Paul Ier, pape

Paul, né à Rome, est le frère d'Etienne III (II), son prédécesseur.
Pontificat du 29 mai 757 au 28 juin 767 (+).
Paul s'allie avec les Francs pour tenir en respect les Lombards.
Il invente le culte de Sainte Pétronille, la fille spirituelle de saint Pierre, vénérée par les Francs, et dont il fait transférer les restes au Vatican en 757.
Il accepte d'être le parrain de Gisèle, la fille de Pépin le Bref.
Il fonde l’église de Saint-Pierre et Saint-Paul.
Homme à la poigne de fer, il protège les corps des saints qui, dans les catacombes extérieures à la Ville, sont l'objet de pillage.
Parlant le grec, il prend sous sa protection les moines expulsés de Byzance par les iconoclastes et transforme sa maison familiale en monastère grec.
Saint Paul Ier est fêté le 28 juin. Son culte est attesté à partir du 14ème siècle. 1


757. 29 mai, élection du pape. En Angleterre, Offa de Mercie, qui succède à son oncle Ethelbad (ou Aetelbert) assassiné par ses gardes du corps, est le premier roi saxon à être sacré. 8 octobre, le corps de sainte Pétronille est enseveli au Vatican près du tombeau de Pierre, son père spirituel. 13 novembre, l'empereur de Chine Tang Suzong (Su Tsong) et son général Gou Ziyi (Kou Tseu-yi), aidés par les Ouïghours 2, reprennent, à l'Empire du Tibet, Chang'an (actuelle Xi'an) puis Luoyang le 3 décembre.

758. Pépin bat les Saxons sur le Rhin. 30 octobre, Guangzhou dans le sud de la Chine est pillée par des pirates arabes et turcs.

759. Narbonne, occupée par les Arabes depuis 719, est reprise par Pépin ; ces derniers sont repoussés vers les Pyrénées ; Pépin organise les Marches d'Espagne.

760-768. Conquête de l’Aquitaine par Pépin : il affronte les Basques et les Aquitains montés jusqu’à la Loire. Pépin ravage l’Auvergne, le Limousin, le Quercy et soumet le Midi.

760. Institution des chanoines par Chrodegang. Des moines irlandais découvrent l’Islande.

762. Au printemps, Pépin le Bref envahit le Berry et met le siège devant Bourges. Des ambassadeurs de Pépin le Bref et du pape se rendent à Constantinople. Dja’far al-Mansur fonde Bagdad. 20 novembre, Bögü, troisième kaghan des Ouïgours 2, converti au manichéisme, s'empare de Luoyang, la capitale de l'Empire chinois, et conquiert la Chine, où il est intervenu à l’appel des Tang : les Ouïgours quittent Luoyang en novembre 763.

765. 1er Concile d'Attigny convoqué par Pépin le Bref : le décret de ce Concile pro causa religionis et salute animarum, signé par vingt-sept évêques (dont les évêques Rémi de Rouen, Jacob de Toul, Chrodegang de Metz, Magdalvé de Verdun, Fulcharius de Tongres (Liège), Maurinus d'Évreux, Willicaire de Vienne) et dix-sept abbés (dont l'abbé Godobert de Rebais), stipule une sorte d'alliance en cas de mort : chacun des évêques et des abbés signataires s'engage, au décès d'un des membres de l'alliance, à chanter cent psaumes, les prêtres devant célébrer cent messes. Séparation en 2 branches de l’imamat chiite : les chiites ismaéliens, connus sous le nom de septimains ou septimaniens parce qu’ils ont accepté à l’origine l’autorité de 7 imams, et les Imamis ou duodécimains parce qu’ils reconnaissent 12 imams.

767. Le concile de Gentilly, auquel participent des envoyés byzantins, donne valeur dogmatique au filioque. 28 juin, mort du pape ; Constantin II, antipape, se fait acclamer par la foule.


