d'un pape qui sut favoriser le culte des martyrs en retirant leurs corps des catacombes pour les placer dans les églises construites et ornées en leur honneur. Comme quoi la sainteté finale n'empêche pas quelques écarts en cours de route..." 3


817. 24 janvier, élection du pape. Le pape envoie des légats porteurs de présents à Louis Ier le Débonnaire qui confirme les donations faites à la papauté par Pépin et Charlemagne Il et y ajoute la Corse et la Sardaigne. 10 juillet, concile d’Inden/Aix : promulgation du Capitulare monasticum réformant le monachisme ; le concile édicte la Règle des Règles, la fameuse Règle de saint Benoît 1, condensé des règles irlandaise et romaine, fort proche de la règle bénédictine de Benoît de Nursie (son échec relatif permettra au siècle suivant la naissance de l’ordre de Cluny). 31 juillet, à Aix-la-Chapelle, par l’Ordinatio imperii, Louis Ier partage l’Empire entre ses 3 fils : Pépin Ier reçoit l’Aquitaine, Louis le Germanique la Bavière et Lothaire Ier le centre avec le titre d’empereur ; Bernard, roi d’Italie et petit-fils de Charlemagne, se révolte contre cette décision puis demande pardon à Louis Ier qui lui fait crever les yeux ainsi qu’à ses partisans (Bernard en meurt ; Louis Ier devra faire pénitence publique en 822). Louis Ier, comme Charlemagne, attire en France les juifs d’Espagne.

819. A Aix-la-Chapelle, Louis Ier, veuf, épouse Judith de Bavière. Les Croates se soulèvent contre la domination carolingienne mais les Francs écrasent la rébellion.

820. Une flotte de treize bateaux vikings 5 paraît sur les côtes de Flandre, puis pointe à l'embouchure de la Seine, mais elle est repoussée ; les Normands vont sur les côtes d'Aquitaine où ils brûlent une bourgade. A Brescia (Lombardie), l’évêque Rampert fait percher un coq de bronze sur le clocher de l’église. En Egypte, mort de Muhammad Ibn Idriss al-Chafii, premier rédacteur du droit musulman, auteur du Kitab al-Oumm dans lequel il tente de concilier les traditionalistes (malikites) et les novateurs (hanafites).

821. Le traité sino-tibétain de Chang'an reconnaît l'indépendance du Tibet ; signé après de vaines escarmouches au nord-ouest, il sera renouvelé en 823 ; le texte, qui fixe les limites des deux empires, est écrit en chinois et tibétain sur trois piliers à Chang'an, à la frontière tibéto-chinoise et à Lhassa. 17 septembre, une charte de Louis Ier le Pieux ou le Débonnaire accorde la protection royale au moine espagnol Castellanus et à sa communauté déjà importante de l'abbaye Sainte-Marie d'Arles-sur-Tech, fondée vers 778 dans le Roussillon.

822. Au concile d’Attigny, réconciliation de Louis Ier avec ses 3 jeunes frères, Hugues, Drogon et Théodoric, dont il fit raser les cheveux. Kiev (Ukraine) est prise par Oleg (en ukrainienOleh), unVarègue, le successeur deRiourik, prince (kniaz) deNovgorod ; elle devient la capitale du premier État ruthène (la Rus' de Kiev, connu en Europesous le nom de Principauté de Kiev) 4.

823. 5 avril, Rome, le pape couronne Lothaire Ier coempereur et roi d’Italie.

824. 11 février, mort du pape.


Notes
1
Benoît d’Aniane (750-821) : Witiza, fils d’un comte wisigoth, élevé dans le palais de Pépin le Bref puis protégé de Louis le Pieux, se convertit en 774 et entra à l’abbaye de Saint-Seine en Bourgogne où il reçut le nom de Benoît. Il s’établit ensuite à Aniane près de Montpellier où il fonda une abbaye.
2 La vie sexuelle des papes par Seigneur Pierre d'Abbeville
3 http://nominis.cef.fr/contenus/saint/5687/Saint-Pascal-Ier.html
4 http://fr.wikipedia.org/wiki/Kiev
5 Les Scandinaves ornaient la proue de leurs navires (knörr) d'une sculpture représentant un dragon (= dreki, pluriel drekar qui a donné drakkar).

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

Date de mise à jour : 18/05/2019

ACCES AU SITE