Vacance du Saint-Siège

767 (suite). En août, Pépin III le Bref rassemble ses forces à Bourges et lance un raid contre l'Aquitaine jusqu'à la Garonne.

768. En février, Pépin le Bref reprend les hostilités contre l'Aquitaine ; il marche vers Saintes, prend et fait pendre le duc de Vasconie Remistan, oncle de Waïfre ; la famille du duc d'Aquitaine est faite prisonnière. 10 avril, Dimanche de Pâques : Pépin le Bref fête Pâques à La Celle-sur-Loire où il reçoit des envoyés du calife de Bagdad Al-Mansur qui lui proposent d'attaquer conjointement l'Émirat de Cordoue ; selon les Annales Cambriae, le Pays de Galles commence à célébrer Pâques à la date de l'Église de Rome. 2 juin, Pépin le Bref soumet l'Aquitaine qui est incorporée au royaume franc : Waïfre, fils d’Hunald, roi des Gascons, est assassiné sur ordre de Charles, le fils de Pépin ; la Gascogne est érigée en duché ; les Aquitains conservent cependant leur propre code de loi : le Bréviaire d'Alaric.


Notes
1 http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1405/Saint-Paul-Ier.html
2 Les OUIGHOURS sont une ethnie de langue turque et de religion musulmane sunnite, présente au Kazakhstan, en Ouzbékistan, au Kirghizstan et en Turquie et surtout dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine. Le 13 novembre 757, l'empereur de Chine Tang Suzong (Su Tsong) et son général Gou Ziyi (Kou Tseu-yi), aidés par les Ouïghours, reprennent, à l'Empire du Tibet, Chang'an (actuelle Xi'an) puis Luoyang le 3 décembre. Le 16 mai 762, après la mort de l'empereur de Chine Suzong, les rebelles reprennent Luoyang, puis en sont chassés définitivement par le roi des Ouïgours en novembre. Le 20 novembre 762, Bögü, troisième kaghan des Ouïgours, converti au manichéisme, s'empare de Luoyang, la capitale de l'Empire chinois, et conquiert la Chine, où il est intervenu à l’appel des Tang : les Ouïgours quittent Luoyang en novembre 763. En 840, l'Empire ouïgour s'effondre sous les coups des Kirghizes qui fondent un khaganat centré sur le Ienisseï : les Ouïgours fuient vers les frontières de la Chine où ils fondent une série de petits États, notamment le royaume de Qocho (840-1030) et le royaume de Ganzhou (840-1209). Le christianisme nestorien, qui atteint la Mongolie et la Chine, est longtemps présent chez les Ouïghours : au XIVe siècle, on trouve encore un évêché nestorien à Kachgar, capitale historique du Turkestan Oriental et, en 1289, le khan mongol de Perse ilkhan Arghoun envoie en ambassade auprès de Philippe IV le Bel et du roi d'Angleterre Édouard Ier le moine ouïghour nestorien Rabban Bar Sauma, porteur d'une missive qui envisageait une attaque conjointe contre les Mamelouks ; toutefois, la poussée des ethnies turques, qui a introduit l'islam au Xinjiang lors des Xe et XIe siècles, l'installe durablement. Dans le cadre d’une vaste campagne d’antiterrorisme visant les islamistes et les indépendantistes après de nombreux attentats en 2013 et 2014, des camps d'internement, situés dans la province chinoise du Xinjiang, sont construits à partir de 2014 dans le but d'interner des centaines de milliers de musulmans pratiquants ouïghours et kazakhs : un million de Ouïghours y seraient internés de façon préventive et sans procès. La Chine nie l'existence de ces camps avant d'en reconnaître officiellement l'existence en octobre 2018 sous le nom de camps de transformation par l’éducation et les décrit comme des centres de formation professionnelle, avec pour objectif de lutter contre le terrorisme et l’extrémisme musulmans.

Sources


Liste des papes


Auteur : Jean-Paul Coudeyrette
Référence publication : Compilhistoire ; reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.

Date de mise à jour : 18/05/2022

ACCES AU SITE